L’islam est incompatible avec l’intégration, MM. Hollande-Ayrault

Publié le 17 février 2014 - par - 1 507 vues
Share

Islam-et-democratieLe pouvoir écolo-socialiste qui est en grandes difficultés, a trouvé une parade pour les faire oublier en ouvrant le dossier de l’intégration des immigrés en France, au moment où l’islam, cette religion de la haine qui est rejetée par plus de 80% des Français, tente d’imposer sa doctrine totalitaire et ses codes sociétaux à l’ensemble de la population.
Cet agenda n’est qu’une manœuvre de diversion de plus initiée par l’oligarchie écolo-socialiste régnante, pour cacher son échec économique et social. Car vouloir imposer par la ruse une nouvelle civilisation aux Français est une couleuvre difficile à avaler. Après le mariage pour tous, elle tente d’introduire un nouveau sujet de discorde au sein de la société.
Ce pouvoir impuissant à faire face aux nombreux défis auxquels la France est confrontée (chômage, désindustrialisation, insécurité, technologies du futur, déficit colossal…) dégoupille une grenade pour diviser la société française qui est déjà fragilisée. Il tente vaille que vaille de mettre à nouveau sur la table le sujet brûlant de l’intégration des immigrés comme si les Français étaient responsables de l’échec de l’assimilation. La technique est simple : faire monter les uns contre les autres pour camoufler ses errements.
Diviser pour régner, tel semble être le slogan du pouvoir en place. Est-ce la faute des Français si une partie des immigrés refusent de s’adapter aux valeurs de la république et notamment ceux dont les neurones sont irriguées par la culture arabo-islamique ?
Car la citoyenneté est avant tout une éducation civique bien ancrée qui tient compte des fondements de toute société. Vouloir culpabiliser les Français de souche est un chemin dangereux et les premières victimes seront les immigrés eux-mêmes. Leur rejet serait immédiat. Sur quelle base et au nom de quoi, veut-on mettre en doute la sincérité de l’hôte si celui qui est invité, refuse de se conformer aux us et coutumes de la maison qui l’accueille?
Car l’intégration est avant tout une démarche individuelle d’une personne qui désire se rapprocher d’un groupe social plus vaste afin de s’y fondre dans le temps. Une nation n’est pas un libre-service où l’on se sert à sa convenance et encore moins une auberge espagnole.
Tout peuple possède son histoire, sa mémoire, ses coutumes et ses règles. Ce n’est pas au dernier arrivé de lui imposer son choix sociétal.
S’assimiler, c’est accepter les valeurs de la majorité, sinon chacun va créer dans sa vie de tous les jours, les normes qui l’arrangent et rejeter celles qui le dérangent.
Et dans ce cas, c’est le communautarisme qui s’installera en France tôt ou tard. Et ça sera alors la régression féconde accompagnée d’une marmelade islamique piquante qui sera servie comme dessert.
Depuis des siècles, la politique de la France a été favorable à l’assimilation et tenter aujourd’hui de la remettre en cause, c’est marcher vers l’inconnu, vers le désordre.
L’école qui fut le lieu du savoir et de l’intégration, est devenue l’endroit où s’exercent les antagonismes de la société française. L’islam s’y est introduit en créant la discorde et en tentant d’y imposer sa vision totalitaire. Déjà, il a réussi à faire admettre le halal dans les cantines scolaires et dans les prisons en bafouant la laïcité qu’il utilise quand cela arrange son idéologie sectaire.
Lorsque la politique s’efface devant les difficultés et que la manipulation, la désinformation et l’injure prennent le relai dans le seul but de garder le pouvoir, il y a danger dans la maison France. Alors le moment de rupture entre l’élite politique d’en haut et le peuple d’en bas, est imminent. La révolte sera pour bientôt. Déjà que la société française est fragilisée, il ne faut pas s’attendre à des miracles sur ce dossier de l’intégration. Il serait massivement rejeté par les Français si le pouvoir le soumettait à un référendum.
Durant des années, l’intégration fut oubliée et les hommes politiques de tout bord, ont délégué leur pouvoir dans les quartiers perdus par la république à des imams qui se sont sentis investis d’une mission divine au service d’Allah, alors l’islam a vite remplacé le vide laissé par l’état. Aujourd’hui, il est presque trop tard pour agir, car l’assimilation signifie pour un grand nombre de musulmans la perte de leur identité. Durant des années, l’angélisme béat a favorisé le rejet de la culture française des nouveaux arrivants. A ces derniers, on leur a dit que c’est à la république de faire des efforts pour les intégrer et non l’inverse.
Y-a-t-il encore un espoir pour redresser la situation ? Oui, s’il y a un courage politique. Rien n’est figé, et ce qui paraît insurmontable aujourd’hui, pourra se réaliser demain. Alors que ceux qui gèrent la cité, prennent le taureau par les cornes et disent ouvertement aux immigrés que la France est un pays assimilationniste et que pour s’y installer, il faudra respecter une charte de l’intégration qui devra être établie rapidement.
Le laisser-aller actuel arrange uniquement l’islam qui profite du laxisme pour étendre son emprise sur les quartiers défavorisés dans le but de créer des enclaves islamisées afin d’y préparer le djihad. Et ce n’est pas par calcul électoraliste, que le pouvoir fera face à cette menace dans ces endroits de non-droit où l’islamisme et la drogue font bon ménage. Il faut surtout anticiper sur les événements pour ne pas les subir brutalement.
Pour réussir une bonne intégration, il faut valoriser ceux qui se sont assimilés et non le contraire comme on le constate actuellement qui fait la part belle à ceux qui rejettent toutes les valeurs de la France des Lumières.
Qu’on arrête définitivement cette politique de laxisme et d’angélisme qui méprise ceux qui ont adhéré au projet républicain et qui choie remarquablement ceux qui tentent de le remettre en cause, si l’on veut réconcilier la France avec elle-même.
Mais pour le moment, dans ce beau pays, ceux qui gèrent la cité marchent sur la tête en se mettant au service de l’islam pour un hypothétique gain électoral en bafouant les principes qu’ils croient défendre. Ils scandent « vive la nouvelle civilisation ! » tout en faisant la danse du ventre pour plaire aux mahométans qui croient que l’islam est la solution comme jadis, les marxistes, les staliniens et les trotskystes disaient que le communisme était l’avenir de l’humanité.
Et pourtant la France était et reste la fille aînée de l’Eglise quoiqu’en pensent les adeptes de la théorie du genre !
Hamdane Ammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.