1

L’ONU est-il devenu un organe mondial génocidaire ?


C’est bien la question qui mérite d’être posée quand on met en perspective ses positions par rapport à la population blanche occidentale, et en regard des non musulmans du monde entier.
Déjà en 2010 l’ONU, par la voix de son secrétaire général, estimait que « l’Europe a besoin de migrants ».

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/05/05/97001-20100505FILWWW00463-l-europe-a-besoin-de-migrants-hcr.php

La rhétorique utilisée n’était rien moins qu’un viol du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’ONU avouait clairement vouloir influencer les partis politiques des pays européens lors des périodes électorales :
« Nous disons toujours à tous les partis politiques lors d’élections que les problèmes liés aux migrations et aux demandeurs d’asile (…) doivent être discutés de façon rationnelle et non émotionnelle », a ajouté M. Guterres.
On comprend alors pourquoi, tandis que de plus en plus de citoyens historiques restent dubitatifs sur la submersion migratoire dont ils constatent tous les jours les dégâts dans leur espace public, les politiciens continuent de charger les bateaux de traites négrières et continuent d’accorder de grasses subventions d’argent public à toutes les filières d’importation clandestines, ce qui constitue autant d’argent en moins pour créer des lits de réanimation dans nos hôpitaux par temps de pandémie.

L’ONU condamne les sociétés homogènes qui vivent pourtant en paix, et considère que la modernité consiste en une société multi-ethnique et multiculturelle, omettant au passage les réalités haineuses de telles sociétés multi qui ont engendré les guerres internes du Liban ou de l’ex-Yougoslavie par exemple :
« Penser que les sociétés européennes redeviendront homogènes (…) est une illusion totale et absurde ».
« Je pense que nous devons dire très clairement qu’indépendamment des aspirations de certaines personnes, toutes les sociétés sont devenues multiconfessionnelles, multiethniques et multiculturelles », a insisté Antonio Guterres interrogé sur les problèmes liés aux traditions islamiques ».

De cette prise de position, on est obligé d’admettre que l’ONU préfère les pays en guerre civile plutôt que les pays en paix civile, sans doute pour se trouver une raison d’exister puisque l’une de ses raisons d’être est d’intervenir en médiateur dans les conflits du monde.
De 1945 jusqu’aux années 90, l’Europe libérale a pu vivre en paix avec ses populations homogènes, l’importation massive de populations allogènes, même nationalisées, n’a apporté qu’attentats et séparatisme, délinquance et violences, manifestations de haine envers les Français de souche dans les banlieues et déchéance totale de l’Éducation nationale française : tout cela finira par exploser.

Dans une déclaration fracassante faite en février 2021, l’ONU avertit que le suprémacisme blanc est une menace mondiale.

https://www.cnews.fr/monde/2021-02-22/le-supremacisme-blanc-est-une-menace-mondiale-avertit-lonu-1050461

Pourtant vous prenez une carte mondiale des conflits que vous superposez avec le monde musulman et les territoires guignés par les islamistes non encore gagnés par la peste, et vous remarquez que c‘est le monde musulman la plus grande menace mondiale.
C’est donc bien curieux d’affirmer que le suprémacisme blanc serait la plus grave menace de la planète, alors que la plupart des pays de Blancs sont en paix (jusqu’à présent, nous avons vu que la submersion migratoire vers les pays blancs d’Occident va vite remédier à cette quiétude).

On peut lire qu’« Antonio Guterres a notamment appelé à « intensifier la lutte contre la résurgence du néonazisme, de la suprématie blanche et du terrorisme à motivation raciale et ethnique » et qu’il désire  « une action coordonnée au niveau mondial pour vaincre ce danger grave et croissant ». Il a ajouté que « trop souvent, ces groupes haineux sont encouragés, par des personnes occupant des postes de responsabilité, d’une manière qui était jugée inimaginable il n’y a pas longtemps » ».

C’est le monde musulman qui porte la guerre partout sur la planète, et ce sont les Blancs des pays encore majoritairement blancs qui seraient les menaces les plus graves ? Selon le secrétaire général de l’ONU, ce sont « le suprémacisme blanc et les mouvements néo-nazis qui deviennent une menace transnationale ».
Pourtant ce supposé suprémacisme blanc ne tue pas comme les haineux musulmans qui égorgent, pillent, violent, coupent les seins, esclavagisent dans tous les coins du monde : on rapporte des massacres de villageois presque tous les jours en Afrique et au Moyen-Orient, des enlèvements de jeunes filles lycéennes pour en faire des esclaves, des chrétiens condamnés à mort et persécutés partout dans le monde musulman, et l’ONU n’en pipe mot, en somme trouve cela normal.
Les conflits européens récents dans l’histoire ont eu pour protagoniste le coranique, dans l’ex-Yougoslavie, la Serbie, et l’Arménie par exemple qui en 2020 a été lâchement attaquée par les musulmans azerbaïdjanais aidés des coranisés turcs sans que l’ONU bouge.
C’est donc clair, l’ONU soutient les exactions des haineux musulmans partout sur la planète, et elle est bien entrée en guerre contre les Blancs d’Europe qui ont le tort, à ses yeux, d’avoir la velléité de vouloir encore vivre en paix sans fauteurs de troubles allogènes.

Une motivation financière n’est pas à exclure quand cet organisme génocidaire se lance ainsi dans sa logorrhée anti-Blancs quand elle qualifie de « suprémacisme blanc » ce qui n’est en réalité qu’un droit des peuples blancs à disposer d’eux-mêmes pour refuser la submersion migratoire colorée-musulmanisée assassine.
Cette résistance de bon sens pour se protéger du chaos agace l’ONU dans sa volonté de voir une planète à feu et à sang, car cet organisme sent que son fonds de commerce ne peut pas faire de culbute comme il le voudrait à cause des Blancs d’Europe encore sains qui ne veulent pas être submergés par les migrations haineuses grosses de guerres civiles à terme.

L’ONU prospère sur les misères du monde, on comprend alors qu’elle craigne pour l’extension de son fonds de commerce qui est le domaine de sa lutte et des cotisations qu’elle reçoit, qui garantissent des salaires d’embonpoint à ses consultants et secrétaires de ceci ou de cela. On peut même aller jusqu’à s’interroger de quel montant serait le bonus de son secrétaire général si l’Europe entrait en guerre civile tribale à cause de la submersion migratoire qu’il favorise en subornant les politiciens de ce continent qui, pour obéir si obséquieusement, doivent bien aussi y trouver un intérêt qui sonne et qui trébuche quelque part.
Elle est déjà intervenue dans l’ex-Yougoslavie, et aimerait probablement reprendre ses petites affaires dans toute l’Europe si les guerres civiles à laquelle elle pousse par les migrations qu’elle impose à ce continent aboutissaient à de multiples conflits.

En effet, si l’ONU était bien un organisme de paix, elle aurait déjà raisonné, au vu de l’histoire humaine depuis des millénaires, que les gens de coutumes, de genres, d’us, que les religions différentes ne peuvent jamais rester mariées bien longtemps sans de graves violences conjugales. Encore plus maintenant avec l’avènement des revanchards suprémacistes noirs et colorés, des musulmans et de minorités haineuses, qui en voulant prendre tout de force, l’insulte du Blanc à la gueule, vont finir par se faire jeter en n’ayant rien : toutes ces populations de haine n’ont aucune place dans les espaces de paix blancs d’Europe.

Les seules exceptions d’espaces partagés sans heurts majeurs, c’est quand l’État est suffisamment fort pour tenir tout le monde en laisse, et est capable d’exécutions sans faiblesse : les ethnies de la Yougoslavie se sont supportées ensemble que tant que Tito vivait, qui tenait ce pays d’une main de fer, de même les musulmans caucasiens de l’espace russe se tiennent à carreau, car ils savent qu’ils pourront être exécutés jusque dans les chiottes. Aucun dirigeant de l’Union européenne n’est capable de ce courage, même pas Madame Le Pen, ni Salvini, ni l’AFD : tout le petit monde de l’UE vit dans la défaite permanente, c’est l’une des causes de sa désintégration progressive actuelle.

Le génocide du Rwanda, la guerre perpétuelle au Congo ou les crimes devenus habituels contre les chrétiens du Nigeria sont là également pour nous convaincre que même les Noirs entre eux sont capables du pire dès lors qu’ils ne sont pas de la même ethnie ou tribu, et même si on veut nous donner une image flatteuse d’une cohabitation heureuse pendant quelques années ou quelques décennies, il arrive toujours un moment où la rancœur l’emporte, le naturel revenant au galop du cheval. Le Liban en est l’exemple concret avec ses multi-confessions qui, au moindre incident, sont susceptibles de se dresser les unes contre les autres.

Et d’ailleurs, que fait l’armée française au Mali, si ce n’est protéger des Noirs d’autres Noirs et d’Arabes musulmanisés ? Et ceci dans le même temps que d’autres Noirs et certains Maliens établis en France chient et pissent sur ce pays ? Soutenus au surplus par une bande de Blancs gauchislamisés y compris des soi-disant chercheurs jusqu’au plus haut de nos universités qui eux aussi pissent et chient sur leur propre pays ?
Or la paix, ce n’est pas vivre tous les jours dans la peur d’un incident avec l’autre qui dégénèrera en guerre civile, la paix c’est quand un Breton peut aller boire sa mirabelle en Alsace sans rien risquer du tout à chambrer l’Alsacien qui lui en resservira plutôt une autre pour la route.
L’ONU est donc inquiète pour son fonds de commerce quand elle constate des résistances dans les pays d’occident blancs à la guerre civile inter-ethnies qu’elle voudrait imposer, plus particulièrement dans toute l’Europe.

Ainsi cet organisme vient de s’émouvoir de l’interdiction de la burqa lors de la dernière votation en Suisse, et il faut les lire pour les croire ses dernières déclarations.
L’ONU a affirmé que ce vote allait “davantage marginaliser et exclure de la vie publique les musulmanes… la Suisse rejoint le petit nombre de pays où la discrimination active contre les musulmanes est désormais sanctionnée par le droit », et elle considère la campagne électorale avait des  « tonalités xénophobes ».

https://www.rts.ch/info/suisse/12033156-lonu-juge-linitiative-antiburqa-discriminatoire-envers-les-musulmanes.html

Ainsi parce qu’une majorité de Suisses refusent que Genève ou Zurich deviennent des sultanats, ils sont littéralement assimilés à des fascistes !! Mais où est le droit aux peuples à disposer d’eux-mêmes, là-dedans ???
Et si les Suisses ne veulent pas que leur Fédération devienne le Liban alpin d’Europe, tout simplement, et souhaitent conserver la paix intérieure qu’ils maintiennent depuis des années ???
Au travers de ces prises de positions de l’ONU, on en déduit une volonté de génocide de la population blanche, notamment européenne.
Cet organisme ne vise qu’à faire submerger de musulmans et d’Africains, avec la complicité de l’ensemble de la classe politique qui lui obéit en soumission et peut-être pour des avantages non encore identifiés, notre continent. C’est bien la disparition programmée du Blanc d’Europe et de l’espace de paix qu’au sortir de la Deuxième Guerre mondiale il avait réussi à protéger des remous du reste du monde.

L’ONU vise à accélérer les guerres civiles dans tout l’espace européen afin de se faire dépêcher sur place dans les derniers soubresauts inévitables avant fin d’inventaire pour jouer les médiateurs grassement rémunérés. C’est le syndrome du pompier pyromane, créer le merdier pour venir mettre son grain de sel dans la direction des populations et abolir la démocratie pour y imposer le califat.
D’un statut officiel d’organisme dédié à la paix mondiale, il semble qu’un statut officieux fasse dériver cet organisme vers le génocide des Blancs et des non musulmans de la planète.
Trump et de Gaulle avaient finalement peut-être bien raison de se méfier de ce machin.

Les Français se réveilleront-ils avant que l’ONU ouvre ses bureaux Otto sur des Champs-Élysées à feu et à sang, ou vont-ils continuer à jouer les somnambules tandis que leur destin et celui de leur descendance se décide ailleurs ?

Jean d’Acre