Lettre de Sarkozy aux Français : bof !

Publié le 9 avril 2012 - par - 386 vues
Share

Monsieur le Président, on nous avait parlé d’un livre où vous exposeriez votre programme (écrire un livre demande du temps et un minimum de réflexion)  mais nous n’aurons droit qu’à une « Lettre au peuple français ». Vous inspireriez-vous de François Mitterrand qui en 1988 avait écrit une Lettre à tous les Français. Vous l’avez déclaré : « Cela ne lui a pas si mal réussi », donc vous appliquez la même méthode en espérant le même résultat. Il faut dire que Jacques Ségala était le communiquant de François Mitterrand à l’époque et que désormais il vous soutient.

Dans votre lettre, quelques points m’interpellent et j’ai besoin d’en savoir un peu plus, je ne prendrai pas les 32 points de votre lettre cela serait trop long et fastidieux.

Vous proposez de : « Rendre la parole aux Français en sollicitant leur avis par referendum quand ce sera nécessaire pour surmonter les blocages», le referendum est toujours populaire en France mais faudra-t-il encore prendre en compte son résultat. Si en 2010 vous aviez organisé un vote par voie référendaire sur les retraites, pensez-vous que les Français auraient donné leur aval sur cette réforme et en auriez-vous tenu compte ? Je me souviens du résultat du dernier referendum (2005) et comment vous avez bafoué la vox populi en 2008 en faisant voter  le contraire par le Congrès (Assemblée Nationale et Sénat). Quand vous dites « surmonter les blocages», vous vous en prenez aux corps dit constitués, désormais selon vous, la décision sera prise par le peuple pour un seul homme ? Et si par hasard la réponse escomptée n’est pas la bonne comment ferez-vous ?

Vous proposez une diminution du nombre de parlementaires et l’instauration de proportionnelle pour les élections législatives, je ne pense pas me tromper en vous rappelant que vous aviez déjà envisagé cela en 2007 mais que vous ne l’avez pas fait… Comment croire les promesses d’une personne qui ne les a pas tenues auparavant ?

Pour les entreprises, vous suggérez de « conclure avec les représentants des salariés des accords sur le temps de travail pour faire face à des baisses ou des pics d’activité ». Les corps constitués auraient leur utilité lorsqu’il s’agit de diminuer les droits des salariés et on les dénigrerait lorsqu’ils voudraient améliorer les conditions de travail ? Ces accords sur le temps de travail instaureront-ils de façon permanente le chômage à temps partiel, voulez-vous, comme en Allemagne, arriver à une précarisation et paupérisation des classes dites laborieuses ? C’est bien ce que je crains.

Une fois de plus vous proposez d’alléger les charges patronales aussi bien pour diminuer le cout du travail que pour favoriser l’emploi des plus de 55 ans. Cette méthode a déjà montré son inefficacité, il suffit de regarder le nombre croissant de chômeurs en France. Monsieur le Président trouvez autre chose …

Pour les retraités, une partie fidèle de votre électorat, vous proposez de payer les pensions le premier du mois au lieu du 8. Cette mesure aura un coût que vous oubliez de préciser, certains parlent d’une dépense de 200 millions d’euros. Est-ce bien le moment de dépenser les deniers publics pour un effet minime ; la pension moyenne en 2010 était de 1216 euros, quelle différence y a –t-il à percevoir cette somme le 1 ou le 8 ? En bref on va décaler d’une semaine la fin de mois, mais cela ne résoudra en rien les difficultés de trésorerie des retraités.

Pour la jeunesse, vous proposez des sacrées réformes création d’une « banque de la jeunesse »  pourquoi pas une banque pour les femmes ou les chômeurs ? Cette banque pour la jeunesse aidera les étudiants à s’endetter pour financer les études par exemple. Je sens bien en vous monter ce désir d’américaniser la société, en effet aux Etats-Unis la plupart des jeunes commencent leur vie active avec un crédit correspondant aux frais des études. En 2007 Vous vouliez endetter les Français par le biais d’un achat immobilier, cela n’a pas marché alors vous endettez la génération suivante…

Toujours sur l’éducation, vous proposez de créer des fichiers concernant le comportement des enfants dès la grande section de maternelle ou au CP. Instaurer un fichage aussi précoce puisqu’il s’agit d’enfants de 5 à 6 ans ne s’apparenterait-il pas à de l’eugénisme ?

Par rapport à l’immigration, vous voulez la réduire de moitié, mais n’est ce pas depuis 10 ans, sous Jacques Chirac Président et vous Ministre de l’Intérieur, qu’elle a fortement augmenté ? Si les pourparlers de l’Europe concernant les accords de Schengen échouent d’ici un an  vous voulez rétablir des contrôles ciblés aux frontières. Embaucher des garde-frontières aura un coût certain, de cela vous n’en parlez pas.

La plupart de vos propositions ne sont pas chiffrées, mais il n’est pas besoin d’être un énarque pour savoir que cela coûtera cher aux Français et je me demande bien où vous trouverez ces moyens financiers si ce n’est par une augmentation des recettes de l’Etat  via nos impôts qu’ils soient directs ou indirects. Nous avons déjà un avant-goût de ce qui nous attend avec la TVA sociale programmée pour octobre 2012.

Au fait, Monsieur le Président, n’avez-vous pas oublié de nous parler de la crise financière qui est loin d’être terminée, n’avez-vous pas oublié de nous parler de l’euro qui est loin d’être sauvé vu ce qu’il se passe en Espagne ? J’aurais aimé avoir votre avis sur ces questions vous qui avez toujours réponse à tout, là je reste sur ma faim.

Ayant bien lu votre lettre, j’avoue que je n’y vois rien qui va fondamentalement changer et malgré toutes les mesurettes que vous sortez de votre chapeau tel un magicien, Monsieur le Président je n’ai pas envie applaudir votre show. Nous n’avons pas besoin d’un prestidigitateur mais d’un chef  d’État qui a un projet solide, un véritable programme et un destin pour la France.

Marie-José Letailleur

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.