L’Histoire et ses exigences : l’imposture palestinienne

Publié le 23 octobre 2015 - par - 12 commentaires - 1 506 vues
Share

enfants palestiniensLe nombre de mots dans un article étant limité, voilà qui fait que je dois pour ainsi dire ‘obliger’ le lecteur de se reporter aux miens commentaires dans http://ripostelaique.com/lislam-nest-pas-une-religion-mais-une-ideologie-supremaciste.html où il est question parmi d’autres ‘faits surprenants’ (comme p.ex. ‘al-Aqsa est une église, non une mosquée’), de l’origine toute prosaïque du peuple juif, le plus ‘autochthone’ qu’il soit possible d’imaginer. Dans le texte lui-même il est question par ailleurs, de ‘ceux qui ont la science infuse’ [et là, ça pose un problème qu’il serait faux de sous-estimer, le pourquoi se trouvant dans un article du site historique ‘Hérodote’ http://www.herodote.net/France_ton_Histoire_f_le_camp_-article-1281.php] – et ici donc, même des gens qu’on peut par ailleurs qualifier de ‘très cultivés’ tombent malheureusement dans ce travers. Exemple: un certain René Le Honzec, auteur de quelques très bons articles et dito commentaires, dans Contrepoint.fr [http://www.contrepoints.org/2015/06/16/211085-il-y-a-deux-siecles-le-congres-de-vienne#comment-1137591 ].

Pour en revenir à notre sujet, les Juifs ‘autochthones’, je complète ici par deux petites citations prises dans ‘Der frühe Islam’: ‘dans la Bibelkritik il existe un consensus comme quoi Abraham n’a jamais vécu’, p. 310 et ‘les césures religieuses sont souvent embellies par des histoires concernant les fondateurs, fussent-elles entièrement fictives comme dans le cas de Laotse, des patriarches bibliques ou de Moïse (etc)’, p. 346 [pour nous autres catholiques aucun problème puisque ni Moïse ni Abraham ne figurent dans notre profession de foi].

C’est là de l’histoire ancienne. Mais l’histoire plus récente a fait l’objet elle aussi, d’ ’embellissements’ tout aussi surprenants: ainsi, ce fieffé menteur Abbas [‘Jésus était Palestinien!’ – strictement impossible puisque le nom de Palestine ne fut donné à Israël/Judée/Samarie/Galilée que vers l’an 135 par Trajan] a encore fait étalage de mensonges devant cette association de malfaiteurs dont question dans mon panégyrique de Khomeini du 18 oct. Il n’est donc pas inutile de mettre quelques points (historiques) sur les i (tout aussi historiques). Toutefois, c’est vrai, nous nous trouvons au Proche Orient, réputé pour ses contes comme p. ex. les Mille et une Nuits ou encore les Hadiths.

Toutefois aussi, il est vrai également que l’Histoire, avec ses sciences auxiliaires, est une science exacte – …elle fait en tout cas l’impossible pour y atteindre. Dans cette optique elle n’admet pour étudier une époque donnée, que les documents, précisément, d’époque. Et là, prouver qu’Abbas est un menteur est d’une facilité déconcertante:

‘Nous avons remarqué que bien que les Arabes eussent profité du développement économique généré par l’immigration juive, ceci n’eut aucun effet réconciliatoire. Au contraire… avec une précision presque mathématique, l’amélioration de la situation économique n’a fait qu’entraîner la détérioration de la situation politique’ (‘Peel Report’, p. 63 et 271). En Palestine, le petit ‘homme du commun’ fut poursuivi et assassiné par ses bienfaiteurs pour le crime de ‘selling Palestine to the Jews (vendre la Palestine aux Juifs)’. En même temps, ces mêmes bienfaiteurs s’enrichissaient sans vergogne. Le pan-arabiste forcené Awni Abdel Hadi, qui avait claironné qu’il combattrait ‘jusqu’à ce que la Palestine fût placée sous gouvernement arabe ou sinon, devenue un cimetière pour tous les Juifs’ [‘Conversation with Awni Abdel Hadi,’ June 3, 1920, Hagana Archive, 80/145/11], facilita le transfert de 7500 acres au mouvement zioniste, et ‘plusieurs membres de sa famille firent un pas de plus en vendant effectivement des terrains aux Zionistes. Ce fut le cas p. ex. de Muhammad Tahir, le père du fameux Mufti de Jérusalem Hajj Amin Husseini’ [Kenneth W. Stein, ‘The Land Question in Palestine, 1917-1939’, University of North Carolina Press, Chapel Hill 1984, pp. 182, 228-39].

Par ailleurs, la soi-disant ‘expulsion des Palestiniens’ ne fut et de loin, pas ce qu’ au vu des centaines de résolutions anti-Israäl, la mythologie onusienne en a fait[décidément, ils sont très forts, ces fieffés menteurs: Pas un seul mot des populations entières expulsées par Staline, pas un seul mot non plus des expulsions des Français par les Algériens, des Grecs par les Turcs, des Chinois par les Indonésiens – …et comme si cela ne suffisait pas: pas une seule résolution contre la Russie (occupation illégale puisque non-provoquée de la Karélie), ni contre la Turquie (occupation illégale de la Chypre du Nord), ni contre la Chine (occupation illégale du Tibet), ni contre le Vietnam (occupation illégale de territoires cambodgiens), ni contre le Maroc (occupation illégale du Sahara ex-Espagnol); quant à la Cisjordanie, n’en déplaise à tous ces menteurs, elle n’est pas un territoire occupé, que non: « it is not ‘occupied Palestinian territory’ and Israel’s presence is not an ‘illegal occupation’, » http://www.camera.org/index.asp?x_context=7&x_issue=5&x_article=2744],

car, pour ne citer qu’un seul exemple, ‘(…) début avril une délégation juive se composant de Top-Advisors for Arab Affairs, de notables locaux et de chefs de communautés disposant de contacts étroits avec les communes arabes voisines, fit une tournée dans les villages arabes de la plaine qui étaient en train de se vider dare-dare, dans un vain effort de persuader à ces gens de rester sur place’ (Zafrira Din, ‘Interview with Josh Palmon on June 28, 1989,’ HA 80/721/3). Ce qui rendit ces efforts juifs plus remarquables encore, c’est qu’ils eurent lieu à un moment où de nombreux Arabes furent expulsés de leurs maisons par leurs propres chefs et/ou par des forces armées arabes, soit eu égard à des considérations militaires, soit pour empêcher qu’ils ne devinssent citoyens d’un Etat juif putatif. Dans l’exemple le plus frappant et le plus connu, des dizaines de milliers d’Arabes furent forcés (‘bullied’) de quitter Haïfa suite à des ordres de l’ANC, malgré de grands (‘strenuous’) efforts juifs pour leur persuader de rester [‘Nakbat Haifa: the Collapse and Dispersion of a Major Palestinian Community’, Middle Eastern Studies, Vol. 37, No. 4 (October 2001), pp. 25-70]. Quelques jours auparavent seulement, les 6000 âmes arabes de Tibérias furent forcées par leurs propres chefs de quitter la ville [quinze jours après cet exode, le High Commissioner Cunningham fit savoir à Londres que les Juifs de Tibérias ‘salueraient le retour de ces Arabes’ (High Commissioner for Palestine to Secretary of State, May 5, 1948, Cunningham Papers)]. Etcaetera.

On remarquera que les documents d’époque ne parlent jamais de Palestiniens mais uniquement d’Arabes. Ils font état, bien sûr, de la ‘Palestine Zionist Executive’ ou encore de la ‘Jewish agency for Palestine‘ [‘Previously called the Palestine Zionist Executive, it was designated in 1929 as the Jewish agency provided for in the League of Nations’ Palestine Mandate’ (en.wikipedia.org/, c’est moi qui souligne)], mais on remarquera également qu’ il est question, là, des Juifs. Dont le principal quotidien à l’époque, soit dit en passant, s’appelait ‘The Palestine Post’ [‘An English-language daily established in Jerusalem in 1932 as part of a Zionist-Jewish initiative. In 1950 its name was changed to The Jerusalem Post’ (//jhpress.nli.org.il/publications/PPost-en.asp, c’est moi qui souligne)].

Au moment où les Britanniques entrèrent en Terre Sainte (1917), il vivait dans ce qui allait devenir le ‘Palestine Mandate’, env. 500.000 personnes dont 80.000 Juifs; les 420.000 Arabes [‘The Arabs desire to revive the traditions of the Arab golden age’, Peel Report op.cit., c’est moi qui souligne] étaient d’ailleurs chrétiens à une très forte proportion, p. ex. à Bethléem 80% et à Nazareth 60% (encore en  1946), et en 1922 il y avait à Jerusalem plus de chrétiens (15.000) que de musulmans (13.000). Et puis, les Britanniques enlevèrent presque les 4/5èmes du territoire pour en faire un Etat-vassal appelé Transjordanie [de ce fait, il existe bel et bien un Etat palestinien, à savoir la Jordanie qui, comme nous venons de voir, occupe la majeure partie et de loin, de l’ancien ‘Palestine Mandate’]. Il restait dans ce qui est actuellement la Cisjordanie, un maximum de 200.000 personnes, nombre qui cependant augmenta très vite suite à l’arrivée des Juifs comme nous avons vu. Mais comme nous avons vu aussi, les documents d’époque les appellent ‘Arabes’, tandis que ceux qui s’appelaient eux-mêmes (parfois) ‘Palestiniens’, ce furent les Juifs comme nous avons vu également. [Il y eut un peu le même phénomène de flottement ici en Belgique où j’habite, et où, sous l’impératrice Marie-Thérèse, les habitants se firent appeler tout à fait logiquement, ‘Brabançons’ ou encore ‘Liégeois’ etc. Par ailleurs, le Prince de Ligne, dont le château de Beloeil se situe ici dans les environs, parlait de ses paysans (wallons, donc parlant français) comme de ‘mes braves Allemands’. Il fallut la révolution belge, les Pirenne et autres historiens ‘nationaux’, pour seulement créer ce qui depuis, est devenu le ‘peuple belge’].

Pour résumer: des gens qui ne connaissent pas leur propre histoire (les ‘Palestiniens’) se battent pour un monument (al-Aqsa, une église) qui n’a rien à voir ni avec leur histoire ni avec leur « religion » (guillemets, parce que l’ « islam » est tout sauf une religion comme nous avons vu). C’est plutôt cocasse, non?

Maintenant et en tant que Luxembourgeois, je puis d’autant mieux me mettre dans la peau des Israéliens que dans nos régions aussi, en 1945, il y eut des réfugiés. Non pas 750.000 comme chez les Arabes lors de la soi-disant ‘Naqba’ (tiens, à propos: pourquoi personne ne parle jamais des 850.000 réfugiés juifs en 1948?), mais bien 13 millions. J’ose à peine imaginer ce qu’il serait advenu de notre Luxembourg si jamais tous ces réfugiés étaient restés dans des camps comme les Arabes du Mandat, tout en s’y multipliant à la même allure qu’eux: imaginez seulement 73 millions d’enragés tirant des milliers de roquettes par-delà la frontière, et vous n’aurez aucune peine d’imaginer l’état de ruine dans lequel notre si petit Grand-Duché tout entier se trouverait depuis longtemps (tout en se faisant copieusement tarabuster par ces tarés de l’ONU bien sûr).

René Fries 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Pivoine

« Toutefois, c’est vrai, nous nous trouvons au Proche Orient, réputé pour ses contes comme p. ex. les Mille et une Nuits ou encore les Hadiths. » Si ces hadiths étaient véridiques (malgré la force surnaturelle du « prophète », qui combattait constamment, sans jamais se fatiguer, ni être blessé, tout en n’ayant pas besoin de viagra, vu sa vigueur sexuelle…), alors un tel homme n’aurait jamais pu convertir tous ces peuples. Ils n’étaient tout de même pas idiots, et jamais ils n’auraient cru à ses délires, en plus d’être révoltés par ses exactions. Il est regrettable que de nombreux contributeurs tombent dans le… lire la suite

Dominique

Pourquoi évoquer le monde musulman lorsqu’il s’agit de la palestine ? 30% de Palestiniens sont chrétiens, les Samaritains sont des Hebreux et possèdent la Thora la plus ancienne au monde, il y a aussi des athées. D’autre part, dire que la population Palestinienne est arabe est erronée, seuls les bédouins de Palestine sont arabes.
Le plus grave problème en France est que l’on confond les Palestiniens et les Maghrébins alors qu’ils sont de culture totalement différente. Mais ce serait trop long que de développer ici le pourquoi les banlieues se sont emparées du problème palestinien.

René Fries

« pourquoi les banlieues se sont emparées du problème palestinien » ? là, je me souviens à l’instant d’un article du «Times of Israel» disant que «the world’s fastest growing faith is not Islam // la religion croissant le plus rapidement n’est pas l’islam» http://blogs.timesofisrael.com/the-worlds-fastest-growing-faith-is-not-islam-2/ mais bien ce que l’auteur appelle «palestinianisme». L’article spécifie pas mal de raisons tout à fait valables d’adhérer à cette religion, comme p. ex. «tout ce que vous avez à faire c’est de draper une kefiyyah autour de votre nuque et vous voilà soudainement un jeune et audacieux rebelle. Prenez part à une manifestation et glapissez ‘from… lire la suite

Dominique

Votre explication est assez réductrice. En fait les banlieues (population maghrebine musulmane) manquent d’arguments pour se défouler, l’état français leur donne beaucoup, contrairement à ce que l’on peut croire à l’étranger. Ils ne se sentent pas français, ne veulent pas l’être, et sont francophobes mais ne peuvent pas manifester pour cette raison mal connue, ils se sont donc saisis de la cause Palestinienne parce qu’ils identifient Israel à l’Occident (donc la France) et surtout parce qu’ils n’ont pas encore compris que la Palestine n’est pas un état musulman. Pour eux : parler arabe = islam, ils sont incapables de penser… lire la suite

René Fries

« .. .assez réductrice »:

merci de vos éclaircissements. Bien que mon intervention se voulut avant tout ironique, il n’y a aucun mal à’apprendre des choses que l’on ne savait pas, ou pas en détail.

En fait et en tant que « rat de bibliothèque », je vis dans une espèce de tour d’ivoire et suis le premier à le reconnaître. De plus, mes bouquins – quelques milliers – sont loin d’être tous up-to-date.

Encore une fois merci.

René Fries

…vous remarquerez le temps que j’ai mis, question hésitations, à attirer votre attention sur un fait indéniable: si jamais Hamas réussissait dans ses desseins – ce qu’ à Dieu ne plaise – vous et les autres organisations israéliennes qui font un beau travail pour la cause palestinienne, seriez les premiers dans le collimateur vu que pour eux, vous n’ êtes que des « useful idiots »

Dominique

[…] on ne comprend rien à ce que vous écrivez. Que cherchez-vous à prouver exactement ?

René Fries

Je suppose que vous réagissez à PIVOINE, l’alignement de votre commentaire le fait à tout le moins penser. Maintenant ce que MOI je prouve (et NON ‘cherche à prouver’), c’est la mort de toute pensée (je n’écris pas ‘libre’ parce que la pensée, par essence, EST libre) que nous prépare la ‘political correctness’. Mais il ne faut pas trop se faire de soucis: Indépendamment de toute argutie (pseudo-)sémantique, j’ouvre la constitution luxembourgeoise (la mienne) et je lis en page 5, Art. 24: ‘La censure ne pourra jamais être établie’. Jamais, c’est jamais. De plus: ‘The Constitution is supreme, not the… lire la suite

Auguste

Une petite leçon d’Histoire ne fait pas de mal.

epicure

ENFIN !!!!! On en parle !!!
et vous avez oublié San Remo et la suite : tansjordanisation de la Palestine Mandataire arabe et arabisation par délaissement politique, de la Palestine juive! La part à partager avec les juifs devenant microscopique. Heureusement que les Arabes ont tout refusé… et perdu : je vous renvoie au Plan de Partage ACCEPTE par les Juifs !!!!! Une misère ingérable évidemment…

René Fries

‘(…) et vous avez oublié San Remo et la suite’ : les contraintes imposées par le site – maximum 1600 mots par article – font que les 9/10èmes de ce que j’aurais pu ou dû écrire, sont restés dans mes notes qui, rassurez-vous, sont autrement plus étoffées. Cependant le plus important dans l’article et au vu de ce que vous écrivez par ailleurs [ ‘(…) je vous renvoie au Plan de Partage ACCEPTE par les Juifs !!!!! Une misère ingérable évidemment…’ ] est la citation de camera.org, «it is not ‘occupied Palestinian territory’ and Israel’s presence is not an ‘illegal… lire la suite

epicure

pleinement d’accord…..Mais qui nous lit qui lit tout court et qui lit CELA? 90% lisent Gala ou Images du Monde…! (J’avoue…je les lis chez mon coiffeur! …5 minutes d’attente seulement, heureusement…….!)