1

L’indigne campagne du gouvernement français sur le racisme

Clip-tete-de-cochonCe qui est surtout honteux dans ce message si officiel consiste bien d’abord à continuer de confondre race et religion, ainsi le clip sur les « arabes » finit par la critique d’une haine supposée contre les « musulmans » : quel rapport ? Encore une fois on peut être « nord africain » et pas « arabe » mais berbère, juif, pied noirs ; on peut être aussi « arabe » et non « musulman », athée, laïque, chrétien, bouddhiste. Mais le gouvernement insiste, il persiste à penser que cet amalgame a du sens comme s’il agissait conformément aux accords bilatéraux dénoncés par Bat Ye’or depuis longtemps ; des accords avalisés aussi par l’installation de « l’Institut du monde arabe » où il est toujours martelé qu’arabe=musulman=nord africain, tête de pont de l’arabisation de la population nord africaine installée en France ; une arabisation qui s’est accompagnée de l’islamisation, comme ce fut le cas sous Boumedienne en 1965 avec les résultats que l’on sait en 1992 lorsque le FIS (ce fils du FLN…) était arrivé premier aux élections législatives.

Ce qui est ensuite honteux dans ces clips consiste à placer sur le même plan un tag une tête de porc souillant une mosquée et la mise à mort (non dénoncée) d’enfants juifs au nom de l’islam (on critique le terme de complot juif) comme si les attaques anti-arabes, anti-musulmanes étaient de même nature que les attaques antijuives en France. Ce qui est faux, strictement.

Ce qui est enfin honteux consiste à amalgamer une attitude xénophobe propre à chaque ethnie peuple nation village lorsque l’on se sent « envahi » par ce qui n’est pas soi, et une attitude raciste qui implique l’idée d’une haine viscérale liée à un complexe de supériorité. A la fin du 19ème siècle les journaliers français travaillant sur les terres viticoles dans le sud ouest chassaient dans la rue les journaliers italiens en les accusant de voler leur travail, or il n’y a pas de chasse à l’étranger aujourd’hui en France, c’est faux, même si ici et là quelques exemples peuvent être signalés comme récemment à Calais, mais c’est infime, à l’inverse des attaques faites à l’encontre de nos compatriotes juifs français.

Et, l’on voit bien, et ce à l’heure même d’attentats aveugles à Bruxelles (le 22 mars 2016) que la cécité volontaire et crasse continue et même se renforce puisqu’il est présupposé que puisque les attentats mortels contre des français juifs ne peuvent être mis sur le compte de « l’islam » en tant que tel alors ils sont en quelque sorte mis de côté et banalisés dans la case « terrorisme ». Sauf que ceci reste bien vague, même si, parfois, il est peut être catalogué de « djihadisme » mais ce comme si ce dernier point restait marginal en islam alors qu’il en est le point pivot non pas certes pour entrer en islam (les cinq « piliers » suffisent) mais pour s’y comporter dans la durée, y vivre en chaque sourate, comme une seconde peau, dans chaque souffle, un exosquelette qui permet de s’extraire de la société ambiante voire de la combattre lorsqu’elle paraît trop pressante, jusqu’ à exiger que des valeurs supposées communes comme le respect d’autrui soit « interprété ».

Le gouvernement français nourrit en fait l’ennemi qu’il prétend combattre en lui donnant une identité, arabe (palestiniste) et musulmane, que celui-ci s’empresse bien sûr d’afficher afin de s’en servir encore plus de drapeau de ralliement. C’est là un non sens absolu. Et de plus en plus dangereux, irrationnel, irresponsable. On attend encore des clips expliquant que la haine antijuive de certains arabes musulmans fanatiques existent depuis des siècles et ce n’est pas parce qu’il existe aussi une haine antijuive occidentale que celle-ci excuserait celle-là. On attend enfin que des clips expliquent la situation réelle de ce qui se passait entre juifs et arabes en 1947, ou en Algérie en 1962. Tant que des idéologues et des ignorants continueront ainsi à opérer par le mensonge l’occultation et l’amalgame, les choses ne peuvent qu’empirer alors que la grande majorité de la population issue d’Afrique du Nord ne veut plus que l’on continue ainsi à dire et à faire n’importe quoi en son nom.

Lucien Samir Oulahbib