L’Institut européen des relations internationales : une guerre ouverte est en cours entre l’Islam et l’Occident

Publié le 27 janvier 2015 - par

TCHOislamisteguerre

https://www.facebook.com/pages/Tchodessin/

L’Institut européen des relations internationales (IERI), basé à Bruxelles, vient de publier une étude sous le titre : « Islam et Occident, deux civilisations incompatibles » dans laquelle il souligne qu’une guerre ouverte et déclarée est en cours entre l’Islam et l’Occident, que ces deux mondes sont réciproquement incompatibles et que la cohabitation civile, la tolérance inter-religieuse et le dialogue interconfessionnel sont impossibles et suicidaires.

Ce qui est en jeu aujourd’hui par ces attaques, insiste l’étude, c’est moins la liberté d’expression, ou la remise en cause de la tolérance, que l’existence même de l’Occident.

Voici des extraits de cette étude rédigée par Irnerio Seminatore, président fondateur de l’IERI :

Les attaques armées et meurtrières de Paris et celles qui se sont succédées depuis le 11 septembre à New-York, Londres, Madrid, Calcutta, Montréal et Sydney prouvent qu’une guerre ouverte et déclarée est en cours entre l’Islam et l’Occident. Cette guerre à large spectre, sera longue et prendra une allure de plus en plus âpre et totale.

C’est un vrai choc de civilisation au caractère asymétrique et symbolique.

A ce sujet, les dénis de motivations d’hostilité générale par le faux unanimisme de l’establishment français et européen conduisent au désarmement des esprits et à l’occultation des dangers. Dans l’ordre des causalités essentielles, une évidence s’impose : il n’y pas d’islamisme sans Islam et ces deux tabous sont parties intégrantes de nos refoulés sociétaux.

Ethiquement, philosophiquement et politiquement, Islam et Occident sont réciproquement incompatibles et la cohabitation civile, la tolérance inter-religieuse et le dialogue interconfessionnel impossibles et suicidaires.

Toutes les formes de coexistence expérimentées jusqu’ici ont été un échec, car l’Islam européen est devenu une sous culture intransigeante et hostile, ne cohabite pas avec d’autres confessions, ne partage en rien le bien commun, s’oppose au siècle, vit en isolement communautaire et n’accepte pas le monde. Il est « étranger » à la modernité, à ses coutumes et à ses mœurs, bref il est en révolte contre notre civilisation. Cette hostilité se commue en égalitarisme contradictoire et en haine viscérale vis-à-vis des convictions modernes de la société et de l’État. Là où il prend racine, sa stratégie vise à supprimer les autres courants de pensée. L’Islam et l’Occident sont par ailleurs en guerre depuis quatorze siècles et l’Islam est en conflit avec lui-même, pour cause d’héritage spirituel, depuis la mort du Prophète (septième siècle). Son œcuménisme sanglant date des origines et la « secte des assassins » visant à convertir l’autre par le meurtre, est du neuvième siècle.

L’Islam fonde sa cohabitation sur l’élimination physique de ses rivaux (djihad) ou sur l’exclusion sociale de ses critiques et de ses réformateurs (fatwa). Il prêche une autocratie, le Califat, replié sur lui-même et auto-suffisant. La violence et la mort y garantissent une solution à ses problèmes, sur terre et dans l’au-delà.

Au sein de l’Islam, le djihadisme apparaît comme une affirmation identitaire et un totalitarisme violent et liberticide, en rupture de société. Il est ce que le précepteur est à son élève, un caïd aberrant, une source de discipline diabolique et un conseiller en nihilisme et en martyr.

Par symétrie, l’Occident est perçu par l’Islam comme un épouvantail et un Grand Satan.   A la loi divine supposée, l’Occident réplique par l’anarchie des mœurs, le matérialisme des conduites et un système moral vidé de substance par des concepts dénaturés théorie du genre, mariage pour tous.

L’idée d’une cohabitation entre les deux conceptions de la vie et du monde, islamique et moderne, est perçue par les croyants de la Oumma comme une apostasie et une trahison, à lapider ou à mettre à mort.

L’immigration extra-européenne et musulmane est le lit et le terreau de ce meurtre et obéit à un dessein d’occupation physique, idéologique et culturel qui est à la racine de ces provocations récurrentes et extrêmes. Nous assistons aujourd’hui à une immigration de substitution, massive, profonde et moléculaire remplaçant la population européenne de souche et portant atteinte à son mode de pensée et de vie, à sa civilisation.

Ainsi, ce choc de principes et cette guerre des Dieux sont destinés à durer, car cet affrontement est omniprésent dans l’histoire tumultueuse de la relation entre Orient et Occident depuis quatorze siècles, transcendant ainsi la conjoncture historique. Ce choc ne peut se solder par un compromis ou par une concession unilatérale de la part de l’Occident.

Toute conception du dialogue est par ailleurs impraticable pour la communauté musulmane d’Europe car il est perçu comme une trahison du sang et de la loi divine.

De ce fait, le combat djihadiste revêt une double signification : d’obédience inconditionnelle au « verbe » et de témoignage exemplaire d’une foi sans frontières et dans le même temps d’une force d’intégration du groupe allogène, conforté dans la valeur sacrificielle de cette action. Face à cette situation, toute politique multiculturelle est suicidaire et illusoire. L’acceptation de l’immigration ne peut signifier l’importation d’un totalitarisme violent et d’une conception obscurantiste de la société, de la famille et de l’individu. Cette forme d’immigration constitue pour l’Occident une menace existentielle à long terme et doit être combattue et stoppée.

Messin’Issa

L’IERI est un centre indépendant de recherches, de formation et de débats sur les grands dossiers internationaux. Fondé en 1997, il est devenu un interlocuteur privilégié des acteurs diplomatiques et militaires, des Institutions et des États-membres de l’UE et un lieu de rencontre international pour des personnalités européennes et mondiales.

Il dispose, depuis 2012, d’une « Cellule de Réflexion Stratégique de Haut-Niveau » (CERES-HN),  chargée de  débattre et d’approfondir les aspects cruciaux de la politique internationale, en vue de l’intérêt stratégique de l’Union européenne. Elle regroupe un cercle réduit d’experts, composé de diplomates, de militaires, de haut-fonctionnaires européens, de chercheurs et professeurs des universités.

 

Liens :

http://www.ieri.be/fr

http://www.ieri.be/sites/default/files/filefield/news/Texte%20Islam-Occident.pdf

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi