L’idiote utile du mois des islamistes : Christine Lazerges, présidente de la CNCDH

christinelazergesC’est bien connu : ce n’est pas parce que vous voici sorti d’une grande école ou que vous êtes doté de titres universitaires « ronflants » que vous faites preuve d’une grande sagesse, à tous les coups.
Illustration de cela : les propos proférés pour une certaine (ou plutôt incertaine) Christine LAZERGES « professeur de droit privé à l’université Panthéon-Sorbonne », présidente de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, une sorte de « bidule » bien dans l’air du temps, propos rapportés par l’édition du 10 avril 2015 du quotidien Libération qui consacre un dossier (un de plus !), je vous le donne entre mille, au « Racisme »…. Voici ce qu’ose soutenir Christine LAZERGES : « Plus vous êtes diplômé et inséré socialement, moins les préjugés racistes semblent (sic !) ancrés ». Pourquoi donc employer le verbe « sembler », soyez donc encore plus affirmative Christine LAZERGES (vous êtes professeur, non ?) et utilisez donc le verbe « être » ?
Hé oui ! Madame, le vulgum pecus habite dans des immeubles vétustes, à l’aspect peu engageant, où la propreté et le chatoiement des couleurs ne sont guère de mise ! Quoi d’étonnant alors que la question cardinale de « l’antiracisme » ne soit pas prioritaire.
Christine LAZERGES, ne soyez pas hypocrite et dites nous carrément ce que vous pensez : à savoir les racistes sont les petits blancs miséreux qui votent Front National.
Un peu plus loin dans l’entretien, je relève ceci (le bouquet du feu d’artifice !) : la CNCDH « recommande aussi une laïcité ouverte, apaisée et non stigmatisante » (NDLR ; cela commence fortissimo !) et … l’on y vient : « Par exemple, en ce qui concerne le voile, qu’il n’y a aucune (c’est moi qui souligne) raison de l’interdire à l’université. J’ai eu des étudiantes voilées … »
Aucune raison, Madame Christine LAZERGES, vraiment ?
Personnellement j’en vois trois :
Primo :
La prohibition dans l’espace public de toute manifestation de prosélytisme religieux, faute de quoi à terme, la paix civile est menacée. Je n’ai certes pas d’étudiantes musulmanes sous ma tutelle professorale, mais plusieurs amies d’origine musulmane de longue date dont une Française d’origine grand comorienne qui vient de me déclarer tout récemment qu’elle est contre le voile à l’Université. C’est donc que vous la désavouez, Madame LAZERGES, en lui donnant tort. Une Française d’origine algérienne, bac + 6 ou bac + 7, je ne sais plus très bien, m’a fait savoir très récemment qu’elle est contre le port du voile, dans tout l’espace public.
Il y a, Madame, quelque raison à prendre son opinion en considération : elle a vécu en Algérie durant la « décennie noire » et a été une cible potentielle quotidienne pour les barbus dont vous sous-estimez délibérément la nocivité et la dangerosité.
Secundo :
Le port du voile infériorise et infantilise la femme. Il n’y a pas lieu de refaire ici le procès de toutes les sociétés plus ou moins théocratiques où règne le code de l’infamie ; mais quand même Madame, oubliez-vous qu’en Occident même, le combat disons féministe » (pour faire court) fut de longue haleine ! Que de chemin il reste à parcourir en terre d’islam ! Etes-vous seulement sérieuse avec votre « laïcité ouverte ». « Ouverte » aux exigences des barbus ! Comment osez-vous parler de laïcité « non stigmatisante » alors que le voile par sa seule existence stigmatise la femme !
Tertio :
Le voile sur lequel vous demandez que soit jeté … un voile est de plus en plus porté par des femmes tout de noir vêtues. Preuve s’il le fallait que l’islam qui se décline en islamisme, apparaît comme une religion mortifère. Observons donc les idées diffusées par l’Etat islamique pour comprendre ce qui nous guette : la mort, encore la mort, partout la mort… Ces islamistes qui apprennent à leurs enfants à tuer, ce que même les nazis n’osaient pas faire !
Alors Christine LAZERGES, en prenant publiquement position pour le voile à l’Université, de surcroît en tant que présidente de la CNCDH, non seulement vous vous discréditez totalement, mais vous ôtez toute autorité morale au désormais bidule intitulé CNCDH.
Jean-Michel WEISSGERBER

image_pdfimage_print