L'impudence d'Eva Joly face aux légitimes questions de Marine le Pen sur la double nationalité

Voici qu’une Norvégienne, incapable de parler correctement notre langue, prétend non seulement briguer la magistrature suprême dans notre pays avec un accent à couper au couteau (tel qu’il faut prêter une oreille désespérément attentive pour comprendre son discours) et donc incarner, de fait, la France et donc la francophonie à l’étranger, ce qui en dit long sur son amour de notre pays et de notre langue, mais prétend en plus donner des leçons à une Française qui s’interroge sur les dangers pour la cohésion sociale et la possibilité, pour la France, d’intervenir à l’étranger quand les bi-nationaux sont des millions…
Je me sentirais quant à moi fort morveuse si, venue en Allemagne pour travailler et même me marier, ayant obtenu de ce fait la double nationalité, j’osais me prétendre plus allemande que les « nés Allemands » et osais non seulement leur donner des leçons sur leur prétendu racisme, rien que ça, mais en sus leur interdire de se poser la question de la place de l’islam dans leur pays comme l’ancienne magistrate n’a pas craint de le faire ! Elle a même osé dire qu’il fallait supprimer NOS grandes écoles…
Quel culot ! Quelle arrogance bien digne de ses congénères (ils ne méritent pas un autre nom), Verts, Cohn-Bendit et autres Europe-Ecologistes, dont on connaît l’idéal libertaire, et dont on ne dira jamais assez à quel point il est liberticide ! Que ces faux démocrates vendus à Bruxelles et à la mondialisation financière fassent ce qu’ils veulent dans leur vie privée, peu nous chaut, qu’ils prétendent imposer à tous leur haine du peuple (n’oublions jamais le mépris haineux de Cohn-Bendit pour les Suisses qui avaient osé voter non aux minarets) et leur vision terrible d’un monde où tout se vaut et où, surtout, l’étranger doit imposer sa loi aux autres qui n’ont qu’à faire profil bas est révoltant et inacceptable.
Alors, quid du débat sur la double nationalité ? Comme le souligne Michel Garrotté, est-ce « l’islam – et non pas l’origine étrangère en soi – qui pose problème » ?
Que l’islam pose un énorme problème à cause du refus de la démocratie et de nos valeurs qu’il véhicule, c’est évident, qu’il pose doublement problème à cause de l’immigration, en nombre très élevé, de ressortissants, musulmans notamment, à double nationalité en est un autre car, comme le fait justement remarquer Marine le Pen, si des millions de Français sont aussi des Algériens, des Marocains ou des Libyens, comment la France peut-elle avoir les mains libres pour sa politique économique ou pour la défense de la France ? Comment la France, si elle était attaquée par un Etat, pourrait-elle espérer se défendre efficacement en ayant dans ses rangs des milliers d’engagés à la double nationalité qui devraient autant à la France qu’à leur autre patrie, de cœur ou de naissance ?
On me répondra que l’on peut être seulement Français, détester son pays et être prêt à se battre pour un autre que l’on préfère. Certes, mais à qui fera-t-on croire que les manifestations identitaires auxquelles on assiste régulièrement de la part de Français à double nationalité ne montre pas clairement que les papiers français ne sont pour nombre d’entre eux qu’intérêt bien compris assorti de haine pour le pays où ils vivent ? Qu’on se rappelle le drapeau français remplacé par le drapeau algérien à Toulouse puis brûlé, qu’on se rappelle la Marseillaise sifflée, qu’on se rappelle les caillassages de forces de l’ordre et de pompiers, les bus et écoles brûlés, qu’on se rappelle ces tee-shirts qui ont servi de modèle à une affiche qui a déclenché l’lire des droidelhommistes …
Alors oui la double nationalité est aussi un problème quand on n’adhère pas aux valeurs et aux lois du pays où l’on vit. Alors oui la double nationalité est aussi un problème quand on veut imposer dans son pays les lois et coutumes d’un autre, pourtant quitté par soi ou ses parents…
Alors oui il est temps de remettre en question le droit du sol. Alors oui il est temps que ne deviennent français que ceux qui le veulent, non par opportunisme ou par intérêt économique, mais par amour, tout simplement, de notre pays.
Alors oui il faut remettre en question la double nationalité, non peut-être pour la supprimer, car des individus isolés peuvent, et on le conçoit, être attachés à leur patrie d’adoption sans vouloir renoncer à leurs origines, quittées malgré eux. C’est le cas, sans doute, de ces femmes et de ces hommes qui, obligés de fuir l’Iran des Ayatollahs, trouvent l’asile politique dans une France qu’ils admirent et servent mais veulent pouvoir continuer à se considérer comme Perses, par nostalgie de l’avant-Khomeiny, sans trahir par un abandon définitif leur ancienne patrie qu’ils espèrent retrouver, proche de la France qu’ils aiment, un jour…
Alors oui que la double nationalité soit une exception, réservée à ceux qui n’ont pas eu le choix et relèvent du droit d’asile et à ceux qui désirent fonder une famille dans un pays étranger et souhaitent, ce qui est légitime, avoir la même nationalité que leurs enfants, à condition… à condition que cela ne se fasse qu’au bout de quelques années, qu’il y ait des entretiens et des tests montrant la maîtrise du français, l’adéquation aux valeurs de la France et le respect de ses traditions…
Nul doute qu’une Eva Joly n’aurait jamais pu réussir un test de ce genre…
Appelons de nos vœux un changement politique qui nous permette de la déchoir d’une nationalité qu’elle usurpe, totalement.
Christine Tasin
Résistance républicaine

image_pdf
0
0