L’islam et la pyramide

Publié le 31 mai 2014 - par - 2 603 vues
Share

Islam_Will_dominate_WorldLa question soulevée ici n’est pas d’ordre archéologique, même si elle concerne les postures soi-disant morales d’un archaïsme passant toute mesure !

Les lecteurs de RL connaissent assez la situation en France, et les lecteurs polyglottes sont encore plus horrifiés de ce qu’ils apprennent chaque jour sur les dérives et les méfaits commis au nom de l’Islam. Nous sommes conscients de ce qui est inscrit au cœur de cette idéologie, et qu’il suffit d’une manducation sans faille de certains passages du Coran pour transformer plus d’un musulman passif en jihadiste bien actif.

Le problème de l’Islam peut être compris sous divers angles, mais celui qui paraît le plus pertinent est scellé dans le nom même de l’Islam. La définition apportée par un savant est éclairante :

« … soumission et respect des ordres et interdits d’Allah. Allah a désigné la religion de vérité l’Islam, parce qu’il signifie obéir à Allah, se soumettre à son ordre sans aucune protestation, lui vouer un culte exclusif, etc. » [ 1 ]

Wikipedia fournit quelques nuances supplémentaires qui renforcent l’interprétation : « allégeance, reddition, résignation … ».  [ 2 ] Rien de bien joyeux!

On est cloué par un langage militaire et politique. Il est question de dominer, de vaincre. Or qui doit-on vaincre et pousser à la reddition, si ce n’est un ennemi ? Curieuse relation entre un dieu et son troupeau…..

La soumission est donc  la nature fondamentale de l’Islam. Ce qui serait compréhensible à défaut d’être acceptable, si l’Islam était réellement une religion engagée dans la voie de la paix et de l’amour universels. Soulignons bien universels, c’est-à-dire pas seulement réservés aux « frères » en islam. Mais pour tout le monde ! Car le contraire suppose que le non musulman n’est pas sur la liste, et sera donc privé d’amour!

Au passage, quand Jésus prononça le célèbre : «  Tu aimeras ton prochain comme toi-même », il ne posa aucun condition d’exclusion. Certains n’étaient pas plus ou moins ‘frères’ que d’autres ! Quant aux grands mouvements humanistes, ils se fondent sur l’égalité absolue de tous les êtres, sans distinction aucune, telle qu’elle est posée dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Dont la Déclaration  des Droits de l’Homme Islamique n’est qu’une caricature  grimaçante et perverse fondée sur la Charia.

Je souhaite juste signaler ce  qui m’a aidé à comprendre pourquoi l’Islam continue  à fonctionner et à progresser en certains lieux de la planète.

La notion de soumission m’a toujours dérangée, car je crois en la liberté de penser et d’être. Même si l’on peut philosopher à l’infini sur la liberté, ses limites, les illusions qu’elle engendre chez certains, et les crimes que d’autres ont  commis en son nom ! Même si ma liberté s’arrête là où commence celle d’autrui, cet espace là vaut déjà mieux que toutes les soumissions aveugles qui dispensent  l’individu de  la réflexion individuelle et finissent par l’exonérer des conséquences de ses actes les plus odieux !

Car, si je suis soumis, le maître auquel je me soumets portera tout sur ses larges épaules : il sera responsable de tout ce que je fais en son nom. Puisque le soumis se décharge de ses pensées comme de ses actes, mêmes les moins glorieux. Tout est fait au nom de qui vous savez.….Pratique !

Allah pardonnera tout à ses soumis, et rien à ceux qui n’ont pas voulu se soumettre. Si un Dieu Père existe ainsi, il aime ses enfants de manière bien sélective! Les  animaux montrent une affection égale à tous leurs petits ….

L’Islam a soigneusement réglé le problème de la croissance de l’être dans l’indépendance, en évitant toute référence à la liberté et à l’amour. L’amour rend l’humain incontrôlable, et parfois il libère les êtres, dont l’amour est passé aux pertes et profits religieux. Quant à la liberté, elle est par définition antagoniste avec toute notion de soumission. Même si quelques uns ergoteront sur la liberté de se soumettre. Car dans la ‘liberté de se soumettre’, il n’y a que manipulation au profit exclusif de la soumission.

Ejectée la liberté !

Finalement la soumission n’est que l’expression fleurie de l’esclavage. Alors comment faire supporter à l’humain la condition d’esclave, qui est en contradiction absolue avec l’idée même de l’humain, de sa quête vers la liberté, la vérité, la beauté et bien d’autres choses qui font la saveur de la vie ?

L’Islam, une fois encore avait la réponse, nette et sans bavures, mais d’une violence morale sans bornes. Ce principe permet de supporter  tant bien que mal l’intolérable.

Ce fut le principe de la pyramide.

Pour supporter la soumission/esclavage ayons toujours quelqu’un en dessous, à écraser, à humilier, à mépriser depuis les  tréfonds  de sa certitude !

Les musulmans se plient devant un dieu qui parle de miséricorde, en appelant à tuer l’infidèle et l’apostat. Et pour que les hommes musulmans supportent le fardeau de cette étouffante tutelle qui les déshumanise, l’Islam leur a donné les pleins pouvoirs sur la femme.

Le musulman mâle  a le pouvoir sur l’infidèle ET sur les femmes.

Le pouvoir notamment de vie et de mort. Il paraît que cela rend la vie plus supportable quand on est soi-même esclave d’un maître sans visage. Mais auquel par ignorance, faiblesse et lâcheté on a accordé le pouvoir absolu.

La femme est soumise  à Allah ET aux hommes.

Pour que la femme musulmane supporte cette double tutelle asservissante de la religion et de l’homme, l’Islam, dans sa bonté, lui a accordé d’être supérieure aux femmes mécréantes, qui peuvent être violées, prises comme butin, vendues. Leur esclavage de musulmanes est voilé ( !) par l’idée qu’elles sont au-dessus des infidèles, et ont ainsi un (maigre) pouvoir de domination sur des êtres qui leur sont encore inférieurs. La pyramide de la soumission permet d’écraser la tête de quelqu’un prétendument inférieur pour arriver à supporter le pied qui écrase la propre tête de l’écraseur !

Ainsi de suite, jusqu’à l’animal impur que l’on peut haïr impunément, le bouc émissaire sur lequel vomir sa bile d’esclave  qui n’a pas d’autre exutoire. Cet esclave  hait ses chaînes et s’oblige à faire semblant de les adorer pour ne pas avouer qu’il est incapable de les rompre.

J’ai pris conscience de cela en observant nombre de voilées. Les plus vieilles sont visiblement soumises au système, réduites à ce qu’on les autorise à être. Discrètes et humbles, souvent aimables. Les jeunes, soit converties, soit de naissance affichent souvent un mépris limite de la haine dans certains regards. Elles se sont jetées dans la gueule du loup sans réfléchir et quand elles réalisent leur erreur, il est sans doute trop tard pour affronter l’apostasie.  Il ne leur reste que la fuite en avant, en incarnant ce rictus de celle qui se croit pure et au fond se sait déjà esclave. On leur inculque qu’elles seules sont pures afin de justifier le principe de la pyramide à leur niveau. Il faut bien une raison de se croire meilleure qu’une mécréante.

L’humain n’est pas fait pour la soumission, elle est autant contre nature que le fait de vouloir transformer des hommes, en mères qu’ils ne seront jamais.

La soumission n’est que l’impropre de l’homme, quand il n’a pas bénéficié d’une éducation qui l’aide à se construire en tant qu’individu autonome et libre. La célèbre expérience de Milgram [ 3 ], même si elle est aujourd’hui partiellement remise en question, montre que ce fond de soumission doit bien exister quelque part, ne le contestons pas. Mais on  peut penser qu’un enfant éduqué hors des normes totalitaires, présentera une plus grande résistance à la tentation dominatrice, qui implique la soumission de l’autre, pour le réduire finalement à l’état d’objet. Un enfant éduqué à la vraie liberté de pensée ne pourra jamais devenir musulman ou se trouver dans un totalitarisme. Quel qu’il soit !

Le dernier avatar de la soumission est évoqué à titre documentaire, il concerne sans surprise  les relations sado-masochistes : une soumission qui perd vite son aura de phantasme pour laisser émerger sa brutale réalité : ces relations  sont fondées  sur l’humiliation!

La liberté de conscience est le moteur de l’évolution humaine, contrairement à la soumission, même si on l’enfume avec tous les encens de l’Arabie prétendue heureuse. Les relations pyramidales de dominants/dominés sont sans doute adaptées aux sociétés animales ! Mais il semble que la « science » islamique a gommé beaucoup trop de chapitres sur l’évolution !

A bon électeur salut !

Lucie Clavijo

[ 1  ] http://francais.islammessage.com/Article.aspx?i=31

[ 2 ] http://fr.wikipedia.org/wiki/Islam#.C3.89tymologie

[ 3 ] http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.