L’islam est-il réellement ce que vendent les musulmans?

Publié le 27 octobre 2014 - par - 2 855 vues
Share

ISLAM RELIGION DE PAIX ET DE DEMOCRATIEDans ma jeunesse, j’ai cru que l’islam était une religion d’amour et de respect et que la barbarie était du seul ressort des kouffars. J’ai cru à cette fable jusqu’à l’âge de 20 ans mais lorsque j’ai lu par accident un livre de Maxime Rodinson (universitaire français spécialiste de l’islam, né le 26 janvier 1915 à Paris et mort le 23 janvier 2004 à Marseille) sur la biographie de Mahomet, depuis lors, j’ai fait ma transhumance religieuse et mon rapport avec l’islam prit un sérieux coup. Mes certitudes islamiques s’ébranlèrent peu à peu. A partir de ce moment, j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire de la religion de mes ancêtres. Le doute s’empara de mon esprit qui était encore sur l’influence coranique. Ma déception fut grande quand je m’aperçus que les théologiens musulmans sont tous des menteurs avérés : ils ne disent jamais la vérité. Spécialistes de la takkya, ils endoctrinent ceux qui les écoutent. La dissimulation reste leur sport favori.

Dans ma tendre jeunesse, on m’avait appris et en premier lieu mes propres parents qui le faisaient mécaniquement, que l’ennemi des musulmans demeure les chrétiens et les juifs et que l’islam est la religion du juste milieu et que la violence vient d’un seul côté, c’est-à-dire des mécréants. Ce discours rôdé depuis 622 de l’ère chrétienne, leur fut seriné par l’imam de la mosquée.

Dans la société musulmane, on enseigne aux enfants que les kouffars ( les infidèles) sont des êtres malfaisants au même titre que Satan qui tentent de détruire la religion de leurs ancêtres et Mahomet est l’être humain parfait de la Création, et il n’y a pas de pareil au monde. Ce slogan mensonger continue de faire des ravages dans l’aire arabo-islamique et même l’Occident n’y échappe pas grâce à la complicité des oligarchies régnantes avides de pétrodollars.
Et à cause de ce discours, l’Occident officiel par sa lâcheté et sa compromission avec l’islam rétrograde et barbare, a laissé se développer sur son territoire le djihad qui commence à l’attaquer de l’intérieur pour le détruire tel le cheval de Troie. Jouer à l’apprenti sorcier équivaut à ouvrir la boite de Pandore islamique, en attendant le chaos et la désolation… Et bientôt l’emblème noir de l’islam flottera sur les principaux édifices de cet Occident qui a jeté à la poubelle les valeurs qui ont fait jusque-là la grandeur de son histoire, si les peuples occidentaux ne réagissent pas au danger qui menace leur existence. Si rien n’est fait, l’islam finira par achever cet Occident mercantile, mondialisé et sans aucun repère. Sans âme, ni conscience !

Actuellement notamment en France, l’oligarchie politico-médiatique préfère l’islamisation de la France en collaborant avec l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweït, les Emirats Arabes unis et la secte des frères musulmans que de défendre les intérêts du peuple français en favorisant la culture coranique.

Cet Occident immoral déroule le tapis rouge à l’islam wahhabite pendant ce temps au Pakistan, berceau de l’intégrisme islamique criminel, les chrétiens citoyens de ce pays n’ont plus le droit aux sépultures. Leurs morts sont enterrés dans des fosses communes.

Pire encore, ils n’ont plus le droit de puiser l’eau dans les puits détenus par les musulmans.
Où sont passés les hypocrites musulmans qui crient à l’islamophobie dès que les pratiques de l’islam d’un autre âge sont dénoncées? Où sont passés les chantres des droits de l’homme? Mais où loge le pape François? Et les président Obama, Hollande et consorts, sont-ils devenus aveugles à la vue des pétrodollars? Ils n’ont rien vu, ni entendu de ce qui se passe au Pakistan. Il est vrai que le malheur de ces chrétiens pakistanais n’intéresse personne dans ce monde de fric parce qu’ils sont plus pauvres que les pauvres musulmans…
Honte à tous ces hypocrites!

Désormais, personnellement, je ne me sens plus en France dans un pays de liberté de conscience, car sa justice est devenue prisonnière de la charia.
Mon esprit fut moi aussi imbibé par ces mensonges qui font passer une religion violente pour une doctrine pacifique qui n’a rien à envie au bouddhisme. Il fallait y penser…
Devant cette religion qui prétend combattre la violence et qui se dit animée de paix et d’amour, feu Gandhi serait un apprenti de la non-violence.

En épluchant de nombreux livres et notamment le coran et les hadiths, je suis arrivé à la conclusion que l’islam a pour fondement le paganisme des anciens Arabes qui était un polythéisme incomplet dont Mahomet s’était largement inspiré pour créer sa religion.
Le programme de l’islam repose avant tout sur la vénération des déesses arabes sur lequel Mahomet avait greffé un peu de judaïsme, une pincée de zoroastrisme et des brides de christianisme. Son idéologie avait pour base les rites de la Kâaba (qui signifie cube en arabe). Et son process s’était amélioré au contact des autres religions monothéistes.
Son logiciel est celui du culte des pierres qui reste vivace jusqu’à nos jours. En Arabie préislamique, le mot Mecque ne signifiait-il pas pierre ? Avant l’islam, il y avait plusieurs ‘Mecques’ dans la péninsule arabique.

La plus célèbre est la Pierre Noire (sûrement un fragment d’une météorite) placée à la Kaaba qui avait subi plusieurs dommages et des profanations au cours des siècles tellement son importance est capitale dans l’islam. Car le sultan musulman qui la maitrise, détient en fait le vrai pouvoir, à cause de la richesse générée par le hadj et de son prestige religieux. De nos jours, le royaume d’Arabie en est l’exemple parfait.

Au VIIe siècle, lors du siège de la Mecque par les Omeyyades dont le pouvoir était disputé par les descendants d’Ali le quatrième calife bien guidé, la Pierre Noire fut fracassée par un projectile lancé par une catapulte.
En 930, la Pierre Noire fut volée par les Qarmates (qui représentent un courant dissident du chiisme ismaélien influencé lui-même par le mazdakisme qui est un dérivé du mazdéisme) qui l’installèrent à Hajjar (actuel Bahreïn) dont l’espoir de recevoir les profits générés par le pèlerinage. Elle fut rendue aux Abbassides 23 ans plus tard contre des caisses d’or.

Vers 1800, quand les Wahhabites ( Al-Saoud) s’emparèrent de la Mecque, ils saccagèrent la Kaaba et roulèrent la Pierre Noire de leurs pieds.
Allah ( ayant pour origine Illu qui signifie dieu pour les Akkadiens de Mésopotamie (4000 à 2000 ans avan-JC) n’était en fait qu’une idole parmi tant d’autres placées autour de la Kâaba ( Mecque) qui avait détrôné Houbal ( idole vénérée par les Nabtéens de Pétra) et dont trois déesses mekkoises étaient ses filles, selon le coran : Manât, Allât et Al-Ozzâ.
Dans la sourate 53 ( l’étoile-An-Najam pré-hégirienne N023) versets 19 et 20 , il est écrit :
« Que vous en semble, Allat et Al-Ozzâ »
« ainsi que Manât, cette troisième ? »
Mahomet avait récité cette sourate en présence des Quraychites, près de la Kaaba, qui étaient tous contents qu’Allah reconnaissent leurs déesses et lui dirent : « Nous savons qu’Allah tue et fait vivre, crée et conserve, mais nos trois déesses prient pour nous auprès de lui dans ton culte, nous nous joindrons à toi. » Et Mahomet en compagnie des Quraychites se prosternèrent devant les trois idoles selon sahih Bukhari.

On appelle ces versets sataniques du fait que c’est Satan qui les avait mis dans la bouche de Mahomet ( voir le roman des versets sataniques de Salman Rushdie qui lui valut une fatwa de l’imam Khomeiny pour le décapiter), selon la tradition musulmane.
D’après les chroniqueurs musulmans, Mahomet fut contrarié, et resta seul tout la journée dans sa maison. Au soir, l’ange Gabriel vint le visiter, et le prophète lui récita la sourate 53. Quand il arriva aux paroles inspirées par ‘Satan’, l’Ange dit : « T’ai-je enseigné ces deux versets ? » Alors Mahomet reconnut son erreur et dit : « J’ai attribué à Allah des paroles qu’il ne m’a pas révélées ».

Allah, est-il manipulateur au point d’induire en erreur son Envoyé ?
Dans la sourate 22 ( pèlerinage-al-hadj post-hégirienne N°103), par l’entremise de l’ange Gabriel, Allah souffla à Mahomet le verset 53 pour annuler les deux versets de la discorde où il est écrit :
« Nous n’avons envoyé, avant toi, ni Messager ni prophète qui n’ait récité ( ce qui lui a été révélé) sans que le Diable n’ait essayé d’intervenir pour semer le doute dans le cœur des gens au sujet de sa récitation. Allah abroge ce que le Diable suggère, et Allah renforce Ses versets Allah est Omniscient et Sage. »

Pour le chroniqueur musulman Tabari (839-923, historien perse), Mahomet avait agi par ruse pour convertir les mecquois à sa nouvelle religion. A cet effet, il avait écrit pour expliquer les versets 19 et 20 de la sourate 53 : « Le prophète de l’islam en acceptant l’éminence et l’intercession des idoles des Quraychites, voulait les convertir dans son propre intérêt et il avait réussi. Car tous les païens mecquois se sont prosterné avec lui et ont prononcé la chahada. D’autre part, les trois grandes idoles, Allat, Al-Ozzâ, et Manat se trouvaient à la Kaaba. Avant l’islam, Mohamed lui-même avait effectué des tournées de vénération autour de la Kaaba en présence de ces idoles. Son père en fut le portier. Son grand-père et ses oncles avaient des noms composé dans le préfixe fut : « serviteur ou esclave » et le suffixe consistait en le nom de ces idoles comme Abd Manaf qui était le grand ancêtre de Mahomed. Abd Manaf signifie le serviteur de la belle idole de Manat. Abd Al-Ozzâ signifie le serviteur de la déesse Al-Ozzâ. Abd Al Dar signifie le serviteur ou l’esclave de la maison des idoles de la Kaaba. »

M. Malek Chebel, le spécialiste de l’islam, peut-il éclairer les Français sur la présence de ces versets sataniques dans le coran ?
Mais qui étaient ces trois déesses, ces filles d’Allah ?
La déesse Manât était honorée par la tribu guerrière et poétique des Banu Hodhaïl, qui était installée au sud de la Mecque. Cette idole semble appartenir aux déesses de la destinée et du bonheur comme la Tychè Soteira des Grecs, l’une des Moires, fille de Zeus, libératrice et protectrice sur la mer, en guerre et dans les assemblées populaires.
La déesse Allât est nommée Alilat par Hérodote ( historien grec, 484-420 avant-Jésus Christ) qui trouvait dans les dieux des peuples étrangers les mêmes symboles que ceux que les Grecs honoraient. Allât devint pour lui Uranie. Allât correspondait à la grande déesse sémitique du ciel, de la maternité, de la fécondité. A Taïf, à l’est de la Mecque, où elle avait son plus haut sanctuaire, elle s’appelait d’ailleurs tout simplement Ar-Rabba, la ‘ Maîtresse’. Avant l’apparition de l’islam, les femmes arabes stériles venaient à la Kaaba pour se prosterner devant elle dans l’espoir de tomber enceintes, en y frottant leur clitoris.

La déesse Al-Ozzâ était la plus honorée des trois idoles. Le nom qui signifie la Puissance, l’Honorée, avait donc la même signification qu’Ar-Rabba ( la Maîtresse). Elle semblait proche de la déesse Allât. Mais en territoire nord-arabique, elle avait conservé son rapport originel avec la planète Vénus. Elle fut la déesse de la beauté et les femmes arabes l’invoquaient le matin pour qu’elle leur rende leur visage rayonnant de beauté. Némésios ou Némésius (évêque d’Emesè actuelle ville de Homs en Syrie- 350-420 après-J) un des Pères de l’église racontait que les Arabes adoraient l’étoile du matin et lui faisaient volontiers un sacrifice, à l’aube, après une razzia réussie : ils choisissaient de ce qu’il y avait de mieux comme victime, de préférence un garçon dans la fleur de l’âge. La déesse Al-Ozzâ avait son principal sanctuaire à Nakhla, à quelques kilomètres au nord-est de la Mecque.
Mahomet ne fut-il pas inspiré par les cultes païens de l’Arabie pour bâtir sa religion ? Il fut sans aucun doute marqué par un profond respect de la religion de son enfance dont il ne voulait pas se séparer. Le mythe de Safâ et Marwah, un des rites du hadj, en est l’exemple vivant jusqu’à nos jours….

Pourquoi les falsificateurs et manipulateurs islamiques se taisent sur l’origine de leur religion ? Et à quand un droit d’inventaire sur l’islam ?

Hamdane Ammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.