Lettre ouverte à nos enfants : la liberté d’expression

Publié le 2 novembre 2020 - par - 5 commentaires - 873 vues

« Rentrée scolaire – Lettre ouverte à nos enfants : la liberté d’expression »

En cette rentrée de vacances scolaires de la Toussaint, je souhaite une bonne rentrée et adresse un message à nos enfants, nos adolescents et nos jeunes adultes sur la liberté d’expression et notamment sur son inexistence totale dans certaines communautés et États du monde.

Enfants et jeunes Français, êtes-vous conscients de la chance que vous avez de vivre dans un pays de liberté, sous la loi d’une Constitution démocratique, laïque et de respect des droits naturels et inaliénables de l’homme et de la vie humaine ?

Jeunes citoyens français, savez-vous que « savoir » est un grand trésor et que vous avez en France la chance de recevoir une éducation, un enseignement et une solide instruction dans nos écoles de la République et dans nos écoles privées ?

Et vous devez en être conscients et apprécier cette chance extraordinaire qu’est la vôtre en sachant que dans de nombreux pays du monde les enfants n’ont pas cette chance.

Il en va de même d’un concept et d’une liberté un peu spéciale qui a cours en France et qui s’appelle la « Liberté d’expression. »
La loi française, par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, article 10, nous donne le droit de nous exprimer, d’exprimer nos idées, nos sentiments, nos émotions, mais aussi notre mécontentement ou notre colère vis-à-vis de quelque chose, y compris de l’État et de nos dirigeants politiques.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »
Dans l’article 11, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »
Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.
Article 19 : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Cependant, la liberté d’expression connaît des limites et des restrictions afin qu’elle ne permette pas de tout dire et de préserver certaines valeurs de notre civilisation.
Par exemple : « Il est interdit de diffamer et d’injurier les morts et les vivants (article 29, 30, 31, 32 de la loi de 1881), une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion […], de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap (article 32). »
https://www.lepoint.fr/societe/liberte-d-expression-et-censure-ce-que-dit-la-loi-07-06-2018-2225000_23.php

Ces règles légales étant posées, on peut comprendre que si la liberté d’expression a cours en France, mais pas dans d’autres pays, son application peut contrarier et gêner certains étrangers venus en France d’autres pays où elle n’existe pas.

Seulement voilà, la liberté d’expression est un droit constitutionnel et les étrangers vivant en France doivent la respecter et n’ont pas à la critiquer ni à la contester, pas plus, d’ailleurs, que les étrangers immigrés ayant reçu la nationalité française.

Or, parmi ces étrangers ou ces immigrés nationalisés, on compte beaucoup de musulmans appartenant à la communauté musulmane.
Cette communauté s’appelle l’islam.
L’islam est une idéologie qui veut se faire passer pour une religion, mais qui n’est reconnue en France que comme une secte (la secte mahométane), selon la définition qui est donnée des sectes part la MIVILUDES, (la « Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires »).
Cet organisme d’État a d’ailleurs été récemment chargé de renforcer ses critères, suite aux derniers assassinats barbares immotivés de citoyens français innocents par des terroristes de la secte mahométane.

La secte mahométane, sous le nom d’islam, veut se faire passer pour une religion monothéiste de même nature que le judaïsme et le christianisme. Ce qui est totalement faux et en contradiction avec les fondements et les principes de ces deux religions.

En effet, le judaïsme et le christianisme sont des religions qui prennent en compte la nature divine de la vie et qui pratiquent un culte de respect et d’amour envers leur divinité et envers la vie sur Terre.
Le judaïsme et le christianisme sont des philosophies positives et constructives qui incitent l’homme à avancer, à se développer, à se tourner vers la connaissance, à faire le bien et à s’éloigner du mal, à bâtir et à ne pas détruire sans raison, à devenir un être toujours meilleur et plus éclairé, à œuvrer pour le bien de sa famille, de sa communauté et de son pays, mais aussi de toute l’humanité, s’il le peut.
La connaissance et le discernement entre le Bien et le Mal sont des valeurs fondamentales de toute philosophie positive et elles ne peuvent s’enseigner que par l’exemple.
– « Si je te fais du mal, si je te blesse, si je te vole, si je fais du mal à ceux que tu aimes, si je détruis ton bien et si je te tue ou si je tue ta famille, tu en auras du malheur et tu souffriras. »
– « À l’inverse, si je suis bon et doux avec toi, si je te soigne, si je te donne, si je te fais du bien, si je t’aide à construire ton bien, et si je te protège ou si je protège ta famille, tu en auras du bonheur. »

Laquelle de ces deux situations ou occurrences choisirais-tu ?
Probablement la seconde, car tout être humain libre, intelligent et éclairé le ferait…

Tu as donc ici un exemple de ce qui peut être la différence entre faire le bien et faire le mal.
Et dans une société ou une communauté où tout le monde choisit de faire le bien, toute cette société ou cette communauté vivra en paix et aura du bonheur. Elle s’épanouira, elle avancera, elle se développera, elle grandira, elle deviendra une grande culture, une civilisation et elle rayonnera sur le monde.

Mais une société où tout le monde choisira le mal vivra dans le mal et la souffrance et un jour elle disparaîtra.
C’est le cas de la secte mahométane qui refuse d’adopter ces règles de paix.

Dans la secte mahométane, il existe un livre qui incite les membres de cette secte à ne pas accéder au savoir, à l’instruction et à la connaissance et à rester stupides, à vivre dans le mal et à faire le mal autour d’eux, mais plus particulièrement à ceux qui ne font pas partie de la secte.
Cette secte vit dans la haine de ceux qui ne sont pas comme eux, mais aussi des femmes, des enfants, des animaux et de tout ce qui peut représenter d’autres communautés différentes.
Cette secte vit dans l’incitation à la haine des autres et appelle à faire souffrir les autres et à les tuer.
Elle prétend être la meilleure communauté du monde alors qu’elle n’en est que la plus mauvaise, la plus triste, la plus ignare, la plus pauvre, la plus violente, la plus cruelle et la plus jalouse de toutes les autres communautés.

La plupart des 57 pays de cette communauté vivent dans la misère et la violence perpétuelle, sauf dans les pays les plus riches, grâce au pétrole qui est sous leurs pieds.
La communauté de cette secte vit comme on vivait chez nous au Moyen Âge. Elle n’a jamais avancé et elle a aujourd’hui des siècles de retard par rapport à notre civilisation.
Elle pratique des rites et des rituels absurdes et superstitieux qui consistent à tourner autour d’une pierre noire et à la toucher, à faire des incantations stériles vers une idole du Mal et à passer beaucoup de temps à tuer des gens sans raison et à faire des guerres pour conquérir des terres en vue de les piller afin de compenser son vide abyssal de culture et de civilisation et son incapacité à travailler et à produire quoi que ce soit, contrairement aux sociétés occidentales avancées, évoluées et civilisées.

Ce sont des membres de cette communauté qui se comportent si mal, rejettent nos lois, commettent des délits, des crimes et des actes atroces dans notre pays, qui assassinent des gens innocents et s’adonnent au terrorisme pour faire peur à tout le monde.

Ces gens-là prétendent que nous sommes des animaux et refusent nos lois. Ils disent que n’avons pas le droit de les critiquer ni de critiquer leurs symboles, leur culte ou leurs traditions.
Et ils n’aiment pas nos dessins (caricatures) ni ceux qui les dessinent, ni ceux qui en parlent, ni ceux qui les montrent…

Par contre, eux se permettent de nous critiquer, de nous haïr, de nous insulter, d’inciter à nous tuer et à nous détruire sans que nous ayons le droit de nous plaindre.
Et leur livre est rempli de propos de haine et d’incitations à nous haïr et à nous tuer partout où ils nous trouveront…
« Et tuez-les, où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassés. » Sourate 2, versets 190-193.

Cette communauté ne mérite pas notre respect et elle ne mérite pas de vivre chez nous, dans notre pays de paix qui lui a tout donné et qu’elle insulte constamment et veut détruire.

Ces gens-là n’ont pas d’instruction, pas de savoir, pas de culture, mais ils ont dû apprendre un jour ce livre, le Coran, par cœur, par la force et sous les coups.
Leur seule source de connaissance est donc dans ce livre et c’est leur seule référence de vie et de comportement.
Et si un membre de cette secte veut apprendre, s’instruire et s’intéresser à d’autres cultures et formes de savoir, il peut être accusé de faire insulte à la secte, de la critiquer ou de vouloir la quitter et il risque la peine de mort.
À la différence de notre civilisation avancée qui met des millions de livres à notre disposition afin que nous puissions apprendre et comprendre toutes les choses de la vie.

Alors, étudiez, travaillez, lisez des livres, apprenez et comprenez et vous ne tomberez jamais dans la folie d’une secte prétendument religieuse qui n’est rien d’autre qu’une organisation criminelle qui a déjà fait des centaines de millions de morts depuis qu’elle est apparue voilà 1 400 ans.

Ivan Bartowski
Auteur de « Les ravages civilisationnels régressifs de l’islam » https://www.amazon.fr/s?k=Les+ravages+civilisationnels+r%C3%A9gressifs+de+l%27islam&__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&ref=nb_sb_noss 
Les 70 premières pages gratuites : http://jenmore.free.fr/ravagesdebut.html

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Josiane Filio

Bravo Ivan !
Si Samuel Paty avait eu ce beau texte entre les mains, nul doute qu’il l’aurait préféré à la caricature du monstrueux prophète, ce qui aurait épargné sa vie… de même que des ennuis avec sa hiérarchie, devenue amnésique après sa décapitation, au point d’oublier qu’ils avaient failli le punir d’oser s’en prendre à l’islam !

Ivan Bartowski

Merci Josiane !!

Lisianthus

La liberté n’existe pas en islam, ni de pensée, ni d’expression. Ils sont soumis, c’est ce que signifie musulman.

a.hourquetted'arre

Excellente conclusion!
Samuel Paty aurait pu aussi, présenter l’avare de Molière comme caricature. Il a fait le choix d’un dessin dégueulasse, réalisé par des soit disant journalistes ..pauvre de lui, il a payé de sa vie. Liberté oui, raisonnement aussi.

patphil

il manque une phrase : la liberté d’expression, en france, est réservée aux seuls “progressistes”

Lire Aussi