Liberté d’expression anti-judaïque

Il y avait, dit-on, parmi les compagnons de résistance du Général de Gaulle à Londres de nombreux Français de religion juive et des Français non juifs dont plusieurs issus de l’extrême droite avaient des opinions antisémites. La teneur de l’article de Stéphane Bornat pourrait ainsi nous confirmer le caractère authentiquement résistant de Riposte Laïque. Car cet article est carrément anti-juif.

Qu’il ait des juifs soutenant l’islam c’est vrai. Il y a aussi des chrétiens, des protestants des athées et tout un tas d’autres personnes appartenant à des groupes idéologiques variés qui soutiennent le développement de l’islam en France. Il y en a toujours trop de mon point de vue. Mais de votre point de vue le trop est réservé aux juifs. Pour reprendre votre expression : ça n’a pas de sens.

Que les organisations juives, prennent enfin conscience du danger islamique est plutôt une bonne chose. Pour vous c’est surtout la marque de leur égoïsme.

Vous déclarez fixer vos critiques sur les prises de positions au nom de cette religion. Mais vous énumérez des responsables d’organisations se déclarant juives comme Jacubowitz et Klugman, en même temps que des hommes politiques qui n’interviennent pas au nom de leur religion d’origine comme Dray, Fabius, Kouchner, Copé et Cohen. Est-ce cohérent ?

Après avoir affirmé qu’Israël, la Palestine ce n’est pas votre problème, que vous vous en moquez, vous parlez tout de même de la politique d’immigration israélienne et de la réception par Hollande du CRIF et du « consistoire israélien » et vous vous offusquez qu’un article du journal fasse l’éloge de Nétanyahou. Si vous vous en moquez, pourquoi cela vous dérange ?

Un point commun ressort de vos observations contradictoires c’est votre ressentiment contre les juifs qui seraient les responsables du danger auxquels la France est exposée.

L’histoire du haut Moyen-Âge en Europe occidentale montre que le tournant dans la détérioration des rapports entre juifs et chrétiens date des croisades. Cible facile, les juifs furent alors l’objet de massacres dans toute l’Europe. C’est là un objet de réflexion pour les résistants actuels au développement de l’islam en Europe.

Quel intérêt y avait-il de s’en prendre aux juifs pour permettre l’accès aux chrétiens des lieux saints ? Directement aucun. Indirectement ce pouvait être l’occasion d’avoir une victoire à moindre coût et de renforcer ainsi le moral des troupes. Mais d’un autre côté c’était se priver des services d’une partie de la population. Si au moyen âge les services que pouvaient fournir les juifs étaient négligeables, ils ne le sont plus aujourd’hui.

L’antijudaïsme est couramment promu par les propagandistes islamistes. Les sites islamiques regorgent de listes telles que vous les avaient succinctement exposées. C’est un moyen pour diviser le camp des résistants en faisant détourner les regards du danger réel vers un danger illusoire. La stratégie de notre camp doit fixer clairement quels sont nos ennemis. Ce sont les fascistes islamistes et leurs collaborateurs. Parmi cette dernière catégorie il y a des juifs mais certainement pas uniquement. Il y a par contre dans le camp de la résistance bon nombre de juifs dont vous vous êtes gardé de citer les noms.

Le développement de l’islam est un phénomène international. Sur ce plan là, il faut constater que les seules puissances qui croisent effectivement le fer avec les islamistes sont Israël et les puissances occidentales, dont les USA au premier rang. Il n’est qu’à voir comment les islamistes désignent leurs ennemis comme les « croisés américains » et les « sionistes » pour comprendre quels sont nos amis. Dans notre combat il ne doit pas être question de se priver d’un quelconque de nos amis.

S’il est vrai qu’il y avait parmi les résistants de 1940 côte à côte des juifs et des antisémites, je doute fort que ces derniers exprimaient leur haine des juifs dans les publications de la résistance.

Armand Catonien

image_pdf
0
0