L'insoutenable calvaire subi par un enfant de 4 ans en maternelle

Une grave affaire de harcèlement scolaire à la maternelle.

Souvent, non, chaque jour, je me demande : quand est-ce que le monde va se réveiller ? Cela ne suffit pas, des églises vandalisées chaque semaine, des jeunes filles violées, tuées, des gamins qui dégainent le couteau au moindre regard ? Il leur faut quoi, à ces lâches ? Encore deux ou trois attentats ? Encore plus de tueries ? Vous voulez peut-être que la sharia remplace définitivement le code pénal ? Que toutes les petites filles soient forcées de se dissimuler sous un immonde torchon et par la même occasion, de se faire exciser ? Il en est où, votre niveau de tolérance ? Le mien a déjà atteint le sommet.
 Il faut dénoncer, vitupérer, condamner, ruer dans les brancards, n’avoir pas peur d’être traité de tous les noms ! Les insultes importent peu mais il ne faut surtout pas, par une lâche complaisance, s’habituer. (Philippe Bilger)
 Surtout dès qu’il s’agit des enfants.
Sordide affaire dans une maternelle. Cela pourrait être à côté de chez vous !
Le harcèlement scolaire est un fléau qui ne date pas d’hier. Mais la version moderne donne le frisson. Plus aucune limite d’âge. L’affaire fait plutôt mauvais effet dans une école maternelle du Poitevin. Elle est révélatrice de ce qui peut se nouer aujourd’hui autour du bac à sable. Il y a bientôt un an, une surveillante a surpris deux petits garçons simulant une fellation. Interrogé, l’un des deux enfants avoue avoir voulu faire comme les grands. Une maman a vu le comportement de son fils progressivement changer… Lucas (*), 4 ans, lui révèle qu’une petite racaille de son groupe lui met régulièrement le doigt entre les fesses. Elle comprend que le petit est harcelé, agressé (coups, simulacre d’étranglement…) par ce déjà-dépravé de quelques mois son aîné !
La direction de l’école et l’Education Nationale sont alertés. Les grandes vacances approchent. Lucas ne dort plus, ne veut plus aller à l’école. Une surveillance accrue est prévue pour la sieste et la récréation. Les vacances passent. Tout le monde se retrouve à la rentrée. (Ndlr : pardon ? Lucas aussi ?). Un soir de septembre, l’enfant s’effondre et demande « s’il existe un médecin des cailloux ». Bientôt, il raconte ce que les pourceaux lui ont fait subir : son « harceleur » lui a mis des cailloux dans la bouche pendant que deux autres appuyaient sur la tête pour que cela fasse « Crac » sous les dents.

Il était criblé de coups de pieds et de poings pendant que d’autres fripouilles faisaient le guet. Interrogés par le directeur, les enfants reconnaissent les faits, « promettant de ne plus recommencer » !!
Mais ça continue. Coincé dans les toilettes, Lucas subit une nouvelle fois des violences à caractère sexuel. La police est saisie. La maman de Lucas, au lieu de se comporter en mère et de le garder chez elle, ou de lui trouver en urgence une nouvelle maternelle, va déposer à deux reprises au commissariat tandis qu’un examen de médecine légale est ordonné. Lucas se plaint de brûlures dans le rectum.
La mère d’un copain de Lucas révèle que lors d’un « jeu », le petit garçon a subi des coups de pieds et a été contraint de baisser sa culotte pour qu’on lui plante des « gros cailloux entre les fesses ».
https://www.centre-presse.fr/article-723840-harcelement-scolaire-cela-creve-les-yeux-mais-personne-n-apos-est-au-courant.html
Les faits sont de plus en plus graves. Une deuxième victime est identifiée. C’est Mathieu (*) le copain de Lucas. La surveillance est déjouée à plusieurs reprises. Les petits harceleurs identifiés sont une demi-douzaine, les actes sont toujours plus violents : Lucas et Mathieu se font uriner dessus, on leur donne des coups de pied dans le zizi.
Ils sont suivis par des pédopsychiatres. (Je me permets une remarque personnelle : comment ces parents ont-ils pu laisser le petit une seconde de plus dans ce bagne ?). Les humiliations et les menaces font de gros dégâts : aux vacances de Toussaint, Lucas et Mathieu, très perturbés, sont pris de crises d’angoisses, de diarrhées.
Des mesurettes sont prises par l’école, Lucas et Mathieu vont désormais aux toilettes isolées de leurs camarades. L’inconsciente mère de Lucas continue d’avoir une correspondance suivie et circonstanciée avec le rectorat, sans réponse. La solution n‘aurait-elle pas été de retirer cet enfant d’urgence de ce néfaste établissement ? « Maman travaille » ? Et alors ? Maman ne prendra pas de vacances cette année, elle passera ses congés avec son petit garçon humilié, torturé, avili. Un petit qui ne s’en remettra peut-être jamais.
 

Anonyme

Ce qui devait arriver arrive : en décembre de nouveaux incidents surviennent : coups, menaces, « je vais te tuer, t’éclater, pute ! ». Rappelons ici que le petit a 4 ans, l’âge auquel l’enfant découvre les autres et fait attention à eux, auquel il commence à construire son imaginaire, une période essentielle à son développement. (Dr. J. Langue)
Lucas est arrêté par le médecin. Après les vacances de Noël il ne retournera plus à l’école ! (Enfin !)
Mathieu est dans la peine d’être séparé de son copain. Il « aime son école » et fait front tout seul dans l’angoisse que ça recommence.
Le 10 janvier dernier, les parents de Lucas, désemparées, retournent au commissariat pour porter plainte contre les jeunes bourreaux pour des faits présumés d’agression sexuelle, viol et violence sur mineur de moins de 15 ans ; Mais aussi contre le directeur de l’école – bien fait pour sa tronche – pour « non-assistance à personne en danger » sur la foi des déclarations de leurs fils qui a été entendu par la police. Il était temps.
Quelques exemples :
Leigné-les-Bois dans le Châtelleraudais : le 12 décembre dernier, le maire signifiait aux parents d’un enfant de 9 ans et demi, scolarisé à l’école primaire de Leigné-les-Bois, que leur fils était « définitivement exclu des services de cantine et de garderie à compter du 16 décembre 2019 ». Motif : « Impolitesse, gestes déplacés, insolence, dégradations, comportement inadmissible…  »
Bruxelles : Lila, âgée à peine de 3 ans vient d’être virée de son établissement scolaire pour comportement violent. Le directeur de l’établissement a envoyé un courrier, par voie simple, aux parents de la fillette, leur annonçant l’exclusion de l’enfant à dater du vendredi 20 décembre. L’enfant se mutile, frappe les autres enfants et les adultes, se griffe, grimpe sur des armoires et que rien n’est mis en place par les parents.
 

Saint-Victor-sur-Rhins : l’école primaire est restée temporairement fermée : seul moyen pour le maire d’attirer l’attention de l’Education nationale sur deux élèves violents, âgés de six et sept ans, qui perturbent depuis deux ans la vie de l’établissement. Âgés de six et sept ans, les deux enfants bénéficient d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) à plein temps, ne sont pas en mesure de suivre un cursus normal et perturbent les autres élèves de leur classe : Insultes, coups, morsures et crachats. Lorsque l’institutrice voulant rattraper l’un d’eux qui quittait la classe en plein cours, a trébuché et percuté un porte-manteau. « Elle s’est ouvert le front sur dix centimètres et a reçu plus de 25 points de suture et un arrêt de travail d’une semaine ». Six enseignantes et trois AVS en pleurs.
http://www.rumeursdabidjan.net/insolites/faits-divers/item/9283-france-une-ecole-fermee-temporairement-a-cause-de-deux-enfants-de-6-et-7-ans-qui-sement-la-terreur
Château-Salins : un groupe d’enfants sème la terreur à l’école André Rouyer. Malgré la surveillance des gendarmes, certains parents ont choisi de garder leurs enfants à la maison. (Dans le Sud de la Moselle, les parents semblent être plus réactifs que dans le Poitevin).
Bruay la Buissières (62) : à l’école Jules Ferry, les parents d’élèves – responsables – ont décidé d’observer une journée d’école morte et refusé que leurs enfants se rendent à l’école. La raison : depuis deux ans, deux enfants de 10 et 11 instaurent un climat de terreur au sein de l’école. Insultes, brimades, violences en classe et dans la cour, les deux garçons inquiètent le personnel et les parents d’élèves qui ne savent plus quoi faire.
Avec la plus grande indifférence, dans la presse, nous prenons connaissance des tueries dans les écoles aux USA. Certains, choqués, hochent la tête, d’autres feuillettent plus loin, alors qu’ici, les drames sont quotidiens. A quand les tueries?
Anne Schubert

image_pdfimage_print

101 Commentaires

  1. Le mien de niveau a déjà atteint le sommet! dites vous avec rage ! Que compteriez vous faire? Retenez la brave sinon elle fait un malheur . Ah les indignés du clavier !

    • Et vous Marcel, que faites-vous donc de concret, en dehors d’attaquer les courageux qui se battent chaque jour pour éclairer les aveugles et les sourds, incapables de comprendre l’avancée de la sauvagerie ?
      On attend la liste de vos prouesses… ensuite seulement vous pourrez vous permettre un commentaire désobligent… Sinon allez semer vos reproches sur les sites muzz, histoire de voir jusqu’où va votre courage personnel !

      • Vous avez bien raison, Jo. « Quiconque accueille en mon nom un de ces enfants-là, c’est moi qu’il accueille » (Marc, IX, 37) Je crois que les enfants bourreaux sont à « accueillir » autant que leurs victimes, sinon on n’en sortira pas.

        • Pauvre religion mal interprétée, vidée de son sens profond ! C’est étrange d’accepter ainsi que des enfants innocents soient des victimes et des martyrs.

          • voulez-vous dire, Marnie, que j’interprète mal la parole évangélique? Bien entendu, je n’accepte pas le mal fait aux petites victimes. Toutefois, les enfants bourreaux sont aussi certainement, pour quelques raisons que ce soient, des victimes innocentes : elles ne savent pas ce qu’elles font et elles ont le plus souvent subi elles aussi des violences. Et c’est aussi à leur bénéfice que, au moins me semble-t-il, est adressée la parole du Christ. Je pensais aussi à la parabole du Samaritain où il est dit que la victime doit aimer « comme elle-même » la personne qui l’a secourue – ici le Samaritain – même si celle-là est inconnue, méprisée, voire ennemie (Luc, 30-37). Si vous pensez que je suis dans l’erreur, pourquoi ne pas vous expliquer courtoisement?

  2. Mais la dedans que font les parents des harceleurs ? Rien?,les profs,le directeur ,l’académie rien non plus,?et quelle éducation ont eu ces harceleurs pour faire de telles choses à ces enfants .Quant on a des enfants comme ça, il faut éduquer, expliquer,et au besoin sanctionner ou les envoyer chez un psy ,ce n’est pas un comportement normal .

  3. 1-« l’humanisme de la Renaissance », « la Révolution » française, l’humiliation des Poilus de 14-18, Mai ’68, la « gauche » au pouvoir en 1981, Vatican II…..l’histoire de l’Europe et de la France n’a été qu’une longue suite de la perte de l’autorité du Père au ciel et…sur terre, de l’obéissance, du sacrifice, de la retenue des passions et des envies de toutes sortes, de la vertu de la pudeur, du respect des générations anciennes, du travail manuel, de l’effort, du mérite, de la courtoisie etc…
    Á cause de « certains » extrêmes circonscrits à certaines gens et contextes précis (toute vertu, hors équilibre, poussant au défaut intrinsèque à toute pratique vertueuse et morale), on,est passé à L’EXTRÊME DE L’EXTRÊME dans la « liberté » tous azimuts, hors limites, individualiste et communautariste.

  4. 2- En vivant dans une société « hors-sol », de plus en plus virtuel, dénuée de tout sens commun, où tout est relativisé selon les goûts et couleurs de chacun, où TOUTES les déviances sont valorisées..et imposées, où l’on confond l’égalité d’avec l’équité, où la langue elle-même, à l’instar des nouveaux arts « contemporains » défigurent, telles les éoliennes polluant et les paysages et la santé de la France et de ses habitants, n’est plus qu’un bégaiement de type « rap-sms », où la logique (celle des grecs anciens et non du « en même temps » macronien et Cie) s’apparente à un jeu d’échecs sans pions ni règles autres que l’hypocrisie et la lâcheté, on en arrive à assassiner Mozart, le Petit Prince, l’enfant-Jésus dans la crèche…pour finir dans une civilisation occidentale suicidaire totale !

    • Bah assassiner le petit prince me paraît plutôt salutaire ! Ça fait des lustres qu’on nous bassine avec St Ex qui me paraît en vérité un piètre écrivain et un parfait cinglé sûrement totalement mytho.
      Oh je vais pas me faire que des z’amis à dire ça mais j’m’en fout…

        • Oui Saint Ex était obscur et un peu mytho. Il avait des relations perverses avec sa femme, Consuelo. Je n’aime pas non plus Claudel, peu clair, et qui a laissé sa soeur « sculpteuse » Camille Claudel en prison pendant des années, elle est morte de faim dans son asile en 1943…

            • Bah! Saint Ex est tout de même un écrivain intéressant: il n’a pas écrit que « Le Petit Prince ». Et Claudel, même si « le Soulier de Satin » est casse-pieds, est un écrivain de première grandeur. Peut-on me dire ce que la relation entre l’attitude de Saint Ex envers sa femme et celle de Claudel envers sa soeur ont à voir avec leur oeuvre littéraire? Il n’est absolument pas nécessaire que Ronsard ait aimé Hélène ou Cassandre pour que ce soit un magnifique poète de l’amour et du temps qui passe. Balzac n’est pas « Le père Goriot » non plus. Non?

              • @Marie-Jean
                Rassurez-vous, j’ai lu aussi Courrier Sud, Vol de nuit, Terre des hommes. En effet il ne faudrait pas faire le lien entre la vie personnelle de l’auteur et son oeuvre. Et pourtant la plupart du temps on le fait. C’est comme ça…qui peut lire l’Emile de Rousseau sans penser qu’il a abandonné ses enfants ? La preuve, c’est que les gens comme Robert Brasillach, l’historien Jacques Bainville, Jacques Charpentier (tout de même spécialiste de Bergson), ont été chassés des bibliothèques…

                • « L’écrivain a toujours le dernier mot, car ses souffrances, ses blessures, il les transmute en oeuvre d’art » (G.-M. ) J’apprécie le vocabulaire de l’oeuvre au noir.

      • Ah, ben pour une fois, je suis entièrement d’accord avec toi, La Soupape !
        Je n’ai jamais compris comment un bouquin aussi nul, à part la première page, avait pu avoir un tel succès.

  5. que de signes de la dégénérescence, désormais exponentielle de notre société.
    les parents sont responsables, et s’ils ne font rien alors toucher au porte-monnaie.
    s’ils n’entendent rien d’autre!
    car on peut s’inquiéter de ce que feront ces enfants détraqués dans 10 ou 15 ans.
    « la planète des singes » sera du walt disney à coté.
    ce sont nos descendants qui vont payer un prix terrifiant pour ce cancer de l’esprit qu’est devenue la gauche

    • PS ; en attendant des petits innocents voient leur futur brisé, combien risquent d’aller au suicide?
      personne n’a donc pitié d’eux. simplement pitié, au nom de l’humanité. ou de ce qu’il en reste.

    • Vous avez raison : j’ai été stupéfaite de voir qu’il y avait des enfants présents à une gay partie , avec des hommes enchainé et tenu en laisse comme des animaux et qui avançaient à genoux avec des masques cuirs , je me suis dit que l’ont avait atteint un point de non retour ! que des adultes s’amusent entre eux dans un endroit fermé , mais laisser assister des enfants à cette dépravation,dépasse l’entendement ! Qui a dit quelque chose ? voilà des enfants perturbés qui ne sauront pas « où ils habitent  »
      On se prépare à de beaux jours !

  6. 3- (désolé pour certaines fautes d’orthographe; je maîtrise mieux le stylo que la technologie du portable !).
    Quand la famille et les enfants sont attaqués dans tous les sens (LGBTQ+, PMA, GPA, utérus artificiel déjà en expérimentation avec des victimes chez les femmes et les enfants, le transhumanisme…), on peut dire sans hésitation que la fin d’un monde (où DU monde, c’est selon chacun) est proche !
    Tout commence par l’éducation et…par l’éducation donnée par les parents..à condition que ceux-ci gardent un minimum de « religiosité », de spiritualité et de contact RÉÉL, et non fantasmé et édulcoré d’avec la nature (hors « écologie » vegan, agriculture motorisée et aseptisée…).
    On a quasiment plus ces repères…alors comment s’étonner que nos enfants n’en soient plus !
    Isaac

    • On peut tout-à fait avoir une excellente éducation sans religiosité ni religion ni spiritualité !
      Les religions sont faites pour mettre les humains au pas et seuls les faibles d’esprit y souscrivent. Être honnête et droit n’implique pas pour autant de croire à des histoires que personne n’est en mesure d’affirmer ou d’infirmer, ce qui du reste fait la force de ces organisations bien puissantes et parfaitement structurées…

  7. École de 💩! Profs guère mieux ! Lâcheté du rectorat ! Et parents totalement idiots ? Inconscients ? Ils méritent autant que les profs des baffes pour ne pas enlever leur fils de cet enfer.

    • Parents inconscients oui , mais il est difficile pour certains ,simples , de s’attaquer à cette institution qui en paralyse plus d’un ! j’ai déjà accompagné des parents qui n’osaient pas franchir la grille ! les seuls responsables sont les professionnels des écoles

  8. Les enseignants si prompts à émettre des IP (informations préoccupantes) à l’ASE pour la moindre broutille sont étrangement silencieux quand des allogènes sont concernés. Gageons que des petits blonds harceleurs de cet acabit auraient été signalés et retirés vite fait à leurs parents pour suspicion de sévices sexuels par la famille. Nous savons donc de quelle couleur sont les harcelés et les harceleurs

  9. ça et l’émission sur la 6,des comportements de l’ASE à Dijon et dans la Somme et ailleurs je dois dire que nous avons touché le fond !

  10. Philippe Bilger que j’apprécie, devrait nous dire ce que nous devons faire !

  11. On ne peut être qu’attéré en lisant votre article. Ces gamins violents, violeurs et pervers, ces voyous sont de quelles origines ?
    C’est important de le savoir.
    Pour ma part, j’aurais retiré mon gosse et l’aurais amené à mon travail ou confié à une grand-mère pour quelques sous, mais JAMAIS je n’aurais laissé mon gosse subir toutes ces saloperies ! Et qu’en est-il du copain de Lucas ?

    • demandez aux elus de gauche et droite ou ils mettent leurs enfants,dans le prive,les pauvres smicards eux,ne peuvent pas les mettrent dans le prive,le 15 du mois le compte est vide

  12. Ca, c’est la faute des enseignants gochos qui ont voulu supprimer les cours de « morale », les attitudes les plus élémentaires d’éducation : se lever quand quelqu’un entre dans la classe, ne pas s’asseoir tant que le maître (après avoir salué ses élèves et reçu en retour, les mêmes salutations) n’ait donné l’autorisation, lever la main, ne pas parler en classe, etc…
    Ils ont voulu « dépoussiérer » l’éducation nationale ? Qu’ils en crèvent !
    Vous verrez qu’il y a de l’avenir pour les école privés non confessionnelles (mais qui seront chères) parce que des parents ne feront plus confiance à notre système laxiste, abêti par toutes sortes de réformes à la c… et dont le niveau intellectuel de nos enfants baisse d’année en année…

  13. J’aurais alerté les meRdias locaux en mal d’article et aurait fait mettre la honte sur l’établissement de c… molles incapable de protéger les enfants et incapables de punir, de mettre à pied ou d’exclure les petites racailles dont on devine aisément leur avenir et surtout ce qu’ils feront subir aux FDS.

  14. A quand la rébellion massive, agressive et révolutionnaire, qu’on puisse se libérer de tous ces immondices : gauchos, clodos, envahisseurs de toutes parts et de tous milieux, collabos-génocidaires, racistes anti-FDS, anti-France, anti-Occident, anti-chrétien, etc…
    QUANT ???? !!!!
    PARCE QUE MOI, J’EN AI MARRE D’ESPERER ET DE VOIR QU’IL Y A ENCORE DES FRANCAIS QUI N’ONT TOUJOURS RIEN COMPRIS ????!!!!! ET QUI NE VOIENT TOUJOURS RIEN !!!!!

    • pas DE RN au pouvoir pas de changement,40ans que EX FN ET RN vous ont avertit,40 ans que les francais elisent les traites de droite et gauche et autres,qui vous detruisent,jusqu’a quand les francais vont ils comprendrent,un seul parti ne vous a jamais trahis,LE RN,tout les autres sont des traites,continuez a vous detruire et ne vous plaignez pas la fin est proche

  15. quand mes enfants étaient petits (années 1970) il était normal de choisir une bonne école –

  16. j’ai passé 42 ans de ma vie comme professeur, j’ai fait du nomadisme entre l’étranger, les domtom, la france profonde ;
    lorsque les proviseurs et principaux faisaient respecter les règles de bonne conduite, tout allait bien quand ils étaient laxistes, les professeurs devaient se transformer en crs

  17. Les parents qui laissent harceler leurs enfants dans les écoles ne sont pas très courageux car lorsqu’ils vont, à leur tour, ruer dans les brancards ,cela marche ,ils sont écoutés .La raison en est simple ,le plus lâche de la bande ,c’est le directeur de l’établissement. Pour lui,c’est celui qui crie le plus fort et qui a le plus de soutiens qui a raison.
    Histoire vécue.

    • Exactement, mon neveu a eu son portable de volé au lycée, il connaissait le voleur. Mon frère le lendemain était dans le bureau du proviseur, l’ado voleur a été exclu 8 jours et je peux vous dire que jamais un autre ado s’est attaqué à mon neveu tout simplement parce qu’ils avait vu et compris que ce dernier était sous la protection de son père ! Il n’y a pas que le directeur, il y a aussi en tout premier la LÂCHETE de l’académie qui donne raison aux parents à la place de soutenir instites, profs, et directeurs parce qu’ils sont sous l’influence et obéissance au gouvernement en place eh encore plus s’il est de gauche !

  18. Ces enfants en bas âge mais déjà vicieux sont la preuve que leurs parents ne s’occupent pas d’eux, du moins pas correctement. C’est l’effet contre-éducatif des droits-créances et autres aides sociales allouées à l’aveugle par des gouvernements égalitaristes. L’aide sociale doit être relocalisée dans la collectivité locale la plus proche, de manière à ce qu’elle soit distribuée par une instance connaissant de visu le comportement de la famille. Le « droit à l’éducation » est un droit-créance permettant à des familles déséquilibrées d’imposer leur progéniture mal élevée à d’autres enfants mieux éduqués et moins agressifs. Il faut d’ailleurs apprendre à nos petits à se défendre ! L’école est coupable de les interdire de se battre. Mais il y a des règles : un contre un, mains nues, pieds nus !

  19. Mais pourquoi ce serait aux enfants harcelés de quitter l’école, ce sont les harceleurs qui doivent être sanctionnés et renvoyés, sinon double peine pour les enfants harcelés, les profs,directeurs et académies doivent AGIR point barre .

  20. Détail qui tue: « Maman travaille » Papa aussi probable. Deux salaires ou le RSA ! Eh oui le nez dans le guidon du nouvel esclavage égalitaire. Sans compter la confiscation éducative par l’Educ Naz dés le berceau ou presque … Résultat, les enfants trinquent et une civilisation qui part en vrille.

    • Le « détail qui tue », c’est votre commentaire ! « le nouvel esclavage égalitaire »… Impensable de lire de telles âneries ! Parce que vous préféreriez une mère aux fourneaux et à la serpillère ? Les enfants de parents qui travaillent ne sont pas forcément des enfants délaissés, au contraire ! C’est la qualité du temps passé ensemble qui prime. Pas les heures à être étouffés par une mère qui s’emmerde à la maison ! Et les enfants sont souvent fiers que leur mère travaille, même si son métier n’est pas très valorisant socialement. Ils ont un exemple de courage, de volonté, d’organisation, et de plaisir à se retrouver, quand chacun a quelque chose à raconter. Votre vision est vieillotte… quoique… pendant les guerres… Réfléchissez un peu avant d’affirmer des sornettes !

      • Argumentaire féministe aussi typique que caricatural ! Dans un temps aussi reculé que rétrograde, non seulement Maman n’était pas qu’aux fourneaux et à la serpillière, elle avait aussi et surtout du temps à consacrer sa progéniture ! Et Papa, du temps où il en avait encore, avait les couilles de défendre les siens comme il se devait ! II est où la Papa ? Il change les couches ?

        • C’est vrai ! Elle était aussi « aux courses » et au repassage… Ne vous déplaise, les femmes qui travaillent consacrent aussi du temps à leurs enfants : surveillance du travail scolaire, échanges quotidiens d’idées, découverte de la nature, de musées, de spectacles Et tout ça, avec, ou sans papa. Avec, c’est mieux ! Et même, quand il change les couches, il garde sa kalach à portée de mains. On ne sait jamais…
          Votre modèle de couple est idéal chez nos amis muzz, c’est navrant de lire de telles inepties à notre époque.
          Je serais curieuse de savoir si vous êtes marié, et ce que fait votre femme… et ce qu’a fait votre mère. Parce que le résultat…

        • Les femmes ne doivent-elles que vivre dans la dépendance financière de leur mari ? Condamnées à devenir misérables en cas d’accidents de la vie ? À quoi bon les encourager à étudier si leur seul avenir est celui du rôle d’intendante ? Une bonne école ménagère, à l’ancienne, devrait suffire !

          • Du temps de Molière on disait qu’il suffisait qu’une femme sache faire la différence entre un pourpoint et un haut de chausse. Il y en a qui en sont restés là.

            • En l’occurrence ni l’un ni l’autre ne semble avoir eu cet attribut. Et au quotidien je croise beaucoup de changeurs de couches, de parents 1 parents 2 voire 3 … De parents « au front », à l’ancienne jamais. Que voulez vous c’est démodé … Vous avez voulu le féminisme, l’égalitarisme, le genrisme, le catho-bashing bon chic rive gôche (et surtout sans risque) et vous avez quoi au final ? L’islam, les racailles, la faillite complète du multiculturalisme, la ripouxblique captée en haut par le fric, le pouvoir, les pervers, les pédophiles, en bas par les égorgeurs rituels, les tortionnaires en meutes organisées ! Beau « progrès » en vérité non ?

              • « Vous », c’est qui ? On ne veut pas le féminisme, on naît féministe ! Surtout quand on constate, enfant, les injustices. On se dit qu’on ne veut pas de cette vie-là. C’est après que l’on apprend comment ça s’appelle. Je trouve que vous amalgamez beaucoup de choses qui n’ont pas de rapport entre elles. Que vient faire le « catho-bashing bon chic rive gôche » ? Les pervers ? Les pédophiles ? Ils n’existaient pas avant ? Ou on n’en parlait pas ? Vous noyez le sujet.

        • J’ai toujours rêvé d’une France où les femmes ne travailleraient pas ,une France qui n’auraient plus d’infirmières ,d’enseignantes,de caissières et surtout,surtout d’employées de la CAF pour payer des allocs à toutes les autres .
          Après tout ,c’est vrai ça ,on n’a jamais, chez nous, que 8 millions de femmes qui partent ,tous les matins, faire un boulot parfaitement inutile .
          Moins de 50%des ménages paient des impôts sur le revenu.
          Si on excepte les grosses fortunes ,ce sont tous des ménages où les deux conjoints travaillent .Chiche supprimons, les impôts.
          ..

          • De sacrées dévergondées, ces nanas ! Si ça se trouve, elles ne portent pas de chapeaux et fument à la terrasse des cafés ! Vite, qu’on y mette de l’ordre !

          • CHEVALIER : Ah, ça, moi, je tolérerais pas une souillon à la maison, hein ? Une feignasse ! Qu’a pris un travail dans la journée, là, pour se pavaner en minijupe dans l’autobus ! Ah !!! Pas de ça chez moi, la feignante qui travaille au dehors, j’en veux pas, hein ! C’est qu’y en a, à l’heure actuelle, là, de la poufiasse qui va travailler à l’extérieur, là. Aujourd’hui ??? Ouh la !!! Y’en a de la grognasse qui va au turf, là, tiens ! Crénom de salope, là !!!
            LASPALES : Y’en a plein les autobus !!!
            CHEVALIER : OUAIS !!!
            LASPALES : Plein !!! Et pendant que tout le quartier lui regarde les cuisses, dans le bus, toi, chez toi, t’es obligé de te servir TOI MEME ton Ricard !

      • C’est vrai qu’une mère qui travaille ne connait ni les fourneaux ni la serpillière, cette chanceuse.

        • Voyons, ne soyez pas de mauvaise foi ! Bien sûr, qu’elle connaît ! Et certaines y prennent même plaisir ! Tout comme certaines femmes préfèrent vraiment rester chez elles à « faire tourner la maison » ! Ce n’est pas le propos, pour moi, et je ne dénigrerai jamais le rôle de celle qui reste chez elle. Mais il faut que ça reste un choix, et en aucun cas ça n’assure une meilleure prise en charge et éducation des enfants ! Je suis une mère de trois enfants, j’ai toujours travaillé, et mes enfants vont très bien et donnent toute satisfaction ! Je les ai encouragées (pour les filles) à être indépendantes, autonomes, et c’est ce qu’elles ont fait. Mes petits-enfants vont très bien aussi, merci ! 🙂 . Les mamas muzz, qui restent à la maison, éduquent-elles bien leurs enfants ?

          • La plupart des femmes qui travaillent n’ont pas le choix justement. Croyez-vous qu’une femme des « classes populaires » qui se tape 30 km de route pour aller à son turbin d’esclave payé au SMIC le fait par revendication féminazi ?
            Qu’elle se sent fière d’avoir rempli des rayons, avoir été emmerdée par des retraités de gauche à la caisse, fait le ménage chez des riches crevards qui donnent le minimum ?
            Si les blanches ne font plus d’enfants, pour la plupart ce n’est pas parce qu’elles sont des féminazi à cheveux bleus ou des trainées pour qui l’avortement est un droit inaliénable.
            C’est juste que même en couple avec 2 salaires, c’est pas facile de joindre le 2 bouts et d’acheter un logement.
            Pour les nantis c’est épanouissant le boulot. Pour les autres pas tant que ça.

            • On ne travaille pas par « revendication féministe », on travaille tout d’abord pour gagner sa vie, apporter sa quote-part au budget familial, ou simplement assurer l’intégralité de celui-ci. Mais si l’argent est la première motivation, il me semble qu’on peut en trouver d’autres, même dans les emplois les moins « prestigieux » : trouver une place, un rôle dans la société, rencontrer d’autres personnes, se faire des camarades, se frotter à d’autres points de vue… etc. Et tout cela, pour en revenir au sujet, n’est certainement pas nuisible à l’éducation des enfants.

              • On travaille d’abord pour payer ses taxes. La plupart des gens détestent leur boulot car ils ne voient pas l’intérêt, à par engraisser l’état. On peut trouver un rôle dans la société autrement qu’en trimant 12h par jour. Suffit de voir, ceux qui ont le pouvoir c’est les fonctionnaires, retraités, clando/ envahisseurs, punks à chiens de gauche. Pas les plus grands travailleurs mais mobilisables les heures ouvrables.
                La voilée avec ses 5 gosses a plus de pouvoir que la femme libre indépendante avec 1 môme qui galère les fins de mois.
                Se faire des camarades ? J’ai bossé dans des milieux relativement féminisés, j’ai constaté à quel point les nana sont vaches entre elles, et des amies m’ont confirmé qu’elles préfèrent bosser avec des mecs, moins de drames et de coups de putes (leurs mots).

          • En tout cas ,aucune fille de maman qui travaille n’envisage de devenir ,elle ,une mère au foyer .Il faut croire qu’elle n’a pas trop souffert de la situation quand elle était enfant .
            Et les garçons ,c’est pareil,aucun de ceux dont la maman avait un métier n’envisage d’interdire à sa compagne d’exercer le sien.

            • J’en connai qui m’ont l’air plutôt heureuses en femmes au foyer, ont laissées tomber la grande carrière qui leur était destinée. Peut-être par esprit de rébellion, je ne sais pas. Mais elles font des trucs plus épanouissants pour elles que des présentations powerpoint ou parler du dernier épisode de Poubelle ta vie à la machine à café.
              Art, yoga, épanouissement personnel, chinage et ventes. Les femmes ont toujours travaillées, surtout chez les islamopithèques. Sans les moukères pour bosser le maghreb serait encore plus pourri.
              Pour ça qu’elles glande en France.
              Les femmes blanches peuvent bosser sans être bloquées 12h par jour dans un boulot chiant.
              Mais on leur dit qu’il leur faut la grande carrière, donc surtout pas d’enfants, ou adieu la meilleure place de parking.

          • Tout a fait d’accord avec vous Rosalie, de plus j’ai une amie qui a perdu son mari très jeune et heureusement qu’elle travaillait car elle aurait fait quoi avec ses deux enfants sans son salaire ,et n’oublions pas aussi les divorces,ses enfants vont très bien aussi et sont bien équilibrés.Ce n’est pas parce qu’une femme reste à la maison pour élever ses enfants que c’est une meilleure maman.

    • dissident Je trouve votre commentaire excellent. Notamment en ce qui concerne l’EN qui devrait se cantonner dans l’enseignement et absolument pas dans l’éducation.

    • Détail qui tue maman travaille,?maman travaille aussi souvent parce quelle n’a pas le choix ,parce que divorcee ou veuve et que sans son salaire elle ne pourrait pas élever ses gosses ni plus tard avoir de retraite parce que pas cotisé ,et oui ça existe ,c’est pourquoi il faut toujours être indépendant et travailler au cas ou sinon c’est la galère, et ce n’est parce qu’une maman travaille que c’est une mauvaise maman.

  21. La violence des enfants est à l’image d’une société qui s’enfonce chaque jours davantage dans ce que les adultes leur montrent comme étant une norme. Ceci est inscrit au plus profond des demandes des enfants : où est le modèle, à quoi et à qui dois-je me conformer. Ceux qui ont oublié cela, et ils sont très nombreux, ont perdus le souvenir de ce qu’ils étaient étant enfants.
    L’éclatement de la famille, l’écran stressant, d’images violentes, mais aussi dans le rythme même de ces images, (intentionnelles ?), qui fichent la tête en marmelade, qui détruisent l’attention portée etc . . . .
    Derrière, il y a des salauds, des criminels, des projets bien crasseux.

  22. Tout le monde est coupable dans cette lamentable histoire : les enseignants sensés surveiller la cour d’école, la direction molle (au fait, pourquoi ? j’aimerais bien connaître le prénom des petits bourreaux), les parents qui s’obstinent à remettre leur enfant entre les mains de leurs tortionnaires et tardent à réagir.

  23. Il y a beaucoup d’enseignants qui s’en foutent de nos jours la plus part ce sont des gauchistes des petits blancs ils s’en foutent ils protegent plus les basanes j’ai 80ans a l’epoque les enseignants etaient plus courageux que maintenant maintenant ils attendent que la paye et les vacances

    • Les enseignants sont comme tous les Français, ils ont peur de représailles de la part de la famille des persécuteurs . Personne n’a oublié cette jeune institutrice de Albi qui est morte il y a quelques années poignardée dans sa classe par la mère d’un élève qui prétendait que son fils était maltraité par l’enseignante .

    • Les enseignants étaient plus courageux parce qu’ils n’étaient pas en danger comme aujourd’hui. Je ne voudrais pas être à leur place .

  24. Le harcèlement à l’école a toujours existé : par les instituteurs ou par d’autres enfants. La seule solution est entre les mains des parents qui doivent être très proches de leurs enfants. Est-ce le cas ?

    • Pas à cette mesure là . Certains ont même le culot de rendre les parents des petites victimes coupables de tout pour innocenter les persécuteurs.

  25. Dans un monde imaginaires ( le mien) si mon gamin aurait eu ça La petite racaille aurait pris du 12 pleine gueule ainsi que les surveillants, j’irais en cabane mais au moins pour le coup, les manges merdes seraient au courant, y aurait même BFmerde pour couvrir l’info

  26. « L’inconscience des parents dépasse parfois la brutalité des enfants ».
    L’autisme des zautorités et des hiérarchies étouffent les Vérités…
    Ainsi fabrique-t-on des névrosés…

  27. Comme vous, je me demande comment une mère peut laisser son enfant dans une maternelle – ou école – où il est harcelé (?)… C’est à la première alerte qu’il faut réagir et soustraire son enfant en le scolarisant ailleurs, même s’il serait juste que ce soit aux bourreaux de partir ! Mais, avant que des décisions soient prises, l’enfant humilié a le temps de terriblement souffrir ! Donc, fuir ce milieu délétère est la seule solution. Ceci dit, trouver des comportements aussi pervers chez d’aussi jeunes enfants interroge sur le rôle de leurs parents et la permissivité de la société. Quid alors des enfants de djhiadistes ? Seront-ils pire que ceux-là ? Chronique de morts annoncées…

  28. S’il vous plaît, les mots ont un sens. Ces petites vermines (dont on devine l’origine sans disposer de pouvoirs paranormaux) ne sont pas des «  » »copains » » ». Ce sont de simples camarades de classe, en plus d’être des bourreaux qui répètent les traitements qu’ils subissent dans leur milieu. Quant à l’absence de réaction du milieu enseignant, on est au delà du scandale. Et ça doit voter à gauche bisounours et distribuer des leçons de morale, ces créatures méprisables.
    J’espère que les parents auront le courage de faire la seule chose qu’il doivent : les traîner au tribunal et faire un scandale médiatique. L’Educ Nase qui bousille consciencieusement nos enfants déteste ça.

  29. (suite) Même si ces harceleurs sont vicieusement précoces, on peut voir dans ces comportements l’influence de la pornographie accessible à tous dès le plus jeune âge. Là encore nous sommes face à un fléau que l’Etat aurait dû endiguer de longue date. Car nous subissions aujourd’hui les effets de décennies de films classés X : image dégradée de la femme, en général. On voit les résultats avec les féminicides. Quant aux enfants, rien ne peut être pire pour leur psychisme que ces scènes de sexualité bestiale, de ces dénaturations, de ces violences abjectes. Un « laisser-faire » à tous les niveaux que chacun paie à tour de rôle et à tous les âges, de multiples façons.

  30. Je sais pas, c’était exactement pareil quand j’étais à l’école… Il y a bien longtemps.
    Enfants, parents, enseignants, direction, rien n’a changé.

    • Comme dirait avec justesse Maurice Vidal dans on article ci-dessous, « La discorde est inhérente à notre humaine condition ».
      Ca commence à la naissance, dès qu’on est capable de se déplacer en rampant pour aller se foutre sur la gueule du voisin.

  31. Ça sent la marmaille de pondeuses rebeues cette histoire. Les cailloux c’est pas anodin. Le petit Mathieu et Lucas ont le tort d’avoir des prénoms Français. Que les personnes responsables de leur sécurité à l’école assument leur défaillance. Faut que les parents aillent en justice.

    • Faut que le père se déplace pour rencontrer les pères, c’est la seule solution car ces gens ne respectent que la force et la peur !
      Pour se reconstruire de ce drame, le gamin doit voir que c’est son père, l’homme, celui dont le rôle est de protéger qui réagit et fait rentrer tous ces merdeux dans le rang !

  32. les commentaires = du grand n’importe quoi .
    C’est sur ce site que j’ai lu la lettre d’une mère de famille qui avait adopté un petit éthiopien de 8 mois et qui s’est vu confronté aux mèmes problèmes en grandissant .
    La seul question à se poser c’est quel est l’origine des gamins ,l’éducation n’a rien a voir .

    • réponse à Fred : le sujet de l’adoption est totalement différent du harcèlement à l’école dont il est question ici. Il n’y a aucun rapport entre les deux et c’est vous qui dites « n’importe quoi ».

  33. Et que dire des  » nounous » qui tiennent les petits enfants Blancs entre leurs mains toute la journée pendant que leurs parents sont coincés au travail ! Où sont -ils emmenés pendant la journée ? Dans les magasins de fringues quand sa ‘nounou’ fait du shopping ? J’EN AI VU SOUVENT , dans des réunions avec des gens qui ne sont pas de leur famille et où l’on parle religion ?… Dans une salle d’attente de mairie , j’ai vu récemment une ‘nounou’ qui patientait dans une file d’attente pour obtenir un document accompagnée d’une fillette Blanche d’environ deux ans assise dans une poussette.Je me suis demandé si les parents de l’enfant savaient que leur petite fille devait aller faire la queue à la mairie ce jour là. Beaucoup de procès en France !

    • Vous avez tellement raison. Le terme de « nounou » a été ressorti du tiroir pour donner un nom fleuri á une perspnne payée pour s’occuper de vos enfants, ce que vous ne voulez pas faire vous-mêmes.

      • Les parents travaillent, ils ne peuvent pas s’occuper de leurs enfants, dans la journée, c’est à regrets qu’ils les remettent entre les mains de ‘nounous’ qu’elles ne choisissent pas et qui sont souvent musulmanes , d’ailleurs.

  34. des gosses font sa à mes enfants, je me chargerai bien de leurs foutre la trouille de leurs vie et si ils recommencent, je les éclatent contre un mur

  35. LA MACHINE EST BIEN HUILEE : Un enfant Blanc qui ne peut pas apprendre en classe (les ‘autres ‘ l’en empêchent ) = peu de qualification = petit boulot mal payé » = promiscuité = mauvaises fréquentations =minorité numérique = CONVERSION = mariage avec une ‘diverse ‘ = METISSAGE. LE BUT EST ATTEINT .

  36. Des faibles, la solution immédiate: arrivée sans RDV dans le bureau du directeur, sommation à ce dernier de convoquer immédiatement les parents des élèves concernés avec les enfants.
    Dépôt immédiat de plainte contre les familles et la direction de l’école et le ou la prof !
    Le jour de la confrontation, promesse absolue qu’en cas de récidive même minime, le père réagira de façon virile sans prononcer le modus operandi !
    Ne jamais hésiter à menacer de représailles, la plupart des hommes réagissent comme cette mère dans l’article donc aucun risque !
    Vous pouvez y aller, c’est du vécu avec des scouts ! Quand le père a appris que j’allais lui faire une tête au carré, son gamin est rentré dans le rang !
    Idem à l’école primaire quand une petite terreur faisait chier tout le monde sauf nous!

  37. Entre eux les gosses sont les pires ordures de la Terre. L’humanité est un échec.

  38. Ce n’était pas aux parents de retirer leur enfant de l’école mais au responsable de l’établissement de convoquer un conseil de discipline et d’exclure les dangereux perturbateurs de l’école !

Les commentaires sont fermés.