1

L’Europe de la santé : la grande débandade chez les 27 !

#dessin / Vaccination : la Commission européenne sous le feu des critiques

On a le droit d’être pour ou contre le vaccin, mais ce qui est intolérable, c’est l’incurie de Bruxelles dans la gestion de crise.

Que ce soit dans la course au vaccin ou pour la campagne vaccinale, l’Europe a fait la preuve  de son incompétence et de son inefficacité absolues. L’UE se désintègre et c’est très bien.

Le désastre est tel que 6 pays de l’Union ont décidé de rompre les amarres avec Bruxelles, afin de gérer eux-mêmes leur campagne de vaccination. (Figaro)

Ursula Von der Leyen, qui nous promettait cohésion, équité et solidarité, n’a fait qu’exaspérer les citoyens européens, qui s’estiment les cancres de la planète et les gros dindons de la farce en matière de vaccination. Dorénavant, c’est le chacun pour soi qui prévaut.

Les achats groupés, vantés par Macron, se traduisent en fiasco total.

La campagne vaccinale de l’UE est à l’image de la gestion du Covid-19 par Macron : un ratage total. Incurie, incompétence, mensonges, manque d’anticipation et cacophonie généralisée.

En matière de vaccins, l’UE est à la remorque des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Chine et de la Russie.

La France, avec sa grande gueule toujours prête à donner des leçons au monde entier, s’est montrée incapable de produire un vaccin. Pasteur et Sanofi sont les derniers de la classe. La honte.

Ursula Von der Leyen mérite donc amplement le bonnet d’âne.

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/campagne-vaccinale-une-fois-de-plus-l-union-europeenne-est-l-autre-nom-de-notredesarmement-collectif-20210216

Le Royaume-Uni se félicite d’avoir recouvré sa souveraineté, faisant une fois de plus  la preuve de la légendaire réactivité anglo-saxonne. Londres coopère avec l’Inde pour accélérer la production de vaccins.

Mais c’est la Hongrie de Viktor Orban qui a ouvert le bal, en négociant directement avec Pékin et Moscou pour obtenir les vaccins chinois et russe rapidement.

La Tchéquie a suivi la même voie.

La Slovaquie traite avec Moscou.

La Pologne traite avec Pékin.

L’Autriche et le Danemark se tournent vers Israël pour préparer la future génération de vaccins. Avec création d’un fonds commun.

Et Bruxelles dans tout cela ? Totalement hors jeu !

L’UE ne sert strictement à rien. Nous y avons perdu notre souveraineté sans la moindre contrepartie.

Cette crise sanitaire a prouvé depuis un an que Bruxelles était un boulet dans tous les domaines.

Alors que l’UE a vacciné péniblement 8 % de sa population et attend d’être livrée en vaccins, Pékin inonde le monde avec le sien, en l’exportant dans 73 pays !

Quelle claque pour cette Europe qui se croyait l’égale des plus grands, avec ses 500 millions d’habitants et son grand marché ! Pas un seul vaccin ne sort de ses laboratoires !

Face à la rébellion des États, la Commission ne peut qu’allonger une triste mine, promettant 300 millions de doses au deuxième trimestre.

Et à Bruxelles, on minimise la sécession, expliquant que ces pays rebelles ne représentent que 10 % de la population de l’UE. Quel mépris !

C’est donc une Europe désunie qui fait la guerre au Covid-19.

On imagine le désastre si l’UE devait faire face à une véritable guerre, non pas face à un virus mais face à un ennemi bien aguerri.

La vérité est que l’UE est en plein naufrage. La Commission ? On s’assoit dessus. L’Agence européenne du médicament ? On s’en tamponne.

Les pays rebelles refusent d’aligner les morts jour après jour, parce que Bruxelles a été incapable d’anticiper et de gérer la crise.

En fait, cette crise sanitaire aura démontré la dangerosité de confier notre avenir à un monstre administratif, incapable de réactivité et de souplesse.

Le salut des Européens passe par un retour urgent à une Europe des nations. C’est absolument vital.

Jacques Guillemain