L’islam, culte le plus ordurier de l’histoire de l’humanité

Publié le 8 février 2015 - par - 868 vues
Share

 
L’éclectique George Duhamel disait que chaque civilisation a les ordures qu’elle mérite. Ce qui est d’autant plus vrai quand on sait que les peuples qui ont le plus marqué l’histoire humaine sont ceux qui ont enfanté des ordures en tous genres.  La remarquable civilisation allemande : Adolf Hitler; la grecque : Alexandre le Grand; l’italienne : Bénito Mussolini; la russe : Joseph Staline;  la chinoise : l’empereur Qin; la française : le Maréchal Philippe Pétain; la perse : l’Ayatollah Khomeiny; l’égyptienne : Mohamed Morsi,  la turco-monghole : Tamerlan; l’ottomane : Abdel Hamid II responsable du génocide arménien; et l’arabo-musulmane, qui n’a de civilisation qu’une langue et une religion : Abu al Qasim Muhammed ibn Abdallah ibn Abd al Muttalib ibn Hasham connu sous le nom de Mahomet en Occident et Mohamed chez les fidèles de sa religion.

Une religion qui mérite incontestablement le titre du culte le plus ordurier et ignominieux de toute l’histoire des religions.  Quant à ses prouesses civilisationnelles, fruit d’influences multiples et plurielles, fortement marquées par les sciences et l’art architectural byzantin, les traductions syriaques, la  pensée hellénique, le génie perse, le savoir hindou et l’art militaire berbère ainsi que l’apport conjugué des autres peuples islamisés par le fil de l’épée elles ne seraient qu’un mirage du désert lunaire arabique et des grains de sable figés dans la météorite noire vénérée par tous les musulmans de la terre. Ce qui en dit long sur la nature polythéiste et fétichiste de cette pseudo religion.

Si la chrétienté a vu apparaître en son sein au XII e siècle en France le cancer de l’Inquisition dont elle est immunisée officiellement en 1965 avec la disparition du Saint Office et son remplacement par la Congrégation de la Doctrine de la Foi. Sans pour autant que les pays chrétiens aient attendu le Vatican pour tourner la page de l’Inquisition comme la France qui y a renoncé dès le début du XVe siècle. Contrairement aux idées véhiculées par les musulmans pour justifier les dérives ordurières de leur religion l’Inquisition n’est pas consubstantielle au christianisme. Elle fut une parenthèse dans son histoire mais en aucun cas sa sève nourricière, son liquide rachidien et son souffle de vie comme dans l’islam qui sans elle, est condamné à mort.

L’islam ne peut survivre que dans un environnement liberticide, obscurantiste, inquisitorial, hyper répressif, intolérant, avec une main-mise totale et absolue des dogmes sur la vie des hommes. C’est une religion de l’interdit et du verrouillage de l’intelligence. Incompatible avec la vie humaine qui ne reconnaît pas à l’homme la faculté de réfléchir, de raisonner et de penser les choses par lui-même. L’homme ne naît pas humain, il naît esclave d’Allah qui est son propriétaire seul maître de sa vie. Exit le libre-arbitre et la liberté de conscience comme le fait remarquer judicieusement le philo nazi Qaradhaoui le prédicateur de la fiente humaine distillée dans les cerveaux des masses musulmanes incultes, analphabètes, abêties par un endoctrinement religieux intensif et permanent, frustes et fanatiques :  « Si l’islam ne tuait pas les apostats, il aurait disparu à la mort de Mohamed ».

C’est cette peur de se faire trancher la tête comme au temps de cet Ange noir de la mort  qu’est Mohamed qui ne laissait aucune chance à ses opposants et à tous ceux qui moquaient ou doutaient de l’authenticité de son message à l’image du massacre de la tribu juive des Banu Qoreyza  à cause de l’éventuelle menace qu’elle faisait peser sur son ubuesque prophétie dont deux versets du Coran attestent la réalité de manière allusive : « Il [Allah] a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les avaient soutenus, et Il a jeté l’effroi dans leurs cœurs. Un groupe d’entre eux,vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers. Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n’aviez point foulée. Et Allah est Omnipotent » (33.26-27).IbnKathir a commenté à ce sujet :

Le Messager d’Allah a ordonné de creuser des fosses, et on les a creusées dans le sol. Ils ont été emmenés les mains liées derrière le dos et ils ont été décapités. Ils étaient entre sept cent et huit cent. Ceux dont les poils n’avaient pas poussé ont été faits prisonniers, ainsi que les femmes, et leurs biens ont été saisis. ( Tafsir al-Qor’ân al-‘Azîm, volume 6, p.398, sourate 33 verset 26 )

 L’islam a véritablement atteint les sommets himalayens de l’abjection humaine à faire pâlir de jalousie cette autre idéologie de l’immondicité humaine. l islam puise lui directement ses sources dans le caractère aride, cruel, inhumain, sanguinaire, oisif, vulgaire et barbare des Arabes et de la rigidité de leur pensée dogmatique qui n’est rien d’autre qu’un Maelstrom formé de suprématisme, de racisme, d’antisémitisme, d’ultra-violence, de Solution finale pour les infidèles, les insoumis et les associateurs, de colonialisme, d’inquisition et de terrorisme.

 

Certaines civilisations sont égales entre elles dans la barbarie humaine mais il y en a certaines qui ont brisé les chaînes de la barbarie et qui ont inondé le monde de la lumière des libertés tandis que d’autres tardent à le faire et qui sont plutôt enclines à éteindre cette lumière pour plonger le monde dans l’obscurité obscurantiste. N’est-ce pas le cas des islamistes dans les pays de l’hiver intégriste et qui inquiètent et effraient leurs compatriotes qui croient en la vertu de la lumière universelle celle des droits de l’homme et du citoyen né dans une terre chrétienne qu’on le veuille ou non mais qui aurait pu être inspirée par Ghandi lui-même.

L’humanisme issu de cette culture judéo-chrétienne tant décriée par les islamo-compatibles n’est certainement pas la valeur la mieux partagée entre les civilisations.

Quand les deux grande figures de ce qu’on appelle exagérément l’âge d’or de l’islam Averroes et Avicennes ont voulu impulser un souffle humain celui de la raison rationnelle, ils ont été cloués au pilori pour hérésie et leurs  livres en grande partie détruits et  les rares qui ont survécu aux flammes du bûcher ardent inquisitorial le furent grâce à des  traducteurs juifs et chrétiens. Galilée et Spinoza pour ne citer que les plus illustres étaient passés par là aussi mais la Renaissance florentine et le siècle des Lumières ont fait oublier les siècles noirs de l’obscurantisme religieux.

On attend toujours qu’un vent humaniste vienne nous envahir du Levant qui est pour l’instant en proie à un torrent de boue nauséabonde déversée sur lui par les djihado-terroristes de Daech fidèles à l’islam médinois pratiqué par Mahomed lui-même, celui du pillage, du butin, du viol des captives, de la rançon, de l’esclavage, du butin, de la décapitation et de la tête de l’ennemi clouée sur un piquet.

Les musulmans doivent d’abord dépolluer leur terre de ces ferments pétrifiés, mais ils n’en ont ni les moyens, ni le désir, ni les capacités. Il est à douter qu’eux, dont les neurones sont contaminés par 1435 ans de fumée fétide radioactive, puissent comprendre un jour le vrai sens premier de la civilisation, celle qui apaise et pacifie la vie des hommes et fait de la moitié de son humanité maîtresse de son destin humain et reconnaît les mêmes droits et devoirs à tous les hommes sans exclusive. Une civilisation est une communauté de destin humain et non de destin religieux.

Salem Ben Ammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.