Lieutenant-colonel : le réserviste citoyen n’est pas militaire

Publié le 28 juillet 2018 - par - 49 commentaires - 6 615 vues
Share

Il ne faut pas confondre un grade, qu’il soit universitaire, militaire ou civil, avec un titre de courtoisie ou de complaisance.

La nouvelle et microscopique réserve citoyenne, dite de défense voire de sécurité, n’est pas un grand corps constitué de l’Etat. Ce n’est pas le service de défense civile toujours légalement dû par les Français jusqu’à l’âge de cinquante ans et toujours pas constitué par l’Etat quarante ans après son rappel à l’ordre par les députés Raymond Marcellin et Edouard Bonnefous. Ce n’est qu’une visibilité textuelle donnée aux contributions individuelles de collaborateurs bénévoles de l’Etat. Ce fut aussi, à l’origine, une vague promesse de compensation honorifique à la radiation autoritaire massive des cadres militaires (de la vraie réserve) au 1er janvier 2003.

Les appellations de courtoisie qui sont temporairement conférées dans ce cadre de la réserve citoyenne n’ont même rien à voir avec les grades militaires honoraires, lesquels sont en quelque sorte une confirmation (non nécessaire) de la possibilité de continuer à jouir, après la radiation des cadres militaires, de l’appellation liée à la détention d’un grade à titre définitif. Ces appellations n’ont rien à voir non plus avec les grades civils du ministère de l’Intérieur attribués par analogie avec les grades militaires, comme ceux des pompiers civils à qualifications, responsabilités et prérogatives équivalentes à celles des sapeurs-pompiers militaires portant le même uniforme dans le même corps de sécurité civile, ce qui explique d’ailleurs qu’un lieutenant militaire adressera spontanément un salut réglementaire à un capitaine des pompiers, ce qu’il ne fera pas envers un autre cadre A de la fonction publique civile, comme un inspecteur ou commissaire de police récemment affublé d’un « grade » destiné à éviter la disparition complète des appellations dans une société en voie de démilitarisation totale… à l’exception notable des préfets accoutumés au salut lorsqu’ils sont en uniforme.

Ces appellations nouvelles n’ont même pas l’antériorité coutumière ou l’acceptabilité sociale du « maître » sous lequel se présentent, et entendent être appelés, les avocats autrefois juste titulaires d’une licence et aujourd’hui parfois d’un doctorat, la maîtrise elle-même n’étant d’ailleurs plus un grade universitaire (en France) depuis 2002.

La réserve citoyenne ayant pour objet officiel de contribuer aux relations entre l’armée et la société civile (et à la diffusion de l’esprit de défense), l’attribution d’appellations de grades à titre temporaire a surtout pour objet d’aider les militaires à situer, par analogie, le niveau général de leurs collaborateurs citoyens, comme c’était autrefois le cas avec l’attribution de vrais grades militaires par assimilation, mais à titre temporaire et sans prérogatives de commandement, à certains spécialistes recrutés directement en milieu civil (sans formation militaire) pour des emplois de réserve ou de complément, par exemple dans le domaine médical ou plus récemment informatique. Il s’agissait alors cependant d’experts et spécialistes appelés à travailler en tenue militaire, et donc sur la poitrine ou l’épaule desquels leurs interlocuteurs cherchaient instinctivement un insigne de niveau… comme pour les aumôniers, assimilés sous-lieutenants ou capitaines selon leur statut.

Le réserviste citoyen n’est pas militaire, même lorsqu’il est en « service » bénévole, et ne porte par d’uniforme, sauf dans la marine par une tolérance d’us issue de l’origine militaire de ses réservistes citoyens. Il n’a bien sûr aucune prérogative de commandement ni même hiérarchique, et ne saurait attendre de salut réglementaire de la part d’un cadre militaire, ce qui ne dispense pas ce dernier le cas échéant des marques de respect dues au niveau social ou professionnel du réserviste, que l’attribution d’un « grade » à titre honorifique était, jusqu’en ce mois de juillet 2018, censée aider à déterminer. Ainsi une appellation de grade de sous-officier pouvait-elle laisser entendre que le réserviste citoyen était d’un niveau conventionnel d’agent de maîtrise ou technicien supérieur, équivalent d’un cadre B de la fonction publique, niveau III de qualification nationale et titulaire d’un diplôme Bac+2 du XX° siècle, ou Bac+3 s’il avait passé le baccalauréat après 2000. Une appellation de grade d’officier subalterne pouvait laisser entendre un niveau conventionnel de cadre, équivalent d’un cadre A de la fonction publique, niveau II de qualification nationale (expertise scientifique) et titulaire d’un diplôme Bac+4 du XX° siècle, ou Bac+5 s’il était né après 1980. Et une appellation de grade d’officier supérieur pouvait laisser entendre un niveau conventionnel de cadre supérieur confirmé ou dirigeant, fort d’une quinzaine à une vingtaine d’années d’expérience d’encadrement de services, niveau I de qualification nationale (conception et recherche) aujourd’hui nécessairement titulaire de plusieurs diplômes de troisième cycle dont certains de milieu de carrière, et d’un niveau conceptuel comparable à celui des officiers diplômés ou brevetés de l’enseignement militaire supérieur.

Sauf erreur, un docteur ne se verrait pas affubler directement de barrettes de complaisance de commandant sans être au moins habilité à diriger des recherches, et n’obtiendrait celles de lieutenant-colonel avant due reconnaissance de services émérites dans le « grade » antérieur. Les plus hautes autorités qui mettent bénévolement leur expertise au service de l’Etat depuis de nombreuses années ne sauraient imaginer quelle qualification pourrait justifier une assimilation au grade de lieutenant-colonel avant même l’âge et l’ancienneté professionnelle auxquels le lieutenant de gendarmerie de recrutement direct le plus brillant puisse statutairement espérer passer capitaine. Dans le service de santé des armées, la troisième barrette de capitaine est conditionnée à l’obtention du doctorat d’exercice (de médecine ou odontologie par exemple). Cependant, en théorie cognitive, de même qu’il n’est pas interdit à certains génies surdoués de passer le baccalauréat à douze ans, rien n’interdit à un gendarme auxiliaire, confirmé soldat de base après cinq ans d’observation et notation dans la réserve opérationnelle de la gendarmerie, d’acquérir en quelques mois, à l’âge de vingt-six ans, une haute expertise conceptuelle totalement absente du vivier des milliers d’officiers supérieurs de réserve ou en retraite de la gendarmerie, comme vient d’ailleurs de l’expliquer le général d’armée directeur général de la gendarmerie nationale.

Quoi qu’il en soit et en l’absence de lien du sang ou de sperme, comme vient de l’assurer fort élégamment le titulaire de la magistrature suprême, on ne saurait appeler népotisme la recommandation appuyée d’un exécutant en barbouzerie élémentaire pour l’attribution d’une distinction de doctor honoris causa et guardiæ prætoriæ, pas plus qu’on ne pouvait appeler népotisme la nomination d’un cheval comme sénateur de Rome par un empereur qui ne faisait là que manifester sa vision de la respectabilité des institutions.

La gendarmerie française, d’ailleurs, a au moins une option que n’avait pas le sénat sous Caligula, à savoir restaurer la crédibilité et la respectabilité de sa hiérarchie des grades en dégradant immédiatement, avant la rescision unilatérale de contrat, tout collaborateur à une mission de relations publiques et renforcement d’image (raison d’être de la réserve citoyenne) qui aurait non seulement failli volontairement à cette mission, mais aurait de plus par des comportements inappropriés, publics et délictueux nui à la réputation de la gendarmerie nationale, des corps d’officiers, et de l’Etat. De vrais officiers des armes ont été cassés pour bien moins que cela. Evidemment et dans l’esprit de réparation qui préside à toutes les obligations de publication légale jointes aux condamnations pour diffamation, la direction générale de la gendarmerie nationale devra assurer à cette dégradation une publicité au moins équivalente à la mauvaise publicité que lui a occasionnée l’affaire Benalla, et même dans ce cas il n’est pas certain qu’elle puisse restaurer totalement sa crédibilité institutionnelle et la réputation de discernement et sagesse nécessaire à l’accomplissement de ses missions.

Pour sa part, à l’âge canonique de soixante ans inégalé par la vingtaine de constitutions qui l’ont précédé en moins de deux siècles, le régime revient au niveau de respectabilité et de légitimité conféré dès sa fondation par les actes séditieux, du 27 au 29 mai 1958, d’un ancien véritable officier usurpateur d’un grade de complaisance auto-attribué.

Stratediplo

www.stratediplo.blogspot.com

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
denis

Ce type ,comme son bienfaiteur,chef des armées ,n’a jamais pratiqué le moindre maniement d’armes.C’est une armée mexicaine et un régime bananier! Pauvre,pauvre France

Garde Suisse

Pour information, depuis la réforme de 1995, il n’existe e plus d’inspecteurs de Police, ils sont remplacés par les grades de Lieutenant, capitaine et commandant.

Garde Suisse

Je voudrais rappeler quelque chose à ceux qui disent que De Gaulle a déserté et qui sont sans doute admirateurs de Napoléon 1er. Bonaparte a abandonné deux fois son Armée face à l’ennemi, lors de la campagne d’Egypte et lors de la campagne de Russie. On peut également rappeler qu’il a refusé de rejoindre son corps en Vendée lorsque il avait été nommé sur ce théâtre d’opération . Il est heureux que De Gaulle ait rallie Londres en 1940 !

Stratediplo

« Ceux qui disent que De Gaulle a déserté » ne sont pas nécessairement des bonapartistes et ne se croient pas nécessairement autorisés à juger ce qui « est heureux » ou pas, ce sont simplement des gens qui ont eu connaissance de sa condamnation judiciaire pour désertion, soigneusement cachée ensuite par les régimes fondés par ses coups d’Etat ultérieurs.

Markorix

Si les intéressés confondent les « …appellations de courtoisie… » avec une lettre d’embauche, il faut vigoureusement les leur enlever. Celui qui se distingue est forcément apprécié, mais il doit rester à sa place. Et encore faut-il qu’il se soit distingué. C ‘est tout, et d’ailleurs c’est bien l’ un des fléaux actuels: l’absence de limites à l’ambition personnelle (ego + fric + appartenance à la cour des… « grands » ). Et le résultat est là.

Yves ESSYLU

Celui -lâ est citoyen mais de quel pays ?

Jobig

Merci pour ces éclaircissements. Il faut dire que l’administration française ne fait jamais dans la simplicité. Autre exemple d’équivalence de grades : dans la marine marchande, il me semble que certains officiers ont ipso facto la correspondance avec le grade militaire et le droit de porter l’uniforme de la Royale en certains cas. Au passage, seuls les initié peuvent distinguer les uniformes de la Marchande de ceux de la Royale tant ils se ressemblent.

djangoo

Macron, ce cloporte, n a jamais été élu mais coopté par le systeme
mediatique pourri (BFM DRAHI TV, l Express, Libé, L Obs, L Im Monde..)
qui gouverne desormais ce pays – Au moins au Mexique, il existe la possibilité
de RESISTER a l oppression…La France ressemble de plus en plus
aux Republiques bananieres, la Liberté en moins !! ça sent
la dictature a plein nez ! Meme LCI s est couchée devant le minet
de l Elysée !! Je pense de plus en plus quitter ce pays…

Terron

C pénible de lire ce genre de réaction idiote sans fondement sans réalité sans preuve juste des insultes gratuites et tellement ridicules
Typiquement français nous avons la chance d’avoir un président jeune qui ce bât pour nous et tous ces gens qui écrivent des idioties c’est fatiguant. Faire et dire du mal juste pour le plaisir de détruire.
Dans tous les cas notre président est plus représentatif qu’un Hollande un Sarkozy

Nemesis

Vous êtes sous influence Terron. Permettez donc que les autres s’expriment. Si EM est votre président et qu’il détruit notre pays en faisant n’importe quoi ce n’est pas forcément l’avis de tout le monde.

Tournesol

Ok

Verdammt

Un Troll chez nous. Baigon vert ou baigon jaune pour un caffard.

clercophage

à djangoo. :  » je pense de plus en plus quitter ce pays… »
BONNE IDÉE !

Nemesis

EM, comme NS et FH, est pour la discrimination positive. Si personne ne l’arrête ce sale type continuera ses basses œuvres destructrices et ridicules. Car enfin, affubler ce « gros bras » d’un tel titre : Lieutenant-colonel, mérite des tartes dans la gueule. Jusqu’où va-t-il aller le morveux de l’Elysée ?

Terron

Vous devriez vous renseigner et avant d’écrire n’importe quoi chercher la différence entre un lieutenant colonel d’active et de réserve
Autre chose, pas la peine d’écrire des insultes cela prouve votre limite, en effet lorsqu’on ne sais rien on insulte un peu comme un chauffard qui grille un feu rouge , évite de peu un piéton dans son droit, ouvre la fenêtre pour l’insulter

Nemesis

Pour moi un garde du corps c’est un gros bras. D’ailleurs sa réputation remonte à sa montée en puissance avec Martine Aubry.
La vérité vous dérange dirait-on et vous assimilez cela à une insulte. Pauvre de vous ! En général ceux qui refusent la vérité et la discussion ce sont les musulmans. N’est-ce pas ?

Виктор Владфмирович (Viktor Vladimirovich)

es qualité d’officier de réserve honoraire qu’il me soit permis de vous dire qu’on ne devenait pas LCL à 29 ans du temps où le Service national était actif. L’O.R. s’il voulait progresser du grade de s/Lt au grade de Col. devait faire acte de volontariat, de disponibilité (pas tjrs facile avec son job) et de compétence en suivant régulièrement des périodes, des cours, des évaluations, voire passer des exams (cf. les ORSEM). De plus l’O.R. reconnu apte par le Commandement avait une affectation

Stratediplo

On ne devient pas non plus LCL à 26 ans dans la nouvelle réserve militaire. Cela n’a d’ailleurs rien à voir avec le service national mais avec la gestion des réserves. De fait aujourd’hui la formation, l’affectation, le service et donc l’avancement sont encore plus difficiles (car non désirés par le ministère) que de votre temps. Je reviendrai sur cette question en août, dans un article hors sujet pour RL mais lisible sur mon blogue.

Виктор Владфмирович (Viktor Vladimirovich)

Merci Stratediplo pour ces précisions.
Il m’arrive de relire « La huitième plaie » et « Le Septième scénario » ; les 8ème et 9ème scenarios paraissant de plus en plus plausibles avec une Algérie dont la puissance militaire croissance, devient une réelle menace pour la France . Il faut une demi-heure à un Sukhoï 24 décollant d’Alger pour se mettre à portée de tir de Marseille ou Montpellier. Et pendant ce temps la notre unique P.A. est toujours en rénovation !

Stratediplo

Le Septième Scénario a reçu, en privé, les éloges des plus hautes autorités militaires. L’une d’elles m’a confié que c’était le neuvième, à savoir l’intervention d’une coalition multinationale d’interposition et d’imposition d’une autre paix après la sécession jade locale, qui inquiète le plus. On le croit inéluctable à terme, mais ça restait paraît-il une menace floue dont on n’avait pas le droit d’étudier les enchaînements.

Stratediplo

J’ajoute qu’on ne m’a ni payé un centime pour ce 7°, ni invité à l’exposer devant l’un des groupes de réflexion des ministères de la défense et des affaires étrangères, ni offert de participer aux travaux d’un organisme de doctrine ou de renseignement stratégique. On m’a dit que j’avais fait du très bon travail mais qu’il ne fallait effrayer personne. On a cherché à savoir qui se cachait derrière le pseudonyme, or on l’aurait su si on lui avait proposé une affectation ou une mission d’étude.

marco

Lieutenant colonel et tous les avantages qui vont avec comme pour le colonel vincent placé, bien placé celui là aussi.
Terron casses toi tu nous pompes l’air, lèche cul de merde.

Tournesol

Aveugle

Stratediplo

Entre un lieutenant-colonel d’active et de réserve la différence est le lien au service, si vous parlez de la réserve militaire bien entendu (pas de la « réserve citoyenne » puisqu’on vient d’exposer que même LCL n’y est pas un grade militaire).

Verdammt

Gna gna gna le troll.
Tu dois te toucher le pipi bien souvent.

Capitaine caverne

Certains réservistes citoyens même dans la gendarmerie peuvent avec l autorisation de leurs chef de corps porter l uniforme si ce sont d ex militaires d actives ou de réserve operationelle et/ou si cela est utile à l institution.
Il existe des réservistes citoyens qui travaille vraiment gratuitement pour l armée. Benalla n étais pas réserviste citoyen mais juste réserviste spécialiste pour une nébuleuse mission qu il ne semble pas d ailleurs avoir rempli.

DUFAITREZ

Un Officier d’Opérette dans le décor de l’Elysée ! Rien de plus…
Ou à l’Opéra Comique ?

Gauch Francis

Texte très documenté… Et très bien écrit. Mais il n’a aucune utilité pour alimenter la polémique sur A. Benalla puisque lui, n’est pas un réserviste citoyen…

Stratediplo

Vous en savez peut-être plus que moi, j’ignore ce qu’il est ou n’est pas.

Asdepique

Il y a dans notre république les ltc de complaisance et ceux que l état à rayé de ses mémoires.
Ce cas n est que une fumisterie.
N oublions pas à qui aujourd’hui on attribue la légion d honneur…
Nous avons simplement un gorille qui c est pris la grosse tête.
Pour les vraies polices parallèles que les gaullistes d aujourd’hui se souviennent du SAC…
ET DES BARBOUZES sortis de prisons pour conter les vrais soldats en Algérie.
Les BARBOUZES ne sont pas les hommes du renseignement

Stratediplo

D’une manière générale un service d’action ne saurait être un service de renseignement. Et évidemment un service d’exaction encore moins…

Dominique Martin

Il y a des gens qui ont intérêt à condenser leur pensée…..s’ilsveulent des lecteurs pour flatter leur narcissisme …..

Stratediplo

Il y a des gens qui ont intérêt à développer leur pensée… s’ils veulent des lecteurs pour flatter leurs commentaires narcissiques. Ils pourraient même écrire une fois dans leur vie un article constructif pour donner des leçons de style aux contributeurs bénévoles non journalistes de RL. Et il y a aussi des lecteurs dont aucun rédacteur ne veut.

Yves ESSYLU

Peut être mais les apparences sont trompeuses, pourquoi utiliser les mêmes dénominations que pour les militaires ?

Stratediplo

Pourquoi les mêmes dénominations ? Mais justement pour flagorner les uns et induire en erreur les autres.

Jlll

Avec le  » colonel » ivrogne Place, ils font la paire.

JEAN LOUP

De Gaulle fut nommée Général de Brigade à titre temporaire, fin mai 1940, en temps que sous secrétaire d’état à la guerre, puis fut cassé de son grade à titre temporaire,par le président Albert Lebrun, pour sa désertion le 17 JUIN 1940, l’armistice fut signé entre la France et L’Allemagne le 23 juin 1940 à 0 Heures. quelques jours plus tard à l’issus de son procès pour désertion, De Gaulle redevins simple Colonel d’Infanterie.

Allobroge

Nommé à titre temporaire dans le gouvernement REYNAUD parce que sous secrétaire d’état à la guerre, le gouvernement auquel il appartenait ayant démissionné il redevenait de fait colonel et devait se soumettre aux ordres du général WEYFGAND nouveau patron de l’armée française.Or DE GAUKLLE espérait quelque part que PETAIN le reprenne dans son gouvernement, ce qui ne fut pas et comme il ne voulait pas obéir à WEYGAND, forte personnalité également, il préféra partir en catastrophe mais non sans sub

Allobroge

il préféra partir en catastrophe mais non sans subsides en Angleterre tenter sa chance et forcer le destin.Or comme l’armistice n’était pas encore signé et que les troupes nazies combattaient et envahissaient le territoire, DE GAULLE de fait était déserteur devant l’ennemi !Qu’aurait-on dit d’un soldat qui se serait affranchi de ses devoirs au motif qu’il préférait les assumer en Angleterre plutôt qu’en France ou parce que ses chefs ne lui convenait pas ?

Stratediplo

Seulement condamné pour désertion mais pire qu’un collaborateur, il était un véritable traître puisque partisan de l’union d’Etat proposée par la perfide Albion. L’Histoire a montré que la France pouvait se relever d’une neutralisation et occupation par l’Allemagne avec maintien de souveraineté, seule la fiction peut imaginer si elle aurait ressuscité d’une annexion au Royaume-Uni.

Stratediplo

Très juste. Général à titre temporaire pour la durée de la guerre, cela existe toujours dans le statut militaire. Même s’il n’avait pas été individuellement cassé pour désertion (pas simplement rétrogradé pour changement d’affectation) par l’autorité qui l’avait nommé, il aurait été automatiquement rendu à son dernier grade définitif, comme les autres généraux temporaires, à la fin de la guerre quelques jours plus tard.

Stratediplo

L’armistice a été demandé le 17 juin, ce qui a motivé le pronunciamiento du lendemain qui commence par « la guerre n’est pas finie » et termine par « signé le général ».

Jobig

Si je ne me trompe, De Gaulle était colonel commandant le 507ème régiment de chars de combat. Il appartenait donc à la cavalerie blindée et non à l’infanterie.

Stratediplo

Il servait effectivement alors dans une unité cuirassée, mais il était fantassin.

jan le Connaissant

Heu …

montecristo

D’accord Stratediplo ! Mais passer de vrai Brigadier à faux Lieutenant-Colonel, y compris de complaisance … il y a tout de même une marge !

Allonzenfan

Mais on s’en bat les roustons de ces conneries, l’idée même qu’une racaille émancipée puisse bénéficier du moindre respect du à l’attribution d’un grade fictif m’est totalement insupportable !

Victor K

Ouaip !

Stratediplo

Il faut dire que là le micron a innové, ses prédécesseurs nommaient simplement leurs taupes marocaines secrétaires d’Etat voire ministres et il n’y avait pas grand-chose à objecter à la décision arbitraire.