Liberté d’expression, abrogez la loi Pleven

Publié le 4 mars 2017 - par - 6 commentaires - 894 vues
Share

Liberté d’expression à géométrie variable

Thierry Bouzard nous a envoyé un projet de tract. Nous le mettons à disposition de nos lecteurs…

Liberté d’expression !

La loi Pleven de 1972 a autorisé les associations à se porter partie civile, même en l’absence de plainte individuelle préalable, ouvrant une multitude de procédures. Auparavant seul le parquet, en qualité de représentant de la société, pouvait saisir la justice, depuis n’importe quelle association s’autoproclamant représentative des intérêts d’une communauté particulière (juifs, noirs, musulmans, homosexuels, handicapés, discriminés en tous genres…) est en droit de demander des réparations, multipliant les conflits.

Une législation liberticide

Depuis 45 ans la loi Pleven, sous prétexte de combattre les discriminations, réduit la liberté d’expression et encourage les communautarismes. Les récentes affaires de Zemmour, du burkini à l’été 2016, de la LICRA contre le président du Mémorial de la shoah, des tweets antisémites de Mehdi Meklat montrent les incohérences du discours antiraciste encouragé par cette législation liberticide.

Un communautarisme totalitaire

De nombreuses associations se sont spécialisées dans cet encouragement à dénoncer l’autre pour mieux faire fonctionner le tiroir caisse : LICRA (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme), MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), LDH (Ligue des droits de l’homme), SOS Racisme. Leur exemple a été suivi et amplifié par les CCIF (Collectif contre l’islamophobie), CFCM (Conseil français du culte musulman), UEJF (Union des étudiants juifs de France), CRAN (Conseil représentatif des associations noires), et tout le lobby LGBT…

Le financement de la haine

Déjà grassement subventionnées, ces associations ont fait leur fonds de commerce de la culpabilisation du peuple français, exerçant un véritable totalitarisme mémoriel. Antisémitisme, racisme, xénophobie, homophobie, islamophobie… alors que la christianophobie est ignorée et qu’il n’existe pas de terme pour le racisme anti-blanc.

Ces ismes et ces phobies servent à neutraliser les critiques de l’immigration et les mises en garde sur l’islam. En imposant une société multiculturelle, on créé une société multiconflictuelle qui culpabilise les Français (Macron: « la colonisation est un crime contre l’humanité »), détruisant leurs repères historiques. Ces associations communautaristes ne sont que des courroies de transmission d’un dangereux mondialisme.

La culpabilisation et les repentances, ça suffit !

Ces lois servent à excuser les crimes et les trafics, les violeurs et les terroristes, les Théo et les Mehdi, les Merah et les Kouachi, pendant que Jakubowicz fait condamner Zemmour et Bensoussan, accablant de procédures les Français qui ne se résignent pas à voir leur pays découpé en enclaves ethniques.

La législation la plus (anti)raciste du monde…

Ainsi Gilles Clavreul, nommé par Manuel Valls préfet de la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT), se vante que la France a « la législation antiraciste la plus sévère au monde ». Pourtant ces lois mémorielles (Pleven, Gayssot, Taubira) ont été dénoncées notamment par Pierre Nora, historien des « lieux de mémoire», qui les accuse de « stalinisme de la pensée », et de « soviétisation de l’histoire»; et aussi par Robert Badinter qui déclare : « une loi mémorielle est une loi compassionnelle. La loi n’a pas à affirmer un fait historique même s’il est indiscutable. La Constitution ne le permet pas ». La culpabilisation et les repentances, ça suffit ! Il est plus que temps d’abroger la loi Pleven.

Thierry Bouzard

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
JCML

« LICRA (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme), MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), LDH (Ligue des droits de l’homme), SOS Racisme. Leur exemple a été suivi et amplifié par les CCIF (Collectif contre l’islamophobie), CFCM (Conseil français du culte musulman), UEJF (Union des étudiants juifs de France), CRAN (Conseil représentatif des associations noires), et tout le lobby LGBT… » dissolution de toutes « associations », au préalable, interdiction à quiconque de subventionner ces associations,et pour faire bonne mesure suppression de toutes les subventions aux « merdias », qu’eux se financent uniquement avec leurs lecteurs s’ils en ont.

Rudolph

Très bonne initiative, cette loi « scélérate » est à faire connaitre et à faire abroger .

Dhoby

Il y a un exemple de QPC sur la loi Pleven rapporté par « Riposte Laïque » : https://ripostelaique.com/proces-camus-philarchein-la-cour-de-cassation-rejette-la-qpc-pour-absence-de-serieux.html qui a échoué pour « manque de sérieux ». Y en a-t-il eu d’autres ?

Dhoby

La loi Pleven a l’ambition de promouvoir les droits de l’homme mais en en violant ses principes puisqu’elle permet, selon Zemmour, de condamner quelqu’un sur une intention supposée et non sur des faits. Evidemment, avec une telle caractéristique, cette loi se transforme en un instrument de répression vis à vis des opposants au pouvoir en place.

Haggar Dunor

On peut déjà arrêter de subventionner toutes ces assoc’ de merde avec l’argent de nos impôts, pas besoin de loi pour ça.

keltoy

Nous sommes dans la phase ou la nasse posée: il y a maintenant bien lustres se referme sur la population Française et Européenne, nos adversaires se pourlèchent de leur guépier et de la collaboration inique d’une multitude d’idiots utiles qui bientôt deviendront des gêneurs au même titre que les patriotes, mais la prise est très grosse et les mailles peuvent cédées,car il ne s’agit pas de poissons, mais de nations qui pourraient bien s’affranchir des entraves de la CE et de toutes les officines liberticides qui ont oeuvrées à ce crime contre l’humanité en pactisant avec des organisations criminelles avèrées et en laissant la bride sur le collier aux mouvements les plus subversifs qui soient, pourvu que le plan aboutisse!