Sans l’islam, il n’y aurait pas de débat sur la laïcité en France

Publié le 29 juillet 2016 - par - 8 commentaires - 2 183 vues

Hollandevallscazeneuveleche 2
Le débat relatif à la laïcité, ce concept né en France et entré dans notre droit positif par la Loi de 1905 garantissant la séparation de l’Eglise et de l’Etat, est un vrai problème de société, qui n’aura jamais fait couler autant d’encre depuis sa création.

Ce sujet vieux de plus d’un siècle, n’est pas censé être à nouveau débattu dans notre société, et pourtant il refait surface, au point qu’il existe encore des interprétations différentes, voire erronées, de ce qu’il implique. Nous sommes pourtant censés l’avoir définitivement accepté.

Pourtant, rappeler aujourd’hui que la France est un pays de culture chrétienne, et que sa République est laïque, est loin d’être une évidence, tant les valeurs que nous sommes censés défendre fondent comme neige au soleil sous les arguments employés par des mystificateurs largement médiatisés.

En effet, il convient de constater que certains réinventent littéralement ce qu’est la laïcité, en la définissant au delà même de ce que le législateur a voulu qu’elle soit : un prétendu “respect” de toutes les religions. Cela n’a absolument aucun sens ni aucun fondement, que ce soit sur le plan historique ou philosophique. Les débats parlementaires qui ont précédé le schisme entre l’Eglise et l’Etat français, mettant fin à quinze siècles d’Histoire commune (depuis le baptême de Clovis), n’ont jamais envisagé l’émergence d’autres religions et les rapports que devraient avoir nos institutions avec elles.

Ainsi, les prétendus “spécialistes” de la laïcité qui tentent de nous faire croire que c’est en son nom que nous devrions laisser un espace à l’islam sont d’une mauvaise foi titanesque, car il ne puisent leurs arguements que dans les méandres de leur imagination, pour ne pas dire le rêve éveillé de leur fantasme idéologique : celui du multiculturalisme triomphant.

Cet argument est pourtant parfaitement bien reçu chez ceux qui ont à coeur d’islamiser l’occident (les frères musulmans et leurs amis salafistes), comprenant qu’ils ont là une arme de choix pour mettre en oeuvre leur projet de conquête. Et cela, par contre, ne relève aucunement du fantasme, mais d’une réalité de plus en plus palpable, dénonçée par de nombreuses voix qui ont en commun, hélas, de s’égosiller dans le vent.

Manuel Valls, dans son ouvrage intitulé “La laïcité en face”, va dans le sens de cette interprétation erronée en allant plus loin encore, puisqu’il énonce clairement que l’islam a un “retard à rattraper” dans notre pays (comprenez : par rapport à la religion catholique). Selon lui, la laïcité consisterait donc à garantir la parfaite égalité des religions, en particulier quant à sa représentation, ce qui n’a strictement aucun sens.

Pour mettre tout le monde d’accord, il suffirait d’affirmer que la laïcité consiste à dire que tout ce qui relève de la foi appartient à la sphère privée, ni plus, ni moins. Mais dire cela, c’est déjà “stigmatiser” ou “discriminer” les musulmans vivant en France, qui, rappelons-le, sont les seuls à revendiquer sans cesse des droits nouveaux dans notre société, au point que la lassitude de nos concitoyens atteint son paroxisme.

Espace public, lieux de culte, piscines, hôpitaux, cantines, écoles et universités, entreprises, aucun espace de vie n’est épargné par les revendications communautaires de ceux qui seraient bien inspirés d’apprendre l’Histoire de France au delà du prisme de la décolonisation pour comprendre qui nous sommes et ce que nous refuserons toujours d’accepter (nous le peuple, et non les politiques pratiquant le clientèlisme).

Sans l’islam, il n’y aurait pas de débat sur la laïcité en France. Sans l’islam, nous n’aurions pas eu à légiférer sur l’interdiction du port du voile intégral dans l’espace public. Sans l’islam, il n’y aurait pas cette césure indélébile marquant cette différence entre “eux” et “nous”, ceux de la “oumma” et nous autres occidentaux. Et ce n’est pas en tentant d’imposer le “vivre ensemble”, que nous mettrons un frein à la division des citoyens en communautés, qui nécessairement se regardent en chiens de faîence, à défaut de s’affronter.

Vous l’aurez compris, la laïcité n’a de sens que dès lors qu’elle recouvre sa signification originelle, ce qui parait chose impossible tant elle est interprétée à tort et à travers, soit pour la discréditer, soit pour l’utiliser à des fins contraires à ce qu’elle prétend mettre en oeuvre : le pacte républicain selon lequel nous sommes tous d’abord et avant tout des citoyens français, et ensuite adeptes de telle ou telle croyance.

Mais il y a longtemps que nous avons dépassé le stade du retour en arrière, au point que les donneurs d’alerte que sont Pierre Cassen et Christine Tasin (pour ne citer qu’eux), semblent aujourd’hui mener un combat déjà perdu, où tous les coups sont permis pour les discréditer ou les abattre. Mais ils le mènent sans désemparer, et le mèneront jusqu’au bout.

Le projet de Bernard Cazeneuve de mettre en place un “concordat” avec l’islam, et par conséquent de créer des imams “fonctionnaires”, sera s’il est mis en pratique la fin définitive de notre laïcité, pourtant espérée par de nombreux pays désireux de s’émanciper de la religion musulmane, dont la Tunisie, dans l’espoir d’acquérir une liberté qu’ils n’ont jamais connue, et qui chez nous est appelée à disparaitre.

Selon le principe des vases communiquants, et au gré d’une immigration incontrôlée, il semble que nous assistons à une islamisation de l’occident et à une occidentalisation de certains pays du maghreb, dont la soif de libertés des peuples n’a d’égal que notre renonçement face à la disparition des notres.

Il ne reste dès lors qu’un combat à mener, celui de la sauvegarde de notre identité, seule à ne pouvoir souffrir aucune interprétation contraire à son essence, puisqu’elle puise ses racines dans notre Histoire, et que cette réalité s’impose à tous avec rigueur indépassable, puisqu’elle est scientifique. Un combat de la dernière chance, rendu nécessaire et urgent par les attaques islamistes perpétrées sur notre territoire.

Sébastien JALLAMION

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
patrice doidur

islam = SECTE
FIN de Négotiation! On ne négocie pas avec les démons, sous peine de s’imbiber d’un peu de leurs tares. “Ne craignez point ceux qui tuent le corps” (La Bible), mais délivrez nous de ceux qui TENTENT de salir l’Ame! (Moi)
https://www.info-sectes.org/pages/secte.htm

Phénix64

Absolument parfaitement exprimé Sébastien Jallamion ; quelle justesse d’expression et dans le fond et dans la forme. Merci pour analyse objective et “clairvoyante” des effets du “détournement” du sens de la définition du mot “laïcité”.

Tout ce que vous affirmez est vrai, la vérité demeurant dans la réalité, dans les faits n’est-ce pas ?
La laïcité est une arme que l’islam a retourné contre la France (l’Europe, l’Occident) depuis des décennies ; les musulmans ont bien compris notre immense faiblesse qui est la manipulation de la loi de 1905 pour que l’islam “colonise” la France.
Que se passera-t-il lorsque le nombre de mosquées dépassera le nombre d’églises ?
Que se passera-t-il lorsque les musulmans représenteront la majorité sur notre sol ?
Que se passera-il lorsque notre culture, notre “identité”, notre Histoire, nos racines ne seront plus que notre “temps mort, notre passé ” ?
Non, nous ne “délirons” pas, non nous ne sommes pas des “nazis” haineux !
Nous sommes Français!

hathoriti

Merci Sébastien ! C’était pas trop tôt que quelqu’un, enfin, explique la nocivité de la laïcité ! Laïcité mal comprise, bien sûr ! A Monaco, le catholicisme est religion d’Etat et bien qu’il y ait chez eux, probablement, des incroyants, le système fonctionne sans laïcité et je ne sache pas que les monégasques soient malheureux ! Séparer le temporel du spirituel n’est pas une mauvaise chose, à condition de s’y conformer . De toute façon, la France est chrétienne avant que d’être laïque, point ! Accepter, comme le font les différents gouvernements depuis 40 ans, de faire entrer sur le sol de FRance les musulmans et de favoriser l’islam aux dépens du christianisme, c’est une forfaiture et un reniement de la vraie laïcité !

Spiculus

Loi de 1905 : “L’Etat ne reconnaît, ne subventionne, ne salarie AUCUN CULTE !”
L’Etat ne devrait donc avoir à se préoccuper ni de la place qu’occupe l’Islam en France, ni du financement des mosquées, ni de la provenance ou de la formation des imams.
S’il le fait, c’est qu’il accorde une place prépondérante à l’Islam en France au détriment des autres religions, notamment d’essence chrétienne. Toute mesure allant dans ce sens est donc de fait anticonstitutionnelle.
Le devoir de l’Etat est de faire respecter la loi et d’annuler toute mesure d’ordre temporel du type “accommodement raisonnable” contrevenant au principe de laïcité. S’il ne le fait pas, c’est par félonie à l’égard des citoyens français qui ont visiblement du mal à comprendre la gravité de la situation.
Mais cela peut changer si on leur explique comment régler le problème…

JC. P;

Bel article, plein de vérités.
Restons optimistes. Il est encore temps de se réveiller, mais il va falloir faire vite, très vite. En effet, en face nous avons une communauté arabo/musulmane qui a des revendications à l’infini. Il suffit d’avoir une volonté politique de dire STOP, ou alors CASSEZ-VOUS, mais cassez-vous vitre, avant que les peuples d’Occident en aient ras la burqa, et qu’ils se rebellent contre l’envahisseur TROP exigeant. En effet ce sont toujours les arabo/muzz qui réclament toujours plus et pas les autres.

montecristo

Je rappelle que Peillon s’active toujours et encore pour nous faire épouser une nouvelle religion : La Religion Laïque … précisément !
Une religion qui aurait donc son dogme, dans lequel il serait le Dieu des laïcs, avec des apôtres laïcs, des prêtres laïcs, adoré par des fidèles qui réciteraient des prières laïques.
C’est à dire une religion dont le culte serait l’adoration des politichiens !
Une religion qui rétablirait le délit de blasphème … contre les politichiens uniquement !
La France est-elle prête à tourner le dos à la liberté d’expression ?

Cathy

Exact !
Qui peut considérer la laïcité comme une religion ?
Incroyable !
Quand à la laïcité, elle ne sert que l’islam

Theo

Si on considère que les rapports entre personnes privées peuvent poser la question de la laïcité, elle se présente de temps en temps pour d’autres religions (ex : affaire des portes magnétiques pour les Juifs jugée par la Cour de cassation 18 décembre 2002). C’est cependant tout fait négligeable et les juridictions n’évoquent pas la laïcité dans ce cas, elles motivent leurs décisions autrement. Par ailleurs, je considère que la réaction face à la loi de 2013 sur le mariage des personnes de même sexe pose un problème de laïcité. Cependant, c’est principalement l’islam qui suscite des difficultés liées à la laïcité. Des décisions judiciaires montrent encore que des candidats musulmans à la naturalisation ignorent ce qu’est la laïcité et voient ainsi leur demande rejetée heureusement. Sur ce point, pour une fois merci Sarkozy d’avoir exigé la capacité à s’intégrer dans la communauté nationale. Ce qui fait pleurer le GISTI, sans surprise… : http://www.gisti.org/spip.php?article2775 !

Lire Aussi