Lettre au maire d'Argenteuil, pour qu'il refuse les piscines communautaristes

LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES
Créée par Simone de Beauvoir
Le 20 juillet 2008
Monsieur Philippe Doucet
Mairie d’Argenteuil, Val d’Oise
Monsieur le Maire,
Je vous adresse cette lettre en tant que présidente de la Ligue du Droit International des Femmes afin de vous faire part de mon inquiétude à la lecture d’un article dans le journal le Parisien Dimanche intitulé « Ils veulent des créneaux non-mixtes à la piscine ».
J’ai été particulièrement indignée par les propos des personnes qui appelaient à signer une pétition en faveur de séances non mixtes pour les hommes et d’autres pour les femmes accompagnées de jeunes enfants, l’un d’entre eux déclarant que « le service public doit pouvoir s’adapter à son temps et à toutes les communautés ».
C’est donc avec satisfaction que j’ai noté la position dont vous avez fait part en tant que Maire d’Argenteuil « avec fermeté lors d’un conseil municipal en mai » et que vous confirmez aujourd’hui en affirmant que « la piscine est un lieu public et collectif qui restera laïc ».
La question du sport est à l’évidence au cœur du débat sur la mixité et l’égalité entre les hommes et les femmes. Notre association a pris conscience de l ‘importance de ce sujet dès les années 90 en constatant que de nombreux pays, au nom de principes religieux ou culturels d’un autre âge, ne permettaient pas aux femmes de participer aux compétitions sportives au même titre que les hommes. En cette année olympique la question est particulièrement d’actualité et nous devons être solidaires de ce combat.
Accepter de céder à ceux qui pratiquent un chantage constant vis-à-vis de l’opinion au nom d’une conception erronée de la « liberté de choix », ce serait introduire dans notre société laïque et démocratique le principe de la ségrégation entre les hommes et les femmes et d’un statut dévalorisé des femmes.
Derrière ce débat il y a naturellement celui du port du voile. Le sport, et singulièrement la natation, démasque les hypocrisies et démontre que c’est bien une société basée sur la ségrégation entre les hommes et les femmes que veulent ceux qui prônent le port du voile (ou l’espace public aménagé avec séparation des sexes).
Veuillez agréer Monsieur le Maire l’expression de mes salutations distinguées,
Annie Sugier
Présidente de la Ligue du Droit International des Femmes

image_pdf
0
0