L’inquiétante histoire des vaccins, de Marc Menant : très pertinent !

L’INQUIÉTANTE HISTOIRE DES VACCINS, LIVRE DE MARC MENANT

L’inquiétante histoire des vaccins* est un tout récent livre de Marc Menant, l’un des passionnants complices de Christine Kelly dans l’émission Face à l’info sur Cnews. Même si l’on a déjà longuement étudié le sujet, on découvre dans ce livre pertinent, et au sujet tellement d’actualité, des événements et des détails importants, ce livre ne traitant d’ailleurs pas que des vaccins mais abordant aussi certains médicaments et des conseils pour une vie saine induisant une bonne santé. Quand on voit la méfiance légitime que l’on peut avoir envers les vaccins pasteuriens, on tient encore plus à rester à l’écart du prétendu vaccin anti-Covid et même de la plupart des produits diffusés à si grande échelle par Big-Pharma. Comment peut-on prétendre soigner les gens avec des mixtures amenant d’autres pathologies issues de la longue liste des effets indésirables au signalement heureusement obligatoire ? Pour ce qui est des vaccins, pasteuriens ou pas, il est tout à fait anormal que le législateur prenne le pas sur la décision médicale par définition personnelle, intime et professionnelle. N’est-on pas accusé d’exercice illégal de la médecine quand on n’est pas médecin et que l’on prescrit ou contraint à l’usage d’un produit au prétexte d’améliorer la santé ?

On a pourtant vu, avec l’affaire du Covid, disparaître d’un seul coup le Code de Nuremberg, le principe de précaution, le délai ordinaire d’expérimentation des produits pharmaceutiques, la liberté de prescrire, celle de se soigner, des produits reconnus efficaces et jusque-là libres d’accès, le secret médical, le Serment d’Hippocrate, le principe de non-discrimination, la déontologie médicale, ainsi que diverses libertés et droits fondamentaux de toutes sortes. Un flic, un vigile ou même un bistrotier a pu accéder à une information relevant normalement du secret médical. On a vu des politiciens donner des recommandations d’ordre médical à la population, notamment celui de prendre des produits inutiles en attendant l’aggravation conduisant à l’hôpital et souvent à la mort, alors que les produits qu’ils venaient d’interdire auraient pu, même si pas toujours, éviter cette aggravation.Tout ça pour imposer un produit encore expérimental, dangereux, inefficace, se rapportant à une maladie finalement guère plus grave et mortelle que la grippe, laquelle a curieusement disparu pendant deux ans au « bénéfice » du seul Covid nouvellement apparu. C’est dire l’extraordinaire pouvoir de Big Pharma, bien assis sur d’innombrables complicités politiques.

On ne saurait ici lister et résumer les paragraphes traitant des innombrables vaccins et autres produits si bien passés en revue par l’auteur, tant chacun est lui-même une excellente présentation de l’essentiel écrite avec le style inimitable de Marc Menant. Il m’a fallu trois marque-page pour annoter tous les éléments particulièrement importants, c’est dire la qualité de cet ouvrage. Reprendre chaque page annotée serait fastidieux et ferait injure au travail de l’auteur. Pour présenter au mieux la structure du texte, notons en particulier quelques titres de chapitres : La plus grande imposture, Le délire des épidémies, La belle illusion des vaccins, Les pleins pouvoirs avec un paragraphe intitulé Une médecine d’arts ménagers, Ces poisons qui nous gouvernent, et fort heureusement Les forces de l’esprit. On retiendra en particulier un phénomène dont la découverte n’est pas nouvelle, bien qu’il persiste dans l’indifférence générale : on sait depuis longtemps que les résidus de pilules anticonceptionnelles perturbent le métabolisme et la reproduction des poissons, amenant à une majorité anormale de femelles et l’apparition d’hermaphrodites. On sait maintenant qu’ils perturbent aussi l’ensemble du monde animal, végétal et humain, tant ils sont omniprésents en compagnie de l’ensemble des autres résidus médicamenteux. Ainsi les humains consomment-ils des médicaments sans le savoir et quand bien même ils n’en ont aucune utilité, notamment la somme incroyable des restes de produits psychotropes dont les Français sont d’assidus consommateurs, pour mieux dire en sont les esclaves. Pas étonnant alors que, le cerveau intoxiqué par ces cochonneries omniprésentes dans l’eau et l’alimentation, les Français soient arrivés à voter pour le petit maCrON même après tout le mal qu’il avait déjà fait ! Pour changer le cours des événements politiques, il faudrait d’abord sevrer les Français de leur consommation volontaire ou passive de ces poisons dégradant tout alentour et aux seuls effets néfastes. Comment peut-on prétendre se soigner avec des produits ayant de telles conséquences ?

Il ne saurait être trop conseillé d’utiliser un filtre à eau à charbons actifs de bonne qualité, afin d’éliminer le plus possible non seulement de microbes mais aussi des résidus toxiques sus-cités présents dans cette eau que l’on vous vend (cher) comme potable, alors qu’on y a ajouté volontairement du fluor au prétexte de prévention dentaire tandis qu’il est gravement néfaste pour votre cerveau.

Lisez avec la plus grande attention ce livre passionnant, faites-le lire aux hésitants, aux crédules infectés par l’argumentation gouvernementale, oui il s’agit bien d’une infection pire que le Covid, car elle atteint l’esprit avant même le corps dégradé par ce prétendu vaccin. Ne vous lassez pas de vous y référer car c’est une vraie référence médicale à contre-courant de la propagande infernale de Big Pharma relayée par des politiciens, des médias corrompus et criminels.

Daniel Pollett

* Menant Marc, L’inquiétante histoire des vaccins, Éditions Plon, Paris, 2022, 263 pages.

image_pdfimage_print
17

8 Commentaires

  1. Marc Menant est tout à la fois, cultivé, passionné et fort sympathique, pas étonnant que ses écrits soient pertinents

  2. Livre sans aucun doute très intéressant, Marc Menant étant très branché médecine naturelle et ne s’en cachant pas. Il est très habile mais reste quelqu’un de sympathique, sachant louvoyer tout en prenant des risques, comme celui d’avoir écrit un tel livre.
    Il n’est pas facile à notre époque de garder sa propre estime quand on exerce une profession en vue et une position convoitée dans les médias, Menant est un des rares qui à mes yeux du moins a réussi ce quasi exploit sans risquer sa réputation comme par exemple Z. Mon seul reproche est une certaine intolérance vis-à-vis de la foi catholique de Charlotte alors que Kelly parait-il aurait « avoué » sa foi évangéliste ardente dans d’autres médias.

  3. Pour Marc nous pouvons faire la promo d’un nouveau va sain ? Période qui vient pour la grippe je propose l’homeomunyl avec aucun effet secondaire et c’est bête pour le vaccin qui contient de ARN, les petites boulettes RIEN ! Boiron ne se trompe pas chaque année rupture de stock ! Pourquoi ? Parce que les gens n’ont plus confiance ! Testez c’est top 👍

  4. PAS FACILE D’ÊTRE DIRIGEANT DANS DES MOMENTS COMME ÇA !
    C’est toujours facile « après » de critiquer l’action publique.

    Néanmoins il y a une collusion entre les big pharma. Ici en France, il y a une molécule exceptionnelle le Masitinib développée depuis plus de 20 ans par AB SCIENCE et sa sortie sur le marché est retardée car elle va perturber les ressources des big pharma en place. Heureusement les canadiens devraient l’utiliser prochainement pour un type de maladie. le masitinib est sur la sclérose en plaque, la maladie de charcot, la covid, plusieurs cancers..

    • Eh oui, c’est pas facile d’être un dirigeant (ou la marionnette de la caste mondialiste), surtout quand « en même temps », sa feuille de route est de rentabiliser au maximum les services publics en les réduisant à l’os, dont les hôpitaux, « en même temps » qu’accueillir toujours plus de migrants sans ressources et sans qualifications.
      Mais vous en faites pas, être dirigeant aujourd’hui cela n’empêche pas de bien rigoler de la crédulité populaire. Voir le sourire pincé de nos dirigeants, mis à la mode par M. « en même temps » avec son sous-titre si évident : je les ai bien eus, les cons (de francons) ».

    • « PAS FACILE D’ÊTRE DIRIGEANT DANS DES MOMENTS COMME ÇA !
      C’est toujours facile « après » de critiquer l’action publique. »

      Ce n’est pas si difficile : il suffit d’écouter les spécialistes reconnus et DÉPOURVUS DE CONFLITS D’INTÉRÊTS – comme le Pr Raoult ou le Pr Perronne en France, et d’autres.
      Il s’agissait aussi de lire par ex. le rapport sénatorial de 2012 sur la crise du H1N1, qui disait tout ce qu’il fallait faire et ne pas faire.

      Contrairement à ce que vous dites, surtout de la part de gouvernants dont le rôle est de prévoir donc d’être au courant – et encore une fois, loin des conflits d’intérêts – il n’était pas si difficile de gérer correctement cette épidémie ; la Suède et d’autres pays ont par ex. beaucoup mieux géré.

      Les excuses sont inadmissibles quand on avait tous les éléments et tous les spécialistes pour ne pas se tromper.

Les commentaires sont fermés.