L’islam est totalement incompatible avec le marxisme

Publié le 4 décembre 2015 - par - 4 commentaires - 1 713 vues
Share

besancentvoiléeLe site Riposte Laïque a publié le 25 novembre dernier mon article « Vue de Prague, la guerre Occident-islam paraît inévitable. »

J’y écris qu’il importe que les Occidentaux arrivent à surmonter leurs différends avec la Russie et qu’ensemble ils constituent un front commun contre le danger islamiste.
Ce qui est valable à l’échelle internationale, devrait pouvoir s’appliquer également au niveau de la politique intérieure de chaque pays. Et s’il y a un pays qui est particulièrement exposé au danger islamiste, c’est, bien entendu, la France.

Mon article susmentionné, je l’ai écrit à Prague. Maintenant je suis à Paris et nous sommes à la veille des élections régionales.

Si je peux dire quelques mots au sujet de ma modeste personne, je suis natif de la capitale tchèque. Mais ne voulant pas supporter le régime totalitaire communiste, j’ai sollicité l’hospitalité française en 1965. J’ai vécu la plus grande partie de ma vie ici. Ici sont nés et vivent quatre de mes cinq enfants, ainsi que mes trois petits enfants. Retraité, je vis à présent de nouveau, pour l’essentiel, en République Tchèque. Mais après les évènements du 13 novembre, je suis retourné auprès de ma famille. Et en ma qualité de citoyen français, je m’apprête à utiliser maintenant mon droit de vote.

Qu’il me soit permis d’exprimer mes sentiments au sujet de ces élections.
Il va de soi que les gens votent en fonction de leurs opinions et de leurs intérêts. Mais avant de se préoccuper de ses intérêts matériels ou moraux, l’on doit se préoccuper de sa survie, de sa sécurité et, bien sûr, de la survie et de la sécurité de ses proches.
L’on peut dire qu’il y a aujourd’hui trois grands blocs qui sollicitent les électeurs : les libéraux, la gauche et les nationaux. Il me semble évident que c’est le dernier de ces trois blocs qui assurera le mieux notre survie et notre sécurité.

La droite nationale s’oppose depuis longtemps à ce qu’un homme d’Etat aussi modéré que Valéry Giscard d’ Estaing appelait « l’immigration – l’invasion ». Seuls des gens complètement inconscients ou complètement cyniques peuvent nier que l’afflux constant d’immigrés musulmans représente un danger non seulement pour l’identité culturelle et spirituelle des non-musulmans, mais qu’il représente un très grave danger pour notre survie et notre intégrité physique.

Heureusement, les récents évènements tragiques font que beaucoup de gens commencent à ouvrir les yeux. Je suis en train de lire un livre de Serge Moati »Le Pen, vous et moi » (Flammarion, 2014). L’auteur, qui se présente comme un juif et un socialiste, donne la parole aussi bien au fondateur du Front national qu’à sa fille. Par exemple, il cite Jean-Marie Le Pen, disant : « Le vrai problème du XXe siècle, ne nous trompons pas, c’est l’explosion démographique. Mais oui, Messieurs les aveugles ! Nous sommes passés, en un siècle, de 1 à 7 milliards d’habitants. Et pendant ce temps, la misère et la pauvreté ne cessent d’augmenter. Nous allons connaître des chocs nationaux, des guerres civiles et des torrents migratoires inouïs. Si nous ne nous mettons pas en état de défendre nos frontières comme nous l’avons fait, pendant des siècles et des siècles, les armes à la main, vous la verrez la guerre ! La vraie ! Et si on ne se défend pas, nous serons des esclaves tout-à-fait impuissants face à cette véritable invasion. (….) La seule question qui se pose à notre peuple est celle de sa survie. »
Que l’on me permette de dire que cette question ne se pose pas au seul peuple français. Elle se pose à tous les peuples non musulmans. Je dirai que plus qu’à tout autre, elle se pose particulièrement au peuple juif.

Riposte Laïque m’a publié le 21 janvier 2013 un article « L’extrême droite et le conflit israélo-palestinien », où je parle des malentendus entre les juifs et les nationalistes d’autres nations. J’y rappelle que l’incompréhension et l’antipathie réciproques entre les juifs et les chrétiens, depuis les temps de saint Etienne proto-martyre jusqu’à aujourd’hui, avaient des conséquences néfastes pour les deux côtés. Pour les deux, car si les juifs souffraient bien sûr de l’oppression de la part de la majorité chrétienne, il y avait aussi parmi eux ceux qui cherchaient la revanche.

Par exemple, Karl Marx était un descendant de plusieurs générations de grands rabbins de la ville de Trèves (Trier) en Rhénanie. Son père vécut l’occupation de cette région par les armées de la France révolutionnaire. Celle-ci abolit toutes les mesures discriminatoires sur la base confessionnelle, conformément à la devise « Liberté, égalité, fraternité ». Le père de Karl put ainsi devenir magistrat. Mais lorsque la Prusse avait rétabli son pouvoir sur la Rhénanie, elle a rétabli aussi les anciennes discriminations. Pour pouvoir rester magistrat, pour ne pas gâcher sa carrière, le père de Karl Marx s’est fait baptiser.

Karl n’a pas su faire face autrement à cette malhonnêteté de son père qu’en inventant quelque chose comme une nouvelle religion. Celle-ci n’était ni le judaïsme de ses ancêtres, ni le christianisme de la majorité dominante. C’était une sorte de contrefaçon du messianisme juif, dont était exclue toute foi en un père céleste.

L’on peut donc dire que le juif Marx est coupable des millions des victimes du marxisme. A cela l’on peut répondre que si la chrétienté s’était comportée d’une façon plus tolérante à l’égard de ses frères ainés (pour reprendre l’expression de Jean Paul II), le marxisme ne se serait tout simplement jamais constitué.

Face au formidable ennemi commun que représente aujourd’hui le monde musulman, les juifs et les chrétiens, ou disons simplement des gens d’origine juive et ceux d’origine chrétienne, doivent s’unir.

Peut-être j’y puis ajouter que récemment un intellectuel juif américain a écrit que les juifs européens se trompent s’ils pensent qu’ils pourront continuer à vivre tranquillement dans une Europe islamisée. Cette Europe-là non seulement détruira l’Etat d’Israël, mais elle exterminera les juifs européens, pour s’assurer que plus jamais les sionistes n’oseront essayer de s’emparer de la Palestine.

Nous avons en face de nous, d’une part, nos ennemis islamistes et, d’autre part, ceux qui les soutiennent. Je vois trois catégories principales de ceux qui, consciemment ou inconsciemment, collaborent à l’islamisation de l’Europe :

1) les entrepreneurs qui ont besoin d’une main d’œuvre bon marché et toujours plus de consommateurs;
2) les représentants de la gauche, qui veulent continuer la lutte des classes par l’intermédiaire des immigrés;
3) certains chrétiens, culpabilisés par l’histoire, ou qui espèrent qu’avec la venue des musulmans, ils freineront le déclin de la religion.

Il faut souligner que tous ces groupes se trompent et agissent contre leurs propres intérêts. Mais reconnaissons que c’est peut être le premier de ces trois, qui se trompe le moins. L’islam est une religion universelle. Il peut donc convenir aux tenants de la globalisation – même si dans le domaine du crédit, le droit musulman, le charia, complique le mouvement libre des capitaux. Et puis, les entrepreneurs européens, qui sont partisans d’une Europe islamisée, peuvent espérer que dans la coopération avec le monde musulman, ils pourront mieux faire face à leurs concurrents américains.
D’un autre côté, si la principale motivation de la coopération euro-arabe était, pendant longtemps, le besoin d’une main d’œuvre bon marché, ce facteur ne joue plus le même rôle aujourd’hui. Il y a beaucoup de chômeurs même parmi des Européens de souche.
Il faut répéter aux entrepreneurs et aux hommes d’affaires qu’ils se trompent, lorsqu’ils pensent que par l’importation d’une main-d’œuvre moins chère, ils s’assurent la prospérité. Peut-être dans une perspective à très court terme. A plus long terme, ils favorisent la criminalité et le durcissement de l’hostilité entre les classes sociales. Lorsque l’employeur et l’employé sont de même culture, de même nationalité, leur antagonisme ne dépasse pas si vite certaines limites. Mais l’actuel antagonisme entre les immigrés musulmans et les classes dirigeantes européennes est tout à fait radical. La jalousie de ceux qui ont réussi moins bien est renforcée par des différences de nationalité, de race, de religion. Cela donne un cocktail vraiment explosif. Il faut être préparé au fait que quand le nombre des musulmans dépasse un certain pourcentage, l’antagonisme se renforce et se transforme ensuite en une véritable guerre civile.
Les marxistes peuvent se dire que c’est justement cela qu’ils attendent depuis si longtemps. Une « lutte des classes » vraiment impitoyable qui débouchera sur une « société sans classes ».

Il faut leur rappeler que l’islam est tout à fait incompatible avec le marxisme. Les musulmans peuvent, jusqu’à un certain point, tolérer les chrétiens, et même les juifs, s’ils se soumettent tout à fait à eux. Mais les athées, ils ne peuvent pas les tolérer. Est-ce que les marxistes sont prêts à se séparer de leur « matérialisme dialectique » ? Nous savons que beaucoup l’ont déjà fait. Par exemple le petit fils du fameux ancien premier secrétaire du parti communiste français, Maurice Thorez, s’appelle aujourd’hui Abdel Rahmane Thorez.

Mais les tenants de l’extrême gauche ne devraient pas oublier que le monde musulman est leur ennemi de la même manière qu’il est notre ennemi. Les historiens pourront un jour juger dans quelle mesure la puissance soviétique s’est effondrée grâce aux courses aux armements que l’Occident menait avec elle, et dans quelle mesure grâce aux Afghans et aux volontaires musulmans, venus lutter à leurs côté contre l’occupation soviétique.

Des trois groupes, mentionnés ci-dessus, c’est le comportement de tant de représentants des églises chrétiennes qui me semble le moins justifiable. Traditionnellement, le clergé était l’épine dorsale, assurant la cohésion morale des sociétés européennes. Les papes comptaient parmi les principaux organisateurs de la défense contre l’expansionnisme musulman. De cela, nous sommes très loin, aujourd’hui.

L’on sait que l’actuel pape s’était rendu aux îles Pantelleria, où débarquent tant d’immigrés clandestins et y tint un discours en leur faveur. Comme si l’immigration clandestine n’était pas en soi un délit, une violation de la souveraineté du pays concerné, en l’occurrence de l’Italie, la patrie des ancêtres de François !

Que puis-je dire en guise de conclusion ? Nous avons le droit et le devoir de nous défendre. A leur djihad, répondons par un anti-djihad! Même de simples élections, comme celles qui ont lieu maintenant, en font partie.
Ceux qui pensent que seules les forces nationales représentent un barrage efficace à l’islamisation de la France, savent pour qui ils vont voter. Au deuxième tour, il va falloir entraîner les autres, faire tout pour constituer un front aussi large que possible de tous ceux, quelles que soient leur origines ou leurs convictions antérieures, qui ont fini par comprendre qu’il faut s’unir contre la menace radicale qui pèse sur nous tous.

Dr Martin JANECEK

Print Friendly, PDF & Email
Share

4 réponses à “L’islam est totalement incompatible avec le marxisme”

  1. Torpillator dit :

    La charia islamique de merde est incompatible avec l’être humain

  2. gutofsalins dit :

    de voir ce ripoux vendu a « lislame » est une honte c’est avec
    des grands coups de lattes que nous devrions lui infliger pour lui faire comprendre qu’il est pourri jusqu’à l’os.

  3. Eric dit :

    +1 avec votre analyse, même si quelque récit de l’histoire sont un peu erroné…

  4. Otto Ktohn dit :

    Tout est dit mais la majorité lobotomisée de nos con-citoyens l’entendra-t-elle ? ? ?