Lettre à un jeune catholique qui s'apprête à accueillir le pape

Nous nous sommes rencontrés sur la butte de Montmartre. Tu étais là avec plusieurs de tes amis pour promouvoir une initiative musico-chrétienne dans le cadre de la préparation de la venue du pape et moi je lisais sur un banc.
Quelque peu scandalisé devant l’apposition sur un bâtiment public ( une basilique) d’une grande banderole en faveur du pape, « le bienvenu », j’ai entamé une discussion avec le groupe que vous formiez.
Au bout de quelques minutes le débat est devenu cordial et même passionnant.
Moi aussi j’attends le pape! C’est notre point commun!
Nous pouvons discuter des heures et des heures sur l’existence ou la non existence de dieu, chacun d’entre nous restant sur ses positions… Pour moi ce débat est subalterne, l’essentiel étant ailleurs. Je ne combats pas la foi en tant que telle, elle ne me dérange pas et les clivages fondamentaux ne se situent pas entre croyants et non croyants.
Comme je te l’ai expliqué assez longuement, la séparation des églises et de l’État a été possible en 1905 parce qu’une alliance objective voire même subjective a été contractée entre athées, agnostiques et croyants, y compris catholiques pour qu’enfin la séparation permette que l’appel de Victor Hugo soit entendu et repris : « l’État chez lui, l’Église chez elle »

Pour beaucoup de citoyens, croyants ou incroyants, il est intolérable que l’État reçoive officiellement sur les finances publiques le représentant d’une religion…
Si les catholiques veulent accueillir le Pape, qu’ils le fassent sur leurs fonds propres!
Dans le cadre de notre discussion, je t’ai expliqué que ce pape là, c’était la réaction sur toute la ligne et l’alliance entre l’extrême droite cléricale et la hiérarchie catholique.
Comme l’expliquent très bien Caroline Fourest et Fiammetta Venner dans leur excellent ouvrage : « les nouveaux soldats du pape » : les légions du christ, l’opus déi et les traditionalistes sont aujourd’hui « l’avant garde » de la réaction, soutenue et soutenant Benoit XVI.
Nous avons cru « benoitement » qu’aucun autre pape ne pouvait être aussi réactionnaire que Jean Paul II…Nous nous sommes trompés: Ratzinger est pire que son prédécesseur puisqu’il fait cause commune sans prendre aucune précaution avec les traditionalistes et met fin à l’œcuménisme affiché .
Aujourd’hui il entre en croisade contre la contraception, l’homosexualité et la laïcité.
Beaucoup de catholiques progressistes, vivant dans leur siècle sont déboussolés…Ils ont compris qu’avec ce pape là, Vatican II n’était qu’un souvenir et qu’on reviendrait à une église conservatrice et même rétrograde.
Comme le précisent, preuves en mains les deux auteures du livre déjà cité à propos de l’église de Benoît XVI : « Elle préfère enfin lutter contre la théologie de la libération ou toute interprétation jugée progressiste plutôt que de s’attacher en priorité à favoriser l’éducation et l’émancipation des classes les plus pauvres ».
Aujourd’hui,les athées, les agnostique , les chrétiens, les musulmans et les juifs doivent ensemble s’opposer à l’obscurantisme et à l’intégrisme afin que prime l’intérêt général et que la séparation des églises et de l’État reste effective.
Je manifesterai contre l’accueil officiel financé par les deniers publics de ce pape et non contre la foi qui reste du domaine du chois personnel!
Je manifesterai contre la réaction la plus noire que représente Benoit XVI avec beaucoup de catholiques qui refusent les diktats obscurantiste de ce pape qui s’allie aux courants les plus sulfureux du catholicisme actuel: l’opus Déi, la Légion du Christ et les traditionalistes.
Je ne sais pas si ces quelques lignes t’ont convaincu mais je sais que tu les as lues et que nous pourrons poursuivre ce débat … Peut être qu’un jour, puisque tu ne supportes pas la précarité et la pauvreté, nous nous retrouverons côte à côte pour lutter contre l’exclusion sociale et les fauteurs de misère.
Bien à toi
Jean-François CHALOT

image_pdf
0
0