L’islamophobie tue : ah bon ?

Publié le 14 mars 2021 - par - 12 commentaires - 918 vues
Traduire la page en :

Partout où l’islam s’installe, soit par la conquête, soit par le prosélytisme ou bien par nécessité économique (comme c’est le cas en Europe occidentale et notamment en France depuis le XXe siècle), il commence par éliminer la liberté d’expression en étouffant toute réflexion qui va à l’encontre de son idéologie mortifère.
Il tue d’abord l’esprit du doute. Car celui qui doute, crée et innove.
Et la création signifie culture.

Et comme la culture est l’essence même de la vie (c’est-à-dire de la liberté de penser, de réfléchir et de créer), l’islam lui mène un combat sans merci, en refusant le progrès, l’émancipation, la liberté, l’esprit critique, le débat contradictoire et empêche l’effort de réflexion (l’ijtihad), en le bâillonnant depuis treize siècles au nom de la bidâa (l’innovation) qui est contraire à ses préceptes.

Celui qui pense, qui doute et ou qui crée, se met en concurrence directe avec Allah et Son prophète, selon la doxa islamique et il est, de ce fait, assimilé à un hérétique, un ennemi d’Allah que n’importe quel musulman a l’obligation religieuse de réduire au silence en lui menant une guerre totale jusqu’à son élimination de la surface de la terre. C’est-à-dire toute l’humanité en dehors de la oumma !

Les idées qui libèrent les esprits sont antonymes à l’idéologie islamique, et de facto, elles sont farouchement combattues par les musulmans parce qu’ils pensent qu’elles discréditent leur croyance.
Il est illicite de mettre en doute les prescriptions coraniques et celles des hadiths. Entre Allah et l’homme, il n’y a point de débat, comme il est écrit dans le Coran, sourate 8, versets 22 et 23 :
« Les pires des bêtes auprès d’Allah sont, en vérité, les sourds-muets qui ne raisonnent pas ».
« Et si Allah avait reconnu en eux quelque bien, Il aurait fait qu’ils entendent. Mais, même s’Il les faisait entendre, ils tourneraient sûrement le dos en s’éloignant ».

Depuis son apparition initiée par les Ébionites (les Judéo-Nazaréens, appelés aussi Sabéens) à Pétra, au VIIe siècle du calendrier grégorien, en s’alliant aux Arabes Nabatéens (appelés aussi Sarrasins du Cham), tout en les manipulant pour les aider à reconquérir Jérusalem dans l’espoir d’y chasser les Byzantins et d’y reconstruire le Temple qui fut détruit en 70 Après J.-C. par le général romain Titus, puis réécrit et compilé dans sa forme actuelle par les scribes syriaques au service des califes abbassides successifs, au début du IXe siècle, dans le but d’instaurer leur pouvoir absolu, le Coran a mis des barrières infranchissables de l’aliénation, de l’acculturation, de l’ignorance et de la soumission (des garde-fous) calcifiant (sclérosant) ainsi l’esprit musulman pour l’éternité.

À partir du IXe siècle, le Coran est considéré comme incréé, parole d’Allah inaltérable par les califes et leurs larbins exégètes, plongeant les musulmans dans un profond traumatisme sans possibilité de guérison.
Depuis, lors, tout débat sur Allah, Mahomet, le Coran ou la Sunna est considéré comme une hérésie (apostasie), une offense à l’islam, une insulte suprême qui conduit à l’échafaud (égorgement).
Et toute discussion initiée par les “incroyants” sur la religion mahométane est prise comme un casus belli (un acte de guerre) par les Sarrasins qui croient dur comme fer qu’ils en sont les seuls dépositaires et que nulle autre personne, en dehors de la oumma, n’a la capacité intellectuelle d’en émettre un quelconque avis, fût-il positif.

Tout apostat ou non musulman qui ose remettre en cause les préceptes islamiques est immédiatement condamné à la peine capitale (par décapitation).
En 2021, parler de l’islam défavorablement – qui ne plaît pas aux musulmans de France – conduit immédiatement au boulevard des allongés au nom de l’islamophobie, ce barbarisme sorti tout droit de la bouche de l’ayatollah Khomeiny qui avait pour but de faire taire toute critique de l’islamisme par l’Occident.
Sa fatwa, décrétée en 1989, condamnant à mort le célèbre romancier Salman Rushdie, qui est toujours en vigueur, à cause de son excellent ouvrage Les versets sataniques, qui a mis en lumière les incohérences du Coran, illustre parfaitement que l’islamophobie est une arme de la terreur pour clouer le bec à toute personne qui émet des critiques à l’encontre de la religion de paix, d’amour et de tolérance.

En 2021, il est devenu pratiquement impossible en France de discuter de l’islam dans les écoles de la République, notamment celles localisées dans les quartiers en voie d’auto-détermination qui réclament l’application de la charia qui les conduira inéluctablement à l’autonomie avant l’indépendance, comme ce fut le cas du Kosovo qui s’est détaché de la Serbie aux forceps.
En 2021, au pays qui a donné naissance au grand mathématicien Blaise Pascal, tout enseignant y est potentiellement une cible de l’islamisme s’il soulève les contradictions de l’islam devant ses élèves ou ses étudiants.

La lâcheté, la trahison, la compromission, le déshonneur, le larbinisme, l’agenouillement, le renoncement, la collaboration et la haine de soi font que l’islam a pris le dessus sur le patriotisme français. Et la peur a fait le reste.
Le corps de feu Samuel Paty est encore chaud ! Et il a été assassiné pour islamophobie, qu’on se le dise matin et soir afin de ne pas l’oublier.
Sa mort ne doit pas rester vaine…
Et qu’on n’arrête pas de répéter que l’islamophobie tue pour que les islamistes et leurs alliés, les islamo-gauchistes s’en souviennent, car ils doivent porter cet assassinat de Samuel Paty sur leur conscience (s’ils en ont) jusqu’à la résurrection.

Il ne faut pas passer aussi sous silence les situations que vivent le professeur de philosophie au lycée de Trappes, Didier Lemaire, et le professeur d’allemand Klaus Kinzler, de l’IEP de Grenoble, accusés d’islamophobie, qui sont désormais sous protection policière. Et surtout la jeune Mila !
Ne sont-ils pas les vrais combattants de la liberté dont il faut saluer le courage parce qu’ils ont osé affronter l’omerta islamique ?
En un mot, celui qui critique l’islam ou blasphème est déjà un homme mort dans la France des droits de l’homme version 2021.

Cette sentence est sans appel, car c’est Allah lui-même qui l’a décrétée dans le Coran.
« Ceux qui offensent Allah et Son messager, Allah les maudit ici-bas, comme dans l’au-delà et leur prépare un châtiment avilissant ».
« Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils l’aient mérité, se chargent d’une calomnie et d’un péché évident » (sourate 33 versets 57 et 58).
C’est par la peur que l’islam s’impose. Il est né par la terreur et ne courbera l’échine que face à la violence.
La peur doit changer de camp, si la France, la vraie, pas celle vendue par l’oligarchie et l’islamo-gauchisme pour en faire une république islamique, basée sur la haine, l’ignorance et l’obscurantisme; veut retrouver son authenticité d’antan et son rayonnement futur.
C’est à ce prix que Paris redeviendra la vraie ville Lumière…

Sinon, c’est le suicide qui l’attend de pied ferme. Et pour éviter cette éventualité, il faut s’inspirer des paroles de feu Tahar Djaout, remarquable écrivain-poète algérien, assassiné le 26 mai 1993 par les hordes islamistes qu’il a combattues par la plume en disant : « si tu parles, tu meurs. Si tu te tais, tu meurs. Alors, dis et meurs ».
Le moment n’est-il pas venu de cracher toute la vérité sur l’islam ?
Rien que la vérité, ni plus ni moins.

Hamdane Ammar

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
R2D25

C’est l’islam tout court qui tue.
L’islam tue !!!

Lisianthus

J’ai lu que le mot bidaa signifie à la fois innovation et hérésie : pas étonnant que les musulmans n’aient jamais rien inventé.

Laurent Barre

Cher Hamdane, vous nous informez et nous apprenez tant de choses sur cette idéologie mortifère. Les Français sont sourds et aveugles. Merci pour tout. Au plaisir de vous lire.

Laure

Pour le moment, c’est l’islam qui tue.

Sniper83

“L’islam cette théologie absurde d’un bédouin immoral est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies” !!!
Kemal Ataturk dixit

pucciarelli

Si le terme “islamophobie” a été créé par Khomeini, il est devenu une arme pour ceux qui refusent cette idéologie politique et religieuse d’un autre âge. Revendiquer l’usage de ce terme, c’est laïciser cette folie et en pointer les limites dans notre pays. Être islamophobe est un droit, tout comme être islamophile, détester l’extrême droite ou l’extrême gauche, ou encore le communisme etc… En démocratie, toute idéologie, même celle qui se prétend religion, toute religion doivent pouvoir être analysées, jugées, critiquées. Mais cela demande une intelligence et une culture que les intéressés ont peu souvent. Mme Badinter a hautement déclaré être islamophobe. On n’est pas encore traîné en justice pour cela. En principe le délit de blasphème n’existe plus (Pas encore?).

Juste

L’islamophobie tue ? Ah bon ! Tout démontre qu’elle seule peut nous sauver au contraire. Mais bon il n’y a là rien de nouveau puisqu’il est à la mode de proclamer l’inverse de la vérité. Un exemple ? l’islam serait la ‘religion d’amour de tolérance et de paix’. Alors que dans cette secte barbare criminelle l’amour c’est le viol préférablement pédophile la maltraitance des femmes et la polygamie, la tolérance une taxe imposée à l’incroyant quand ce n’est pas l’imparable alternative ‘crois ou meurs’ et la paix 270 millions de morts violentes en 14 siècles soit plus que toutes les autres idéologies mortifères ensemble depuis l’origine de l’humanité…

Adagiocrescendo

L’islamophobie tue bien je le confirme , dites a un bigot que vous n’aimez pas ça secte et il vous reste peu de temps a vivre

patphil

: « si tu parles, tu meurs. Si tu te tais, tu meurs. Alors, dis et meurs ».
je préfère finalement aller voter pour ne pas mourir mais virer ces bobos collabos

Requiem

La vérité beaucoups de gens s’en foutent.
J’ai droit 9 fois sur 10 a des réponses du genre “j’en connais des biens, puis y a aussi des blancs qui sont des parasites sociaux, qui violent/ tuent/ décapitent, puis les croisades, l’inquisition, colonisation.
Mon gendre martiniquais est plus français que les niçois, c’est pas parce qu’il est mulâtre qu’il bât sa femme, c’est un bon catho il picole et mange du porc…”

Sauf que dans les histoires de violences conjugales, les “bons français” des colonies sont plus souvent représentés que les européens. Ca doit être le racisme systémique.
Bonne nouvelle l’ouzbek arrêtée en Russie pour avoir décapitée une gosse et promenée sa tête en brailant Allah snackbar sort d’HP, cpaçalislam.
Poutine veut importer 10 millions d’égorgeurs, ça va saigner

Monique

L’islam tue .C est sûre .

Theodore

« l’islam a tué le sens de l’humanité chez les musulmans »
Ils sont eux aussi avec cette religion du MENSONGE, pris au piege de leurs propres contradictions…;) car il est impossible pour un homme sain d esprit de douter !

Et si les musulmans ne se rendent pas compte de la gravité de la situation actuelle pour eux aussi, s’ils continuent à accuser le monde des mecreants de leur sous-développement, s’ils n’assument pas la responsabilité, s’ils continuent à vivre dans le mensonge, à rêver d’un monde musulman parfait et sans aucune faute, cela signifiera la chute du monde islamique…

Et c est tant mieux ! Qu ils continuent…

Lire Aussi