Lettre aux croyants musulmans qui lisent Riposte Laïque

Publié le 23 août 2014 - par - 2 831 vues
Share

guerrier musulmanJe voudrais m’adresser ici aux croyants et pratiquants musulmans qui lisent Riposte laïque. Car il y en qui lisent notre journal, et peut être plus qu’on ne le croit car nous sommes, disent-ils, leurs pires ennemis et il leur faut toujours être au courant de ce que manigancent ces ennemis.

Si je voudrais les interpeller, c’est n’est pas pour les appeler à la raison et à analyser leur religion avec objectivité et non avec des oeillères, objectivité  qu’il ont toujours réfuté au nom d’un dogme qui justement leur refuse cette possibilité.

Je voudrais leur dire que leur adhésion aveugle à cette idéologie les situe inmanquablement dans le camp de nos ennemis. Oui, j’ai bien dit ennemis !

Car la volonté de leur Dieu est assurément la soumission à l’Islam de tous les hommes et de tous les peuples de la terre. Ceux qui, chez nous, ont voulu et pratiqué des choses analogues dans le passé étaient assurément nos ennemis.

Votre Dieu vous ordonne de tuer ceux qui ne croient pas en lui et qui oseraient contester son dogme. Vous nous en fournissez d’ailleurs la preuve tous les jours. Ceux qui ont fait pareil chez nous dans le passé étaient bien nos ennemis.

Votre Dieu  veut nous enlever notre liberté de croire ou de ne pas croire, donc notre liberté de conscience. Ceux qui ont voulu nous imposer cela dans le passé étaient bien des ennemis.

Vous-mêmes, en essayant de nous imposer, au nom de votre croyance, un dogme liberticide et meutrier, vous vous comportez donc comme des ennemis.

Vous-mêmes, en nous imposant insidieusement des rites et des pratiques obscurantistes, en imposant la réduction des femmes à une sous catégorie humaine, en introduisant la cruauté envers certains animaux, vous portez donc atteinte à notre civilisation. Ceux qui ont fait cela dans le passé étaient indubitablement nos ennemis, vous vous comportez donc comme nos ennemis.

Je m’arrête là car la liste de vos infâmies serait hélas bien longue. Il est donc temps pour nous d’appeler un chat un chat et un ennemi un ennemi. Vous vous êtes volontairement mis dans cette catégorie alors que dans nos colonnes nous vous avons sans cesse appelés à la raison, Ainsi, quand viendra le grand soir, le tri sera vite fait, vous avez déjà largement annoncé la couleur.

Jean-Louis Burtscher

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.