1

L’islam, un tueur en série de civilisations

PalmyreL’islam est considéré par la plupart des gens et des sociétés comme une religion.
De nombreuses études ont montré qu’il n’en était rien.
Le fait religieux est insignifiant dans l’islam. Un musulman n’a même pas besoin de croire en Dieu, ce qui est pourtant le fondement des autres religions monothéistes.
Non, le musulman doit simplement être soumis à la loi islamique et ne doit pas critiquer ni quitter la religion sous peine de mort.

Destruction de Palmyre par DAECH
Pour tous les spécialistes de l’islam, il ne doit plus être considéré, aujourd’hui, comme une religion, ni comme une secte (la secte mahométane), ni comme une philosophie, ni comme un courant de pensée, ni comme une forme de civilisation.

Non, l’islam doit être considéré par le monde entier comme une simple organisation terroriste dont les buts sont la destruction de toutes les civilisations humaines, de toutes les cultures, de toutes les autres religions déistes, de toutes les philosophies non déistes, mais aussi de tous les humains athées.

Le but de l’islam est de faire disparaître de la Terre tout humanisme et toute humanité, de soumettre tous les hommes ou de les exterminer et de dominer le monde au profit exclusif de ses dirigeants.

Je ne parlerai pas de son fondateur, ni de son livre, ni de son message. C’est inutile. Seuls comptent les faits, et les faits sont là pour illustrer tout ce que j’écris. Ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas le croire n’ont qu’à s’informer, car ils sont comme la plupart des musulmans qui ignorent tout de cette chose, de ce fléau. La plupart des musulmans sont conditionnés dès leur naissance par un savant lavage de cerveau qui les rend hermétiques à toute forme de réflexion, de raison et de sagesse.

L’apprentissage de l’islam repose sur un désengagement total de l’intelligence de l’élève destiné à lui interdire toute réflexion spontanée et toute velléité éventuelle d’émettre des remarques ou des critiques de l’islam. Le tout est couronné par des menaces et une peur permanente du châtiment qui peut aller jusqu’à la peine de mort pour peu de choses.

On ne sait pas comment une telle abjection a pu naître, évoluer et avancer jusqu’à nos jours au point de faire, 1,6 milliards d’émules.
Ou plutôt, si ! Les fondateurs de l’islam et ses dirigeants tout au long de l’histoire et jusqu’à nos jours ont mis au point un système moral qui fait la part belle à tous les vices et à toutes les perversions qui habitent naturellement les mâles en leur permettant de leur donner libre cours.
Ainsi, la femme est juste un objet sexuel et une esclave. Le viol est permis et la femme violée ne peut pas se plaindre, au risque d’être elle-même lapidée à mort pour avoir osé le faire. Le musulman peut assassiner qui bon lui semble en toute impunité en dehors de la communauté musulmane.

L’islam rend les hommes fous et les maladies psychiatriques sont innombrables dans la communauté musulmane, mais soigneusement cachées puisqu’il s’agit de la « meilleure des religions ». Les fous sont enfermés ou assassinés. Les troubles névrotiques, psychotiques et paranoïaques touchent la plus grande partie des populations.

L’islam repose sur deux grands principes : la peur terrifiante du châtiment le plus cruel et, pour contrebalancer cette peur, la liberté de haïr à mort tout ce qui n’est pas musulman, juifs, chrétiens, bouddhistes, athées, etc…
Les châtiments sont exécutés en place publique pour bien rappeler à chacun ce que peut lui coûter le moindre dérapage. Torture, fouet, amputation des mains et des pieds, lapidation, décapitation…

Ceux qui ne peuvent pas quitter la religion souffrent et deviennent fous. Alors, ils se réfugient dans la mort.
Oui, les musulmans sont en train de se suicider.
Ils sont incapables de vivre en paix. Ils n’en ont pas le droit.
Ils ont la haine des hommes et pire encore la haine de leur dieu qui fait leur malheur.
C’est pourquoi les musulmans se suicident en masse chez nous en essayant de nous emporter avec eux dans la mort.

Les esprits les plus résistants à cette folie volontairement inculquée simulent la soumission et parviennent un jour à s’extirper de cette abomination et à fuir loin, à l’étranger, pour ne pas risquer de perdre la vie. Ils deviennent alors les plus grands défenseurs de la paix et dénoncent les crimes et les horreurs de l’islam. Ils sont de plus en plus nombreux, aujourd’hui, dans le monde.

Il existe pourtant un espoir. Les moyens de communication modernes permettent aux musulmans du monde entier de savoir ce qui se passe ailleurs et de voir que la vie dans l’islam n’est pas la vraie vie. Beaucoup commencent à réfléchir et à comprendre le piège dans lequel ils sont enfermés. Ils sont traqués et maltraités, mais personne ne peut leur ôter leur liberté de pensée. Cela dit, les ravages sont tels dans l’esprit des autres qu’il ne leur sera dans doute jamais possible de reconnaître qu’ils sont dans l’erreur.

Mais des millions de musulmans quittent l’islam chaque année, partout dans le monde, pour se convertir au christianisme ou se tourner vers l’athéisme, ce qui fait d’eux des hommes et des femmes libres et non plus des esclaves de la pensée obscurantiste.

Laurent Droit