L’islamo-gauchisme existe, je l’ai rencontré

Publié le 22 février 2021 - par - 13 commentaires - 940 vues
Traduire la page en :

Rassurez-vous, je ne vais pas vous raconter mes souvenirs d’ancien combattant en terrain ennemi (l’Educ’Nat’ pour ne pas la nommer). Dans cet article, je vous ai narré une de mes luttes épiques. Il y en a eu d’autres. Toujours en solo, naturellement : primauté du confort intellectuel et moral des enseignants, frousse, mimétisme, impératif du « No waves » et du « Pour vivre heureux, vivons caché », jusqu’à la certitude qu’en cas de « dérapage » – et il n’en faut guère pour « déraper » dans ces milieux-là –, ils ne seront soutenus ni par leurs collègues, ni par leur administration – à quelques rarissimes exceptions près, bien entendu. 

Le titre du présent article fait référence à ce livre d’André Frossard. A cette différence près que je n’ai pas eu besoin de l’intervention de la grâce divine pour m’apercevoir qu’une grande partie de l’Educ’Nat’ – au même titre que l’université – était peu à peu gangrénée par l’islamo-gauchisme. Mais rentrons dans le vif du sujet…

Le 22 octobre 2020, sur Europe 1, Blanquer nous révèle que le roi est nu

« Ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages à l’Université » alerte le 22 octobre dernier sur Europe 1 le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty par un musulman immodéré, à Conflans-Sainte-Honorine. Il aura fallu cet événement tragique pour que le ministre ose enfin dire l’évidence. On remarquera que Blanquer omet prudemment de parler de l’Educ’Nat’, alors même que Samuel Paty enseignait non à l’université, mais dans un collège…

« [L’islamo-gauchisme] fait des ravages [à] l’Unef » précise le ministre, pointant plus généralement : « des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur, qui commettent des dégâts sur les esprits » et ajoutant : « dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là [cf. parmi beaucoup d’autres : Jean-Luc Mélenchon et Clémentine Autin (fin de cet article de FranceInter)] favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire ».

L’assassin de Samuel Paty « est conditionné par d’autres gens, en quelque sorte des auteurs intellectuels de cet attentat » continue le ministre, qui conclut : « Je serai d’une très grande fermeté face à tous ceux qui, aujourd’hui, en se croyant progressistes, en réalité font le lit d’une forme de tolérance à la radicalité. C’est inacceptable et cela mène au pire. »

Des propos qui ont provoqué les cris d’orfraie qu’on imagine au sein de l’Alma Mater, et tout spécialement dans les rangs de la Conférence des présidents d’université (CPU)

Rebelotte sur Cnews : le 14 février 2021, Frédérique Vidal nous confirme que le roi est bien nu…

Le 14 février dernier sur Cnews, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, emboîte le pas à son collègue Blanquer – avec quelques mois de retard : en octobre dernier, la ministre était en plein pourparlers avec la CPU sur la réforme des universités, une CPU qu’il lui fallait donc ménager… :

« Je pense que l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et que l’Université n’est pas imperméable », s’alarme la ministre, dénonçant les universitaires qui « peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont pour porter des idées radicales de l’islamo-gauchisme ».

Le 17 février, devant la représentation nationale, Frédérique Vidal enfonce le clou : « La radicalisation des opinions et des propos est ce qui met le plus en danger [la possibilité] des débats contradictoires. Des universitaires se disent eux-mêmes empêchés par d’autres de mener leurs recherches (…) » et informe les députés qu’à sa demande, le CNRS va enquêter sur « les ravages de l’islamo-gauchisme dans les universités », pour reprendre la formulation de J.-M. Blanquer.

Un CNRS « particulièrement gêné par la mission que la ministre souhaite lui déléguer, étant lui-même en quelque sorte juge et partie », comme le souligne Arnaud Benedetti, ancien directeur de la communication de l’institution.

Le terme d’islamo-gauchisme n’est pas une invention de « l’extrême droite », contrairement à ce qu’affirment les jobards.

Le néologisme « islamo-gauchisme » apparaît pour la première fois en 2002, dans l’ouvrage de Pierre-André Taguieff : La nouvelle judéophobie. L’expression avait pour l’auteur « une valeur strictement descriptive, désignant une alliance militante de fait entre des milieux islamistes et des milieux d’extrême gauche, au nom de la cause palestinienne, érigée en nouvelle cause universelle »

La réalité-même de l’islamo-gauchisme est plus ancienne. C’est ainsi que lors de la révolution iranienne de 1979, nombre d’intellectuels de gauche, en France et dans le monde, ont pensé que l’ayatollah Khomeini allait instaurer en Iran une république certes islamique, mais avant tout socialiste et progressiste. Le libertaire Michel Foucault fut en Occident l’un des plus ardents thuriféraires de la République des mollahs

Si l’idéologie islamo-gauchiste a totalement fait faillite dans les pays musulmans, elle fait encore illusion auprès d’une large frange d’intellectuels de gauche en Occident, qui voient dans les musulmans les idiots utiles qui leur permettront d’asseoir définitivement leur pouvoir (selon la stratégie du remplacement électoral du Gaulois par l’immigré), et dont ils pourront le moment venu facilement se débarrasser. 

Reste un mystère insondable…

Dans cette vidéo, que j’ai commentée dans cet article, Pierre Cassen, le fondateur de Riposte Laïque, déplore le harcèlement judiciaire dont son association est victime, s’interrogeant sur le fait que « ces traîtres [les officines de l’antiracisme] qui poursuivent les mal-pensants, souvent des Juifs de gauche mais pas toujours, n’ont jamais un mot – jamais un mot ! – contre un texte qui, lui, incite ouvertement à la haine [et au meurtre] des Juifs, qui s’appelle le Coran (…). Et ce sont eux qui, bien souvent, défendent le CCIF et les islamistes dans les prétoires ».

Dans cette autre vidéo, Pierre Cassen s’étonne que « Plus les islamistes tuent de juifs, plus on accueille de musulmans en France »

Sur ces deux points, j’avoue que le mystère est total, et j’attends la grâce divine, tel un bienheureux Frossard, pour en percer le sens. Si vous avez des idées, cher lecteur (.trice !), n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire.

D’avance, merci.

Henri Dubost

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
JEEP

On peux se demander aussi si cette polémique sémantique ne serait pas téléguidée par macron pour nous mener en bateau.

Laurent Droit

Très bien, Henri !!

Patapon

Gérard Miller s’insurge contre ce “concept vide de sens”.L’islamo gauchisme serait un artifice de l’extrême droite,une habileté propre à masquer l’islamophobie sous-jacente,donc le racisme,et bla bla bla…Quand on attaque son “maitre” et directeur de thèse Michel Foucault,il s’étrangle de rage!Voila voilà…Ca n’existe pas,tout ça!,Melanchon n’ a jamais manifesté avec des islamistes,Foucauld n’a jamais pris fait et cause pour Khomeini et la révolution des ayatollahs,bref,l’islamo gauchisme,c’est du flanc à la sauce R.N…Et bla bla bla…

Hasso

Je suis défavorable au terme d’islamo-gauchiste, je préfère le terme d’islamo-collabo, vu que nombre de commentateurs assimilent l’islamisme au fascisme.
Plus sérieusement, la gauche finira décapitée par ses copains islamistes, comme en Iran, en Algérie, et ailleurs, et elle l’aura bien cherché.

Marnie

L’islamo-gauchiste de certains malgré les attentats, les égorgements, les décapitations, les attaques des forces de l’ordre, et autres gâteries immondes fait peur. La connerie à ce point ça devient diablement gênant.

Garde Suisse

Je pense que l’islamo-gauchisme et l’islamo-droitisme n’ont pas les mêmes moteurs :
L’islamo-droitisme est uniquement opportuniste, “si je donne quelques avantages aux musulmans, ils m’apporteront leurs voix”, c’est un calcul électoral.
L’islamo-gauchisme est plus complexe parce qu’outre le calcul ci-dessus énoncé, il y ajoute une dimension politique, les musulmans ayant remplacé les ouvriers dans le rôle de damnés de la terre qu’il faut libérer des exploiteurs !

Paskal

L’islamogauchisme n’existe pas plus que l’islamofascisme (dont on ne parle plus beaucoup en ce moment). Quand on est islamophile, on est pas de gauche (on peut l’avoir été).

patphil

moi aussi j’en rencontre hélas de temps à autres et j’en entends très souvent même sur cnews

R2D25

L’islamo droitistes existe aussi.
Et ils sont nombreux à pactiser avec les ARABES .

Joël

Exact, ils ne sont pas les derniers à financer des mosquées.
C’est plutôt d’islamo-collaboration qu’il s’agit, quelque soit le parti.

Paskal

Si on veut. Comme si on disait que l’actuel “pape” est islamochrétien.

raslebol

Islamo-gauchistes ???????!
Appeler plutôt cette merde,
TRAÎTRES, COLLABOS, FAUX-JETONS…
À éliminer d’urgence, destruction totale de toute cette vermine islamisée qui squatte, qui salope et ruine notre France !

Marnie

J’adhère totalement à votre propos. Certains ont des pudeurs qui ressemble à deux gouttes d’eau à du négationniste concernant l’ensemble de la gauche et de la fausse droite concernant l’islam qui ne peut pas être modérée.

Lire Aussi