L’humanitaire, un passage obligé pour les étudiants

Publié le 14 août 2019 - par - 20 commentaires - 1 316 vues
Share

Faire de l’humanitaire : tous les étudiants en rêvent ! Qu’ils se rassurent, plus aucun d’entre eux ne devra jouer des coudes ou de piston pour être inscrit sur la liste car de plus en plus d’écoles de commerce (et autres) le rendent obligatoire. Comprenez, il était temps que ces étudiants favorisés sortent de leur petit nid douillet pour aller se colleter avec les pauvres. Pauvres de contrées lointaines parce que, c’est bien connu, on n’apprend jamais autant sur la misère que si elle se trouve loin, très loin de son petit confortable chez soi.

Le but poursuivi par ces écoles ? Que les élèves « se confrontent à d’autres réalités que la leur », de « sortir de leur zone de confort », de « sortir et d ‘échanger avec des personnes moins favorisées » (l’Esdes de Lyon). On se dit, en lisant ces admirables poncifs, qu’il ne doit pas y avoir encore assez de pauvres en France pour que Gaëlle de Chauvron ne soit pas au courant de la situation. Ou, allez savoir, que ni Maurice et Huguette, ni Séverine et Kevin ni même – c’est incroyable ! -, que Mohammed et Aïcha dans le 9.3 ne sont assez intéressants pour ces talentueux étudiants… Mauvais esprit que nous sommes !

Bien sûr, il y a des étudiants, en France, qui vont donner de leur personne aux Restos du cœur, au Secours catholique, à la Croix-Rouge et même dans les Ephad. D’ailleurs, il faudra bien que certains se dévouent car à raison d’une centaine d’heures obligatoires à consacrer à l’humanitaire au cours de leur cursus, ça va finir par coûter bonbon de les envoyer aux quatre coins du monde !

Prenez Julien. Lui, quand « [il] avait du temps libre, pendant plusieurs mois », il a fait de l’humanitaire près de chez lui, dans une maison de retraite. Humanitaire obligatoire, certes, mais pas trop contraignant, faudrait pas pousser  ! Quand même, Julien est très méritant parce que vous savez ce que c’est de travailler dans une maison de retraite ? Aider à laver les personnes âgées, à leur donner la becquée, à les habiller/déshabiller, à changer les couches, ce n’est pas une sinécure ! Non, vraiment Julien, chapeau !

Comment, cela ne s’est passé pas du tout comme cela ? Eh bien non ! L’humanitaire dévolu à Julien ? Il a « aidé le personnel à organiser des animations ou des événements »… Prêt à réitérer cette expérience sympa, alors ? Bah non ! Pour sa prochaine « humacité » (le nom du module, on n’arrête pas le progrès !), il se verrait bien en Afrique : « Il y a tellement de gens qui n’ont pas nos conditions de vie, je veux les aider. Je ne veux pas perdre (sic) ce lien avec eux, ni ma capacité d’écoute ». C’est beau… Mais son empreinte carbone, il y a pensé, Julien ? C’est Greta qui ne va pas être contente ! Il faut dire que Greta, elle, aux autres qu’elle veut voir « paniquer », elle préfère le climat.

Si Julien a donc fait de l’humanitaire dans l’événementiel, Gabriel, lui, l’a fait dans le social. C’est vrai qu’il est bien plus excitant d’aider des jeunes équatoriens de 4 à 17 ans qui ont « toutes sortes de problèmes familiaux, à les aider à faire leurs devoirs, à organiser toutes sortes d’activités éducatives » et d’aller « faire du sport avec des adolescents en prison » plutôt que de quémander à aller dans une de ces banlieues ou maisons d’arrêt françaises avec les mêmes problématiques… Ou peut-être bien que, justement, les problématiques ne sont pas tout à fait identiques ?

Et puis, il y a Rémi. Ah, frère Rémi ! Devenu peintre en bâtiment, dans un orphelinat, en Inde. On espère que devenu le roi du pinceau, il ne rechignera pas à repeindre sa chambre, maintenant ! Bref. On se dit quand même qu’il y a un truc qui cloche, avec ce genre d’humanitaire. Pourquoi l’Insa (école d’ingénieurs extrêmement sélective) dépense-t-elle l’argent récolté à faire de l’humanitaire en envoyant ses étudiants faire mumuse avec des pinceaux et des rouleaux plutôt que de l’utiliser à employer des autochtones dont le niveau de vie n’est pas tellement folichon ? Il ne piquerait pas un peu le travail d’un pauvre Indien qui ne demanderait que ça, de bosser à l’orphelinat, d’y être nourri et logé, même dans une pièce rikiki, et d’être payé, soyons fous, un peu plus qu’au tarif de son pays ?

Parce qu’ils reviennent chers, ces stages humanitaires ! 2 000 euros fourchette basse hors billets d’avion pour deux ou trois semaines de stage (parfois appelé « stage ouvrier »,  qu’est-ce qu’on se marre !), c’est ce que coûte chaque gugusse globe-trotteur ! Tout cela pour lui permettre « l’autonomisation, la rencontre avec autrui, la prise de conscience et le partage des privilèges » lit-on dans sur le site science-po.fr !

Mais qu’est-ce qu’ils partagent donc, ces fils et filles de bobos, vrais-faux écolos en école de commerce fort chères ? Leur argent de poche, leurs prochaines vacances aux States, leur futur séjour à Megève ? Leur chambre chauffée/climatisée de l’appartement cossu de papa et maman ? Ce qu’ils partagent ? Leurs selfies du bout du monde au milieu d’enfants ou adultes pauvres mais tellement gentils et généreux… qu’ils oublieront à peine posées leurs fesses dans l’avion de retour.

On l’a compris : faire de l’humanitaire, ça fait bien. Il faut dire que quand est plus habitué à déguster des sushis en terrasse dans le 4e arrondissement de Paris ou à Singapour, à défaut d’avoir bouffé de la vache enragée, il faut bien se trouver quelque chose pour soulager sa petite conscience ! Même si certains avouent qu’ils n’ont pas fait grand-chose (quand d’autres disent « plein de choses », ce qui revient au même). Avoir fait de l’humanitaire, ça redore le blason devant les potes, et ça en jette sur le CV. C’est même « un plus incontestable », affirme un étudiant, extatique. Ah, on se disait bien ! L’étiquette en carton-pâte de citoyen du monde, généreux, ouvert d’esprit et tout le toutim, ça peut rapporter gros !

On est donc passé de l’humanitaire intéressé à l’humanitaire obligatoire. Ça va devenir d’un banal ! Mais si c’est obligatoire, est-ce encore de l’humanitaire… ou une occasion d’enfoncer le clou du formatage ? La réponse est dans la question.

Caroline Artus

https://etudiant.lefigaro.fr/article/pourquoi-les-etudiants-d-ecoles-de-commerce-partent-faire-de-l-humanitaire_92b71e80-5784-11e9-bc29-a4a2a172d3e8/

https://www.sciencespo.fr/actualites/actualit%C3%A9s/%C2%AB-c%E2%80%99%C3%A9tait-pas-du-vrai-humanitaire-mais-%C3%A7a-m%E2%80%99a-apport%C3%A9-plein-de-choses-%C2%BB/3697

http://lalterego.fr/2017/09/28/osez-le-voyage-humanitaire-lexemple-dun-etudiant-parti-en-inde/

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Emile

Ça fait partie de la panoplie humanistoide droit de l’hommiste , le poison lent qui détruit rapidement la seule civilisation qui tient à peu près la route…
Méprise sur le genre humain ….
Plus t’es bon , plus t’es con…
Les allogènes l’on compris depuis longtemps…
Mais nous on veut pas voir et pas comprendre la réalité….enfin, les masses moutonnières pilotées par les illuminés.

POLYEUCTE

« La Bonne Conscience institutionnalisée » !
L’Humanisme/Ecolo dans sa pleinitude…
A 23 ans, un de mes fils a conduit un 38 tonnes pour le Pont de Mostar. Autre chose…

saurer

Pour formater les futurs imbéciles qui iront voter, le Système rend obligatoire les stages « diversité ». C’est tout un plan de contrôle et de manipulation des masses, soigneusement élaboré par les services secrets des oligarchies dominantes. Et ça marche plein pot. Les idiots sélectionnés, sont convaincus d’accomplir un mission divine…

Pierre Bleven

Très bien vu.. A côté de chez moi dans le 15 ème arrondissement il n’est pas rare maintenant de croiser des petite classes d’élèves habillées de gilets jaunes (!!!) (6-10 ans) encadrés par leurs instituteurs en train de … ramasser les déchets par terre… Les mômes sont équipés de petites piques et sont très fiers d’aller jeter leurs trouvailles dans le sac du « Maître ». C’est de l’endoctrinement pur et simple. Il n’y a vraiment que ça à faire faire à ces pauvres gamins ? Apprendre à lire, écrire et compter correctement par exemple ou apprendre à avoir l’esprit critique et réfléchir par eux mêmes ?? Bon en plus les impôts locaux à Paris ça coûte un bras et on a un budget démentiel sur les ordures .. Des campagnes pour apprendre aux gens à ne rien jeter il y en a par ailleurs.

jerome

sur 100€ ,,85€ pour les « humanitaires » et le reste souvent détourner

Marcus Graven

Les Grandes Ecoles et l »humanitaire, une sorte d’oxymore. Ainsi en fin de première année d’une grande école de commerce nantaise, les élèves sont obligés de se trouver un stage à l’étranger ou… de se payer une mission humanitaire au Pérou ou au Népal. 2000 € voyage, visite touristique et wifi compris. Et comme on leur souffle que cela garnira joliment leur CV, les parents payent et les gamins partent pour quelques semaines dans un bidonville de Lima ou un village pas trop loin de Katmandou.

GAVIVA

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/105-b%c3%a9b%c3%a9s-morts-en-ouganda-une-humanitaire-am%c3%a9ricaine-poursuivie-pour-exercice-ill%c3%a9gal-de-la-m%c3%a9decine/ar-AAFNPxu?li=BBoJIji
Alors là! Je ne suis pas étonnée, vu le nombre de borgnes qui vont là-bas se faire couronner rois par les aveugles locaux!

mimi

Bien vu!

BUTTERWORTH

Commerce comme un autre https://www.bing.com/search?q=COMMERCE+HUMANITAIRE&form=PRNWSR&mkt=fr-fr&httpsmsn=1&refig=87deafefbaae47cab090a38855f8b9a comme des idiotes quetant pour la croix rouge info SUR UN EURO RECOLTE MEME PAS 10 C POUR AFRICAIN SALAIRES MIROBOLANTS POUR CADRES REUNION RESTAU GEORGES 5 HUMANITARE LE MOYEN DE FAIRE FORTUNE EX OUCHNER PLUS TRAFICS ET ABUS SEXUELS PAS CONTENTES MAICHANT FACHO A TUER ET VOUS GROSSES DEBILES HUMAINES

didile

C’est surtout avec la Croix Rouge qu’il faut faire de l’humanitaire .Car on y est en compagnie de tout le gotha international .
D’abord on s’achète une robe chez un grand couturier ,ou on fait envoyer son smoking au pressing par son domestique ,ensuite on jeûne un peu pour pouvoir encaisser sans dommage le foie gras ,le caviar ,les grands crus millésimés et le champagne ,et on ressort ses bijoux des coffres .
On danse jusqu’à l’aube et après tout ça, miracle ,un gosse famélique, à l’autre bout de la planète reçoit un bol de riz.
Et comme on n’est pas hypocrite ,on appelle ça « bal de… »ou » fête de charité » Comment ils appellent ça les linguistes ,des mots qui vont bien ensemble comme fête et charité?

BERNARD

Il n’y a pas de médaille donnée par si conne qu’elle dit aïl ou l’aviatrice cannibale bouffeuse de taxi au retour du stage africain, en même temps qu’une cérémonie à l’Elysée ??
Ils n’ont rien dans le ciboulot les mecs de la com chez micron, là ya vraiment un créneau à prendre !

Avant, on faisait ses « humanités » maintenant on fait « son humanitaire ».. pensons aussi à réserver quelques places sur le « ocean viking » ou « aquarius ».. là je pense qu’on a droit à un double bonus : « selfie avec un gamin dans ses bras »..médaille d’or !

. Dupond 1

Pour le moment ils sont chez papa et maman …..face a la vie de tous les jours quand ils vont prendre leur envol et seront confrontés a la réalité ,la vision de la misere sera toute autre …..!!! les commerces des champs élysée ont été pillé par les petits (malheureux) des cités défavorisées ( mais qui nous ont couté des milliards avec les Quarante ans de politique de la Ville: les plans banlieue successifs
https://www.lepoint.fr/societe/quarante-ans-de-politique-de-la-ville-les-plans-banlieue-successifs-18-05-2018-2219538_23.php

Amphigouric

L’humanitaire a fait disparaitre la charité.le premier peut figurer sur un CV il faut qu’il soit encadré connu des médias bien orienté tout le contraire de la charité qui se pratique seul(e) a l’instinct au sentiment une nuance aider ceux qui ne sont pas pris en charge par la société à notre corps défendant je pense aux personnes âgées isolées abandonnées de tous je suis sur que Vous en connaissez c’est peut-,être votre voisin(e) bien sûr si vous pratiquez la charité vous êtes un franc tireur qui va a contre sens du système ne le dites pas ne l’ecrivez pas rendez-vous compte je suis charitable on se foutrait de votre gueule…….

patphil

c’est bien vrai, j’ai arrêté de donner dans la rue aux quêtes de la croix rouge, médecins du monde, et autres ong promigrants

. Dupond 1

Amphigouric
+1000000000000000000000000000000000000
Les petites soeurs des pauvres dormaient dans une « cellule » avec une paillasse comme matelas …….Kouchner roule en porsh ; dort **** et on lui mettait un sac de riz sur l’épaule le temps que ruth elkrief vienne faire braquer la caméra sur ce grand généreux (mdr)

Dugenou

Pour les gauchistes tiersmondistes qui malheureusement noyautent la plupart des facs et des écoles, cette mascarade n’a pour seul but que de pouvoir endoctriner la jeunesse à bon compte.
Mais pour beaucoup d’étudiants, cela permet seulement d’ajouter une ligne sur son CV pour se démarquer des concurrents, en plus de: sait jouer de l’accordéon et des castagnettes.

Victor Hallidée

Merci, Caroline, de si bien formuler ce que nous ressentons, plus ou moins confusément !

Caroline ARTUS

Merci, Victor ! J’apprécie énormément vos articles qui, il me semble, se font rares…sans doute pour des raisons similaires aux miennes. De plus en plus dur, au fil du temps, de trouver des sujets qu’on n’a pas encore (trop) traités…Mais lassitude ne veut pas dire renoncement…! A bientôt, cher Victor !

SGEG

Ou comment lobotomiser leurs cerveaux.

GAVIVA

eh ben quel progrès!! Avant on y allait ( on est un con et moi j’en suis pas, na na na!) pour PARTAGER LA PAUVRETÉ!!! Maintenant il s’agit de partager les privilèges, c’est sans doute plus constructif comme dénomination…. J’en ai connu un comme ça, de ces stagiaires-huma en ehpad, il sonnait pour ne pas avoir à verser un verre d’eau, ses « animations » auraient fait bailler un gamin hyperactif et les résidents un tant soi peu valides le fuyaient, « il nous fait chier ce petit con ». Ça coûte une blinde, ça sert à rien, mais ça fait joli sur le CV et dans les réunions! En plus comme ça ben on se sent encore PLUS privilégiés!! Ben ouais! Quoi commment ça pas nous?!