1

L’ordre fait la liberté, le désordre fait la servitude !

Il est triste de constater que la France est en train de devenir un pays où il ne fait pas bon vivre, car on peut y mourir alors que l’on est en pleine santé ! Ce n’est pas que l’on meure dans un accident de voiture ou en tombant d’une échelle : non ! L’on meurt par rencontre ! Et cette rencontre a souvent le même visage : celui de ces « jeunes » qu’on risque de croiser en passant dans certains quartiers, et dont l’activité principale est de faire la police à leur manière – à telle enseigne que ces quartiers ont été classés comme « quartiers prioritaires de la politique de la ville ».

Évidemment, dans ces quartiers, la véritable police n’est pas la bienvenue : ce serait faire injure à cette jeunesse qui a bien le droit de s’exprimer librement, sans avoir de compte à rendre à personne : ou on est libre, ou on ne l’est pas !

Le problème est que cette liberté ne respecte nullement les lois de la République. D’où la fameuse « délinquance », avec ses trafics de drogue, ses vols et ses violences en tout genre !

Voilà où nous conduisent les lâchetés politiques, et notamment la peur d’intervenir par la force, car la force a la réputation d’être fasciste ! Pourtant, quelle liberté aurions-nous sans « forces de l’ordre », c’est-à-dire sans des institutions qui veillent à l’ordre public et au respect de la loi ?

Il est donc temps que l’on enterre définitivement les idéaux de Mai 68 ! Les banlieues et la France ne s’en porteront que mieux !

Maurice Vidal