L’islamo-collabo stalinien Brafman empêche Guylain Chevrier de parler laïcité

Publié le 31 mai 2015 - par - 569 vues
Share

meluchehitlerislamCe qui s’est passé, ce mercredi 27 mai, à la mairie de Saint-Denis (93) illustre, mieux que de longs discours, les méthodes de petits fachos des dernières crapules staliniennes qui sévissent dans l’Europe de l’Ouest. Notre ancien collaborateur Guylain Chevrier, par ailleurs historien et ancien membre du Haut Conseil à l’Intégration (HCI), dissous par les socialistes, a été empêché de s’exprimer par un commando d’une dizaine de nervis du Front de gauche et de prétendus antifascistes.

http://www.marianne.net/reunion-publique-laicite-censuree-mairie-saint-denis-100233991.html

Le crime de Guylain Chevrier ? Avoir été membre de la rédaction de Riposte Laïque, de son origine à juin 2010, et d’y avoir publié plus de cent articles, souvent d’une très grande qualité intellectuelle. Ensuite, il a choisi de s’éloigner de nous, ayant exprimé son désaccord avec l’initiative de l’Apéro Saucisson Pinard, choix que nous respectons.

http://ripostelaique.com/author/Guylain-Chevrier

Il est, en outre, reproché à notre ami de ne pas être politiquement correct sur l’immigration et le colonialisme.

Cet événement appelle plusieurs commentaires. L’initiateur du torpillage de l’intervention de Guylain, invité par des laïques de Saint-Denis, s’appelle Jean Brafman. Cette caricature de vieille crapule stalinienne, proche du Mrap, fut un des premiers signataires du texte raciste « Nous sommes les Indigènes de la République ». Dans le courriel que publie Marianne, cet islamo-collabo montre sa conception de la démocratie, et confirme sa nostalgie des pires méthodes du stalinisme. En effet, s’auto-proclamant commissaire politique de Saint-Denis, il se permet de contester le choix d’une association indépendante d’inviter un seul intervenant, et surtout les critères qui ont déterminé leur décision. Et, en bon descendant de Staline, il appelle les petits fachos de gauche de ses réseaux à venir à la réunion, hésitant pour savoir s’il fallait porter la contradiction ou empêcher sa tenue.

Brafman

Sur cette vidéo, on voit cette vieille relique d’une époque heureusement révolue, piètre orateur, pleurnicher sur l’agression subie la veille par son vieux complice Patrick Braouezec, oubliant juste de préciser que les délinquants qui avaient cabossé la tête du maire n’étaient pas des bouddhistes, mais quelques-uns de ces sympathiques habitants de Saint-Denis qu’il a fait venir par milliers, et qui, par leur violence quotidienne, ont fait fuir de cette ville et de ce département nombre de nos compatriotes.

Nul doute que si Brafman et ses amis avaient exercé le pouvoir dans les pays du communisme triomphant, notre ami Guylain Chevrier, mais aussi les rédacteurs demeurés à Riposte Laïque, auraient été au mieux rééduqués dans un hôpital psychiatrique, au pire exécutés d’une balle dans la tête.

Incapables d’assumer une confrontation démocratique qui les ridiculiserait, Brafman, qui fut conseiller régional, et ses copains utilisent des méthodes de nervis pour empêcher par la violence tout débat d’idées, ce qui ne les empêche pas, de manière grotesque, de se prétendre anti-fasciste, alors qu’ils incarnent cette doctrine totalitaire opposée à la démocratie et à la confrontation d’idées.

Fascinés hier par un parti unique stalinien, capable de pactiser avec l’Allemagne nazie avant qu’Hitler n’attaque l’URSS, cette clique de dégénérés nuisibles se comporte aujourd’hui comme des porteurs de valises d’un autre fascisme, l’islam. Tous les combats anti-laïques, dont le voile à l’école, menés au service des soldats d’Allah, en France, depuis trente ans, c’est eux. Saint-Denis, ville des rois, transformée en territoire perdu de la République, où les racailles et les islamistes font la loi, c’est eux. Le remplacement de population dans le 93, c’est eux. Hier agents de Moscou, ces islamo-collabos sont aujourd’hui des porteurs de valises de La Mecque.

Seule consolation, comme leurs camarades du parti Toudeh, en Iran, qui ont soutenu Khomeiny dans son combat pour l’accession au pouvoir, ils finiront éliminés par les islamistes, quand ceux-ci, qui méprisent profondément les traitres, décideront qu’ils ne servent plus à rien.

Quant à Guylain Chevrier, qui vient de cette mouvance communiste, c’est un homme courageux et un esprit libre. Son discours sur la République et la laïcité, liée à l’histoire de notre pays, est remarquable. Son courage est indiscutable. Pierre Cassen nous racontait les combats qu’il avait menés, au sein de l’Union des Familles Laïques, contre la direction et son hystérique président de l’époque, qui avait osé le comparer aux commanditaires de la rafle du Vel d’Hiv, parce qu’il s’opposait au peu républicain mot d’ordre de régularisation de tous les clandestins.

Même s’il n’utilise pas les mêmes mots que nous, Guylain mène le même combat, et fait partie de ces trop rares militants, dans le milieu laïque, qui ont compris ce qu’était le cancer islamique. Il pense qu’en se démarquant de Riposte Laïque (ce qu’il a fait en termes respectueux), il pourra mener des combats complémentaires et utiles à la cause. Il est sans doute convaincu qu’en s’en prenant au Front national, seul parti qui représente, malgré ses limites, une alternative à la catastrophe de l’UMP et du PS, il conservera une respectabilité qui, si elle était perdue, le priverait de certaines entrées. Pourquoi pas, mais est-ce vraiment la vraie stratégie gagnante ? Il nous fait penser aux militants du Mpep, qui veulent sortir de l’Union européenne, mais passent leur temps à taper sur le seul parti qui propose la même chose qu’eux !

Guylain Chevrier aurait eu toute sa place aux Assises internationales contre l’islamisation de notre pays, où son talent d’orateur aurait fait merveille. Historien, il aurait apporté une contribution irremplaçable à Poitiers, sur le rôle de la victoire de Charles Martel dans le roman de la France. S’il était vraiment dans l’esprit de la Résistance, il cesserait de faire la chochotte, et n’hésiterait pas, alors que nous sommes en train de jouer la survie de notre pays, de sa laïcité et de notre civilisation, à s’afficher avec des personnes avec qui il ne partage pas forcément la même vision du monde, mais qui seront du même côté de la barricade quand il faudra défendre le pays face aux islamistes et leurs alliés, les collabos d’extrême gauche et les crapules staliniennes.

Résumé de ce reproche amical : dans des circonstances exceptionnelles, on ne peut pas rester au milieu du gué, et il faut choisir son camp. Nous lui conseillons celui de l’Union des Patriotes, avec tous ceux qui veulent en finir avec l’immigration, l’islamisation de notre pays et la dictature de l’Union européenne. Il ne les trouvera pas dans les dégénérés qui se réclament aujourd’hui de la gauche et le traitent de facho.

Et puis, au moins, avec nous, il aurait les moyens de parler…

Paul Le Poulpe

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.