L’islam restreint tellement notre liberté d’expression que je ne reconnais plus la France

Publié le 5 octobre 2012 - par - 4 028 vues
Share

On a vu Pierre Cassen et Pascal Hilout de Riposte Laïque trainés devant les tribunaux, pour animer ce journal en ligne dont plus personne ne saurait se passer et être sanctionnés injustement pour racisme, alors qu’ils sont islamo-critiques ! On a vu Renaud Camus, remercié par Fayard pour avoir appelé à voter Marine le Pen. Trainé, lui aussi devant les tribunaux pour s’être exprimé de manière non conforme, lors des assises contre l’islamisation de la France et de l’Europe.  On a vu plus récemment, Richard Millet, démissionner de chez Gallimard pour avoir commis un ouvrage que les chiens du politiquement correct on déchiré à pleines dents, mais surtout pour ses propos libres sur l’immigration. On verra Charlie Hebdo qui n’est plus ce qu’il était sous l’égide du professeur Choron, être voué aux gémonies mondiales islamistes pour ses caricatures. Et enfin, on observe la récompense sur la tête de Salman Rushdie augmenter.

Et maintenant ceci.  En début de semaine, un ami éditeur me fait passer un texte d’appel sur le Qatar et ses ambitions de mettre la main sur le pays France. Une note dont nous connaissons parfaitement les tenants est les aboutissants à Riposte Laïque et que nous dénonçons à longueur de colonnes. L’éditeur me confie qu’il a le plus grand mal à faire passer le sujet en son comité de lecture. Le Qatar est estimé un sujet « sensible ». La maison d’édition craint de s’attirer les foudres. Il ne me déclare pas lesquelles. Je suppose les foudres islamiques. Tout fout le camp. Surtout le courage. La note en question aurait également circulé chez TF1 pour proposition de reportage. Refusée bien entendu. Nous entrons dans la calamiteuse spirale décrite ci-après par Saint Augustin:

A force de tout voir on finit par tout supporter…

A force de tout supporter on finit par tout tolérer…

A force de tout tolérer on finit par tout accepter…

A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Voilà dans quel état d’esprit se trouve la France d’aujourd’hui et c’est bien alarmant. De cela, les médias mainstream, valets du pouvoir socialistes, sont lourdement responsables.

« Le grand public ne sait pas », me déclarait l’ami éditeur.

« Toi, tu as le nez dedans. Cette information est donc naturelle pour toi, mais le grand public ne sait pas » s’alarme-t-il.

Le comité de lecture reste réservé. Autocensure navrante. Combien de maisons d’éditions ont cette attitude de couardise ? Le livre, avec le net, sont le rempart contre la désinformation. Voilà qu’on nous supprime le livre ! Reste encore le net. Jusqu’à quand ?

On nous prépare des sanctions contre le blasphème qui entraîneront fatalement une restriction de la liberté d’expression. Nous ne sommes pas des Saints Augustins, mais des laïques combatifs, pour nous démarquer et nous engager contre toutes ces atteintes calamiteuses à cette liberté fondamentale. Nous exprimer. L’église catholique reste tétanisée devant l’islam, se courbe et louvoye. Sans évoquer les politiques dont nous observons chaque jour la disqualification. Les petites lâchetés. Les coups tordus infligés aux patriotes. Je ne peux plus dire « Français » car, en ce moment, je ne sais plus ce qu’est être « Français ». L’islam et ses suppôts se sont arrangés pour qu’il y ait désormais dilution entre les Français de souche et ceux, issus de l’immigration musulmane; Français de papier. Cette association de malfaiteurs, islam, gôche et extrême, constituent le nouveau fascisme, dont les bras armés sont les funestes associations « anti racistes » aux pouvoirs exhorbitants. Ce qui en dit long sur « la justice de mon pays. »  Elles trainent les patriotes devant les tribunaux, devenus d’exception. Comme au « bon vieux temps de quarante », à l’est comme à l’ouest. La liberté d’expression est à sens unique.

« A bas Israël, à mort les juifs » raisonne régulièrement sur nos pavés,  lors de manifestations d’extrême gôche, suivi de faits sanglants Mehra. Le traitement médiatique en est honteux et cauchemardesque. Aucune sanction, aucun tribunal pour punir ces appels aux meurtre, suivis de faits. Il n’y a de critiques que pour Breivik et son appartenance désignée extrême droite. Le crime d’extrême droite est pire que celui d’extrême gôche, pis encore que ceux de l’islam. Il faut souligner une fois pour toute que l’islam promeut ces crimes. Ceux qui commentent des crimes au nom des religions chrétiennes, le font en totale contradiction avec leurs écrits. Tout ne se vaut pas. Voilà la confusion dans laquelle nous trouvons, sans pouvoir remettre les pendules à l’heure médiatique, puisque colonnes et plateaux nous sont interdits. Je le dis comme je le pense, je suis révoltée et me trouverai, comme il se doit, à ma place, pour la marche contre le fascisme islamiste le 10 novembre prochain à la Concorde.

Sylvia Bourdon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.