1

Locataires français, sachez que pour le CFCM, le loyer, c'est gratuit !

Ri7HidalgoinjureLe coup de pouce que la mairie de Paris vient d’accorder au CFCM (1) ressemble étrangement au coup de grâce que l’on donne à un blessé.

Ce blessé, c’est la France !

Qu’on en juge ! Le CFCM devait s’acquitter d’une dette de 49 216 euros, représentant les loyers impayés de 2013 et de 2014, pour l’occupation d’un local de 100 m² situé à l’angle des rues Lecourbe et de la Croix-Nivert, dans le 15e arrondissement de Paris. Comme il n’y arrivait pas, la dette a été annulée !

Mieux : pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise, la mairie de Paris a décidé de ramener les 2 550 euros de loyer mensuel à 100 euros par an (oui, par an !), ce qui est une façon d’offrir annuellement 30 600 euros au CFCM.

Pas mal, non ?

Et que devient la laïcité dans tout ça ?

La laïcité ? Quelle laïcité ?

Ce n’est pas ainsi que la mairie de Paris voit les choses ! A ses yeux, aider financièrement le CFCM ne signifie pas que l’Etat finance un culte, car, selon le premier adjoint au maire (2),  « le CFCM n’est pas une association cultuelle (sic!) et peut faire l’objet d’une aide publique » .

Et le vice-président du CFCM de s’engouffrer dans la brèche, car bien qu’il sache pertinemment que sa structure représente des associations cultuelles, il affirme néanmoins qu’elle n’en est pas une « dans ses statuts ». Ben voyons ! 

Et lorsqu’on l’interroge sur l’évidence du financement d’Etat dont bénéficie désormais le CFCM, il répond que « le CFCM n’a pas sollicité une subvention directe mais a surtout demandé un aménagement de son loyer en fonction de ses moyens financiers » !

Puissent tous les Français en difficulté de paiement mensuel se souvenir de ce tour de passe-passe !

Car enfin, il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles !

Nous sommes ici en présence d’une authentique aide financière d’Etat accordée à un culte, ce qui va à l’encontre de la loi de 1905, dont l’article 2 stipule que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Une fois encore, la mairie de Paris s’est agenouillée devant l’islam, oubliant au passage que ce n’est pas par la soumission que l’on peut faire respecter les lois françaises et, a fortiori, prévenir l’islamisation de la France !

Maurice Vidal

(1) Conseil Français du Culte Musulman.

(2) Il s’agit de Bruno Julliard.