1

L’idéal pour Zemmour serait de ne pas obtenir ses signatures

Nous retrouvons avec un grand plaisir notre ami Jean-Paul Gourevitch, inlassable chercheur qui multiplie, avec une rigueur scientifique, la sortie d’ouvrages sur des thèmes fort différents.

Sous Macron, le solde migratoire se monte, en 5 ans, à 1,3 million

Riposte Laïque : Cela fait plus de dix ans que vous nous faites profiter de vos écrits, sous forme d’article ou d’entretiens. Vous étiez même parmi les 24 intervenants des Assises internationales contre l’islamisation de nos pays, le 18 décembre 2010. Vous avez écrit de nombreux ouvrages sur l’Afrique, et même sur l’islamo-business, vivier du terrorisme. Quel est votre regard sur la politique migratoire, majoritairement africaine, sur le quinquennat Macron, qui s’achève, par rapport à celui de ses prédécesseurs Hollande et Sarkozy ? Y a-t-il eu réellement 2 millions de nouveaux venus en France, comme l’affirment certains candidats à la présidentielle ?

Jean-Paul Gourévitch : Je ne renie rien de ce que j’ai fait ni écrit, même si cela m’a valu souvent d’être ostracisé ou classé à l’extrême droite par la pensée dominante alors que mon travail se veut scientifique et de lutte contre la désinformation d’où qu’elle vienne. Pour répondre à votre question sur les flux migratoires, il faut considérer non seulement les entrées des migrants légaux ou irréguliers mais aussi les sorties sur lesquelles malheureusement nous n’avons que des estimations aléatoires. Je me suis efforcé de démontrer que le solde migratoire annuel de l’immigration, établi aux alentours de 290 000 personnes en 2017, tourne autour de 250 000 pour 2018, 2019, 2020 et sans doute 2021. Soit près d’1,3 million de personnes sous le quinquennat Macron qui s’achève. Ce flux provient majoritairement mais pas uniquement du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. L’immigration turque, syrienne, afghane, chinoise, caribéenne, des Pays de l’Est, des Balkans ou d’Amérique Latine n’est pas négligeable.

Si on additionne toutes les fraudes, on atteint le chiffre de 500 milliards

Riposte Laïque : Vous venez de publier chez Etre Humain un nouveau livre « La Fraude dans tous ses éclats ». La gauche évoque souvent la fraude des grandes multinationales, la droite préfère évoquer celle des immigrés africains avec les cartes Vitale. Comment avez-vous traité ce sujet, et pourquoi cet intérêt nouveau pour ce sujet ?

Jean-Paul Gourévitch : L’intérêt n’est pas nouveau. Mon premier ouvrage sur l’économie informelle date de 2002 même s’il a largement fait un flop et qu’il a fallu attendre 2007 pour qu’Envoyé Spécial et Canal Plus proposent des reportages (bâclés) sur le sujet. J’ai aussi publié entre 2012 et 2015 des articles sur la fraude dans les transports publics et le business des associations. Mais il fallait faire une synthèse actualisée alors que, comme vous le dites, la gauche se préoccupe principalement de la fraude fiscale et la droite de la fraude sociale ou médicale.
De ce point de vue, les deux volumes de Charles Prats sur le Cartel des Fraudes (Ring) sont bourrés d’informations mais incomplets. Je me suis efforcé de cumuler les données de la fraude identitaire, de la fraude sociale, de la fraude médicale, de la fraude fiscale et surtout de la fraude sociétale (contrefaçon, prostitution, trafics de toute nature, cyberdélinquance…) que Prats a quasiment occultée. Soit un total annuel de 300 à 500 milliards d’euros payés directement ou indirectement par les contribuables, alors que l’État n’a toujours pas choisi entre combattre frontalement la fraude, la laisser prospérer pour ne pas faire exploser le chaudron social, ou la gérer tant bien que mal.

Riposte Laïque : À peine un livre terminé, que vous en sortez un nouveau ! Vous nous proposez donc, à présent, « La tentation Zemmour et le Grand Remplacement » (éditions Ovadia). Vous reprenez donc à votre compte une expression, popularisée par notre ami Renaud Camus, que même Marine Le Pen considère comme raciste ? Qu’avez-vous voulu exprimer, dans cet ouvrage au titre si accrocheur ?

Jean-Paul Gourévitch : Je ne livre pas des ouvrages à la suite les uns des autres comme des petits pains sortant du fournil. Chacun nécessite une longue élaboration même s’il arrive qu’ils paraissent presque en même temps. J’avais publié en 2019 chez Pierre-Guillaume de Roux un travail de recherches : Le Grand Remplacement réalité ou intox ? Sur ce thème que je ne considère pas comme raciste ni complotiste mais comme un objet d’études. Le livre a généré de vifs débats et a été aussitôt épuisé. La maison étant en liquidation et l’éditeur décédé, il n’a pu être réimprimé. Je l’ai donc légèrement actualisé et l’ai conjugué à l’analyse de la campagne d’Éric Zemmour, d’une part parce que c’est le thème majeur du candidat, d’autre part parce qu’ayant enseigné et formé nombre d’étudiants et de responsables à l’image politique, je m’estime relativement compétent pour proposer une approche du positionnement d’Éric Zemmour en fonction de la mise à feu progressive des trois étages de la fusée présidentielle.

Grand Remplacement : Zemmour a remporté une victoire idéologique en imposant le thème

Riposte Laïque : On connaît votre légendaire prudence, et votre volonté de rester au-dessus des démarches partisanes. Pour autant, quel est votre regard sur la présidentielle qui s’annonce, et le fait qu’Éric Zemmour paraît imposer ses thèmes de campagne à l’ensemble de ses concurrents ?

Jean-Paul Gourévitch : J’ai écrit et je ne me déjuge pas, qu’Éric Zemmour avait remporté une victoire idéologique en inscrivant et imposant le thème du Grand Remplacement au cœur de sa campagne. Mais que, s’il se présentait et obtenait ses parrainages, il courrait vraisemblablement au-devant d’une défaite électorale cuisante qui annihilerait une grande partie des bénéfices qu’il a engrangés. Paradoxalement l’idéal serait pour lui qu’il ne les obtienne pas, ce qui lui permettrait de proclamer qu’on lui a volé son élection. Il ne faut toutefois pas exclure l’hypothèse que, pour des raisons électoralistes, un certain nombre de parrainages lui soient accordés par des élus qui estiment que sa présence conduirait à un second tour Macron/Pécresse.

Riposte Laïque : Auriez-vous d’autres projets sous le coude ?

Jean-Paul Gourévitch : Évidemment. En janvier sort chez SPM un « monument », le Panorama illustré des journaux de jeunesse 1770-2020, 300 pages, 800 titres et 150 illustrations, un travail de plus de 10 ans sur un sujet quasiment jamais abordé mais qui nous en dit beaucoup à la fois sur l’évolution de la presse jeunesse pendant 250 ans et sur celle du statut social de l’enfant et du regard que celui-ci porte sur le monde. Ce livre vient compléter et prolonger mon Abcdaire de 2013 qui portait sur l’ensemble de la littérature de jeunesse depuis 500 ans en France et dans le monde.
En mars il y aura la parution chez Contribuables Associés de la monographie, actualisée au 1er janvier 2022, sur le coût de l’immigration en France, puis la sortie en maquette à expérimenter par les scolaires du jeu de cartes sur le Musée de la romanité de Nîmes. Et d’autres surprises sont à venir.

Riposte Laïque : Comment se procurer vos nouveaux ouvrages ?

Jean-Paul Gourévitch : Ces ouvrages sont tous référencés, en vente sur les plates-formes Internet comme Amazon , Cultura ou la FNAC, et dans les bonnes librairies qui peuvent aussi les commander chez les éditeurs.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Jean-Paul ?

Jean-Paul Gourévitch : Juste un mot. Je suis déçu mais pas étonné de la dramatisation actuelle de la campagne autour du passe vaccinal. Au lieu de se répandre en insultes sur ceux qui s’y refusent, l’État devrait s’interroger sur les raisons du peu de confiance que l’opinion publique accorde aux médias mainstream et aux déclarations gouvernementales. Quand on a menti sciemment ou camouflé les données sur l’insécurité, l‘immigration, les fraudes, le dérèglement climatique, la délinquance, l’inflation, les pratiques illicites des majors… quand l’information sourcée et validée a disparu, il ne reste que la rumeur et les proclamations sur les réseaux sociaux. Et c’est parfois pire. La lutte contre la désinformation devrait être la priorité de tous ceux qui sont attachés à la chose publique et au respect de chacun. Mais cela fait des années que nous nous époumonons dans le désert.

Propos recueillis par Pierre Cassen