Libye : un pays unifié par la religion islamique est plus facile à régenter

Publié le 23 juillet 2012 - par - 408 vues
Share

Dimanche 8 juillet, 8h du matin, journal de France Inter. Un reporter de la radio envoyé à Tripoli observe un bureau de vote à l’occasion des élections législatives libyennes. Il mentionne deux files séparées destinées aux hommes et aux femmes. Toutes les femmes portent le voile, parfois intégral (seraient-elles venues avec leur propre isoloir portatif?). 
Le journaliste interroge un homme qu’il présente comme un « jeune cadre de la nouvelle société libyenne » (sic). Il lui demande son avis sur le processus électoral libyen, entaché par des violences en Cyrénaïque (région de Benghazi). Le jeune Libyen lui explique doctement qu’il n’y a plus de problème de violence dans son pays. Il dit: « Nous, en Libye, nous avons certes de nombreux clans, mais nous n’avons pas de guerre de religions » (sic).

Assertion très intéressante que le journaliste ne décrypte pas. Dans un premier temps, j’ai supputé qu’il faisait allusion à l’unité religieuse de son pays seule garante de paix et de tranquillité. Il voulait probablement opposer la situation de la Libye à celle de la Syrie ou de l’Irak, deux pays où se déchirent les communautés sunnite et chiite. 
Mais cette première réflexion est vite rattrapée par une autre. Et si le Libyen interrogé avait voulu faire allusion au pays de son interlocuteur français, en extrapolant la future situation de notre pauvre République? En France, nous n’avons pas de clans (quoique) comme en Libye mais nous n’avons pas encore atteint leur unité religieuse… Certes, nous ne connaissons pas une situation de guerre de religions, mais force est de constater que la République est tout de même confrontée à une foule croissante de petites contradictions embarrassantes. Citons en vrac :

– l’inégalité juridique entre homme et femme – non conforme à la loi française
– l’inégalité juridique entre musulmans et non-musulmans – non conforme à la loi française
– abattage rituel non conforme à la législation européenne – qui rappelons-le s’appuie sur des raisons hygiéniques (pour éviter la contamination par la bactérie E.coli) et sur la protection des animaux.
– refus croissant de jeunes filles à pratiquer des cours d’éducation physique – non conforme à la loi française
– comportement très très problématique d’écoliers et de collégiens (il n’y a pas beaucoup de lycéens) à tendance négationniste, refusant que le professeur évoque la Shoah. Dans le même tonneau, l’étude de certains sujets ou de certains auteurs est de plus en plus rejetée, ceux-ci étant jugés anti-islamiques, tels que les civilisations pré-islamiques (Sumériens, Babyloniens, Égyptiens,…), la construction des cathédrales ou la civilisation byzantine. D’autres sujets sont évités par les professeurs en raison de forts risques de contestations et de conflits, tels que les croisades, la guerre d’Algérie, les guerres israélo-arabes…. Je vous invite à lire (ou à parcourir, car il est assez long) l’édifiant rapport sur « les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires » dit rapport Obin, rédigé en juin 2004 par un collège d’inspecteurs de l’Education nationale à la demande du ministre. Je vous préviens, ça fout les jetons…
– refus de certaines femmes, ou plutôt de leur mari, d’être examinées et soignées par des médecins hommes – non conforme à la loi française
– opposition entre l’obligation des cinq prières par jour et la notion d’ordre public 
– interdiction pour une femme musulmane d’épouser un homme non musulman – non conforme à la loi française

– pratique révoltante du ramadan par des enfants de plus en plus jeunes – non conforme à la protection de l’enfance

– pratique du ramadan croissante en France, engendrant de plus en plus de situations préoccupantes. En effet, l’affaiblissement de l’organisme et la baisse de réactivité, consécutifs du jeun par des personnes de confession musulmane exerçant certaines professions sont à l’origine de situations inutilement dangereuses ; que l’on songe aux musulmans hypoglycémiques policiers, gendarmes, militaires, douaniers, agents pénitentiaires (tous armés), infirmiers, ambulanciers, pilotes de trains,…. on préfère ne pas trop y penser – non conforme au sens commun.

La liste n’est pas exhaustive et l’on pourrait continuer encore longtemps à aligner les contradictions entre islam et République laïque. Les contradictions d’aujourd’hui donneront les conflits de demain.

Le jeune Libyen interrogé par France-Inter ce matin est dans le vrai. Un pays unifié dans la religion (islamique) est décidément plus facile à organiser et à régenter. Non, je n’exagère pas, on ne charrie pas avec la charria.
Laïquement vôtre
Guillermo Dias

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.