L’hydre Biden à la manœuvre aux frontières russes

Comme la cabbale contre Trump à propos de la manifestation du 6 janvier 2020 au Capitole (manipulée par le FBI) ne peut pas masquer le rapport Durham qui dévoile que le Clintongate (collusion supposée de Trump avec Poutine) est en fait un Obamagate (espionnage d’un Président, Trump, en exercice) il fallait au plus vite que l’hydre Biden (prononcez Biiden et non Baïden) se défende bec et ongles ; n’oubliez pas la façon dont Biden père avait téléphoné au Président ukrainien pour qu’il démissionne un procureur qui avait trop tendance à enquêter sur les affaires scabreuses de son fils…

À ceux s’étonnant qu’un problème intérieur puisse déclencher un incident international, rappelons que ce stratagème n’est guère nouveau que de désigner un bouc émissaire afin de voiler des affaires scabreuses qui pourraient d’autant plus aggraver les comptes que les élections de mi-mandat sont en novembre et qu’il est fort possible que Trump se présentant comme député ne devienne chef de la Chambre des Représentants…

L’hydre Biden veut ainsi faire une pierre deux coups : évincer le rapport Durham des quelques rares médias qui en parlent encore, mais dont le contenu reste très débattu sur les réseaux sociaux étatsuniens, clés de plus en plus puissantes des futures élections, d’une part; d’autre part, envenimer les relations entre Européens et Russes afin de renforcer l’emprise militaire (Otan) et énergétique (suspendre indéfiniment le gazoduc Nord Stream 2 qui devait ouvrir incessamment et faire baisser le prix du gaz…).

Car lorsque l’on se penche sur cette crise dite “russo-ukrainienne” tout porte à croire que ce sont les “démocrates” américains Obama et Biden  qui ont poussé les Ukrainiens à ne pas respecter les  accords Minsk II ( y compris sous leur “format Normandie“) comme, déjà, laisser une large autonomie politique et culturelle à deux provinces russophiles…

Et puis il y a aussi l’action idéologique pro-queer et xénophile qui anime l’opposition farouche de l’élite nihiliste anglosaxonne particulièrement en UK et au sein de l’autre hydre celle d’Obama : il faut en effet et à tout prix empêcher que la Russie, dont Moscou a été élue la meilleure ville au monde en matière de “qualité de vie“, apparaisse comme un pôle alternatif civilisationnel possible, et ce malgré certaines ombres qui ne peuvent cependant effacer cette réalité géopolitique stratégique de plus en plus incontournable.

Il ne faut pas oublier que la disparition de tout pôle alternatif fait partie de  la stratégie de la Secte affairiste hygiéniste scientiste que je nomme le néonazisme parce qu’il continue à manipuler gènes, sexes, par le numérique médicalisé : ainsi l’injection supposée protéger contre le SARS CoV 2 est aujourd’hui vendue comme un “médicament” à prendre donc constamment ; de même l’idée de “fluidité de genre” tend à vendre l’idée que tout ne serait que “trans” : sexe, culture, biens, tout devient nomade, “déterritorialisé” comme l’avait théorisé Deleuze l’un de leurs prêtres (théoricien de l’ultragauche qu’adorait Foucault).

Dans ces conditions à la fois idéologiques et géopolitiques, il n’est pas étonnant que certaines hydres appartenant à cette Secte opèrent l’actuelle fuite en avant, tant il semble bien que les peuples se réveillent, mais pas dans le sens désiré par ces entités, plutôt dans l’idée qu’il faudrait absolument sortir de leur cauchemar, même nommé “réel augmenté” ; tout en sachant également que ces autres pôles prétendument alternatifs comme l’islam et le maoïsme sont leurs supplétifs ; même s’ils ont une marge de manœuvre autonome ; puisque l’on voit bien qu’ils participent à cette mise en fluidité numérique médicalisée.

La question pour ces faux pôles alternatifs étant cependant de préserver leurs apparences folkloriques spécifiques dans le contrôle des femmes et du vêtement, bénéficiant il est vrai des errements “trans” de la frange occidentale qui font peur à leurs éléments les plus traditionalistes et qui un temps attirés par le “libéralisme” des consciences retournent dans le giron ancestral.

Des millions de dollars les aident via les structures propagandistes adéquates comme des mosquées, des instituts Confucius, saupoudrage de structures idoines, particulièrement antisionistes ; ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas des membres de la Secte qui ne soient pas israélites, l’idéologie affairiste scientiste hygiéniste les englobe tout autant, on l’a bien vu en Israël avec Pfizer ; et il ne faut pas oublier aussi qu’il existe des Juifs à la fois antisionistes et refusant le redressement de la France comme on le voit dans l’actuelle cabbale anti-Zemmour (qui regroupe aussi des pro-djihadistes prétendant “réconcilier” tout le monde…).

En tout cas, l’hydre Biden cherche à entraîner toute la Secte néo-nazie derrière elle, reste à savoir si ses diverses entités sont d’accord pour la suivre… Et c’est sans doute là-dessus que joue Poutine. Ce qui fait que la France, surtout en période électorale, devrait s’interdire de participer à une telle mascarade.

Lucien Samir Oulahbib

image_pdfimage_print

6 Commentaires

  1. J’ai écouté Biden en biais ce soir à la radio. J’avais l’impression d’entendre Donald Duck dans un vieux dessin animé. Coin, coin-coin, coin…
    C’est ÇA qui parle au nom de la « grrrande Amérique »???
    😆😅😂

  2. Il y a pleins de mines autour de Biden: qu’il fasse très attention où il met les pieds car ça peut lui exploser au visage à n’importe quel moment.

  3. ce gars biden ne sait pas comprendre les autres, il s’imagine être le maitre du monde, il est vrai que depuis un siècle les européens le suivent comme de bons toutous

  4. Biden n’est qu’un zombie qui ressemble de plus en plus à un cadavre en putréfaction
    habité par une entité démoniaque qui s’appelle Satan ..!

  5. Biden vs Macron. Lequel s’inspire de l’autre pour cette affreuse tronche haineuse et grimaçante ?
    Jamais vu Poutine faire ça. Il n’a pas besoin de ce cinéma grotesque.
    On a le mélenchon, dans le même genre. Et il y avait bien sûr Hitler.
    Ces mecs sont à vomir.

Les commentaires sont fermés.