1

L’islamisation de notre pays, ou les dessous de Miss France

Je renvoie à l’article de notre ami Jacques Guillemain qui vous a narré hier l’élection de Miss France 2021, samedi dernier :

https://ripostelaique.com/vive-le-concours-miss-france-vive-la-belle-amandine-petit.html

Comme lors des années précédentes, le spectacle était évidemment sur scène. Mais cette année, il fut aussi sur Twitter :

https://www.francetvinfo.fr/societe/antisemitisme/miss-france-2021-une-enquete-ouverte-par-le-parquet-de-paris-apres-des-injures-antisemites-sur-les-reseaux-sociaux-visant-miss-provence_4228237.html

La classe politique, unanime comme de bien entendu, a condamné le déferlement de tweets antisémites auxquels a donné lieu l’élection de Miss Provence, April Benayoum, comme Première Dauphine. April Benayoun qui avait eu le malheur de déclarer peu de temps auparavant que son père est « d’origine israélienne ».

« Je ne vois qu’une jeune femme française participant à un concours qui en fait rêver tant d’autres », a tweeté, bravache, le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti.

« Que ceux qui y voient l’opportunité de déverser leur haine antisémite sachent que la justice leur fera ouvrir grand les yeux », a-t-il ajouté.

Chiche, mon gros !

Gageons que lorsque le garde des Sceaux verra la couleur et/ou connaîtra la religion de ceux qui ont « déversé leur haine antisémite », il en rabattra un peu.

Remarquons que pour « leur faire ouvrir grand les yeux », encore faudrait-il que les siens soient ouverts. Or en avril 2019 lors du procès d’Abdelkader Merah dont il était l’avocat (Abdelkader, soutien logistique de son frère Mohammed dans les attentats de Toulouse et Montauban en 2012), Dupond déclarait que « c’est un honneur d’être là pour Abdelkader Merah »…

https://www.ladepeche.fr/2019/04/19/eric-dupont-moretti-lavocat-dabdelkader-merah-veut-se-pourvoir-en-cassation,8141586.php

En matière d’extra-lucidité, on peut rêver mieux.

Miss France 2006 s’appelait Alexandra Rosenfeld :

https://www.parismatch.com/People/Quand-Alexandra-Rosenfeld-etait-elue-Miss-France-2006-1653245

Elle était juive, une particularité qui à l’époque n’avait provoqué ni mouvement de foule ni commentaire nauséabond. C’était il y a quinze ans. Que s’est-il passé depuis ?

Nos élites mondialisées ont continué à ouvrir toutes grandes les vannes de l’immigration arabo-musulmane, au point que le séparatisme est désormais clairement évoqué par les autorités de la République, sans toutefois que ces dernières aient le courage d’en préciser les acteurs.

Un « séparatisme » dont en 2016 avait parlé le président de la République en personne dans Un président ne devrait pas dire ça :

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/10/12/31001-20161012ARTFIG00292-immigration-l-incroyable-aveu-de-francois-hollande.php

Hollande avait utilisé le terme de « partition », démentant, immédiatement après la sortie du livre et avec le courage fou qu’on lui connaît, avoir tenu de tels propos.

Remarquons qu’entre la plastique de Miss Normandie (élue Miss France) et celle de Miss Provence, il n’y a guère que l’épaisseur d’un string. On peut alors se demander pourquoi les jurés ont soigneusement évité de placer April Benayoun sur la plus haute marche du podium. De fort mauvaises langues iraient jusqu’à affirmer qu’après avoir éliminé toutes les candidates de la diversité, couronner une jeune femme dont le père est juif aurait fait très mauvais effet dans le paysage. Jean-Pierre Foucault, qui présidait déjà le jury lorsque Râ éclairait les amours de César et Cléopâtre sur les bords du Nil, s’est sans doute dit qu’il était encore beaucoup trop jeune pour finir comme un Samuel Paty.

Allez savoir…

Henri Dubost