1

L’islam ne fera jamais partie de notre identité : Orban parle juste !

À l’occasion du premier anniversaire de la mort d’Helmut Kohl, le Premier ministre hongrois Victor Orbán a délivré le 16 juin dernier un discours crucial. Nous en proposons cette traduction à nos lecteurs, et insistons sur la conclusion de son remarquable exposé.

La doctrine d’Orban

 

Il y a un conseil que nous pouvons également donner qui provient de l’expérience historique de la Hongrie : chacun doit se rendre compte que l’islam ne fera jamais partie de l’identité des pays européens. Il faudrait savoir quelle est la réponse de l’islam. Nous, les Hongrois, nous savons de quoi il s’agit. Pour les musulmans, si l’islam fait partie de l’Allemagne, alors, l’Allemagne fait partie de l’islam. Cela mérite réflexion. En plus d’offrir un exemple, une assistance et des conseils, nous devons également souligner – de façon bienveillante mais ferme – que nous n’abandonnerons jamais notre avenir et que nous ne permettrons jamais à personne de nous imposer quoi que ce soit contre notre volonté. Si nous ne sommes pas en mesure de parvenir à un résultat satisfaisant dans les négociations à venir, si nous ne sommes pas en mesure d’accepter – ou même de tolérer – les points de vue des uns et des autres sur les questions de migration et de budget, alors nous attendrons. Attendons que le peuple européen exprime sa volonté lors des élections de 2019. Alors ce qui doit arriver arrivera…

J’attends avec impatience qu’un dirigeant français ait le courage de parler comme Viktor Orban. Or, je ne vois rien venir. Seul sur les plateaux de télévision, Eric Zemmour est capable de tenir de tels propos. Mais il est journaliste.

Seule la mouvance Riposte Laïque, et son fondateur, dans des conférences, sont capables de tenir un discours aussi clair. Mais nous menons la bataille des idées, et sommes en dehors des partis politiques, et Pierre est bien plus souvent au tribunal que sur les plateaux de télé…

Inutile d’attendre quelque chose des leaders de gauche. Toutes leurs organisations, tous les partis, sont gangrenés par le collaborationnisme islamique, Mélenchon en étant la meilleure illustration.

Je ne parlerai pas de Marine, et de sa phrase terriblement malheureuse, sur la compatibilité entre l’islam et la France.

https://nos-medias.fr/video/marine-le-pen-je-crois-que-l-islam-est-compatible-avec-la-republique

Je ne parlerai pas davantage de Nicolas Dupont-Aignan, qui, même s’il a été globalement excellent face aux roquets Moix et Angot, a quand même proféré sur l’islam et les musulmans les inepties habituelles, sur les paisibles musulmans pris en otage par les méchants islamistes radicaux. J’en ai marre d’entre ces sornettes dans la bouche des moins mauvais de nos leaders.

Que dire de Laurent Wauquiez, même pas capable de réagir à l’appel du muezzin venu d’une mosquée salafiste de sa ville !

https://ripostelaique.com/wauquiez-se-rejouit-que-sa-mosquee-salafiste-diffuse-lappel-a-la-priere-par-haut-parleur.html

Marion Maréchal est-elle capable de se rapprocher des propos d’Orban ? Je l’espère, sans certitude.

Les deux seuls leaders vraiment clairs sur cette question sont Karim Ouchikh, président du Siel qui parle de préférence civilisationnelle, et Carl Lang, président du Parti de la France, qui, aux dernières élections législatives, parlait clairement du refus de l’islamisation de la France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela fait bien peu, que nos leaders politiques lisent Viktor Orban, nom de Dieu !

Lucette Jeanpierre