Les antifas parisiens ont voulu agresser Rodrigues et Drouet : Castaner complice !

Publié le 2 février 2019 - par - 140 commentaires - 8 762 vues
Share

Il est de tradition, dans la culture de gauche, d’expliquer que les hordes fascistes constituent l’armée de réserve du Grand capital, et servent à briser le mouvement ouvrier, quand il devient trop dangereux pour ses intérêts de classe.

Dans ce contexte, il est intéressant de regarder ces images. Que voit-on ? Une milice très agressive, qui hurle « Paris, Paris, antifa » s’attaque au service d’ordre des Gilets jaunes, et menace l’intégrité physique de Jérôme Rodrigues, déjà gravement blessé la semaine dernière, et d’Éric Drouet. Il faut un moment exfiltrer les deux figures du mouvement pour assurer leur sécurité.

http://www.fdesouche.com/1151743-actexii-jerome-rodrigues-et-eric-drouet-exfiltres-de-la-manif-des-giletsjaunes-car-des-antifas-dextreme-gauche-auraient-voulu-les-agresser#

Le mouvement ouvrier, aujourd’hui, ceux qui remettent en cause les intérêts de classe des mondialistes, ce sont les Gilets jaunes. Ceux qui, protégés par Castaner, qui n’a jamais donné une consigne aux policiers pour procéder aux arrestations préventives des Black Blocs et des antifas, agressent ces résistants au Nouvel Ordre Mondial, ce sont les milices d’extrême gauche. Ce sont elles qui se livrent à de véritables ratonnades, dans les cortèges des Gilets jaunes, contre tout ce qui ressemble à un patriote. Ce sont elles qui ont agressé sauvagement un journaliste indépendant, d’origine asiatique, parce qu’il est accusé de ne pas être dans le camp du Bien.

L’ensemble de la gauche, sans la moindre exception, est complice de la violence de ces milices fascistes, parce qu’elles exercent une terreur sur les patriotes, et sur le seul parti qui s’oppose aux tenants de l’invasion migratoire et du mondialisme, le Front national. L’ensemble des partis, syndicats et associations ont toujours fermé les yeux sur les exactions de ces petits nazis en puissance, même quand leur service d’ordre était attaqué. Fait aggravant, l’ensemble de la gauche est complice de la grotesque mise en place de la commission parlementaire « contre les violences de l’extrême droite », alors que toute la classe politique sait que les seules violences dans les manifestations viennent des gauchistes et des racailles.

Ce régime, avec la complicité passive de toute la gauche, cherche depuis le début du mouvement des Gilets jaunes à les assimiler à l’extrême droite, pour le salir et le discréditer. Devant l’échec de la grossière manœuvre, il a lâché ses policiers, leur a donné des consignes de brutalité d’une violence inouïe, comme l’a démontré la manifestation de cet après-midi, à Paris et dans d’autres villes de France.

https://francais.rt.com/france/58730-paroles-gilets-jaunes-acte-12-il-etait-temps-mettre-visages-statistiques

Pour justifier ces agressions, il a laissé faire les gauchistes et les casseurs, depuis le début du mouvement.

Aujourd’hui, une nouvelle étape a été franchie, avec cette agression, de type fasciste, commise contre les Gilets jaunes, leur service d’ordre et leurs leaders. Il est temps que les principaux porte-paroles du mouvement aient un discours très clair. Ils doivent annoncer qu’ils ne veulent plus des casseurs gauchistes, Black Blocs et antifas, et exiger de ce régime qu’il prenne toutes les dispositions pour protéger les manifestations. Et hors de question de faire le coup des extrêmes, et de demander en même temps l’exclusion de ce que les médias appellent les groupes d’extrême droite. Eux ne brûlent aucune voiture, n’agressent aucun policier gratuitement, et ne cassent aucune vitrine.

Ce qui est donc à l’ordre du jour est un mot d’ordre clair des porte-paroles Gilets jaunes, après l’agression des milices gauchistes de ce jour : dehors les antifas, dehors les Black Blocs.

Il est temps d’exiger de Castaner, qui doit être considéré comme complice de cette agression, la dissolution des milices gauchistes !

Martin Moisan

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Pierre

Les antifas sont une milices mise en place par le gouvernement socialiste LREM pour dénaturer les manifestations sociales. Vieille stratégie des élites bien rodée.

Alain Carrasco

Fake grossier que Rodrigues dement. Sur rl, faire circuler des fausses nouvelles est un sport national.

MICHEL B.

Comment se fait-il que la police eu uniforme ou en tenue civile, n’intervient pas contre quelques dizaines d’Antifa qui agressent des manifestants pacifiques?Comment ne pas penser à une collusion entre Antifa et les organes du pouvoir?

Hébert

Mensonge! Les Antifa cassent les banques les assurances et les vitrines de magasins de luxe. Tout le reste n’est qu’intox!

limacebourgeoise

oui, mais ça va changer puisqu’ils se rangent derrière la gauche et les syndicats, ils deviennent donc des alliés objectifs du régime, il y a juste un couac dans la communication entre le pouvoir et les AF, à moins que ça soit juste le dernier avertissement

Gyl

Un article à partir d’une rumeur….
Rodrigues lui même dément.
Mais comme dirait Goebbels : Plus le mensonge est gros, plus il passe.

Gyl

J’ai lu aussi. néanmoins un article à partir d’une rumeur, qui plus est démentie par les principaux intéressés, par soucis de cohérence et d’éthique devrait être corrigé et rectifié… Non? Quand, on est dans le camp du bien, n’est ce pas comme ça que l’on devrait agir..?

Pindu

Moi je propose pour regler le probleme une bonne fois pour toutes de le faire au poker avrc castaner.

Thierry Couvret

Les antifas sont le bras armé de tout ce qui se rapproche de près ou de loin d’un parti de gauche. C’est la raison pour laquelle Macron a botté en touche (et les médias n’ont pas demandé à ce qu’il réponde) quand, lors de débat du second tour, Marine Le Pen lui a demandé s’il comptait dissoudre les antifas. Ces derniers sont identiques en paroles et actes aux brigades nazies qui sévissaient dans le Berlin des années 30. PS: il est « curieux » de constater que la gauche prétend lutter contre le néo-nazisme alors qu’elle soutient le gouvernement ukrainien ouvertement néo-nazi… lire la suite

Brise-Lame

Bel article. Vous pointez avec raison la complicité des autorités policières. Pour avoir participé déjà à sept manifestations parisiennes des Gilets Jaunes je peux témoigner du fait que les interventions musclées de la police ne visent jamais les casseurs ou les « brigades noires » de l’extrême gauche. Je suis profondément persuadé que laisser ces éléments violents agir est le produit de la volonté de Castaner, Nunez et compagnie. L’important est que l’on puisse faire l’amalgame entre ces salopards et les Gilets Jaunes pour discréditer le mouvement en dénonçant la « violence des Gilets Jaunes » (avec l’aide des médias aux ordres). Le pire… lire la suite

Dupond

Brise-Lame
Bravo !!!
Comme par hasard les casseurs ne rappliquent que quand il y a majorité de GJ . A marseille samedi ,il n’y avait pas de GJ juste les migrants et les assoss droit au logement ….là les black bok n’ont pas été convoqué !!!

Sniper 338

Briser lame mes respect
Sa fonctionne de moin en moin d ailleur les merdias sonts pris a partie justement pour c’est raisons ! 🤔

Roland Rabier

Mais où était donc la police ? C’est bizarre ils ne font rien contre les black blocks.

Dupond

Ils sont la police !!!

Dirk DE MULDER

Je cosigne ! Mais bon sang ! Pourquoi toujours parler de « milices fascistes » ou d' »agressions de type fasciste » (vocabulaire stalinien), alors qu’il s’agit de milices d’extrême gauche ou d' »ultra-gauche », comme vous le rappelez si bien. Désignons les pour ce qu’elles sont, des milices bolcheviques, des « Rouges » ! Le fascisme et le nazisme sont morts et enterrés depuis plus de 70 ans, ce qui n’est pas le cas du gauchisme et du trotskisme, notamment, qui imprègnent profondément la caste politico-médiatique française. Staline recommandait aux communistes en difficulté dans un débat d’accuser leurs adversaires de « fascistes », afin de contraindre ces derniers à… lire la suite

blanc de peau

Hitler était socialiste CQFD

Alain Carrasco

Je commence a en avoir ras le bol. Non, hitler n’ a jamais été socialiste. Une connerie cent fois répétée reste une connerie.

Il était, ne vous en déplaise, socialiste et a investi le NSDAP, (Parti Nationale, Socialiste des travailleurs allemands!) Ce qui veut dire qu’il n’était pas communiste et donc internationaliste!

Pissoku

Laurent Droit

Malheureusement la force est a celui qui a le flingue en main: Castaner.

Sniper 338

C’est n’est pas la force mais la faiblesse la force provient des idees pas des armes !
🤔