L’incroyable obscurantisme de la religion musulmane

Je réagis aux articles de Christine Tasin et Roger Heurtebise sur le fait que le maire de Castanet Tolosan (Haute-Garonne) supprime les menus sans porc et végétarien des cantines scolaires.

Tout d’abord, tout comme Christine, je constate que dans la vidéo de France 3 mis en ligne, il n’y a que les musulmans qui se plaignent. Ni juif ni « végétarien » !

Ensuite, je me pose la question au niveau théologique et métaphysique.

Je veux bien accepter qu’on conçoive une vie après la mort, qu’on croit « aux forces de l’esprit » (comme le disait François Mitterrand) ou tout simplement qu’on se rallie à une morale réduite aux « dix commandements » (qui curieusement ne sont pas repris dans le Coran). C’est même bénéfique pour nombre d’entre nous.

Mais penser qu’un dieu quelconque vous enverra en enfer parce que vous mangez une tranche de jambon ou que vous ne prosternez pas cinq fois par jour en levant le cul et en vous tapant la tête sur le sol, ou parce que vous ne portez pas une bâche sur la tête dépasse l’entendement. Ce n’est plus de la religion, c’est de la pure superstition.

C’est là où la loi française de 1905 trouve sa limite. En effet, « pratiquer » une religion idiote serait autorisé du moment que c’est une religion. Et si mon dieu à moi me dit de me promener à poil dans la rue ou de zigouiller les chiens errants, qui me l’interdirait ?

Et s’il fallait faire des comparaisons, je suis d’accord avec Michel Houellebecq : « la religion la plus con, c’est quand même l’islam ». Je n’ai vu dans aucune autre croyance tant d’interdits stupides et non fondés. Rien que le fait de penser qu’on ira en enfer si on mange une viande dont l’animal n’a pas été égorgée par un sacrificateur criant « Allah akbar » est d’une rare stupidité.

Alors sans relancer les querelles anciennes entre croyants et non-croyants, il nous faut quand même nous rendre à l’évidence : l’islam, avec tout son lot d’inepties contenues dans le Coran et les hadiths, n’a pas sa place dans notre société civilisée car c’est une insulte à l’intelligence et même à la métaphysique.

Djamila GERARD

image_pdf
0
0