L'islam n'est pas une religion, mais une idéologie suprémaciste

mahomet-europeC’est avec une touchante unanimité que politiciens et experts nous assurent que la lutte contre l' »Etat islamique » sera longue et coûteuse. Voire.
S’ils ont probablement raison de craindre que les nombreux fugitifs syriens arrivant ces derniers temps « ne sont qu’un début », il y a tout lieu de penser que ce pessimisme, en fait, n’est pas fondé.
Maintenant, il est bien connu que le (trop) fameux covenant Hamas, document « génocidophile » s’il en est, se base sur certains hadits du « prophète ». Il n’est pas inutile de rappeler dans ce contexte que depuis 2005 a paru dans la très scientifique maison d’édition Hans Schiler à Berlin, une série intitulée « Inârah », à laquelle ont contribué, parmi d’autres, Karl-Heinz Ohlig, Christoph Luxenberg, Claude Gilliot, Alfred-Louis de Prémare, Mondher Sfar, Markus Groβ, , Geneviève Gobillot, Robert M. Kerr et Ignaz Goldziher. Libre à quiconque de rechercher sur internet les « credentials » de ces savants. Quant à cette série, je la possède depuis « Die dunklen Anfänge » (2005) jusqu’à « Die Entstehung einer Weltreligion I » (2010), en tout 5 volumes, prix moyen 70 €.
Il n’est pas inutile de suggérer à tous ceux qui ont la science infuse ou pire, qui « croient » [« l’inconditionnalité de la foi et le caractère douteux de la pensée sont deux secteurs ABYSSALEMENT différents » (dans « Was heiβt Denken? » de Heidegger, Max Niemeyer Verlag Tübingen 1984, p. 110), il n’est pas inutile, donc, de suggérer à tous ces gens-là d’apprendre au besoin l’allemand puisqu’il n’existe apparemment pas encore de traduction française. Et en tout état de cause, d’envisager une vérité –  non plus une « vérité de la foi » mais une vérité historique – qui tout déplaisante qu’elle puisse être pour certains, a néanmoins l’avantage d’être, précisément, une vérité historique. Le caractère rébarbatif et la complexité de la matière, joints au prix prohibitif des 5 volumes, font cependant que ces connaissances scientifiques indisputables ne se répandent guère ou du moins pas suffisamment.
Je cite: « … l’écrasante majorité des hadiths étaient de pures falsifications datant du deuxième siècle musulman tardif ainsi que du troisième. Ce qui signifiait évidemment ‘que les isnads super-détaillés sur lesquels ils reposent, ne sont que de l’invention pure et rien d’autre’. » [Die dunklen Anfänge, pp. 215 sq].
Je cite: « Ici on voit clairement que dans le voisinage immédiat de la Mecque en l’an 58/677-8, le prophète de l’actuel islam était encore inconnu » (dans: Vom Koran zum Islam, p. 143).
Un certain Wael Al-Zarad a tenu un discours le 28 février 2008 sur Al-Aqsa-TV, selon lequel la vengeance sanguinaire des Musulmans contre les Juifs « ne cessera qu’avec l’anéantissement de ces derniers, puisqu’ils ont essayé plusieurs fois d’ assassiner notre prophète ». Il saute aux yeux qu’il est strictement impossible d’assassiner quelqu’un qui n’existe pas; il est tout aussi impossible de l’ »insulter », fût-ce avec des caricatures danoises ou même françaises.
Il conviendrait peut-être que mollahs et imams se mettent enfin à additionner deux plus deux. Bien sûr, leurs prébendes et autres avantages étant ce qu’ils sont, nul danger que cela se produise. D’un autre côté, il est difficile de voir pour quelle raison une société qui est basée tout entière sur les acquis de la science (et qui signerait son arrêt de mort en lui faisant n’importe quelle entrave), devrait accepter un déni farouche et protracté de cette même science dès lors que, comme du temps de Galilée, elle épingle la fausseté avérée de certaines croyances.
Venant de parler d' »entrave », je complète par une citation du « quarterly » allemand DIE BRÜCKE – Forum für antirassistische Politik und Kultur : [Début citation] Par ailleurs: « (…) si jamais l’on devait trouver de pareils indices –  » : les « deux folios (avec texte correspondant aux chapitres 18-20 du qur’ân moderne) » mentionnés dans THE
CONVERSATION /theconversation.com/discovery-of-oldest(…) 45066 ne prouvent que — et surtout: rien d’autre — le fait que l’histoire ancien-testamentaire de Moïse est raconté dans le lectionnaire généralement répandu au Moyen-Orient à cette époque [ce lectionnaire appelant la remarque « que cette constatation est à proprement parler la découverte spécifique démontrant qu’il pré-existait un document en écriture syriaque (l’ainsi nommée Garshouni/Karshouni) à partir duquel le qor’ân primitif fut recopié » (Der frühe Islam, op.cit., p. 380)]. Il faut épingler aussi le fait qu’ « Anthony Glees a dit que 8 universités britanniques y compris Oxford et Cambridge ont reçu en tout et pour tout, GBP 233,5 millions de l’Arabie Séoudite. (…) Selon le Dr. Denis MacEoin, expert pour l’islam à la Newcastle University, la nervosité s’empare des adémiciens dès qu’il
s’agirait de traiter de matières qui pourraient déranger les sponsors (The Guardian). (…)
Il met en garde: « Ceci menace la liberté académique et la pensée critique« . – A la surprise générale (?), le Dr MacEoin fut par conséquent « (…) mis à la porte de son université parce que ses idées ne furent pas acceptables pour les Saoudiens qui financent le département islamique » (Die Entstehung einer Weltreligion I, op. cit., pp. 420-1). « 8 universités britanniques y compris Oxford et Cambridge »: de pareilles sources manifestement manipulées, sont éminemment suspectes et de toute façon, inutilisables dans une perspective scientifique. [Fin citation]
Maintenant, tournons-nous vers H. P. Raddatz : « Dans aucune autre culture, sans parler de religion, on ne trouve la codification des meurtre, pillage, mise en esclavage et extortion de tributs en tant que devoir religieux. Dans aucune autre religion ne se trouve la légitimation sacrée de la violence en tant que volonté de Dieu envers les non-islamiques, telle que codifiée par l’islam dans le koran en tant que partie intégrante de son idéologie, et confirmée dans sa praxis historique. Last but not least, on ne trouve aucun fondateur religieux dont l’exemple à suivre, comme dans le cas de Mahomet, ne s’étend pas seulement à la conduite des guerres mais aussi à l’exécution des adversaires par meurtre sur commande » [Hans Peter Raddatz, dans: Von Allah zum Terror?, Herbig, Munich 2002, p. 71]. S’il est un fait qu’en 2002, lorsque parut ce livre, la série »Inârah » sus-mentionnée n’était pas encore paru, il est tout aussi vrai que depuis lors, les choses ont grandement changé.
A un point tel que nous sommes désormais en position, si nous le voulons, de faire disparaître d’un seul coup et définitivement non seulement le suprémacisme de l’ « islam » mais encore ISIS, Al Qaeda, Hamas, Boko Haram e tutti quanti.
En effet, comme spécifié dans « DIE BRÜCKE » nr. 164 p. 87, il suffirait de rendre obligatoire dans l’enseignement général en l’Europe des 28, l’apprentissage des réalités historico-scientifiques ci-dessus.
Cette obligation découle d’ailleurs automatiquement du principe d’égalité enchâssé dans toutes nos constitutions. En effet, comment justifier que la vérité historique de la « Bibelkritik » d’un côté (Wellhausen, Bultmann, Rosenzweig, Söding etc: « Jésus a effectivement vécu, mais nous ne pouvons reconnaître comme authentique que le Notre Père ») soit enseignée ou en tout cas librement accessible partout, alors que d’un autre côté, la vérité historique de la « Korankritik » soit systématiquement mise sous le boisseau et qui plus est, « dangereuse à dire »?
Cette vérité historique, en bref, est que « (…) ces vers qui furent révélés à Mahomet à la Mecque, alors que ses suiveurs étaient peu nombreux et faibles et donc plus enclins à faire des compromis » (David Bukay, Middle East Quarterly, Fall 2007, p. 3-11 ), représentent en fait le « Ur-Koran » c.à.d. le lectionnaire dont question ci-dessus, et que « les versets plus tardifs, révélés à Médine lorsque la puissance de Mahomet fut accrue » ne sont rien d’autre que des justifications politiques pondues à Baghdad sous le règne des califes Al-Mamoûn et al-Mu’tasim-billâh, c’est-à-dire  au plus tôt à partir de l’an 750, et qui « justifient » (pas seulement mais aussi) le jihad violent c’est-à-dire  (pas seulement mais aussi) les plus de 26.000 attentats commis depuis le 11 sept. 2001. Ces sourates soi-disant « médinoises », c’est-à-dire les versets « durs » (par exemple 2:190-191, 3:151, 4:89, 9:2, 9:5, 47:4 etc), c’est bien connu, surclassent en cas de conflit les sourates « mecquoises » (plus « gentilles », p.ex. 16:126-127, 29:47, 5:49 etc), par le biais de la bien connue abrogation » (versets 2:106, 3:185, 16:101). Ce qui fait qu’ al-Baghdadi, qui  a l’air de bien connaître son qor’ân, a tout à fait raison de se marrer des contorsions des Merkel,
Obama, Hollande et Cameron dès qu’il est question de cette justification coranique du jihad violent.
Résumons: Ce qu’on appelle aujourd’hui « islam » n’est donc pas du tout une religion, mais bien une idéologie suprémaciste qui, dans ses textes, ses buts et ses techniques, montre de fortes ressemblances avec cette autre idéologie suprémaciste et anti-démocratique, le nazisme: ainsi par exemple les musulmans sont « the best of people » (3:110 — …chez les nazis on avait pour ces « best of » des appellations comme « Herrenmenschen »), alors que les « kafirs » c.à.d. nous, sommes appelés « singes »
(2:65), « cochons » (5:60) et « chiens » (7:176), ce qui correspond chez les nazis aux « Untermenschen ».
Il découle de là que non seulement il est impossible de se moquer de Mahomet puisqu’il n’a jamais existé, mais aussi de se moquer d’une « religion, l’islam », puisque ce n’est pas une religion. Et pour ce qui est d’éventuelles « insultes », il est tout à fait évident que les seuls à être insultés dans l’affaire, c’est bien nous, les kafirs, les singes, les cochons et les chiens (les « Untermenschen »). Que ces insultes, tout à fait anti-démocratiques et anti-constitutionnelles est-il besoin de le dire, soient codifiées dans un livre « saint » n’a aucune importance au regard de la législation ad-hoc qu’on voudrait bien voir mise en oeuvre, à la fin.
René Fries

image_pdf
0
0

33 Commentaires

  1. les dieux, non. Dieu? peut-être. Comme le dit Blumenberg (par http://www.contrepoints.org/2015/06/30/212415-hayek-la-discipline-de-la-liberte-1978 vous y arriverez) tout et n’importe quel « résultat » en science théorique ne peut jamais avoir qu’un statut d' »hypothèse » càd tjs susceptible d’être détrônée à n’importe quel moment par une meilleure. C’est un peu la « Falsifizierbarkeit » poppérienne.
    Maintenant: « pour quelle raison l’idée de l’existence d’êtres surnaturels est-elle apparue dans l’histoire de l’humanité? » là je vous conseille vivelment Mircea Eliade. Pour ce qui est de mon hypothèse personnelle, elle a été publiée dans « Die Brücke », malheureusement en version papier uniquement et qui plus est, en allemand et en tirage plutôt discret, env. 12000. Pour être bref: le Dieu Yahwe (qui avait d’ailleurs une compagne, Aschera, disparue on ne sait trop ni où ni comment) se révéla être, par son caractère « irascible et jaloux », LE véritable Ancre de Salut pour les Juifs càd quelques tribus canaanéennes unies aux alentours de l’an 1000 avant JC, [Abraham, Moïse, la captivité en Egypte ne sont que des illustrations imagées et d’ailleurs fort belles comme le reconnut Nietzsche, de cette colère qui cache l’amour], car la proverbiale « peur du Seigneur » a non seulement fait souffrir les Juifs (courbés sous 621 lois si mes souvenirs sont exacts) mais surtout, les a pérennisés à travers les âges en les endurcissant toujours davantage après chaque nouvelle catastrophe. Pas étonnant que Nietzsche, qui détestait les « curés », leur piortait une grande admiration.

    • Il semblerait que l’homo sapiens soit aussi un « homo religiosus », ce que du reste nous n’avons pas cessé d’être, donc les divinités apparaissent en même temps que lui, puis un « chef » des dieux…

  2. et tout ça sans se poser la question de base : les dieux existent-ils?
    quand et pour quelle raison l’idée de l’existence d’êtres surnaturels est-elle apparue dans l’histoire de l’humanité?

  3. Effectivement l’islam est une ALD grave Une Affection de longue durée que nos idiots utiles , cons vertis et dhimmis imbéciles divers et variés ont laissé inoculé notre corps malade France. La Thérapie aussi sera longue et coûteuse, on y mettra le prix. Les prescriptions, très médicalement justifiées pour une guérison totale, ont été exprimées par P.C dans sa dernière vidéo.

  4. L’exemple même de cet Imam de Raffah ( Gaza ) qui , vidéo à l’appui explique comment assassiner au couteau , donc « génocider » tous ceux qui ne sont pas musulmans , montre , une fois de plus , que cette religion n’est pas une religion et que le livre dont elle s’inspire n’est rien d’autre qu’un programme de destruction massive.

  5. Comme on juge un arbre à ses fruits,on peut juger une religion à son résultat. Religion vient d’un mot qui signifie « lier », »rassembler ». Or l’islam sépare,organise une espèce d’apartheid entre élus par Allah et tous ……… les autres,et même entre élus chiites et élus sunnites. Donc ce n’est pas une religion. Mais il y a plus:quand on voit les fruits de cette religion,de l’Indonésie au Pakistan,de l’Irak au Maroc on se dit qu’Allah n’aime pas beaucoup les musulmans. Et,entre nous soit dit,je le comprends.

    • l islam est la seule religion que le patriarche a existé MAHOMET a eu des enfants .et ont croit toujours que moise a ouvert la mer ! et jésus a marché sur l eau ont est en 2015 et croire des choses comme cela .les musulmans ont toujours vécus en paix c est les autres religions qui les ont attaqué… regardez les guerre dans monde et vous verrez qui a commencé ..les musulmans se sont toujours défendus, encore aujourd’hui …a voir ce que les juifs font au moyen orient alors arrêtez de détourner la vérité …c est de la mauvaise fois

      • …ce n’est pas un peu plus d’orthographe qui pourrait sauver votre intervention qui est d’un niveau à faire pleurer des pierres.
        Le catholicisme accepte depuis plus d’un siècle les conclusions essentielles de la ‘Bibelkritik’ dont question dans l’article, mais il y a des gens à qui il faut TOUT dire. Donc, ‘les 3 pains et les 3 poissons?’ ou encore ‘marcher sur l’eau’ ou encore telle ‘guérison miralculeuse’ ? oui, cela PEUT avoir eu lieu, mais ce ne sont pas des articles de foi contrairement à ce que d’aucuns semblent penser. Quant à la véracité de ces ‘racontars’, il ne faut quand-même pas oublier qu’au moment où les évangiles furent couchés sur papier, bon nombre de témoins oculaires vivaient encore – et n’auraient pas manqué de crier gare. De plus, n’oublions pas qu’il y eut nombre de ‘témoignages collatéraux’, je parle des historiens Pline, Tacite, Suétone, Flavius Josephus, Thallus et Jules l’Africain qui indépendamment les uns des autres, racontent la même chose sur Jésus; inutile de dire que ces témoignages collatéraux font totalement défaut dans le cas de ‘Mahomet’. Je dirai même plus: il est tout à fait accessoire (pour des raisons strictement philosophiques qu’il serait trop long de développer ici) de savoir si oui ou non, comme le soutient l’ ‘ennemi du christianisme’ Celse (vers 178), un certain légionnaire Pantera, dont on a retrouvé le corps dans un cimetière romain à Bingerbrück, est le père physique de Jésus. Ne pas oublier dans ce contexte que, comme le fait remarquer finement Blumenberg, lors de l’annonciation faite à Marie un ange fut PRESENT, alors que Joseph, lui, dut se ‘contenter d’un rêve.’
        Non, la seule question est de savoir si oui ou non, Jésus est ressuscité? et là, il semble bien que tant que la science ne sait même pas ce qu’est la matière, et encore moins ce qu’est l’énergie, et encore moins ce qu’est l’esprit, cette ‘hypothèse’ reste à tout le moins valable. Tout comme d’ailleurs, l ‘hypothèse Dieu’ car, ne l’oublions pas, un des critères majeurs pouvant plaider en faveur d’une hypothèse, c’est sa simplicité pour ne pas dire son élégance: moins elle a besoin d’hypothèses auxiliaires, mieux cela vaut. Or, toutes les hypothèses autres que ‘Dieu’ pour expliquer la création, comme p.ex. le ‘hasard’, sont d’une invraisemblance nettement plus grande que l’ ‘hypothèse Dieu’ qu’elles cherchent à éliminer.

        • En ce qui concerne la résurrection de Jésus : une apparition, peut-être (d’où le « Noli me tangere »), comme en ce qui concerne l’apparition du Padre Pio, attestée par de très nombreux témoins, (en 1968), dont des journalistes parmi les plus sceptiques.

      • (Suite et fin)
        « les musulmans ont toujours vécus en paix c est les autres religions qui les ont attaqué… regardez les guerre dans monde et vous verrez qui a commencé ..les musulmans se sont toujours défendus, encore aujourd’hui …a voir ce que les juifs font au moyen orient alors arrêtez de détourner la vérité …c est de la mauvaise fois »
        Là vous divaguez. L’islam est directement responsable de la mort d’au moins 270 millions de personnes et ce, à des époques où la population mondiale totale était loin en-dessous du milliard, voir http://madworldnews.com/islam-270-million-death-toll/. De plus, lors des plus de 26000 attentats commis PAR DES MUSULMANS depuis le 11 sep 2001, plus de 98% des victimes furent DES MUSULMANS.
        Mais que ferons-nous donc de ce “Muslim Imam” qui dit “it’s ok to kill non-muslims! — il est OK d’assassiner des non-musulmans”? https://www.youtube.com/watch?v=64r-iWoTsX8&feature=related.? Lui donner le prix nobel de la paix?
        De plus: comment se fait-il que les musulmans, qui constituent 20% de la population mondiale, ne produisent que 5% du PIB? Comment se fait-il que partout en Europe et en Amérique, les quartiers chinois deviennent des zones d’attraction touristique, alors que les quartiers musulmans ont une fâcheuse tendance à devenir des ‘no-go areas’ (718 rien qu’en France, excusez du peu)?
        Evidemment, il y a les Juifs. Qui, c’est bien connu, sont à l’origine de tous les maux du monde [forcément: avec 153 prix nobel pour 15 millions de Juifs contre 2 prix nobel pour 300 millions d’Arabes, ils doivent tenir sous leur coupe jusques et y compris le Comité Nobel sans parler du reste, ça coule de source].
        Mais, figurez-vous, les Juifs, c’est encore rien à côté des Luxembourgeois. Que l’on ose oublier ccux-là, et systématiquement selon toute apparence, voilà qui devra cesser, ou je m’insurge, foi de Luxelmbourgeois!

  6. Très bon article, qui remet les pendules à l’heure.
    « … l’écrasante majorité des hadiths étaient de pures falsifications datant du deuxième siècle musulman tardif ainsi que du troisième. Ce qui signifiait évidemment ‘que les isnads super-détaillés sur lesquels ils reposent, ne sont que de l’invention pure et rien d’autre’.»
    C’est bien ce que je pensais ! Il faut quand même être lucide, ces versets retraçant, parait-il, la vie du « prophète » sont invraisemblables ! Comme par exemple, ceux où il est écrit que « Mohammed » a épousé Aïcha quand elle avait 6 ans, et l’a déflorée à l’âge de 9 ans.
    On peut se demander comment un homme, détraqué sexuel et pédophile, a pu se retenir pendant 3 ans ??? La réalité nous prouve le contraire, combien de fillettes (et de garçons, même si moins nombreux) sont violés bien avant d’atteindre leur dixième année, car leurs violeurs n’ont pas eu la patience…
    Aldo Sterone a eu bien raison de poster une vidéo intitulée : « Le prophète n’a pas épousé Aïcha quand elle avait 6 ans ».
    Il a également posté une vidéo allant dans le sens de l’article, où il dit lui aussi que ces hadiths ont été rédigés bien après la mort du « prophète » (les guillemets sont de moi), à la demande des califes, lesquels poursuivaient des buts politiques. Voir à ce sujet : « La fausse biographie du prophète ».
    « Ici on voit clairement que dans le voisinage immédiat de la Mecque en l’an 58/677-8, le prophète de l’actuel islam était encore inconnu »
    Pas étonnant, puisque le prénom même de Mohammed ne fait pas partie de la culture arabe, et qu’à cette époque, nul homme ne portait ce prénom.
    « Il découle de là que non seulement il est impossible de se moquer de Mahomet puisqu’il n’a jamais existé, »
    Il faudrait que les musulmans sachent, et comprennent, qu’ils ont été victimes d’une mystification, cela accélèrera la chute de l’islam !
    Tout comme le suicide de Hitler a entraîné la fin du mythe nazi (même s’il y a quelques néo-nazis, ils sont bcp moins dangereux, puisqu’ils veulent tout simplement chasser les étrangers, et non les exterminer), de même la fin de la croyance en un prophète imaginaire précipitera la fin de l’islam !

    • « le suicide de Hitler » – mon père, Luxembourgeois par filiation (loi grand-ducale) tout comme moi mais né à Trèves/Allemagne, fut considéré de ce fait « Blut-und-Boden » par les nazis comme allemand et donc en 1936, enrôlé dans la Luftwaffe. Comme ils avaient les plus beaux uniformes, mon père et ses camarades furent détachés comme « Ehrengarde » aux jeux olympiques. Le seul vrai regret que mon père a traîné toute sa vie, c’est de n’avoir pas abattu Adolf lorsqu’il passait à deux doigts de lui (je me rappelle qu’un ambassadeur de France fait état de regrets similaires d’un sien hôte, dans un ascenseur si mes souvenirs sont exacts). Evidemment je suis OBLIGE d’être content que mon père laissa son arme au garde-à-vous parce que sinon, je ne serais pas là puisque le propre des « héros » c’est d’être morts (…et on connaît le sort réservé par les nazis aux Hitlerfeinde: être accroché à un croc de boucher par le menton étant une option « douce »)

  7. L’islam c’est tout le contraire d’une religion … déguisé en religion.

  8. Depuis des lustres un tas de gens expliquent que l’islam c’est 5% de croyance et 95% d’instruments d’exploitation de l’homme par l’homme utilisant/découlant (de) cette croyance.
    Je vous rappelle l’article
    http://ripostelaique.com/lautopsie-du-coran-par-jean-jacques-walter/
    <>
    De plus en plus de chercheurs confirment cela, de plus en plus de gens le savent.
    Le problème c’est que les musulmans eux-mêmes n’ont pas encore compris que ceux qui les utilisent/manipulent leur nient l’accès à la liberté de pensée/libre examen. Mais le cours de l’Histoire est irréversible et le prof. Sami Aldeeb prévoit que d’ici 2050 l’islam n’existera plus.
    http://ripostelaique.com/sami-aldeeb-lislam-ne-survivra-pas-au-dela-de-2050.html
    En attendant il faut tenir bon et aider les musulmans à ouvrir leurs yeux, c’est d’ailleurs pour ça qu’ils viennent en Occident sinon ils resteraient tranquillement dans leurs pays musulmans.
    L’Europe ne va pas s’islamiser, mais comme les chrétiens se sont déchristianisés, les musulmans vont se désislamiser à cause des conditions climatiques et environnementales. « Ca va pas tout seul mais ça va » et « on sait rien là-contre »

  9. L’Islam n’est que le rappel du message divin déformé par le juifs puis par les chrétiens et l’islam lui même, dernier rappel, est déformé par les musulmans eux mêmes. C’est la même arnaque depuis 3000 ans : les hommes s’accaparent e religieux pour leurs propres intérêts personnel.

    • belkhodja
      Mais quel est « le message divin » ?
      Personnellement, je me contenterai, concernant Jésus, des  » ipsissima « , surtout « le Sermon sur la Montagne ».

      • Bonjour, ce sont les mêmes, parfois corrigés, c’est le tronc commun du monothéisme. Les ressemblance sont frappantes. En ce qui concerne les « corrections » il y a par exemple celle sur la consubstantialité de Jésus (Issa pour les musulmans). Nous savons qu’elle a été « décrétée » lors du Concile de Nicée en 325. Le Coran la réfute. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. La vérité est que des profiteurs, les mêmes dans toutes les réligions, tirent la couverture vers eux pour se remplir les poches et dominer, et c’est tout. Et ils profitent des dissensions pour nous diviser et créer des intégristes pour mieux asseoir leur pouvoir.

        •  » Le Coran la réfute » – le qor’ân ne réfute rien du tout. Jusque vers 750, l' »islam » n’existait pas mais était « eine vornizenische, christlich-orientalische, syrisch-arabische Form des Christentums » (p. 142-146 dans « Die dunklen Anfänge », op.cit.) qui elle, s’était développée pour ainsi dire en vase clos dans la région de Marw où furent transférées des populations chrétiennes syriennes entières lors de l’occupation d’Antioche par les Sassanides; depuis cette région de Marw et sous al-Malik, cette forme de christianisme (« nestorienne » si vous voulez) revint vers l’occident (Jérusalem) où elle construisit vers 705-711 donc AVANT ‘l »islam », cette EGLISE al-Aqsa qui fait tant de bruit à l’heure actuelle

          • Oui, absolument, les nestoriens l’ont réfutée aussi, bien avant. Le Prophète de l’islam les fréquentait et a beaucoup appris d’eux, mais je ne comprend pas le saut d’un siècle et quelque que vous faites. Merci de préciser.

            • « Le Prophète de l’islam les fréquentait et a beaucoup appris d’eux, mais je ne comprends pas le saut d’un siècle et quelque que vous faites »:
              Le « prophète de l’islam » n’a strictement rien fait du tout puisqu’il n’existait pas.Par conséquent je ne fais pas de « saut d’un siècle et quelque ».
              Maintenant il est bien vrai quoique peu connu, que dans le qor’ân lui-même se trouve au moins une référence explicite à la Sainte Trinité (Şamad, 17:85), même si l’imbécile qui a produit le beaucoup plus connu anathème (5:73) avait mal compris ledit passage.
              Il est vrai aussi qu’il existait à l’époque du soi-disant Affabulé-« Mahomet » un grand commerçant appelé Hannan, originaire de Najran ou des environs. Il se fit baptiser dans la ville de Hira où il reçut une formation religieuse assez solide que pour lui permettre d’aller avec quelques compagnons, missionner dans la région de Himar. La mythologie musulmane garde trace de tout cela puisque le « prophète » aurait reçu ses « révélations », justemant, sur « la montagne Hira ».

              • merci pour ces précisions, mais que pensez vous alors des manuscrit coraniques (de L’université de Birmingham) découverts il y a peu et qui datent du 7e siècle? Comment expliquez vous leur existence?

                • Je précise: je ne suis pas une scientifique spécialisée dans la question, je vous répète ce que je lis depuis 25 ans, pas ci, par là
                  Lisez sur Wikipédia en digitant “coran” mais aussi les noms des chercheurs tels que Luxenberg , AnneMarie Delcambre, Sami Aldeeb et plus récent JJ Walter qui a mis le texte sur ordinateur et l’a examiné selon une technique moderne voyez l’article http://ripostelaique.com/lautopsie-du-coran-par-jean-jacques-walter/
                  il en ressort grosso modo que le coran, à l’origine, pourrait être des textes du christianisme primitif destinés à évangéliser les arabes…
                  il y a de nombreux exemplaires entre autres les manuscrits de Sanaa
                  le texte actuel a été écrit le long d’une période de plusieurs siècles et chaque écrivain y a ajouté son grain de sel – même le personnage de “Mahomet” n’a été ajouté que tardivement…
                  ce qui serait utile serait que les musulmans se mettent à vérifier tout ça et à se demander d’où cela vient, quand, comment et pourquoi, exactement comme les chrétiens l’ont fait et continuent à le faire avec leurs textes.
                  très intéressant aussi les vidéos de Aldo Sterone au sujet de l’histoire des califats
                  il faut aussi prendre conscience du fait que toutes les religions sont des instruments dans les mains du pouvoir pour dominer les autres… il faut aussi vérifier quand et pour quelle raison l’idée de l’existence d’êtres surnaturels est apparue dans l’histoire de l’humanité et se poser la question “les dieux existent-ils?”

                • Votre nom fait de vous une Flamande (pas forcément belge, bien entendu). Comme j’habite en Flandre depuis 1970, j’apprécie.
                  Ceci dit, vos questions sont trop nombreuses et trop ‘consistantes’ pour me permettre de n’approfondir ne fût-ce qu’une seule. Le fait cependant est que j’ai pu placer dans le très exigeant ‘quarterly’ allemand ‘DIE BRÜCKE / Forum für antirassistische Politik und Kultur’ un texte qui sous forme de livre (hypothétique en ce moment, le ‘parcours du combattant’ étant ce qu’il est) devrait compter env. 300 pages. Il s’agit essentiellement de philosophie, mais non pas de cette espèce de ‘Luftschlösser’ dont se moquait déjà Nietzsche, mais bien de ‘lebensweltliche Philosophie’ au sens husserlien le plus strict. Ce qui m’obligea d’approfondir entre autres questions, celle des religions en général et, l’actualité étant ce qu’elle est, celle de l’ ‘islam’ en particulier.
                  Comme l’écrit si bien Rudolf Otto [qui dit lui-même se baser sur certaines inées du professeur Fries] dans ‘Le Sacré’, Payot, Paris 1969, ce ‘sentiment propre et isolable, celui du Sacré’ sur lequel reposent les religions (organisées), ne leur est pas seulement antérieur de très longue date (ici, Mircea Eliade est TRES utile) mais encore et jusqu’à un certain point, antagoniste, ce qui de tout temps a suscité les divers ‘protestantismes’ (les formes ‘bénignes’: les érémites, Saint François d’Assise, les formes ‘virulentes: Lollards, Albigeois, Hussites, Protestants). Par ailleurs il y a toujours eu des phénomènes d’influence mutuelle, l’ ‘islam’ est loin d’être seul. Ainsi peu de gens savent que toute cette savante angélologie si en vogue à Byzance et même chez nous, repose en fait sur les anciens fravashis des Perses.
                  Etcaetera etcaetera

                • Quand on a 70 ans et qu’on a été à l’école on a forcément beaucoup lu et étudié, ce qui forme un bagage culturel, Cependant ce que j’exprime ici ou dans mes articles et dans mes livres, dépend essentiellement non pas de lectures ou d’études de ce que pensent les autres, mais de mon expérience personnelle « sur le terrain ».

                • …qui doit être de loin supérieure à la mienne, « rat de bibliothèque » si jamais il y en eut

                • ça se trouver en toutes lettres dans l’article;
                  les « deux folios (avec texte correspondant aux chapitres 18-20 du qur’ân moderne) » mentionnés dans THE
                  CONVERSATION /theconversation.com/discovery-of-oldest(…) 45066 ne prouvent que — et surtout: rien d’autre — le fait que l’histoire ancien-testamentaire de Moïse est raconté dans le lectionnaire généralement répandu au Moyen-Orient à cette époque [ce lectionnaire appelant la remarque « que cette constatation est à proprement parler la découverte spécifique démontrant qu’il pré-existait un document en écriture syriaque (l’ainsi nommée Garshouni/Karshouni) à partir duquel le qor’ân primitif fut recopié » (Der frühe Islam, op.cit., p. 380)]

              • c est moise qui n existe pas jésus peut être et encore !! se n est pas facile de croire que moise a ouvert la mer en fuyant.pharaon et que jésus a nourris avec 3 poisons des milliers d humains je pense que 2015 on est un peut plus délurés…et croire ds chose qui paraisse improbable ce n est pas facile

                • L’interprétation anagogique, ça vous dit quelque chose, ou ça vous dépasse complètement ?

        • belkhodja
          « Jésus annonçait le Royaume, et c’est l’Eglise qui est
          venue ». Phrase qui a valu bien des ennuis à son auteur, en
          dépit du paragraphe duquel elle est issue, et qui contextualise intelligemment le propos.

    • « Un peu touffu tout ça » – là vous me faites sourire. Farcissez-vous d’abord les > 3400 pages de la série Inârah avec ses tableaux, illustrations comparatives, éternels renvois et notes en petits caractères et super-étoffées, et vous saurez ce que signifie « touffu » [ah oui, j’allais oublier, vous ne savez peut-être pas l’allemand. Y’en a qui ont d’la chance 🙂 ]

Les commentaires sont fermés.