Libanisation de la France : c’est déjà en partie le cas

Publié le 13 mai 2018 - par - 19 commentaires - 2 086 vues
Share

Souvenez vous de ces images terribles au milieu des années 70 où nous assistions en direct, durant le journal de 20 heures, à des combats de rue dans le centre ville de Beyrouth entre les Phalanges chrétiennes et les Morabitouns (bloc nationaliste-progressiste arabo-musulman).

Ces images nous semblaient fort lointaines et les explications fournies par les journalistes  étaient déjà des plus embrouillées : guerre religieuse, inégale répartition des revenus des pétrodollars, fracture sociale irrémédiable, afflux massif de plus de 400 000 Palestiniens, politique hégémonique d’Israël dans la région, rôle des grandes puissances et de la guerre froide, etc.

Cela étant dit, un constat était facile à établir pour n’importe quel observateur : l’État libanais avait failli, enfin ce qu’il en restait… un peu comme l’État français en ce moment sans faire d’« amalgame » pour reprendre un terme à la mode.

La sécurité et le contrôle aux frontières n’était plus, depuis belle lurette, garantis par l’État mais au contraire violés chaque jour grâce à la complicité de certaines factions libanaises pro-palestiniennes, comme en ce moment des groupes d’individus aident au passage de clandestins sur notre sol et ce dans la plus grande illégalité.

Les accords du Caire de 1969, reconnaissaient officiellement l’armement des Palestiniens avec la complicité d’un État qui savait mais qui se taisait comme aujourd’hui dans nos banlieues afin de ne pas froisser certaines populations.

Une politique de discrimination positive à outrance avait privilégié les nouveaux arrivants par apport aux « locaux » dans tous les domaines de la vie économique et sociale, un peu comme « l’affirmative action » que nous connaissons à Sciences po…

La démographie jouait aussi contre les chrétiens qui se cantonnaient  à avoir 1 ou 2 enfants pendant que les musulmans ne cessaient de procréer.

Sur un registre différent, la classe politique corrompue avait bénéficié durant de longues années avant la guerre, de  moyens financiers colossaux qu’ils soient issus de « l’argent politique » (l’Arabie Séoudite existait déjà…) ou de trafics juteux divers et variés liés aux milieux économiques, ce qui ressemble fortement à la situation que nous connaissons en ce moment où le pantouflage devient la règle dans les plus hautes  sphères de l’État.

Durant cette même période, l’Islam devenait politique (ne l’a t-il pas d’ailleurs toujours été, comme le souligne Rémi Brague) dans le sillage de la révolution iranienne accentuant ainsi la confessionnalisation du Liban qui avait été mise en place dans les institutions par les Français en 1920. l’islam au Liban, un islam « sui generis », issu de sa cohabitation multiséculaire avec le monde chrétien qu’il soit catholique ou orthodoxe avait lentement glissé vers un islam radicalisé et « purifié » de ses scories chrétiennes pour devenir un vecteur de la lutte anti occidentale, un peu comme l’islam de France que nous croyions imprégné de laïcité, qui révèle jour après jour sa haine de l’Occident comme le souligne Chantal Delsol.

Le « progressisme » faisait rage dans tous les secteurs de la société y compris parmi certains chrétiens qui dans un excès de zèle ont cru trop rapidement à la mort des religions telle que décrite depuis 1970 en France par une élite intellectuelle parisienne qui « habite » l’Europe et qui « a le monde pour horizon ».

Alors que cela soit bien clair et dit aux yeux de tous, y compris aux yeux de ceux qui ne veulent pas voir : Les années que nous connaîtrons en France  seront religieuses. La confessionnalisation et la communautarisation de la société française vont aller en s’accentuant comme c’est le cas au Liban depuis 1920. Des mouvements politiques et sociaux à caractère confessionnel vont se faire jour avec encore plus d’acuité jusqu’au jour où le pire se passera et donnera raison au plus fort. Dont acte.

Nicolas Faure

Print Friendly, PDF & Email
Share

19 réponses à “Libanisation de la France : c’est déjà en partie le cas”

  1. crap2sp dit :

    absolument vrai.balkanization,et libanisation,il me semble que mr Alexandre de Marenche,en a parler dans un ouvrage geopolitique,et il savait de quoi il parlait.

  2. Cilouxi dit :

    Tout à fait d’accord avec vous M. Faure. Bien malheureusement. À une exception près toutefois. Il me semble que la nationalité Libanaise n’était et n’est toujours pas donnée aux Palestiniens. Cela a son importance.

  3. incongru dit :

    il y a un type qui a parlé de partition…
    qui, déjà?

  4. dufaitrez dit :

    JMLP l’a dit, il y a plus de 40 ans ! Nous y sommes !

  5. Colombo dit :

    Entourés et dirigés par des collabos (de la gauche jusqu’aux LR), totalement désarmés, l’islamisation complète de la France n’est qu’une question de temps !

  6. Pascal Olivier dit :

    Il y a de nombreux enseignements à tirer de la guerre du Liban. La Résistance ne le fait que très partiellement en tombant souvent dans les mêmes pièges que ceux qui avaient été tendus aux Libanais.

  7. Pascal Olivier dit :

    Je crains hélas qu’en France nous n’ayons même pas accès a des zones de repli comme c’était le cas au Liban. Il y a une volonté d’empêcher cela en faisant coloniser villages et campagnes.

  8. zorglub dit :

    et oui on va droit vers la Libanisation de notre pays tout au moins Paris et les grandes villes , personne n’y croit et pourtant chaque jour cela se met en place insidieusement.

  9. Pascal Olivier dit :

    Accords du Caire qui organisaient un Etat dans l’Etat tout en stipulant : « Le texte de cet accord est ultra-secret et ne sera accessible qu’aux autorités intéressées ».

  10. Garde Suisse dit :

    Excellent article. La confrontation armée n’est pas souhaitée par les français donc elle n’aura pas lieu avant que les musulmans n’aient atteint la moitié de la population. Dans ce cas, ils prendront sans doute le pouvoir par les élections et ensuite la charia sera appliquée et notre civilisation multiseculaire disparaîtra comme l’empire romain, l’empire byzantin, l’empire perse avant nous, ce scénario pessimiste peut encore être contré si les patriotes se renforcent et convainquent les mous du genou de l’extrême danger vers lequel nous mènent nos dirigeants.

  11. Yohann le debattant dit :

    Le parallèle avec le Liban des années 1970 est brutal, mais hélas exact. J’ajouterais qu’en l’Union européenne joue le rôle que la Syrie jouait au Liban à cette époque. Le vrai pouvoir à l’exterieur Des frontières.

  12. jan le Connaissant dit :

    C’ est à peu près ça… sauf, comme toujours, pour les analyses sur ce sujet, vous ne prenez pas en compte la composante nucléaire – tant civil que militaire – de la France
    C’est tout de même important, non, le feu nucléaire, ?..
    Voyez l’exemple de l’ex URSS…
    Vous ne pernez pas en compte non plus la réaction de l’Europe – est et ouest – et notamment de l’ Otan
    Que vont ils faire tous ces  » gens  » ?

  13. Mordicus dit :

    La « partie » est de plus en plus importante… :-((

  14. Jean Sobieski dit :

    Pour enfoncer sans relâche, ici, le clou de la libanisation de la France, je fais mienne votre synthèse absolument exhaustive de ce qui fut et demeure le sort scellé du Liban.
    Tout y est. Quant au parallèle avec notre situation, il doit suffire à convaincre les plus sceptiques. Enfin… il devrait….
    Bravo.
    JS

  15. patito dit :

    au Liban les phalanges chrétiennes étaient armées et ont pu se défendre alors qu’en france nous assisterons plutôt à un massacre type St Barthélémy puisque les français sont non seulement désarmés mais encouragés à ne pas se défendre .

  16. Dany dit :

    Grâce à la « politique arabe de la France » initiée par De Gaulle et perpétuée par tous ses successeurs, la Francarabia est devenu une réalité, qui aura un jour sa place dans la Ligue Arabe.