1

L’holocauste des Français se met en place

La semaine dernière fut mise en ligne la vidéo de l’entretien que j’ai accordé à Daniel Conversano au début du mois de février 2020 et dans lequel je préconisais aux Blancs francophones de fuir la république dite française pour rejoindre des États de civilisation occidentale où ils pourraient vivre à l’abri de la perversité d’une gueuse ontologiquement corrompue et corruptrice :

« Entretien avec Anatoly Livry, docteur ès lettres, critique de l’université française – Vive l’Europe » (le 5 avril 2020, Bâle, Suisse) :

https://www.youtube.com/watch?v=kRKXG49ULfM&t=

Même dans cette Union soviétique de la période de stagnation où la sénilité schizophrène était pourtant honorée n’auraient pu avoir lieu les derniers scandales parisiens qui ont récemment été étalés au grand jour quant à cet affrontement clanique au sommet d’un régime génocidaire utilisant, par exemple, le Journal officiel de la république « française » pour classer parmi les médicaments « vénéneux » un traitement qui, éventuellement, pourrait sauver ne serait-ce que quelques milliers de vies françaises :

« Arrêté du 13 janvier 2020 portant classement sur les listes des substances vénéneuses » :

« Est classée sur la liste II des substances vénéneuses l’hydroxychloroquine sous toutes ses formes. » (JORF n°0012 du 15 janvier 2020 texte n° 13 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041400024&categorieLien=id)

N’oublions pas que la plupart de ces assassins de masse pratiquant toutes sortes de forfaitures dans les gouvernements français successifs, complètement irresponsables mais bénéficiant d’une protection despotique possèdent souvent des titres professoraux de l’Université française, sont docteurs de celle-ci ou gèrent ses facultés : le sommet institutionnel des éducateurs de nos futures générations s’est mêlé aux corrupteurs politiques pour mieux fabriquer les idiocrates français de l’avenir.

Voilà pourquoi je persiste et signe quant à la thèse que j’ai avancée lors de l’interview de février dernier : les Français doivent quitter cette tyrannie « républicaine », fonder une communauté dans des pays blancs de culture européenne, puis y former des forces politiques francophones liées aux gouvernements traditionalistes d’Europe centrale et orientale afin de diriger leur puissance synergétique contre les cosmopolites génocidaires qui occupent l’Élysée et Matignon. C’est exclusivement des cendres de la gueuse n° 5, folle et globaliste, qu’un jour pourra renaître la France.

Dr Anatoly Livry, Altdorf, Suisse