L’obsession de « droite » de la Révolution française

Bastille1789.jpg

L’objet de cet article n’est pas de cautionner les massacres de la Terreur, qui furent une abomination. Il s’agit ici de sortir de cette obsession française de la droite comme de la gauche autour de ces événements de notre histoire, comme si, en définitive, l’histoire de France s’arrêtait pour les uns ou ne faisait que commencer pour les autres en 1789.

Les uns voyant dans l’Ancien Régime le modèle quasi parfait d’une vie en société et les autres voyant dans l’avènement du modèle républicain l’aboutissement d’une conquête de longue lutte des peuples vers plus de liberté.

Avec des raisonnements aussi primaires, on ne va nulle part. Cette dichotomie de façade entre la droite et la gauche n’a servi depuis 50 ans qu’à fossiliser la réflexion et l’action politique. Chacun des camps nourrissant autour de cette position un conservatisme de façade, ou un progressisme délirant.
Fort heureusement, l’histoire de France a été plus riche avant et après la Révolution, et osons le dire, même pendant, que cette vision binaire de l’histoire.

Les tenants du conservatisme feraient mieux de se souvenir que Chateaubriand a fortement contribué à restaurer le christianisme dans la société française et que, sous l’Ancien Régime, l’Église n’a pas toujours eu une attitude d’exemplarité qu’elle aurait dû avoir.

Est-ce que cela justifiait les massacres de la Terreur ? Certainement pas, mais de là à vouloir ramener les maux de la société française actuelle à cet épisode, cela en devient risible et surtout historiquement faux.

De la même manière, faire de la Révolution française un acte fondateur du progressisme actuel, c’est faire dire aux sans-culottes des propos qu’eux-mêmes n’ont jamais tenus. Avez-vous entendu ou lu dans les livres d’histoire Robespierre dire « les petites filles seront des garçons et inversement », ou encore « les musulmans devront repeupler la France », ou tout autre délire à la mode ?

Les positions actuelles des hommes de droite comme de gauche sur cet épisode de notre histoire sont devenus risibles, pour les opposants comme les défenseurs des révolutionnaires.

C’est de plus, donner une importance surjouée de part et d’autre à ces faits historiques et leurs répercutions jusqu’à nos jours, car cela évite d’affronter les vrais problèmes, et on se donne l’apparence d’un attachement retrouvé à son pays, pour mieux le détester en secret.

Etienne Darcourt Lézat

image_pdfimage_print
5
1

16 Commentaires

  1. C est le libéralisme europeiste pro immigration principalement de gauche « progressiste » qui a détraqué les Etats prospères pour les dissoudre dans la mondialisation insipide et individualiste. Ceci date de moins de 50 ans ….et s accélère depuis 15 ans …

  2. Débile! profondément débile!  » Robespierre dire « les petites filles seront des garçons et inversement », ou encore « les musulmans devront repeupler la France », ou tout autre délire à la mode ? Et oui, c’ est ce qui se passe en ce moment. 1789, le suicide de la France et des Français! L’ agonie est longue.

  3. Les massacres de Vendée, c’est surjoué? La transformation des idéaux des Lumières en massacres de masse d’un régime totalitaire qui a inspiré Lénine, Staline, Mao et Pol-Pot, c’est surjoué? Quand Vincent Peillon dit qu’on ne sera pas libre en France tant qu’il reste un seul catholique, c’est surjoué? Quand les francs-maçons du XXIème siècle veulent encore et toujours contrôler 100% du mental des élèves de France comme leurs frères du 18ème siècle c’est surjoué? Quand des laïcards fanatiques d’aujourd’hui détruisent des statues et croix chrétiennes, ou incendient des églises, c’est surjoué? Ras le bol de cette bienveillance envers des fanatiques qui n’ont plus leur place dans ce pays au 21ème siècle, merde!

  4. Cette mise au point était plus que nécessaire, merci pour cet article, mais je pense que vous allez vous faire vilipender par les extrêmes de tous bord!

  5. de droite? guillotiner des opposants, génocider des récalcitrants c’est typique des gauches, lénine, mao, maduro, mélanchon (qui ne peut encore que rêver de le faire)

  6. Nier l’importance de la cassure induite par la révolution française, c’est passer totalement à côté de près de deux siècles d’histoire qui nous ont amené à notre époque.
    Désolé M. Darcourt Lézat. On ne peut pas comprendre l’avènement du wokisme, l’islamisation de la France le grand remplacement si à la base on ignore la création d’un homme nouveau uniquement dépositaire de « Droits de l’Homme » sans devoir envers un Dieu, juste et Créateur représenté dans le royaume terrestre par un Roi.

  7. La république est le pire des régimes, celui des copains des coquins des médiocres des parleurs, des menteurs, des massacreurs, de la justice pourrie…..Même la laicité est chrétienne bien avant 1905….

  8. Exactement.
    L’ Histoire est un chantier revisité en permanence où chacun peut faire son marché pour expliquer ou illustrer certains évènements, mais faire d’une seule de ces aventures l’unique moteur de toute une ère est anti-scientifique et donc anti-historique.

    • C.est une erreur de vouloir évaluer la société d.hier au prisme des problématiques d.aujourd.hui . Cette erreur a un nom : anachronisme. La révolution a tellement réussi, qu.il a fallu l.empire pour restaurer la France. Puis trois régimes monarchiques, suivi d.un second empire fondé sur des référendums plébiscitaires que nul n.oserait imaginer de nos jours. La République est arrivée dans les fourgons de l’armee allemande, Bismarck jugeant judicieux d.instaurer un parlementarisme bavard, qui affaiblirait un pays livré à des factions opposées .Sitot arrivée au pouvoir, la république a repris sa lutte centenaire contre l.eglise. Il est vrai que la monarchie s.etait affaiblie par l’inutile participation à laguerre d.independance des états américains qui aurait pu être un abcès de fixation lrongeant la puissance anglaise.mais méritions nous ces 150 ans de punition ?

  9. La révolution, ça n’a été qu’un changement de proprio.
    Avant la France appartenait aux aristos, après elle devenue la propriété de la bourgeoisie et maintenant, la bourgeoisie s’est mondialisée et s’est amalgamé dans une sorte de corporation ploutocratique qui parasite le monde.
    Quant aux peuples, ils sont toujours autant impuissants dans la maitrise de leurs destinées.
    Enfin, ne soyons pas mesquin, car un ouvrier d’aujourd’hui vit mieux qu’un roi de cette époque, et elle est peut-être là, la vraie révolution.

  10. l’exemplarité de la république se situe à quel moment?
    Stavisky n’est qu’un épisode parmi beaucoup de l’entre deux guerres, les prébendes actuelle avec McKinley, alsthom, Lafarge etc, les persécutions de 1905,, l’affaire des fiches, le canal de panama et Clemenceau pour ne citer que quelques exemples plus la pédophilie permanente, les ballets bleus et les roses, ce qui ressemble à un génocide avec les injections dont les conséquences commencent à être divulguées, les phytosanitaires qui sont des phytotoxiques autorisés par CORRUPTION, l’invasion des barbares etc
    Si je me trompe, j’attends

    • Vous devriez préciser de quelle République vous parlez. On en est à la Vième. L’histoire du 19ième n’est pas une ligne toute tracée de la République. Demandez à Chateabriand ce qu’il pensait de Charles X. De la même manière demandez à Lamartine, Musset et au courant des romantiques ce qu’ils pensaient de la République après la Révolution et au milieu du siècle. Les avis avaient également changé pour nombre d’entre eux.

      • pour Charles X: »son règne est pour la France une période de stabilité politique et de prospérité économique, qui, en matière de politique extérieure, voit le retour de la France dans le concert des grandes puissances.  »
        Ce n’est pas si mal car le fanatisme républicain n’a pas dû faciliter les choses

      • Nul besoin de solliciter leur avis ; on est assez documenté sur les exactions de la révolution, puis de ce régime, ses abus d’hier et d’aujourd’hui pour savoir et constater nous même !!!

Les commentaires sont fermés.