1

L’Europe de la paix est d’abord celle de la guerre!

Elle a beau présenter un profil de dame fort respectable, Ursula von der Leyen n’est qu’une marionnette belliqueuse et affairiste comme les autres. Avant de devenir présidente de la commission européenne, elle fut la ministre de la Défense, fort décriée, d’un pays sans armée… soit l’Allemagne.

Ursula s’est brillamment illustrée lors de la crise du Covid en achetant des milliards de vaccins avec des contrats opaques, inaccessibles aux eurodéputés, contenant des clauses illicites…
Depuis des mois, madame von der Leyen refuse aussi de communiquer les SMS  échangés avec Albert Bourla, le PDG de Pfizer. Pressée par la médiatrice de l’Union européenne, Emily O’Reilly,  laquelle a demandé à ce que le cabinet d’Ursula von der Leyen procède à « une recherche plus approfondie », afin de retrouver ces messages et d’en révéler le contenu, conformément aux règles de transparence applicables aux documents de l’UE. Tout étant étrangement infiniment long à l’UE, Ursula a jusqu’à la fin avril pour retrouver ces SMS…
 
Ces dissimulations et atermoiements prouvent combien Ursula, ses amis et les chefs d’État dont Macron doivent magouiller, entre autres, avec les labos mais pas que…
 
Ce petit soldat aux ordres de Biden vient de nous offrir un show ridicule, déclarant qu’elle allait faire interdir RT et Sputnik dans toute l’UE. Or ni sa fonction de « fondé de pouvoir » , ni la législation ne lui permettent telle initiative.
Mieux encore, elle a décidé d’acheter pour des centaines de millions d’armes pour les offrir au pitre très corrompu Volodomyr Zelensky (cf. Panama papers)  que les services marketing de l’UE et de l’Élysée tentent de nous vendre comme un héros… lesquelles vont se retrouver très vite entre les mains des mafieux ukrainiens, pour se retrouver dans des trafics et finir de surarmer nos banlieues…
 
« Un accord a été trouvé pour fournir des armements à l’armée ukrainienne pour une valeur de 450 millions et des équipements de protection et du carburant pour 50 millions. Tout cela sera couvert par notre « Facilité européenne pour la paix » et notre fonds intergouvernemental. », a précisé Josep Borrell, le ministre des Affaires étrangères de l’UE. « Une réunion des ministres de la Défense de l’UE a été convoquée d’urgence pour convertir ce financement en armements et les acheminer vers la ligne de front des forces armées ukrainiennes qui luttent contre l’invasion russe ».
Avec une célérité hors norme pour cette institution toujours à la traîne, pour la première fois de son histoire, l’UE va donc acheter des armes et les livrer à un pays non-membre, via la Pologne, grâce à la « Facilité européenne pour la paix », fonds extrabudgétaire, si bien nommé… de 5 milliards d’euros, pour « prévenir les conflits, à préserver la paix et à renforcer la stabilité et la sécurité internationales. »
 

La multiplicité des annonces et mesures dites en soutien à l’Ukraine ont au moins un mérite : prouver que l’Europe de la paix est d’abord  celle de la guerre !

 

Mitrophane Crapoussin