L’indispensable gloire des héros

À la sortie de la « coronafolie » qui ne masque pas que nos visages, mais aussi la gravité de la situation de la nation, nous attend l’affrontement décisif. Ce n’est ni le moment de baisser les bras, encore moins celui de s’exiler, mais celui de marcher vers le champ de bataille en serrant fort dans sa main son épée. Préparons-nous. Il va nous falloir prouver que ce pays est la terre de nos ancêtres, qu’elle est à nous et à personne d’autre. Vous vous souvenez peut-être de « La tribu de Dana » ? À la fin de la chanson, de ses paroles, quand s’enfuit l’ennemi : « Avait-il compris qu’on lutterait même en enfer ? Et qu’à la tribu de Dana appartenaient ces terres». Cette chanson populaire célèbre magistralement le culte du héros gaulois, de son sang versé qui irrigue sa terre et y raffermit son droit ancestral.

Les noms des héros gravés dans le marbre

Bien sûr, nous espérons qu’une élection présidentielle nous sauvera. Mais comment croire que pour autant l’envahisseur lâchera sa proie ? Dans le port de Jounieh, au Liban, sont gravés dans le marbre noir, en lettres d’or, les noms de 5 000 combattants (pour une communauté d’un million et demi de chrétiens), de volontaires jeunes ou moins jeunes, et de plus d’un ami, qui ont fait le sacrifice de leur vie entre 1975 et 1982, pour défendre la terre de leurs ancêtres, pour que leurs familles vivent libres et en sécurité. Les chrétiens du Liban de 2021 ne s’en iront pas, rien que par respect pour le sacrifice de leurs héros.

Nos héros à nous sont partout sur nos monuments aux morts de la Grande Guerre ; ceux de 40 aussi qui se sont battus souvent comme des lions  en Belgique, à Lille ou à Stonne ; et ceux de 43 en Italie et de 44 en Provence, en Alsace et en Allemagne ; ceux d’Indochine aussi, héroïques combattants de Cao Bang ou de Dien Bien Phu ; et ceux d’Algérie, preux centurions paras, légionnaires et autres magnifiques combattants dont il faut crier fièrement les noms car ils ne peuvent pas être morts pour que l’on ait honte d’eux aujourd’hui.

La France, nation de guerriers  

Entendons-les ! Ils nous disent en ce moment crucial de notre histoire où le découragement pourrait nous gagner : « Français, vous êtes un peuple de héros, de magnifiques combattants, qui se rient de la mort ! Vous vaincrez ! ». Une nation est bâtie sur le sacrifice de ses héros, sur la gloire qui leur est due et les hommages qui leurs sont rendus.

C’est pourquoi ces événements solennels, ces commémorations qui font rire les Hanouna, ont tant d’importance : ils nous parlent de nos héros, ils les gardent vivants, ils nous font entendre leurs voix, nous transmettent leur courage et la détermination de ne pas faillir. Chacun peut y trouver son exemple, de Vercingétorix à Duguesclin, de Saint Louis à ceux de Valmy, des légionnaires de Camerone à ceux qui tombent aujourd’hui au Mali. Nous sommes, nous Français, une très grande nation de guerriers, craints depuis deux mille ans par nos ennemis. Oubliez les grossiers mensonges de ceux qui veulent vous voler notre grandeur, chèrement acquise au prix du sang de nos héros.

Le sacrifice inutile rend l’ennemi plus fort

La France est grande, ses ennemis sont des vermisseaux ! Montrons, chacun d’entre nous, que nous n’avons pas peur. « N’ayez pas peur ! » disait Jean-Paul II aux Polonais de Solidarnosc. Mais surtout, surtout, ne partez pas seul au combat, désarmé, pour vous faire massacrer. Les sacrifices à la Beltrame, j’en suis navré, sont plus navrants qu’édifiants. Donner une victoire à l’ennemi, c’est le rendre plus fort, plus audacieux. Chaque Beltrame tué donne à l’envahisseur un sentiment collectif d’invincibilité. Quand il faudra l’affronter, allons sus à l’ennemi en groupe bien coordonné, et munissons-nous de quoi remporter la victoire. Former un groupe d’abord, d’amis ou de voisins sûrs, car c’est en groupe qu’il va falloir apprendre à agir, que celui-ci devienne une mécanique aussi sûre que possible. Se préparer physiquement, certes, car l’ennemi ne fait rien d’autre que du sport. Apprendre le combat, dans les livres, les films, ou les « tutos » nombreux sur le sujet, et s’y exercer, s’y entraîner de toutes les manières. Se familiariser avec la peur qui saisit souvent le combattant au moment de l’affrontement, et apprendre à la dominer. Cette saleté de peur ! La France a besoin de héros, pas de limaces essoufflées, vulnérables et apeurées. Lors de l’attentat du Bataclan, des policiers arrivés sur les lieux ont été tétanisés parce qu’une kalachnikov tirait vers eux. On peut aussi s’habituer au vacarme des détonations et apprendre que les balles de l’ennemi sont rarement mortelles (heureusement !)…

L’envahisseur comprendra que cette terre n’est pas à lui

Pour nos enfants, nos frères, nos familles, il faut que nos victoires soient nombreuses et éclatantes. Ne nous laissons donc plus prendre au piège : nous sommes en guerre et la racaille qui rigole nous plantera un couteau dans le dos. Assez de sang français versé en vain dans nos rues ! Soyons méfiants, mais confiants dans notre force. Et si certains d’entre nous doivent finalement laisser leur vie dans cette bataille qui s’engage, sachez que la mort au combat est celle dont tout guerrier gaulois rêvait et dont tout homme bien né ne doit pas avoir peur. De toutes les façons, aucun d’entre nous n’est éternel. Alors, choisissons plutôt de faire école. Nos grands-parents, nos ancêtres, n’ont pas eu peur. Soyons dignes d’eux ! Cette terre est la nôtre, celle de notre grande tribu de Dana, et nous en chasserons l’envahisseur pour qu’il comprenne qu’elle ne sera jamais à lui, et pour que notre peuple y retrouve la paix.

Emmanuel Albach

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. Nous présumons avoir peur, en réalité il nous manque juste un peu d’audace.
    La peur nous envahi toujours avant l’affrontement; pourtant, lors de l’engagement au combat la peur disparaît naturellement et nous renforçons notre pugnacité face à l’ennemi.
    L’audace, rien que l’audace.

  2. la nation de guerriers est devenue progressiste grâce au formatage par l’école marxiste de la république et donc anti-nations et pleutre
    Ne reste que les loups solitaires pour distribuer la punition

  3. Il nous faudrait un chef providentiel, car leur République est pourrie jusque dans ses principes et ses dirigeants sont lâches et hypocrites; ils se contentent d’envoyer à la mort une masse d’hommes manipulés. Certes, leur courage fut exemplaire, mais ils ne réalisaient pas, les pauvres, que leur patriotisme né de la Révolution française ne servait que la cause d’une oligarchie coupée du peuple. Et, si je peux me permettre, la notion que la circonstance dans laquelle survient la mort témoigne d’une vie réussie, la plus idéale étant la mort au combat, cette notion est grecque, pas gauloise. Attention, je ne dis pas que nos ancêtres n’étaient pas valeureux!

    • Pour qu’un « homme providentiel » apparaisse, il faut que le contexte historique le permette. Pour le moment, il faut se contenter de quelqu’un qui suite à une histoire de détournement de mineur a épousé une femme qui pourrait être sa mère alors que son goût n’a pas l’air d’être tellement des dames. Autant dire que ce n’est pas gagné.
      L’ancienne aristocratie était elle plus proche du peuple ? La notion de mort au combat est aussi surtout germanique.

  4. Macron 1er qui n’est pas qu’un grand épidémiologiste va écrire un livre sur son œuvre, et devrait l’appeler : « Mon combat » ( en allemand «Mein Kampf » … pour ceux qui ont quelques notions d’histoire !).

  5. il parait que les gaulois avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête !
    ils n’avaient pas lu le coran, ces idiots!
    coran 22: 65 allah retient le ciel de tomber sur la terre

  6. Emmanuel, TRES BEAU TEXTE !!!

    En effet, « ils » ne sont forts non de nos faiblesses, mais d’abord des bassesses de notre traîtres de polytocards !!

    Et rappelez-vous tous d’une chose : nos ennemis ne rêvent que de jeter le PD du haut d’une tour ou de le pendre, tout comme nous pour la seconde solution, lui et son gouvernement de traîtres !!

    Les ordures en question, et il faut le répéter haut et fort, sont pris en le marteau NAZISLAMISTE (COMMUNISTE) & l’ENCLUME Patriote !!

    Certains comme Gérard COLLOMB, ont craché le morceau, disant, au moment de quitter ce gouverneMENT d’ordures :
    « Aujourd’hui on vit côte à côte… Je crains que demain on vive face à face »
    Ce sera plutôt  » …demain, nous serons face à face …  » !!

  7. Les sacrifices à la Beltrame, j’en suis navré, sont plus navrants qu’édifiants. / dixit

    Il a tout de meme sauve une vie, en perdant la sienne…
    Difficile parfois en peu de temps de reflechir correctement sous la pression du stress. C etait un pile ou face ! Il a perdu…

    • C’était indiscutablement un homme très courageux. Je regrette qu’il n’ait pas cru véritablement que l’autre allait l’égorger. Vivant, il serait tellement plus utile à la nation!

      • Je regrette qu’il n’ait pas cru véritablement que l’autre allait l’égorger. / dixit

        Non ce n’est pas ça, il savait parfaitement qu’il prenait un gros risque en échangeant avec la femme otage, il a voulu tout de même tenter un coup, c’est-à-dire s’approcher de l’islamiste pour lui faire une prise…Malheureusement il a manqué sa manoeuvre, car l’islamiste a compris le danger pour lui….

      • Puis, peu avant 14 h 30, le gendarme livre probablement un corps à corps avec le terroriste pour tenter de le désarmer tout en criant « Assaut ! assaut ! » pour prévenir les forces d’intervention.

        Lakdim ouvre alors le feu à plusieurs
        reprises sur l’officier avant de le poignarder./ dixit rapport gendarmerie
        ____
        Donc comme j ai explique plus haut il savait parfaitement ce qu il faisait

Les commentaires sont fermés.