1

L’Europe et sa bergerie de loups

LoupTurquieC’est avec sarcasme et cynisme, ou avec compassion et stupéfaction, que la presse ainsi que les sites électroniques arabes ont commenté les attentats de Bruxelles.

Parmi ces commentaires, on trouve celui d’un berbère marocain, Menhem Wayhti, qui semble avoir un accent particulièrement percutant et qui mérite d’être porté à la connaissance des Européens qui ne lisent pas l’arabe. Pour décrire et même pour expliquer à sa manière l’attentat survenu à Bruxelles lundi 22 avril 2016, Wayhti a tout simplement raconté sur son blog (ahewar.org/m.asp ?i=7620), une historiette très pertinente.

« Il était une fois, écrit-il, un berger vivant dans un pays froid. Il s’inquiétait de voir ses moutons et ceux des autres bergers voisins attaqués par des loups qui faisaient régulièrement des incursions dans les bergeries et dévoraient plusieurs bêtes.

 « Préoccupé en permanence par la recherche d’une solution à ce phénomène inquiétant, ce berger trouve enfin une idée et croit qu’elle sera géniale, efficace et salutaire s’il parvient à la concrétiser. Elle consiste à élever des petits loups dans sa bergerie et à les domestiquer doucement et patiemment, afin de créer de bonnes relations avec ses moutons, de protéger ces derniers de toute attaque venant de l’extérieur et de favoriser un climat de bonne entente, de coexistence pacifique entre toutes les bêtes.

 « Il met cette idée en pratique. Puis il constate que son plan semble répondre à son idéal et que cette expérience se révèle encourageante et même prometteuse. En effet, les autres loups et les siens n’attaquent plus que les troupeaux des voisins et ceux des régions lointaines et ses moutons vivent tranquillement dans sa bergerie. Ainsi se trouvait-il heureux de manifester sa satisfaction du succès réalisé. Alors, il continue à vivre calmement, persuadé que le problème était définitivement résolu, et que la meute des loups qu’il a domestiqués, parvienne à coexister et à vivre sans souci avec ses moutons.

 « Cette coexistence pacifique, cependant, ne dura qu’un certain temps. Ses loups se multiplient et deviennent de plus en plus nombreux. Ils ne pouvaient plus survivre et se contenter des bêtes vivant en dehors de sa bergerie. Un jour, et sans aucun signe prémonitoire, les loups qu’il a cru avoir bien élevés et soigneusement domestiqués, le dévorent avec tous ses moutons.

 « Moralité : Celui qui élève et entretient des loups, ne doit jamais croire qu’ils ne s’attaqueront qu’aux troupeaux des autres.

 Alors, le berbère Menhem Wayhti conclut : « Pauvres européens ! Vos gouvernements n’entretiennent que des loups dans vos bergeries. Il est naïf et utopique de croire qu’ils sont domesticables ou domptables. »

En effet, l’Europe est submergée par des loups qu’elle élève et entretient. Ils sont là et rien ne les arrêtera. Dès qu’on tue ou on arrête quelques-uns ou on décime une meute, d’autres émergent et l’escalade continue.

Combien faut-il encore d’attentats et d’incursions dans la bergerie, comme celui de Bruxelles, de Bataclan, de Charlie Hebdo, de l’Hyper Casher, etc., pour secouer les consciences des responsables politiques et comprendre enfin que l’islam représente le virus le plus mortel qui ne cherche qu’à détruire l’Occident, à gangrener le monde et qui ne sera jamais éradiqué sans une opération chirurgicale radicale !

Hélas, seuls les ignares, les hypocrites, les lèche-babouches, les islamo-collaborateurs, les politiciens opportunistes de tout bord, les gouvernements aveugles, ne veulent pas comprendre le stratagème de l’islam. Sous prétexte que les musulmans qu’ils ont accueillis sur leur sol, étaient persécutés, vivaient malheureux et affamés dans leurs pays d’origine, les gouvernements occidentaux, naïfs et bornés, les accueillent à bras ouvert, leur font toutes les concessions possibles, leur offrent des services sociaux et des allocations de tout genre pour les amadouer et acheter la paix sociale. Ils oublient totalement qu’ils entretiennent des loups sauvages à visages déguisés ou cagoulés. Ils ferment les yeux, par complicité et opportunisme, et feignent d’ignorer que ces musulmans sont formatés par la pire doctrine nazi-islamiste, qu’ils sont intrinsèquement attachés aux fatwas du meurtre, de la haine et de la rancœur, et inspirés de préceptes coraniques extra-violents et belliqueux considérés comme immuables et divinement intouchables.

En dépit de tout ce que l’Europe fait avec beaucoup de générosité pour les musulmans installés au sein de ses différents États ainsi que pour les migrants qui déferlent sur l’ensemble de son territoire, les responsables musulmans continueront à l’incriminer, à la culpabiliser. Le porte-parole des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, Adnan al-Damiri, accuse ouvertement l’Europe d’être responsable de la montée du terrorisme dans le monde et même des attentats survenus à Bruxelles.

 « Ceux qui préparent le poison y goûtent un jour, écrit-il sur sa page Facebook, et l’Europe d’aujourd’hui récolte ce qu’elle a préparé de ses propres mains. »

 « L’Occident est responsable de l’exportation du terrorisme juif en Palestine, du fait qu’il le soutient et le justifie. »

Al-Damiri interpelle les Européens et les Occidentaux :

« Il faut que vous luttiez partout contre le terrorisme ; en premier lieu et surtout en Palestine, car l’occupation israélienne est la forme de terreur la plus atroce. »

Il conclut avec un ton très menaçant :

« Sinon, vous brûlerez dans les flammes du terrorisme, et ce sera toutes religions confondues. »

Tant que la lutte contre l’islam et son idéologie suicidaire ne constitue pas la priorité des priorités du monde civilisé, les attentats et les monstres engendrées par l’islam, comme Daesh, al-Qaeda, Aqmi, Boko Haram, les Chebab, et consorts, vont le dévorer et le détruire.

Les responsables politiques en Occident vont-ils un jour comprendre que, quoiqu’ils fassent pour les musulmans, ils seront toujours accusés de tous les maux et demeurent, à leurs yeux, les responsables permanents de tous les malheurs du monde arabo-musulman ?

Les intellectuels de gauche et les journaleux « accrédités et autorisés» en Occident vont-ils enfin réaliser que pas d’islam sans terrorisme et pas de terrorisme sans islam, cette idéologie au nom de laquelle tuer, massacrer, assassiner, guerroyer, violer, piller, détruire, sont des actes criminels mais « halalisés » et recommandés par le coran, le prophète Mahomet et son Allah akbar ?

Plus les Occidentaux dorlotent l’islam et les musulmans, plus ces derniers les haïssent, trouvent que ce n’est pas suffisant et réclament toujours davantage sans aucune contrepartie.

Sans s’attaquer à la véritable source du terrorisme qu’est l’islam et sans fermer les mosquées, ces nids de terrorisme, qui sont les véritables pépinières de formatage, d’enfumage, d’embrigadement, d’endoctrinement et de radicalisation des jeunes musulmans, l’Europe des Lumières, des valeurs et des droits de l’homme, court inévitablement au crépuscule.

Au début des années 80 du siècle dernier, un homme politique français, un patriote et non pas un démagogue, eut l’audace de déclarer haut et fort : « Ne laissons pas entrer le loup dans la bergerie ! Nous le payerons cher ! Ce sera la fin de notre civilisation ! » Toute la classe politique à l’époque ainsi que les médias soumis au politiquement correct l’ont aussitôt condamné, harcelé et traité de raciste, de nazi, de xénophobe, de salaud. Et pourtant, la réalité confirme qu’il était le seul grand visionnaire à voir clair, à parler vrai, puisque les évènements douloureux et les drames successifs survenus depuis lors, lui donnent totalement et parfaitement raison.