Loi Debré 1959 : catholiques arroseurs arrosés

Publié le 31 mars 2014 - par - 1 118 vues
Traduire la page en :

D’abord un petit rappel sur la nature de l’école privée sous contrat.. En 1959 la loi Debré a établi une nouvelle règle : toute école « libre » – donc catho dans 90% des cas – peut demander à l’Etat de salarier ses personnels et de couvrir 10% de ses frais immobiliers en échange du respect des programmes scolaires nationaux, tout en gardant sa spécificité propre : cours de religion facultatifs par exemple.

Avec le temps le caractère religieux de ces établissements s’est estompé, les parents choisissant la voie « du privé » pour des raisons pratiques : échapper à la carte scolaire, aux écoles publiques mal famées, aux classes surchargées… Ainsi certains bobos de gôche mettent discrètement leurs petits chéris à l’école Saint Machin, à l’abri des méchants gosses de pauvres.

Mais cette loi Debré risque d’avoir un effet collatéral imprévu par ses créateurs : les frères musulmans viennent de comprendre qu’ils avaient là un cheval de Troie parfait pour étendre leur influence  http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/03/28/01016-20140328ARTFIG00404-education-les-musulmans-se-federent.php

L’arroseur arrosé en somme. Quand l’imam du collège Allah Akbar sera payé par les finances publiques pour apprendre le coran aux gamins du quartier, beaucoup de défenseurs de l’école « libre » vont sans doute commencer à se poser les bonnes questions. Si même le Figaro s’en inquiète…

Jean Jarno

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi