Liberté d’expression : Français, redevenez Français, et dites leur « merde » à tous !

Publié le 7 janvier 2018 - par - 101 commentaires - 5 229 vues
Share

Il vient de se passer en trois jours deux événements importants, qui nous confirment la réalité de l’attaque sans précédent subie, dans notre pays, contre la liberté d’expression.

Le 3 janvier, le nouveau président de la République, présentant ses voeux à la presse (que l’Etat français subventionne abondamment, bien qu’elle appartienne majoritairement à des représentants des grandes banques), osait annoncer, pour le plus grand bonheur des journalistes du Monde et de Libération, une prochaine loi contre ce qu’il appelle les « fake news » et que nous préférons nommer les « bobards ».

On pourrait rire à gorge déployée en pensant que ceux qui mentent délibérément aux Français sur les grands sujets de société osent vouloir réprimer ceux qui ont le tort de vouloir leur dire la vérité.

Grand spécialiste de la question, Jean-Yves Le Gallou démasquait rapidement le discours de Macron, quand d’autres parlaient d’une nouvelle Pravda à la mode française.

http://www.bvoltaire.fr/y-a-clairement-chez-macron-volonte-de-museler-liberte-dexpression/

La prochaine étape que franchira Macron, s’il est cohérent avec ses propos, sera la création d’un ministère de la Vérité, qu’il pourrait confier par exemple à l’ineffable stalinien Mélenchon.

Trois jours plus tard, aux Folies Bergères, se déroulait une mascarade grotesque, abondamment couverte par l’ensemble des médias, avec une grande complaisance. Trois ans après les dramatiques assassinats de Charlie Hebdo, l’intelligentsia de la gôche bobo, Licra, Printemps Républicain et CLR, pour la modique somme de 45 euros (!) entendait défendre la liberté d’expression. Il fallait oser !

A Charlie Hebdo, on aime tellement la liberté d’expression qu’on réclamait l’interdiction du Front national. On aime tellement la liberté d’expression que quand Minute se fait plastiquer, on se tait. On aime tellement la liberté d’expression que quand Ri7, notre dessinatrice, est poursuivie par Anne Hidalgo, c’est silence radio, donc complicité.

Quant à la Licra qui ose défendre la liberté d’expression, alors que cette officine gavée de subventions multiplie les procès contre ceux qui critiquent l’invasion migratoire et l’islamisation de la France, c’est aussi grotesque que Marc Dutroux animant une réunion sur la défense de la petite enfance, contre la pédophilie.

Quant aux inévitables Clavreul et Fourest, présents également à la Grande sauterie de « Charlie » et défendant mordicus la liberté d’expression, alors qu’ils nous traînent devant les tribunaux, ils sont aussi crédibles qu’un néo-nazi animant une réunion contre l’antisémitisme.

On constate donc, à travers la déclaration de Macron à ses voeux, et l’organisation en grandes pompes d’une journée Charlie qui n’intéresse plus personne, mais occupe le terrain, la volonté du pouvoir de renforcer un dispositif déjà le plus répressif du monde (selon Clavreul lui-même) contre la liberté d’expression. Cette vidéo de 10 minutes, même si nous ne partageons pas certaines visions du monde de quelques auteurs, résume fort bien la situation et mérite d’être regardée jusqu’au bout, et pas seulement parce que RL y est cité à la 4e minute.

Cette offensive s’accompagne par une terreur intellectuelle massive, exercée par ceux que l’excellent chroniqueur canadien Mathieu Bock-Côté appelle « les patrouilleurs du net » contre la parole libre et l’humour. Ces campagnes ont une cible précise : la France, sa culture, son histoire, ses traditions, ses racines occidentales greco-romaines et chrétiennes, systématiquement brocardées et présentées comme discriminatoires par rapport à d’autres cultures qui entendent s’imposer chez nous, en éradiquant toute trace de notre passé.

Le politiquement correct exerce de tels ravages qu’ils en sont à supprimer les cigarettes des affiches des vieux films, et à oser modifier la fin de Carmen, parce qu’en pleine propagande « Balance ton porc », il ne faudrait pas montrer un salaud d’homme tuer une pauvre femme !

Et en face, ils osent tout, certains que le sentiment de culpabilité qu’on inculque de force aux Français depuis 40 ans peut tout leur permettre. Les adorateurs d’Allah tuent les nôtres, au nom de leur prophète assassin, mais ils exigent de la France toujours plus d’excuses, d’aplaventrisme et de soumission.

Au fond si les crapules qui nous dirigent ont une telle haine des patriotes, c’est parce que ce sont des trouillards. Chaque parole de Macron, de Collomb sent la frousse. Ils sont donc prêts à tout pour faire payer leur lâcheté aux patriotes et garder le pouvoir, et les avantages qu’il procure, tant qu ils le peuvent… Jusqu’à ce qu’eux ou leurs semblables s’effacent, et partent se planquer dans leurs datchas, à l’étranger, pour laisser les muzz, qui ont tout compris des règles du jeu, les remplacer.

Ainsi, tenant des propos ouvertement racistes à l’encontre des Français, les Diallo, Obono et Bouteldja, agents de l’islam avec des papiers français, se permettent, en toute impunité, d’insulter en permanence notre pays et son passé, avec un discours victimaire et mensonger sur le colonialisme, l’esclavagisme et les discriminations.

Si tout cela est possible, c’est parce que la France entière se soumet à la dictature du politiquement correct. Or, faut-il le rappeler, aux yeux du monde, notre pays incarnait la liberté de nos philosophes, de nos artistes, de nos écrivains, de nos hommes politiques, de nos chansonniers et humoristes. Comment mieux incarner ce que représente notre pays que cette phrase de l’écrivain anglais Théodore Zeldin, reprise par Daniel Lefeuvre dans son livre « Faut-il avoir honte de l’Identité nationale ? « Aucune nation, aucune démocratie ne peut écrire sa propre histoire sans reconnaître à la France une dette ou une influence directe. L’histoire de France aura toujours un sens pour l’histoire universelle ».

Notre France incarnait la liberté, alors qu’aujourd’hui, elle est devenue le pays occidental le plus répressif contre la liberté d’expression, et que nos dirigeants veulent encore faire mieux. C’est la France qui pratique le plus abondamment la censure de masse sur les réseaux sociaux, sous la pression des différents gouvernements, comme le montrait la vidéo ci-dessus.

https://ripostelaique.com/reseaux-sociaux-grace-a-rl-les-hongrois-decouvrent-la-realite-de-la-censure-francaise.html

Les chiffres sont accablants, comme le rappelait Sébastien Jallamion, qui, hélas, sait de quoi il parle. Et cela se remarque même depuis la Hongrie…

Je parle du gouvernement français, je parle de blocage. La France seule bloque plus de pages que le monde entier réuni. Aujourd’hui, en France, le gouvernement français bloque sur internet, sur Facebook, parce qu’il les considère nationalistes et dangereuses, 37 990 pages. En deuxième figure l’Inde avec 30 126. Et regardez, cette dictature horrible, « brr », la Turquie, est troisième avec 6 574 pages. Ensuite vient l’Allemagne avec 554, Israël cinquième avec 431, l’Autriche 401, et cette dictature affreuse anti-libérale à la sauce Poutine a le courage de bloquer 84 pages. Vous comprenez ? Et les Français, 37 990.

Jusqu’à ce jour, les seuls qui étaient victimes de cette censure d’Etat étaient notre mouvance, que nous qualifierons de « résistance patriotique », ceux qui refusent l’islamisation de notre pays, permise par l’invasion migratoire.

Mais comme toujours dans l’Histoire, une fois qu’on a admis le principe des lois Pleven-Gayssot-Taubira, tout le monde y passe, ensuite, et pas seulement les premiers visés. Sous la Terreur, les guillotineurs deviendront les guillotinés. Sous la révolution bolchevique, les épurateurs aux ordres de Staline deviendront les épurés. Eh bien, avec la dictature du politiquement correct, qui prétend éradiquer ce qu’ils appellent l’incitation à la haine, les éradicateurs deviendront les éradiqués.

Et cela a commencé. Le comique Tex a giclé de France 2, et là, ses confrères commencent à se dire que cela pourrait leur tomber sur le museau, à leur tour. Antoine Griezmann, chouchou des supporteurs de l’équipe de France, a voulu rendre hommage aux Harlem Globe Trotters, il a été accusé de racisme, alors que sa démarche en était aux antipodes. La nouvelle Miss France a subi une violente campagne de presse, pour avoir parlé de la « crinière » d’une ancienne Miss France. Tout le monde est obligé de tourner sept fois sa langue dans sa bouche, sur les grands médias, où veille la censure du CSA et de ses commissaires politiques.

S’ils étaient  encore de vrais Français, dignes du passé glorieux de leur pays, les journalistes organiseraient une journée militante intitulée « Merde au CSA », où ils exprimeraient, en toute liberté, leur ressenti sur la réalité de l’information, et dénonceraient les pressions auxquelles ils sont soumis.

S’ils étaient encore de vrais Français, les hommes politiques organiseraient, dans l’unité, une journée de la parole libre, où, tous ensemble, ils diraient merde au politiquement correct, aux associations dites antiracistes, et oseraient dire le fond de leur pensée sur l’islam, l’insécurité, l’immigration et l’ensauvagement de la France.

S’ils étaient encore de vrais Français, les artistes oseraient organiser une grande soirée militante pour la parole libre des humoristes, où ils diraient merde à tous les inquisiteurs de la bien-pensance.

Imaginez des centaines de documentaires, de la même veine que le formidable « Chameau pas d’amalgame » de notre ami Gérard Boyadjian, contre lequel la Licra et le Parquet ont osé déposé plainte. Cette forfaiture serait-elle possible si des grands comiques, des grands réalisateurs, osaient défendre leur liberté, avec le même panache que Gérard.

Et si la Résistance savait s’organiser, face à la censure des réseaux sociaux, twitter, facebook, youtube notamment, nul doute qu’elle saurait trouver les réponses efficaces, par des solutions alternatives, ce que RL a fait en émigrant sur VK (où les résistants nous rejoignent par dizaines et par dizaines). Si tout le monde agissait ainsi, au bout d’un moment, les censeurs se retrouveraient entre eux, et nous supplieraient de revenir, car ils se retrouveraient frappés à la caisse.

Dans un tract que nous avons diffusé en septembre 2017 (qui nous vaut des poursuites judiciaires engagées par l’Etat français et quelques officines aux ordres), nous avions titré : « Seuls les Français peuvent encore sauver les Français ».

C’est plus vrai que jamais. Si tous les pans de la société française, lassés par cette dictature digne du « Meilleur des Mondes », que  décrivait si bien Aldous Huxley dans ce livre visionnaire, se révoltait, et osait dire « Merde » à ceux qui veulent accélérer la destruction de la France en privant les Français de leur esprit critique légendaire, alors la France redeviendrait la France.

Faites-nous confiance, en 2018, malgré les pressions énormes que nous subissons, et les menaces graves pour nos animateurs qu’elles impliquent, pour perpétuer au mieux cette tradition gauloise, qui fut longtemps la fierté d’un pays que le monde enviait à l’époque : LA LIBERTE. Et notamment la liberté d’expression, défendue avec un panache particulièrement gaulois.

Pour nous, cette liberté ne supporte aucune restriction, nous disons bien aucune, et nous le disons amicalement à nombre de nos amis juifs. On a le droit de contester l’Holocauste, même si c’est difficile à entendre quand sa famille a été cruellement touchée par la barbarie nazie. Ce n’est pas dans les tribunaux qu’on doit condamner Faurisson et ses amis, c’est par le travail de l’Histoire, et les témoignages recueillis par les spécialistes de cette période.

Si Pierre Desproges pouvait proférer, dans un spectacle, une blague sur les juifs qui prenaient le train pour aller à Auschwitz parce que c’était gratuit, on ne voit pas pourquoi aujourd’hui on empêcherait Dieudonné de faire ses spectacles. Et pourtant, chacun sait ce que nous pensons des duettistes Dieudonné-Soral, mais si on accepte leur condamnation aujourd’hui, on subira celle des autres, demain.

De même, plus que jamais, nous continuerons, quoi que cela nous coûte, à expliquer pourquoi l’islam est incompatible avec nos valeurs, et pourquoi la présence de millions de musulmans sur notre sol est forcément une bombe à retardement pour notre pays et ses valeurs démocratiques.

De même, nous continuerons d’expliquer que les migrants musulmans ne fuient pas des guerres qui n’existent pas, mais viennent la faire chez nous, en renforçant la cinquième colonne musulmane. Et nous développerons l’idée qu’en période de chômage de masse, toute implantation de nouveaux venus étrangers est un coup de poignard porté dans le dos des chômeurs français.

De même, on ne voit pas pourquoi on devrait se soumettre à la théorie du genre, au mariage homosexuel, à une vision castratrice du féminisme, au mondialisme, au multiculturalisme, à l’immigrationnisme,  au sans-frontiérisme, au sans-papiérisme, à l’égalitarisme, et à tout autre dogme dominant.

Nous le répétons, la liberté d’expression doit être totale, dans l’esprit de l’article 1 de la constitution américaine, parce que nous devons avoir confiance en nos sociétés pour être capables, par l’argumentation, de démasquer les pires impostures historiques ou philosophiques. Le débat démocratique plutôt que la judiciarisation du débat.

Nous ne résistons pas au rouleau compresseur de l’Etat français et de ses obligés pour que nos lecteurs nous prennent pour des héros que nous ne sommes pas. Nous agissons ainsi parce que nous ne supportons pas le totalitarisme de la pensée, qu’il ait pris hier le visage du nazisme ou du communisme, et aujourd’hui celui de l’islam. Et nous aimons trop la France, et la liberté qu’elle a donnée à nos parents et grands-parents, pour que nos enfants et petits-enfants en soient privés.

En outre, nous ne le cachons pas, le panache, autre spécificité française valorisée dans notre littérature, nous anime au quotidien, ce n’est pas pour rien que l’auteur des éditos hebdomadaires signe « Cyrano ». Nous avons la prétention de ne pas en manquer, quand Christine Tasin ose dire, devant des musulmans haineux, que « L’islam est une saloperie », ou qu’elle ose qualifier ce dogme « d’assassin », au lendemain des assassinats des policiers de Magnanville. Nous avons également la prétention de ne pas en manquer quand nous éditons, à 200.000 exemplaires, cet autocollant, tout en sachant qu’il nous vaudra des poursuites de la part des collabos. Et chaque numéro de la lettre quotidienne de Riposte Laïque est un formidable pied de nez, par la liberté de ton qu’elle contient, à tous les petits commissaires politiques du camp du bien et des Ligues de Vertu.

Alors, Français, faites-nous plaisir. En 2017, nous avons été particulièrement mauvais en élisant Macron (même si nous ne sommes pas dans le coup, 20 millions d’abrutis avec la nationalité française l’ont fait). Redevenons vraiment français, ce peuple qui avait la réputation d’être frondeur et insoumis (rien à voir avec l’imposteur Mélenchon), dites merde à la bien-pensance, et multipliez les provocations émancipatrices à son encontre, sur tous les sujets possibles, sans exception. Faites du Gérard Boyadjian, faites du Christine Tasin, faites du Riposte Laîque !

Dites-leur, à votre façon, tout au long de l’année 2018 « merde » aux élites auto-proclamées qui ont tellement peur du peuple français qu’ils veulent l’empêcher de parler librement. Et sur la photo de tête, vous en avez une belle brochette.

Merde à Joffrin, Belkacem, Attali, Pujadas, Obono, Ferrand, Hidalgo, Hanouna, Aubry, Arditi, Taubira, Juppé, Mazarine Pingeot, Aubry, Poutou, Brigitte Macron, Solère, Guigou, Hulot, Plenel, Royal, Hollande, Ockrent, Debouzze, Ruquier, Kosciusko, Eva Joly, Macron, Delanoé, Autain, Barbier, Mélenchon, Biollay, Mamère,Valls, Collomb, Corbière-Garrido, Lemaire, Angot, Cosse, Tubiana, Jakubowicz, Sopo, Diallo, Moix, Bouteldja, Patrick Cohen, Askolovitch, Fourest et toutes les têtes-à-claques (il en manque plein, je sais…) que nous ne supportons plus !

Print Friendly, PDF & Email
Share
   
Notifiez de
JILL

Novembre 1970 …Bal à Colombey,un mort titrait alors Charlie;quec’était drôle .
Janvier 2015 …Boum chez Charlie,14 morts ;alors on ne rit plus? Faudrait savoir …

JILL

Quand on voit la photo de cette brochette d’hypocrites;on frémit …ce sont ces gens là et leurs ascendants qui ont formaté la pensée dans notre pays depuis 40 ans .Le vent tourne,mais ne serait il pas trop tard …ces promoteurs du vivre ensemble,dès lors bien sûr qu’ils n’ont pas à le subir peuvent aujourd’hui contempler les dégâts .Ils ont été des collabos,on peut ajouter traitres à leurs CV .

Eric Martin

Le Français endormi acceptera tout.Qu’un général courageux soulève l’armée. Pas un Français ne sortira dans la rue pour s’y opposer. C’est aussi cela la réalité. Le chaos sociétal, voulu par la gauche a pour corollaire l’endormissement des masses. Du moment que la télé fonctionne et que le frigo est rempli 99% des gens ne feraient rien ….

Patriote

Je suis tout à fait d’accord avec vous.

Patriote

Well done my dears! ;)

boris jeanjean

Sur la « photo » je ne vois pas les saloperies :

Fourest, boudin, antipathie,cohen et bien d’autres

Du sang, de la haine et des larmes

79 % des Français favorables à une loi sur les «fake news»
http://www.lefigaro.fr/medias/2018/01/11/20004-20180111ARTFIG00302-79-des-francais-favorables-a-une-loi-sur-les-fake-news.php#reagir
Et on se demande comment les allemands ont pu devenir nazis ? Mais les français sont mûrs pour la dictature ! A ce point d’aveuglement, tous ceux qui sont favorables à cette loi « Pravda » sont irrécupérables