L’impossible deal entre Israël et les arabo-palestiniens

Publié le 26 juin 2018 - par - 28 commentaires - 689 vues
Share

Yitzhak RabinBill Clinton et Yasser Arafat durant les accords d’Oslo le 13 septembre 1993.

Avez-vous essayé ne fût-ce qu’une fois de compter le nombre de propositions faites aux arabo-palestiniens afin de conclure un contrat de paix entre Israël et ses contestants arabo-palestiniens ?

Nous allons ici vous donner un petit aperçu dans le but de vous prouver le manque de candeur arabo-palestinien.

L’accélération de l’arrivée des Juifs en Palestine, sous mandat britannique, pousse l’ONU à recommander la division en deux États : juif et arabe le 19 novembre 1947. La ville de Jérusalem est placée sous contrôle des Nations unies. Depuis ses origines, le conflit israélo-arabe est donc d’essence territoriale.

Le 14 mai 1948, le Premier ministre israélien Ben Gourion proclame la re-naissance de l’État d’Israël, reconnue aussitôt par les États-Unis et l’URSS. Dès lors, un conflit durable d’envergure internationale se déclenche dans la région du Proche et du Moyen-Orient.

Une première guerre débute et se termine en 1949 au profit de l’état israélien dont la superficie augmente de 40%. De nombreux arabo-palestiniens vont se réfugier dans les états arabes environnants. En fait, le conflit n’existait pas entre les arabo-palestiniens et Israël, mais bien entre les états arabes qui refusaient une entité juive en Palestine laquelle n’appartenait ni aux arabes et ni à toute autre entité… étant sous tutelle britannique avant d’échouer à celle de l’ONU.

Les guerres infligées à Israël étaient d’origine arabe : celles de 1948, 1953, 1967 et finalement celle de 1973. Ayant perdu toutes leurs guerres contre Israël, les pays arabes impliqués et guidés par le KGB russe, s’étaient vus contraints de créer de toutes pièces un peuple palestinien, chassé de ses territoires, discriminé, qui luttait pour la reconquête de sa patrie.

Alimentés par ces illusions et fausses revendications, les arabo-palestiniens, qui en vérité ne forment pas une nation, créèrent avec l’aide et le support financier et militaire des pays arabes, des factions terroristes. La terreur réussissait mieux à frapper l’ennemi israélien et l’érodait en son sein. L’idée qui s’était incrustée dans la logique des Israéliens aussi bien que dans celle des pays d’Occident, était que la paix ne pourrait être accessible que suite à des concessions territoriales aux arabo-palestiniens.

Ce qui nous projette vers les maudits accords d’Oslo, avec sa reconnaissance d’un peuple fictif palestinien, la restitution des territoires dits palestiniens aux arabo- palestiniens et le virement dramatique vers une généralisation de la terreur sur tout le territoire israélien et les pays limitrophes…

Que ces territoires soient reconnus ou pas comme territoires israéliens, la terreur frappait les Israéliens à Tel-Aviv, à Haïfa, à Jérusalem de l’Est, à Netanya etc. Il ne restait plus un coin de territoire israélien qui n’en fut affecté. Arafat n’était plus très loin d’accéder à la victoire… celle à laquelle les plus fous d’entre eux, n’arrivaient même pas à imaginer.

Ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant, – les visées de ces factions de terroristes arabo-palestiniens s’étaient tournées contre ceux qui les avaient créées : Les États voisins d’Israël sont déstabilisés par la menace palestinienne en Jordanie (difficultés avec les réfugiés – mission Karameh)La guerre au Liban fait caisse de résonance avec le conflit israélo-palestinien. Le pays, déstabilisé par l’installation des Palestiniens chassés de Jordanie en 1970, entre dans une guerre civile qui commence par un accrochage entre phalangistes chrétiens et Palestiniens en 1975 à Beyrouth.

Nous constaterons plus tard, que l’Egypte n’en sera guère épargnée avec l’instauration de la confrérie musulmane, patron du Hamas…

Extrait d’un texte de Pierre Rehov, publié sur le Figaro

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2017/06/30/31002-20170630ARTFIG00338-pourquoi-la-paix-continue-d-etre-impossible-entre-israel-et-palestine.php

La nébuleuse terroriste étant multi Céphale, le monde musulman ayant, dans son ensemble, rejeté Israël depuis sa fondation et l’Autorité Palestinienne ne symbolisant qu’un point d’achoppement d’un conflit bien plus large, le simple fait d’avoir rebaptisé le conflit Israélo-Arabe (qui s’étend à l’Iran depuis la révolution de 1979 ) en conflit Israélo-Palestinien, cache une réalité bien plus vaste à laquelle Israël ne cesse d’être confronté.

S’il est tout à fait légitime de critiquer le gouvernement israélien, comme celui de n’importe quel pays, et même de s’insurger contre nombre de ses politiques, il serait dommageable de passer à côté de certaines vérités, qui font que les Israéliens s’inquiètent de la crédibilité du partenaire pour la paix que l’on tente de leur imposer.

L’Autorité palestinienne verse des pensions aux responsables d’attentats terroristes et à leurs familles.

Tout en affirmant avoir une main tendue vers la réconciliation, Mahmoud Abbas continue de consacrer une partie du budget de l’autorité palestinienne à la rémunération des terroristes incarcérés dans les prisons israéliennes, de leurs familles et de celles dont les membres ont été éliminés au cours d’un attentat. La loi palestinienne est claire dans ce sens. Le montant des allocations et des pensions versées est proportionnel à la lourdeur de la peine, autrement dit au nombre des victimes, juives ou non juives,  entraîné par le terroriste bénéficiaire. Il s’agit d’une pratique décriée depuis longtemps par les gouvernements israéliens successifs et, depuis peu, par la Maison Blanche et certains gouvernements européens.

Pour l’Autorité palestinienne, s’infiltrer dans une maison et assassiner une jeune fille endormie dans son sommeil, tirer à vue sur des consommateurs attablés à la terrasse d’un restaurant, ou se faire exploser au milieu d’adolescents devant une boite de nuit, est un acte de résistance contre l’occupation israélienne. Soit dit en passant, ces « actes contre l’occupation » étaient monnaie courante avant 1967 et la conquête par Israël des territoires préalablement occupés par l’Egypte et la Jordanie.

Selon le code civil palestinien, ces terroristes bénéficient du titre de mujahid (combattants) lorsqu’ils sont vivants, ou de shahid (martyrs) lorsqu’ils ont perdu la vie au cours de leur « mission ».

Très récemment, Mahmoud Abbas a été jusqu’à traiter le Premier ministre israélien de « raciste » pour avoir osé affirmer que ces sommes monstrueuses, (7% du budget de l’AP) finançaient et incitaient au terrorisme. Interrogé sur la nécessité et la raison de cette pratique, il a répondu que c’était son « obligation sociale inscrite dans la loi ».

Imaginons un instant la France voulant faire la paix avec Daesh, tandis que Daesh continue à promettre des retraites à vie et autres récompenses, à quiconque renouvellerait le massacre du Bataclan ou de la promenade des Anglais à Nice.

Impensable.

C’est pourtant la situation à laquelle est confrontée Israël, tant que son seul interlocuteur reste l’Autorité Palestinienne.

Les Arabes de Palestine ne sont pas prêts à renoncer au « droit au retour »

Si nombre d’exigences arabes sont négociables, il va sans dire que le droit au retour des descendants de descendants de descendants des « réfugiés » de 48, maintenus dans des camps par les pays arabes voisins et privés de la quasi-totalité de leurs droits, notamment au Liban et en Syrie, est une impasse majeure, qui entraînerait illico la disparition d’Israël sous un flot incontrôlable d’individus sans qualification et nourris dans la haine d’Israël.

Interrogé sur ce point, Abbas répond systématiquement que c’est leur droit inaliénable. Sa vision de la paix, issue du concept « deux pays pour deux peuples » se résume à une Palestine Judenrein (dans laquelle aucun juif ne serait toléré) d’un côté, et une nation multiculturelle de l’autre, que la démographie musulmane rendrait rapidement majoritaire. Autrement dit, deux pays pour un peuple. Un concept inscrit dans la Charte du Fatah et de l’OLP, déclaré caduc par Yasser Arafat, mais qui n’en a jamais été retiré. Incidemment, aucune mention n’est jamais faite du million de juifs spoliés et chassés des pays arabes après 1948.

Les manuels scolaires palestiniens ne reconnaissent pas l’existence de l’état d’Israël

L’Autorité Palestinienne voudrait faire annuler la déclaration Balfour de 1917

Yasser Arafat et Mahmud Abbas n’ont jamais accepté les généreuses propositions de paix faites par Israël

Arafat l’avait indiqué le 10 mai 1994, à la grande mosquée de Johannesburg, juste après avoir signé les accords d’Oslo. « Ce compromis n’a d’autre valeur que l’agrément accordé à la tribu Koraichi par le prophète Mahomet. » Autrement dit, tout accord avec Israël ne peut être que provisoire et avoir pour but sa disparition. En août et septembre 2000, en réponse à la proposition d’Ehud Barak de reconnaître un état palestinien démilitarisé, sur 94% des territoires, avec Jérusalem Est pour capitale, et le partage des lieux saints, Yasser Arafat s’est enfui de Camp David, pour annoncer avec fierté à son peuple qu’il avait rejeté les pressions israéliennes et américaines. Résultat : la seconde intifada, avec son concert d’attentats terroristes et de représailles, faisant des milliers de victimes des deux côtés, et laissant à tout jamais deux peuples meurtris et méfiants.

Le successeur d’Arafat, considéré comme modéré comparativement à l’ancien chef terroriste, a également rejeté la proposition encore plus généreuse d’Ehud Oulmert en 2006, qui lui aurait accordé le contrôle absolu de 98% des territoires, un droit au retour limité et le contrôle total du Mont du Temple, rebaptisé « Esplanade des mosquées ». De fait, Mahmud Abbas n’a même jamais daigné répondre à Oulmert, et s’en vante sous divers prétextes chaque fois qu’il en a l’occasion.

++++++

La gauche israélienne a depuis l’assassinat du Premier ministre Itshaq Rabbin par un juif, essuyé un coup magistral dont elle ne se remettra jamais. Le peuple juif d’Israël ne pourra pas lui permettre l’accès au pouvoir avec ses idées suicidaires de mondialisme, diversité. Loin de ressembler à l’Europe, les juifs d’Israël ne mettront pas de gants si l’intégrité et la protection de leur état est mise en jeu.

Notez-bien que les territoires offerts aux Palestiniens se sont transformés en véritables nids de guêpes, où la terreur et ses initiateurs font la loi. Où est le prétendu peuple palestinien ? Nulle part. Il a fondu dans les hordes de terroristes, qu’elles appartiennent au Fatah, Hamas, Djihad etc. se nourrissant perpétuellement de l’illusion que son heure est proche, et que les juifs finiront par tomber dans le piège d’une paix fictive et se verrons contraints de partir ou de mourir sous le glaive palestinien.

 AM ISRAËL HAY

Thérèse Zrihen-Dvir

https://theresedvir.com/fr/

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Print Friendly, PDF & Email
Share

28 réponses à “L’impossible deal entre Israël et les arabo-palestiniens”

  1. Sami Aldeeb dit :

    Réponse du Chrétien palestinien Sami Aldeeb à la Juive marocaine Thérèse Zrihen Dvir
    https://youtu.be/0hlRZezCsEQ

  2. Sami Aldeeb dit :

    Ceux intéressés, peuvent lire ma réponse à Therese Zrihen Dvir dans mon blog
    https://wp.me/p1gLKx-k1E

  3. Fomalo dit :

    Je n’avais pas une idée claire, parce que très « morcelée » de la situation des différentes factions palestiniennes, depuis 70 ans. Alors merci Thèrèse Zrihen-Vir@ pour cette remarquable synthèse. Je pense que devant l’Islam il n’y a pas d’alternative. Le califat veut regagner ses prébendes et assassiner Israël. C’est sous l’euphémisme de pan-arabisme, le virus sournois de l’oumma qui gangrène tous ces « palestiniens », largement dotés par de nombreux pays musulmans (et européens). Stop.

  4. Sami Aldeeb dit :

    Le nombre ne joue aucun rôle lorsqu’un état applique des lois égalitaires.
    En Suisse il y a environ 70% d’alémaniques, 24% de romands, 5% d’italiens, et 1% de romanches.
    Pourquoi les 5% d’italiens et le 1% de romanches vivent en paix malgré leur petit nombre?
    La réponse est simple: La Suisse est un état avec des droits égaux pour tous, quelle que soit leur origine ou religion.
    Ni les juifs, ni les musulmans n’acceptemt un tel principe d’état égalitaire.

  5. DUFAITREZ dit :

    On connait tout ça ! 70 ans que ça dure !
    La question est démographique (8 M contre ???) et technologique (tout contre rien). La Réussite contre l’Envie.

  6. Sami Aldeeb dit :

    « L’impossible deal entre Israël et les arabo-palestiniens »
    La solution est à la portée de la main. 70 ans de conflits peuvent être réglés en 7 minutes:
    à condition que
    – les judéo-nazis abandonnent leur idéologie, et
    – les musulmano-nazis abandonnent leur idéologie.
    Et tout deviendra possible.
    Mais le voudront-ils?
    J’en doute fort.
    Les idiots juifs et les idiots musulmans ont incapables de laisser tomber leur idiotie.

    • quiditvrai dit :

      Sami Aldeeb, les idiots musulmans tuent au nom de leur religion parce que les textes de l’Islam le prescrive.
      Les idiots juifs ne tuent pas au nom de leur religion.
      En attendant qu’ils changent d’idéologie , je soutiendrai les Juifs parce qu’ils ne menacent pas l’humanité comme les musulmans.
      Pour la première fois je considère que votre jugement fait défaut .

  7. Sami Aldeeb dit :

    Liste des localités palestiniennes détruites par Israël: https://goo.gl/7kfiWK
    Discriminations contre les non-juifs en Israël: https://goo.gl/cDZ2Z4

  8. JILL dit :

    Les  » palestiniens  » ne veulent surtout pas de paix avec Israël ;ils préfèrent entretenir leur statut de victimes éternelles subventionnées par des idiots comme les européens .

  9. JILL dit :

    En effet,les arabo-musulmans n’ont rien à faire sur les terres ancestrales des Juifs, et à fortiori Jérusalem, ville juive plusieurs fois millénaire .Ces soit-disant palestiniens sont un chancre sur les territoires .Les arabes occupent les trois quarts de la Palestine : la Jordanie ;ils devraient tous y être regroupés ;là et ailleurs …les riches pétroliers devraient se faire un devoir,voire un plaisir d’accueillir leurs frères …

    • JILL dit :

      Idiot …les français sont la résultante d’un regroupement de peuples et ses frontières actuelles sont relativement récentes .Les arabes n’ont rien de commun avec la Palestine et à fortiori Jérusalem,et les arabo-musulmans encore moins .

      • Paskal dit :

        Comme les Palestiniens descendent de Cananéens, Philistins, Hébreux d’abord christianisés puis islamisés de gré ou (surtout) de force par les envahisseurs arabes. Les Romains n’avaient pas plus de choses en commun avec la Gaule que les Arabes avec la Palestine.

    • Pélagie dit :

      Tout à fait d’accord avec vos trois commentaire ,il n’y aura jamais de paix en Israël , pourtant il y sont chez eux comme les arabes ,ces derniers n’ont qu’à travailler eux aussi ,ils auront un pays riche ,mais bon ,faut travailler !!!!

  10. Erinye dit :

    Excellent article qui aborde la non existence du peuple palestinien avant celle d’Israel. Il n’y avait alors que des tribus arabes dominée par l’Empire ottoman ; et le Moyen orient ottoman lui même fut dépecé par l’accord Sykes Picot en 1916. On y voit bien la duplicité d’Arafat puis celle de Abbas qui cultivent la haine des israéliens dans le cœur des enfants palestiniens des la maternelle. Impossible de négocier la paix avec un peuple qui aspire à la destruction de l’autre !

    • JILL dit :

      Et les arabo-musulmans quelle est leur légétimité dans le secteur,notamment à Jérusalem .
      Vous oubliez les guerres engagées par les arabes contre Israël …Ils se sont toujours fait dérouiller .

    • Vova dit :

      @ Hé kwè le simplet , on ne connaît plus l ‘ histoire biblique ?? Le Juif Jésus est originaire de Nazareth en Galilée . Les douze tributs hébreuses étaient établies de part et d ‘ autre du Jourdain . Les Arabes colonisèrent cette région au VIIème. siècle , ensuite ce furent les Ottomans ! Les Juifs seraient en droit de réclamer TOUT le territoire de leurs ancêtres , mais il n ‘ entre pas dans les intentions des gouvernements d ‘ Israël de le faire , faut pas mettre de l ‘ huile sur le feu !!

      • Saint-Plaix dit :

        Qui ne connaît pas la bible inculte personnage?
        On parle ici du royaume d’Israel (disparu en – 722) capitale Samarie et du Royaume de Juda (disparu en – 598) capitale Jérusalem!
        Territoires de la taille de deux petits départements…
        Ailleurs il y avait des tas de peuples mentionnés : apprenez donc au moins à lire!
        Après on retourne en période coloniale assyrienne, perse, grecque, romaine, à nouveau perse, puis turque, puis ottomane, puis britannique…

        • France-org dit :

          De quoi y perdre son latin. C’est quoi la solution ?

        • Pélagie dit :

          Dites donc Sainte-Plaie ce serait plutôt vous qui ne connaitriez rien à la bible et à l’histoire !!!

        • Vova dit :

          @Simplet : je vous cite … » les seuls territoires « historiquement juifs il y a trois mille ans » sont la Judée et la Samarie… » . Vous parlez de JUIFS , pas d ‘ Israël !!! Je persiste : la Galilée était aussi terre juive , et elle se situait à cheval sur le Jourdain !!était

  11. Sami Aldeeb dit :

    Ceux intéressés, peuvent écouter mes deux vidéos avec David Belhassen:
    La solution d’un seul État: https://youtu.be/DSJ8jW81-uQ
    Le droit au retour: https://youtu.be/tyfLNK_rAhI
    Et mes deux vidéos:
    Aux idiots israéliens, palestiniens et occidentaux: https://youtu.be/hHpZFEfhy-c
    Jérusalem: Les musulmans et les juifs sont stupides: https://youtu.be/NHbJ3qlWw-M

    • la libellule dit :

      Aue faites-vous ici Sami – vous êtes dépassé par la réalité et vous avez beaucoup de mal à l’accepter. Vos amis, vous les trouverez ailleurs chez Almanar et Oumma. Ouste.

  12. Inconnu dit :

    pourquoi ne parlez-vous jamais des attentats et des assassinats commis par l’Irgoun ?

    • Louise dit :

      Probablement, parce que la majorité des gens ne connaissent malheureusement pas l’histoire troublée et violente de cette région.
      Et que certains préfèrent enterrer ce passé peu glorieux. Attentat de l’hôtel King David par des fanatiques qui se réfugiaient derrière des excuses que personne n’osaient contester.

    • emile enrico dit :

      inconnu et louise ,,,vous etes payes pour DESINFORMER on dirait ,,,mais par qui ,,,,,car vous ouvrez votre grande gueule sans dire ttes la verite ,,,,,,, ni sur l Irgoun ni sur l occupation que le PEUPLE JUIF subissait sur SA PROPRE TERRE ,,,, shame on u

  13. butterworth dit :

    info du consistoireWWW PREPAREZ VOUS http://www.jeuxvideo.com/forums/42-69-56272862-1-0-1-0-la-turquie-envoie-des-troupes-de-protection-vers-la-palestine.htm certaines organisations doivent etre controlees