L’OAS n’a jamais été d’ultra-droite !

OAS.jpg

Puisque l’OAS est redevenue d’actualité, 60 ans après l’indépendance de l’Algérie, qu’il me soit permis de l’expliquer à tous ces jeunes communistes et gauchistes, ces politologues, qui, sur tous les plateaux de télévision (et même sur CNews)  l’étiquettent à « l’extrême droite » et risquent donc de mourir totalement idiots. 

N’est-il pas de mon devoir de tenter de les éclairer, puisqu’ils sont tellement ignorants ?

Un simple rappel : l’OAS n’a existé que de février 1961 (création officieuse à Alger par le colonel Godard, le docteur Jean-Claude Pérez et quelques autres officiers et personnalités et, officiellement à Madrid, à Pâques de cette même année, en présence du général Salan, de Pierre Lagaillarde, de Jean-Jacques Susini, du capitaine Ferrandi, quelques autres personnalités ainsi que votre serviteur qui représentait M. Georges Bidault) à fin juin 1962 (date où les derniers représentants de l’organisation quittèrent l’Oranie sur deux bateaux espagnols envoyés par Franco, contre l’avis de De Gaulle).

Ultra-droite, dites-vous ! Son chef, le général Salan, était catalogué nettement à gauche par les divers gouvernements de l’époque. Il était l’interlocuteur privilégié du général Ho Chi Minh, chef des « Viets » communistes, à tel point que, lorsqu’il fut nommé à la tête de l’armée française en Algérie, les partisans de l’Algérie française derrière Michel Debré, et avec la bénédiction de De Gaulle, tentèrent de l’abattre avec un « bazooka », supposant qu’il avait été mis à ce poste par les socialistes afin de « liquider » l’Algérie française. Le général Salan échappa de justesse à cet attentat et ce fut ce malheureux commandant Rodier qui fut tué.

Dès l’échec du « putsch » des généraux apparu l’OAS et si 90 % des Européens d’Algérie furent derrière elle, seulement quelques milliers participèrent activement à son fonctionnement. Qui étaient ces quelques milliers, et plus précisément les quelques centaines directement impliquées dans les actions punitives ? En grande majorité les quartiers populaires de Bab-el-Oued, d’Oran et d’autres villes importantes, composés à 80 % de communistes, de socialistes, de républicains espagnols antifranquistes, encadrés par des officiers et sous-officiers déserteurs qui n’avaient aucune appartenance politique mais seulement la défense de « leur honneur et de la parole donnée aux populations que l’on avait mises sous leur protection. » 

À titre d’exemple je peux citer le responsable du plus actif des « commandos Deltas », Jésus de BEO, avec qui j’ai partagé les rangs des jeunesses communistes de 1945 jusqu’en 1952, puisque j’étais journaliste, à l’époque, d’un quotidien communiste « Alger-Républicain ».

L’OAS a-t-elle commis des crimes, comme cela se dit depuis des décennies en France métropolitaine ? L’OAS a exécuté des traîtres qui apportaient leur soutien physique et financier aux ennemis de leur Patrie, la France. Je ne peux les citer tous, ils furent très nombreux parmi la gauche française, cette gauche qui collabora avec les nazis jusqu’en octobre 1941, et qui sabota la défense française.

L’OAS exécuta des policiers et des « barbouzes » qui étaient les complices du FLN et avaient pour seul objectif de l’éliminer, sur ordre de De Gaulle. Rappelons que 200 commissaires et officiers de police furent recrutés pour constituer la « Mission C » et que l’on comptabilise plus de 500 victimes à l’actif de cette organisation d’État, en collaboration très étroite avec les services de renseignement du FLN. Également des membres du FLN, des tueurs responsables d’attentats contre des populations innocentes.

L’OAS a-t-elle organisé des attentats sur le territoire métropolitain, donc en France ? Certes, mais pas tous les attentats qu’on lui attribue car environ 50 % furent l’œuvre d’organisation française et j’en veux pour preuve les déclarations de Constantin Melnik, conseiller pour la sécurité du ministre Michel Debré et responsable de certains services secrets : « Il avait reçu l’ordre de provoquer des attentats spectaculaires pour monter l’opinion française contre l’OAS ». Ce furent l’attentat du quai d’Orsay, 1 tué et 20 blessés, celui de la voiture piégée à Issy-les-Moulineaux, 3 morts et 46 blessés, etc.

L’OAS a-t-elle commis des « bavures » ? Certes, dans toutes guerres de résistance se commettent des bavures, par des éléments incontrôlés et sans en avoir reçu les ordres. Ce n’est pas l’histoire de la Résistance française, entre 1940 et 1945, qui me contredira, elles furent nombreuses et bien plus préjudiciables qu’elles ne le furent pour l’OAS, à une autre époque.

Pour conclure, en ce qui concerne l’OAS, deux déclarations qui en expliquent la brève existence, celle d’Alain Peyrefitte « L’OAS c’est le sursaut d’un peuple qui ne veut pas mourir » et il cite cette confidence de De Gaulle, dans son livre « C’était de Gaulle » : « Les gens de l’OAS me haïssent parce qu’ils sont aveuglés par leur amour de la France. Mais si les Français qui soutiennent le FLN me haïssent tout autant c’est parce qu’ils sont aveuglés par leur haine de la France ». 

Manuel Gomez

 

 

image_pdfimage_print
14
1

24 Commentaires

  1. Votre article rétablit des faits historiques, Bab el oued qui fut un des sanctuaires de l’OAS votait communiste depuis des décennies, mais… Ce ne sont pas les perdants qui écrivent l’histoire.
    Le plus navrant, ce sont les réactions de tous ces Pathos traîtres de gauche, toujours aussi entichés de arabes, qui expriment encore 60 ans après, une haine inextinguible contre les Pieds Noirs.

  2. Sans doute du vrai dans cet article, je ne sais pas. C’est aujourd’hui de l’histoire, du passé. Je ne dis pas que ce ne soit pas important et que pour faire face au présent, préparer l’avenir il faut se référer à l’histoire, mais l’avenir appartient à la jeunesse, c’est leur affaire. Le passé n’a jamais parlé à la jeunesse. C’est ainsi que les erreurs se font et que les leçons de l’histoire ne sont jamais retenues. Et c’est ainsi depuis que les civilisations existent.

    • Mes grands parents me disaient que, lorsqu’ils étaient enfants, il y avait dans les écoles de tous les villages de France une carte avec les provinces perdues en 1870.
      Tandis que, en Afghanistan, j’ai vu dans des écoles coraniques des cartes du monde (plat !) où figuraient l’Espagne, les Balkans et le sud de l’Europe comme des terres d’islam à reprendre.
      Tout ça n’est pas anodin. Les peuples qui oublient ou pire renient leur passé sont voués à disparaître.
      Si vous aviez écouté les Pieds Noirs qui disaient en 62 : « Maintenant ils vont traverser la Méditerranée pour vous faire ce qu’ils nous ont fait » vous ne seriez pas envahis et chassés de chez vous comme aujourd’hui…

    • Oui…. peut-être, mais les « jeunes » comme vous dites, ne se sentent pas concernés dans l’avenir de la France. C’est pourtant de LEUR avenir dont il s’agit. Les jeunes pieds noirs, eux, étaient concernés et vraiment patriotes ! J’avais 15ans quand j’ai perdu MON pays. Ma vie a totalement basculé. JAMAIS je n’oublierai !

  3. Ho, Manuel, mais quel âge as tu ? Si tu as participé à l Oas, il y a plus de 60 ans, tu dois approcher les 90 ans ! C est l heure de raccrocher, non ?

    • Peut-être pas si vieux que ça !
      Au début de 1962, des ados participaient depuis les toits à la défense des immeubles du boulevard Galliéni contre les fellaghas qui descendaient d’El Biar, ivres de haschich, pour massacrer tous les « roumis » et s’approprier leurs biens.
      Pour les Pathos, ces forces d’autodéfense plus sévèrement combattues par l’armée française que les égorgeurs du FLN, étaient considérées comme des OAS.

      • Sauf erreur, si je me souviens bien  » Le grand garage Galliéni  » était situé en plein boulevard ?

    • raccrocher ? mais se taire est il sérieux, efficace? il n’y a que les batailles qu’on ne mène pas qui sont perdues

    • @ Osborne.
      Effacer l’histoire a toujours été une technique dictatoriale. Pourquoi vous ne raccrocheriez pas? Ca fera des vacances a tout le monde.

    • à Osborne
      Adolescent j’étais messager à vélo d’un membre de ma famille qui appartenait à l’OAS. Suis né en 1945 près d’Oran. Toujours bon pied bon œil ce jour bien que la France se meurt avec son idéologie mortifère !

  4. ces gens de l oas etaient et sont des heros, ils n ont pas a l epoque ete compris par l opinion publique metropolitaine et on voit aujoudhui le resultat de la politique gaulliste

    • Pour comprendre encore aurait-il fallu qu’ils soient au courant ! La seule chose qui importait aux français est qu’on leur prenait leurs fils pour aller combattre. Ils ne savaient pas que l’Algérie était LA FRANCE !!! Aller combattre au Mali ou dans d’autres pays africains … ça c’est normal !!

      • C’est d’autant plus injuste (de ne pas savoir que l’Algérie était la France) quand on sait que, 2e GM, le plus gros des troupes françaises (Campagne d’Italie, etc) était composé de jeunes français originaires d’Algérie, auxquels il faut ajouter les Tirailleurs Algériens.

  5. le génocide vendéen n’a été reconnu que 200 ans après, les pednoirs qui ne voulaient pas mourir seront réhabilités ou simplement compris dans quelques décennies, encore faut il que des gens comme toi fournissent du grain à moudre, en attendant, vae victis

  6. l’OAS de 1961 me fait penser aux français de 2022 qui réagissent en état de légitime défense
    et sont moins bien traités que leurs agresseurs que ce soit par les escrocs progressistes ou par les français formatés ( les 63% d’accord avec Zemmour mais qui n’ont pas eu le courage de voter pour lui)

  7. Dans le village communiste ou j’habite il y a eu un attentat en octobre 1959. Une bouteille de gaz avait été installée avec un détonateur branché sur une pendule a l’école primaire des garcons de Piennes. Heureusement, le branquignolle qui l’avait installé ne connaissait pas son travail et elle a détoné un quart d’heure avant les classes, seules les vitres ont sauté et quelques instits ont eu des coupures pas trop sévères.
    Aujourd’hui encore ceux qui se rappellent parle de l’OAS criminel.
    Betes a bouffer du foin et me critiquent pour dire que c’était le FLN.

  8. Désormais si vous êtes un opposant à la clique mafieuse de droite LR , Macroniste,communiste Mélanchon Coquerel , escrolo etc etc ….et que vous votez RN vous êtes un affreux fachiste nazi ultra droitiste bref un …… »sous homme ».Si vous êtes un mec Blanc qui constitue un quelconque obstacle à des femelles , vous êtes systématiquement un ….violeur.Voilà de quelle manière sont constitués les mensonges les plus odieux et abjects.L’OAS n’avait qu’un seul but :lutter contre la trahison le parjure et le mensonge.

  9. Ça fait du bien de lire un autre son de cloche et de se rendre compte de l’ampleur du drame de l’Algérie Française et de tous ces gens chassés de leur sol qui n’était autre qu’un département français . A l’époque l’OAS était classée bande de tueurs bien que leur motivation n’était autre que de sauver un bout de France , mais maintenant on envoie tuer des gens gratuitement ou se faire tuer au Mali ! Ça c’est grand c’est bien et généreux pour nos politiques ? allez donc comprendre ? Quant a De Gaulle au fil du temps il a descendu bien bas dans l’échelle de ma considération , nous avions la maitrise du terrain et 25000 morts il ne devait pas lâcher aussi facilement le morceau , ce n’est que mon avis et par respect pour mes camarades morts pour rien la bas !

  10. Bravo pour vos rappels historiques, M. Gomez. Pour info, mon père, qui travaillait à EGA, était aussi dans l’OAS à Alger.

  11. Merci Mr Gomez!
    Je vous lis toujours avec plaisir
    Je suis né à Oran en 1941 et rescapé du massacre d’Oran
    Tout celà pour en arriver à ce que devient la France aujourd’hui…

  12. « La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d’employer l’esprit à le justifier ». Jean Guehenno.

Les commentaires sont fermés.