Libye : la faillite BHL-Sarkozy

En Libye, c’est le champ du cygne pour le Conseil national de transition qui va se trouver bientôt dos au mur avec le retrait probable de l’Otan la queue entre les jambes et en dépit des 258 millions d’euros que Nicolas Sarkozy vient d’octroyer sans contrepartie aux renégats de Benghazi, ces islamistes assumés et traîtres à leur Nation, qui ne serviront pas pour la guerre mais subventionner des soldats de pacotille ou des achats d’armes. De l’argent uniquement donné pour acheter les consciences.
Depuis la mort violente du général Younès, la donne a changé sur place à Benghazi. On assiste désormais quotidiennement à des escarmouches entre les insurgés. Il y a d’abord le soulèvement de la tribu de Warfallah. Ensuite, la révolte du clan Younès de la tribu surpuissante des Obeidi qui a juré de se venger de sa mort. Ce conflit interne au CNT a déjà causé la mort de pas moins de 300 personnes, sans oublier les enlèvements.
Quel retournement de l’Histoire, les victimes collatérales des heurts de Benghazi sont les Français et les Anglais. La tribu Obeidi, l’une des plus puissantes de Libye, a capturé 15 instructeurs étrangers (Français, Anglais, Qataris). Il est probable qu’il faudra payer des rançons pour espérer leur libération pendant que les autorités françaises institueront omerta médiatique sur ces faits, de peur de courroucer l’opinion publique face à ce qui s’avère aujourd’hui comme un échec cuisant en Libye.
Après l’Indochine, Tunisie, Maroc et Algérie, n’a-t-on pas encore compris qu’on ferait mieux de s’occuper de notre propres problèmes chez nous, et laisser les peuples résolument médiévaux s’arranger entre eux. De surcroît, ceux-ci détiennent encore un art de la guerre et un esprit religieux à toute épreuve… lorsque nous sommes tout bonnement devenus des individualistes occidentaux
Pour en revenir à l’essentiel, ne versez surtout pas un centime pour la Somalie.
Ne trouvez-vous pas étrange qu’on voit sans arrêt des tonnes de bébés, des femmes ayant parcouru 800 km avec leurs huit ou dix enfants; enfin on marche sur la tête, pourquoi faire autant d’enfants qu’on ne peut pas nourrir?
Là bas, les gens n’attendent que l’aide alimentaire gratuite, avec pour effet direct la faillite des rares producteurs qui tentent encore de s’en sortir et de vendre leurs produits. Le résultat est la création d’une société de chômeurs assistés qui dépendra continuellement de l’aide internationale, tandis que les terres sont revendues à l’Inde et à la Chine comme en Ethiopie.
Parlons-en de l’Ethiopie. 1985, tout le monde se souvient encore de USA for Africa, la famine qui touchait durement ce pays alors peuplé de 40 millions d’habitants… Aujourd’hui l’Ethiopie c’est près de 90 millions d’habitants, et ce malgré la sécession de l’Erythrée. Pourquoi une telle démographie, pourquoi tant d’enfants sciemment affamés.
Aider ces pays, c’est les encourager dans leurs erreurs, qui durent depuis bien trop longtemps. Aider ces pays, ça n’est ni plus ni moins qu’un génocide programmé de ces sociétés et l’organisation du suicide des générations futures.
HUINENG

image_pdfimage_print